L’inflation induite par la Réserve fédérale a entraîné un effondrement des naissances aux États-Unis… à deux reprises.

0
4

Par Chris Hamilton – Le 24 avril 2020 – Source Econimica

Le nombre total de naissances aux États-Unis s’effondre et il est probable qu’il continuera à baisser de manière significative au cours des prochaines décennies. Cependant, ce n’est pas notre premier rodéo… le nombre total de naissances s’est effondré dans les années 1960 jusqu’au début des années 1980… de manière presque inexplicable alors que la population en âge de procréer augmentait rapidement.

Et maintenant, depuis 2007 (et pas seulement à cause de la Covid-19), le nombre des naissances totales s’est à nouveau effondré face à une population en âge de procréer en pleine croissance. Je soutiendrai qu’une grande partie de cette situation est due aux politiques de la Réserve fédérale visant à favoriser la stagflation/inflation, qui ont créé la ou les pénuries de naissances. Les jeunes adultes (parents potentiels), comme le canari dans la mine de charbon, sont parmi les plus vulnérables économiquement à l’inflation des actifs alimentée par la Réserve fédérale (avec des augmentations de salaire retardées et peu ou pas d’actifs qui profitent de la bulle, compensant au moins partiellement l’augmentation du coût de la vie). Leur détermination à retarder le mariage et la naissance de leurs enfants est le baromètre ultime de la santé économique des États-Unis.


 

Le graphique ci-dessus (1950 à 2040) montre les naissances annuelles aux États-Unis (colonnes bleues… indépendamment du statut légal ou illégal des parents, plus les projections de naissances du recensement de 2000 et 2008 jusqu’en 2040), les naissances réelles (ligne bleue en pointillés… y compris ma projection de 2020 à 2040), la population féminine en âge de procréer de 20 à 35 ans (ligne rose… représentant environ 80 % des naissances parmi la population féminine en âge de procréer de 15 à 45 ans), et la population féminine infertile de plus de 45 ans (ligne jaune).

Si l’on considère la population féminine en âge de procréer aux États-Unis, aucune croissance n’est prévue jusqu’en 2040, alors que les taux de fécondité continuent de chuter en raison d’une série de problèmes économiques, pandémiques, environnementaux et de surpopulation. Les projections continues du recensement concernant la hausse des taux de fécondité et des naissances totales sont mal fondées.

Visualisation de l’évolution d’une année sur l’autre du nombre de femmes en âge de procréer âgées de 20 à 35 ans (colonnes roses), des naissances annuelles (ligne bleue pointillée) et du taux des Fed Funds fixé par la Réserve fédérale (ligne noire). Nous observons deux périodes d’effondrement des naissances aux États-Unis depuis 1950… toutes deux associées à une augmentation significative de la population féminine en âge de procréer (ce qui, en soi, aurait dû se traduire par des naissances stables ou en hausse). Au lieu de cela, lors du lancement et de la poursuite de changements majeurs de politiques de taux d’intérêt stagflationnistes/inflationnistes, les taux de fécondité et le nombre total de naissances ont chuté de manière précipitée.

Ci-dessous, jetez un coup d’œil au taux de fécondité américain (nombre d’enfants par femme) par rapport au taux des fonds fédéraux (%). Alors que d’autres segments de la population s’en sont bien mieux sortis grâce à l’inflation des actifs, les jeunes adultes n’ont pas eu cette chance et ont choisi de retarder/de s’abstenir de se marier, de fonder une famille et d’avoir des enfants.

L’âge du premier mariage, tant pour les hommes que pour les femmes, a augmenté de près d’une décennie (graphique ci-dessous), tandis que la période de fécondité centrée autour des 30 ans n’a pas vraiment changé. Les femmes de la plupart des espèces peuvent donner naissance à des enfants pendant +/- 80% de leur durée de vie. Notre espèce n’est capable de procréer que pendant environ 40 % de sa durée de vie (les femmes atteignent généralement la ménopause à 50 ans). À l’âge de 30 ans, 75 % des femmes seront enceintes un an après avoir tenté de le faire. À 40 ans, les chances tombent à 40 %. En outre, les risques d’effets indésirables pour l’enfant ou la mère augmentent considérablement avec l’âge de la mère. À 20 ans, 1 naissance sur 1 441 donnera lieu à un syndrome de Down … à 45 ans, 1 sur 32. En d’autres termes, les femmes sont plus fertiles et les naissances sont moins difficiles pour la mère et l’enfant lorsqu’elles sont dans la force de l’âge, entre 20 et 30 ans… mais le système économique actuel ne permet tout simplement pas cette option.

