La revue de presse en temps réel

Les économistes traditionnels s’efforcent de cacher l’effondrement économique à venir

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Le Saker Francophone
Le Saker Francophonehttp://lesakerfrancophone.fr/
Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent.

Par Brandon Smith − Le 4 décembre 2021 − Source Alt-Market

Depuis de nombreuses années, un contingent d’économistes alternatifs travaille assidûment au sein du mouvement pour la liberté afin de combattre la désinformation diffusée par les grands médias concernant la véritable situation économique de l’Amérique. Nos efforts se sont principalement concentrés sur la dévaluation continue du dollar et la dépendance forcée au globalisme qui a externalisé et éliminé la plupart de la fabrication et de la production de matières premières aux États-Unis.

 

Les problèmes de dévaluation et de stagflation existent depuis 1916, date à laquelle la Réserve fédérale a été officiellement créée et dotée de pouvoirs, mais le véritable élan vers l’effondrement de la monnaie et la destruction du pouvoir d’achat des Américains a commencé en 2007-2008, lorsque la crise financière a servi d’excuse pour permettre à la Fed de créer des milliers de milliards de dollars de relance pendant plus d’une décennie.

Les médias grand public ont toujours affirmé que la Fed avait « sauvé » les États-Unis d’un effondrement imminent et que les banquiers centraux étaient des « héros ». Après tout, les marchés boursiers ont pour la plupart grimpé en flèche depuis l’introduction de l’assouplissement quantitatif (QE) pendant la crise du crédit, et les marchés boursiers sont un indicateur de la santé économique, n’est-ce pas ?

Le marché du diable

La réalité n’est pas une histoire de médias grand public. L’économie américaine n’est pas le marché boursier.

Tout ce que la Réserve fédérale a vraiment accompli, c’est de conclure un marché avec le diable : Échanger une crise déflationniste gérable contre au moins une (voire plusieurs) crises inflationnistes hautement ingérables à l’avenir. Les banques centrales ont donné un coup de pied dans la fourmilière, aggravant ainsi la situation.

L’économie américaine en particulier est extrêmement vulnérable maintenant. L’argent créé de toutes pièces par la Fed a été utilisé pour soutenir les banques et les entreprises en difficulté, non seulement ici en Amérique mais aussi dans le monde entier.

Comme le dollar a été la monnaie de réserve mondiale pendant la majeure partie du siècle dernier, la Fed a pu imprimer de l’argent avec un abandon sauvage et éviter les conséquences inflationnistes. Cela a été particulièrement vrai au cours de la décennie qui a suivi la crise des produits dérivés de 2008.

Pourquoi ? Le statut de réserve mondiale du dollar signifie que les dollars sont susceptibles d’être détenus à l’étranger dans des banques et des entreprises étrangères pour être utilisés dans le commerce mondial. Cependant, il n’y a pas de fête qui dure éternellement. Le punch finit par s’épuiser et les lumières s’éteignent. Si le dollar est trop dévalué, que ce soit par l’impression sans fin de nouveaux billets ou par des pressions inflationnistes incessantes au niveau national, tous ces dollars étrangers reviendront en masse aux États-Unis.

Nous sommes maintenant proches de ce point de non-retour.

La différence entre une crise et une vraie crise

Comme je le dis depuis un certain temps, lorsque l’inflation devient visible pour le public et que son portefeuille en prend un coup, c’est là que la véritable crise commence.

Une situation sans issue se présente et la Fed doit faire un choix :

  • Poursuivre les programmes inflationnistes et risquer de prendre la responsabilité de la hausse extrême des prix.
  • Réduire ces programmes et risquer une implosion des marchés boursiers qui ont longtemps été artificiellement gonflés par les mesures de relance.

Sans le soutien de la Fed, les marchés boursiers mourront. Nous en avons eu un avant-goût la dernière fois que la Fed a flirté avec le tapering en 2018.

Ma position a toujours été que la Réserve fédérale n’est pas une institution bancaire ayant pour mission de protéger les intérêts financiers américains. Je crois plutôt que la Fed est un kamikaze idéologique qui attend de se faire exploser et de faire délibérément dérailler ou détruire l’économie américaine au moment opportun. Je pense également depuis longtemps que les banquiers auraient besoin d’un événement de couverture pour cacher leur attaque économique calculée, sinon ils seraient entièrement responsables du désastre qui en résulterait.

La pandémie de Covid, les confinements et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement qui ont suivi ont fourni cet événement de couverture.

