La revue de presse en temps réel

Pour JP Morgan, la baisse des marchés serait presque terminée !

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

La baisse des marchés boursiers serait presque terminée pour la grande banque américaine JPMorgan.

Je trouve pertinent de mettre cette information en relation avec un autre article qui, lui, indique le contraire, à savoir que la FED va causer un krach majeur avec sa politique d’austérité destinée à briser l’inflation.

JP Morgan justifie son point de vue avec les éléments suivants.

« La liquidation actuelle des actions toucherait à sa fin et un rallye pourrait être imminent, car les bénéfices des entreprises restent résilients et les prévisions d’inflation se modèrent, selon JPMorgan » 

« La banque s’attend à un autre relèvement de 100 points de base des taux d’ici la fin de l’année. Mais cela ne signifie pas que les cours des actions ne peuvent pas s’écarter de leur tendance baissière actuelle et remonter à partir de maintenant.

« Des bénéfices robustes, un faible positionnement des investisseurs et des prévisions d’inflation à long terme bien ancrées devraient atténuer toute baisse des actifs à risque à partir de maintenant ».

En effet, les révisions de bénéfices ont déjà considérablement diminué. Fin juin, les analystes prévoyaient une croissance de 9,8 % des bénéfices du S&P 500 pour le troisième trimestre. Aujourd’hui, cette estimation de croissance n’est plus que de 3,5 %. Mais compte tenu des vents contraires que sont l’inflation, la guerre de la Russie contre l’Ukraine et l’incertitude des élections de mi-mandat, toute croissance positive des bénéfices sera probablement saluée par les investisseurs ».

La JP Morgan a raison sur le fait que le juge de paix ultime des marchés financiers sont les bénéfices réalisés par les entreprises. Il n’y a au bout du compte que les récessions et la chute des bénéfices qui provoquent des krachs boursiers majeurs… ou l’anticipation par les marchés de la chute à venir des bénéfices.

Cela pourrait être le cas si la FED continue justement à relever ses taux d’intérêt et qu’elle va trop loin dans son resserrement monétaire.

Charles SANNAT

Source Agence Reuters via Investing.com ici

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

GPTV EN DIRECT

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X