En raison de la pression économique et financière, les ménages à double revenu sont devenus la norme. Le pourcentage de femmes en âge de procréer dans la population active est presque le double de ce qu’il était après la Seconde Guerre mondiale. Depuis 2000, les femmes ont fluctué entre 65 % et 70 % de participation à la population active… bien au-dessus des 40 % observés en 1960 (la ligne blanche ci-dessous représente le ratio brut femmes de 15 à 54 ans employées/population).

Afin de parvenir à la solidité et à l’indépendance financières, le nombre de femmes ayant suivi un enseignement secondaire est monté en flèche. En 2019, un plus grand pourcentage de femmes (36,6 %) que d’hommes (35,4 %) ont un diplôme universitaire de quatre ans ou plus… comparez cela à la situation d’avant-guerre de 1940, avec 3,8 % et 5,5 %, respectivement. De toute évidence, les plus de quatre années d’études et l’augmentation de la dette des prêts étudiants qui y est associée ont poussé le mariage, l’accession à la propriété et la naissance d’enfants à l’âge le plus tardif jamais enregistré.

L’âge moyen auquel une femme se marie pour la première fois est passé de 20 ans dans les années 1950 à plus de 28 ans en 2021. Du coup,

  • L’âge moyen d’une mère au premier accouchement est maintenant de plus de 26 ans.
  • L’âge moyen d’une mère mariée au premier accouchement est maintenant de plus de 29 ans… alors que celui des mères non mariées est plus proche de 24 ans.
  • Les femmes ayant fait des études supérieures (qui ont un impact important sur la capacité financière à subvenir aux besoins d’une famille) ont maintenant près de 31 ans avant la première naissance, contre 24 ans sans diplôme universitaire.

Il est également important de noter que la baisse des naissances n’est pas due à l’avortement. Le nombre total d’avortements et le rapport entre le nombre d’avortements et le nombre de naissances vivantes continuent de baisser par rapport au pic des années 1980 et du début des années 1990. Le nombre total d’avortements a diminué de 50 % depuis le pic, et le ratio avortements/naissances est à un niveau record depuis l’arrêt Roe v. Wade en 1973. Pourtant, en 2018, le ratio avortement/naissance était de 189 avortements pour 1000 naissances … ce chiffre est toujours significatif (et massivement contesté), mais ce que je veux dire, c’est que l’impact sur les naissances totales est en train de décélérer.

Vous trouverez ci-dessous les projections du recensement pour les naissances, en remontant jusqu’en 2000, 2008, 2012, 2014 et 2017. Comme on peut le voir, les naissances continuent à être massivement inférieures aux projections du recensement. Une grande partie de ce manque peut être attribuée à de mauvaises hypothèses concernant les taux d’immigration latino et les taux de fécondité… qui ont tous deux été bien inférieurs aux projections du recensement. La population latino s’est normalisée en fonction de taux de fécondité et d’une situation économique bien plus faibles que ce que le recensement pouvait concevoir.

De 2009 à 2020, il y a eu 6,6 millions de naissances de moins (-12,5 %) aux États-Unis (quel que soit le statut légal ou illégal des parents) que ce que le recensement avait prévu, tant dans ses projections de 2000 que de 2008. Compte tenu de la stagnation de la population féminine en âge de procréer, de l’augmentation de l’âge moyen au premier mariage et de l’effondrement des taux de fécondité, je prévois près de 15 millions de naissances en moins (-30 %) au cours de la prochaine décennie par rapport aux projections du recensement de 2000 et 2008.

Et alors ? En fin de compte, l’élément le plus inflationniste dans une économie est la croissance démographique et la formation des familles. Mais la politique de la Fed, bien que prônant l’inflation par la dilution de la monnaie de substitution, la mauvaise gestion des taux d’intérêt, l’assouplissement quantitatif, etc. est en fait la base de la déflation à long terme. Les mérites d’un système financier nécessitant une croissance infinie par rapport à un système économique destiné à répondre aux besoins limités d’une population (avec une croissance démographique faible ou nulle) auraient dû être débattus il y a longtemps. Aujourd’hui, le système économique est poussé et stimulé par des mesures de relance, la politique de taux zéro, l’assouplissement quantitatif, un effet de levier inépuisable, etc. afin de produire synthétiquement de la croissance pour un système financier qui n’est rien d’autre qu’un système de Ponzi. Plus la substitution de ces substituts synthétiques (et leurs impacts sur l’inflation des actifs) est rapide, plus le déclin des naissances sera rapide. Toutes les tendances en place pour faire baisser les naissances s’accélèrent. Que ce soit intentionnel ou de facto, je ne peux pas le dire… mais le résultat de l’effondrement des naissances aux États-Unis (et dans le monde) est clair.

Chris Hamilton

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.