La revue de presse en temps réel

Plus rapide que prévu : l’introduction de l’euro numérique en mode turbo Patrick Schüffel

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

📍La Banque centrale européenne (BCE) accélère le pas. En octobre 2023, la BCE a décidé de lancer la phase préparatoire de l’euro numérique.

Cette version numérique de l’euro, qui sera émise par la BCE et destinée aux moyens de paiement électroniques, vise à permettre d’effectuer des transactions électroniques directement entre consommateurs et entreprises, sans l’intervention de prestataires de services financiers. Au terme de la phase préparatoire de deux ans, le Conseil de la BCE décidera de poursuivre ou non le processus d’introduction de la nouvelle monnaie. Dans ce cas, cela pourrait arriver plus tôt que vous ne le pensez.
En tant que moyen de paiement numérique dont l’utilisation est précisément enregistrée dans un registre central, l’euro numérique comporte des risques considérables pour la vie privée et l’autonomie financière de chaque utilisateur. Non seulement les transactions avec la nouvelle monnaie pourraient être tracées de manière transparente, mais son utilisation pourrait être restreinte ou complètement empêchée par l’État sur simple pression d’un bouton.
Cependant, les avertissements des hommes politiques et des universitaires concernant l’euro numérique sont régulièrement rejetés, curieusement souvent aussi bien par les partisans de l’euro numérique que par ses opposants. L’argument est le suivant : l’euro numérique ne peut pas être introduit contre la volonté des citoyens. Ils ne trouveraient tout simplement pas suffisamment d’utilisateurs.

Mais quelle est la validité de cet argument ? Une diffusion rapide de l’euro numérique est parfaitement réalisable, même sans le soutien de la population. La BCE, dont les actionnaires sont les pays de la zone euro, peut compter sur le soutien actif des gouvernements de ces pays pour l’introduction de l’euro numérique.

Diviser et conquérir

Dans un premier temps, les gouvernements pourraient – conformément à la devise « divide et impera » – commencer par effectuer les virements en euros numériques comme moyen de paiement obligatoire, sur la base d’une base légale, comme l’envisage la BCE.
Cette configuration annulerait l’autonomie privée et l’acceptation de l’euro numérique ne pourrait être refusée, contrairement à l’euro conventionnel. Cette approche aurait l’avantage que, dans un premier temps, l’introduction de l’euro numérique ne concernerait pas l’ensemble de la population, mais uniquement les segments qui dépendent du soutien de l’État et qui sont très peu susceptibles de se révolter contre la nouvelle monnaie.

Pas à pas

Pour l’Allemagne, par exemple, cela signifierait que les 3,9 millions de bénéficiaires du revenu garanti recevraient dans un premier temps au moins une partie de leurs paiements en euros numériques. À cela s’ajouteraient environ 0,8 million de bénéficiaires d’allocations de chômage.

Dans un deuxième temps, les retraites pourraient être payées, au moins en partie, en euros numériques.
Cela toucherait environ 25,9 millions de retraités. Dans un troisième temps, les salaires d’un total de 5,1 millions d’employés du secteur public pourraient être payés en euros numériques. Ensuite, quatrièmement, il y a les salaires et les paiements aux travailleurs et aux employés des entreprises publiques. Rien qu’en Allemagne, la Deutsche Bahn compte plus de 200 000 salariés (tous les chiffres sont valables à partir de 2022).

Grâce à cette coercition de l’État, le nombre d’utilisateurs de l’euro numérique pourrait atteindre plus de 35 millions en quelques années, voire quelques mois, et donc plus de 40 % de la population résidente. Les chiffres monétaires seraient tout aussi impressionnants : si le budget social allemand de 1 100 milliards d’euros était financé via l’euro numérique, il représenterait près de 30 % du produit intérieur brut.

D’autres mesures pour diffuser l’euro numérique pourraient être imaginées, comme le versement exclusif de subventions 🔽

2/2
en euro numérique, ainsi que le remboursement d’impôts en euro numérique.

Des mesures plus douces pourraient être appliquées, comme ce que l’on appelle les « encouragements » en introduisant des réductions pour les paiements effectués avec des euros numériques, par exemple dans les transports publics ou lors du paiement des factures GEZ. En outre, les jeunes pourraient être attirés dans le jeu si la BCE sponsorise des concerts et des festivals et fait de l’euro numérique le seul moyen de paiement lors de ces événements.

Conclusion

Bien que cet exemple de calcul ne s’applique qu’à l’Allemagne, on peut supposer que la situation est similaire dans d’autres pays de la zone euro. Mais même si l’on supposait que la situation y serait fondamentalement différente, les pays respectifs n’auraient d’autre choix que de s’ouvrir à l’euro numérique – car 30 % du produit intérieur brut de la plus grande économie européenne serait déjà passé à l’euro numérique. l’euro numérique.
En raison des liens économiques étroits au sein de la zone euro, les partenaires commerciaux européens n’auraient pas non plus d’échappatoire. Avec son énorme budget social, l’Allemagne pourrait devenir le premier grand domino de la zone euro, conduisant à l’élimination des espèces.
Les déclarations de la BCE concernant le calendrier d’introduction de l’euro numérique sont encore assez vagues. Si une décision est prise en faveur de la nouvelle monnaie, la mise en œuvre pourrait avoir lieu très rapidement. Les opposants ne devraient en aucun cas se sentir en sécurité en affirmant que l’euro numérique ne serait de toute façon pas populaire auprès des utilisateurs.
Il est encore temps de développer de futures alternatives à l’euro numérique, telles que les « dépôts symboliques », et d’organiser un débat public sur la question. Mais la fenêtre d’opportunité se ferme. Assez tôt.

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X