Deux ans après le début de la pandémie, la Fed a injecté environ 6 000 milliards de dollars supplémentaires sous forme de mesures de relance (officiellement) et par « hélicoptère«  par le biais de prêts PPP et de chèques Covid. En outre, Biden est prêt à injecter 1 000 milliards de dollars supplémentaires au cours des deux prochaines années par le biais de son projet de loi sur les infrastructures récemment adopté. Dans mon article « Les projets de loi sur l’infrastructure ne mènent pas à la reprise, mais seulement à un contrôle fédéral accru »publié en avril, j’ai noté que :

La production de monnaie fiduciaire n’est pas la même que la production réelle au sein de l’économie… Des milliards de dollars dans des programmes de travaux publics pourraient créer plus d’emplois, mais ils gonfleront également les prix à mesure que le dollar déclinera. Ainsi, à moins que les salaires ne soient constamment ajustés en fonction de la hausse des prix, les gens auront des emplois, mais ne pourront toujours pas se permettre un niveau de vie confortable. Cela conduit à la stagflation, dans laquelle les prix continuent d’augmenter alors que les salaires et la consommation stagnent.

 

Il faut également tenir compte du fait que si l’inflation devient galopante, la Réserve fédérale peut être obligée (ou prétendre qu’elle est obligée) de relever les taux d’intérêt de manière significative dans un court laps de temps. Cela signifie un ralentissement immédiat du flux des prêts à un jour aux grandes banques, un ralentissement immédiat des prêts aux grandes et petites entreprises, un effondrement immédiat des options de crédit pour les consommateurs, et un effondrement général des dépenses de consommation. Vous reconnaissez peut-être là la recette qui a provoqué la récession de 1981-1982, la troisième plus grave du 20e siècle.

 

En d’autres termes, le choix est la stagflation ou la dépression déflationniste.

Il semblerait que la Fed ait choisi la stagflation. Nous avons maintenant atteint le stade du jeu où la stagflation devient un terme familier, et cela ne fera qu’empirer à partir de maintenant.

Mensonges, maudits mensonges et statistiques

Selon les calculs officiels de l’indice des prix à la consommation (IPC) et les données de la Fed, nous assistons actuellement à la plus forte poussée d’inflation depuis plus de 30 ans, mais la réalité est bien plus préoccupante.

Les chiffres de l’IPC sont manipulés, et ce depuis les années 1990, lorsque les méthodes de calcul ont été modifiées et que certains facteurs peu recommandables ont été supprimés. Si l’on considère l’inflation selon la méthode de calcul originale, elle est en fait deux fois plus élevée que celle rapportée par le gouvernement aujourd’hui.

En particulier, les prix des produits de première nécessité comme la nourriture, le logement et l’énergie ont explosé, mais nous n’en sommes qu’au début.

Pour être clair, le projet de loi de Biden sur les infrastructures et le plan de relance contre la pandémie ne sont pas les seuls responsables de la stagflation. Il s’agit de l’aboutissement de nombreuses années de sabotage de la relance par les banques centrales et de multiples présidents soutenant de multiples plans de dévaluation du dollar. Biden semble simplement être le président qui va enfoncer le dernier clou dans le cercueil de l’économie américaine (ou peut-être Kamala Harris, nous verrons combien de temps Biden maintiendra sa façade de santé mentale).

Mais à quel point la situation va-t-elle s’aggraver ?

Le mot « effondrement » n’est pas trop fort.

Je pense que la plupart des économistes alternatifs ont correctement décrit la situation en prédisant un « effondrement ». Ce terme est souvent traité comme un terme chargé, mais je ne sais pas comment on pourrait appeler autrement le scénario auquel nous sommes confrontés. Les blocages Covid et la bataille sur les obligations vaccinales ont peut-être détourné les Américains d’un danger encore plus grand d’instabilité financière. Cette lutte est importante et doit se poursuivre, mais l’arrêt des obligations ne signifie pas que la menace globale du chaos économique disparaît, et les deux servent les intérêts des banquiers centraux et des globalistes.

Certaines des politiques clés de la littérature pour le « Grand Reset«  et ce que le Forum économique mondial appelle « la 4e révolution industrielle » comprennent le revenu de base universel (RBU), l’« économie du partage » et, à terme, un système mondial de monnaie numérique utilisant le panier de droits de tirage spéciaux du FMI comme base. Essentiellement, il s’agirait d’une forme de communisme technocratique mondial, et si vous appréciez la liberté individuelle, être contraint de dépendre totalement du gouvernement pour votre survie ne semble pas très attrayant.

Pour obtenir un tel système, il faudrait une catastrophe aux proportions épiques. La pandémie de Covid permet aux globalistes de faire une partie du chemin, mais ce n’est manifestement pas suffisant. L’opération Covid n’a pas convaincu plusieurs centaines de millions de personnes dans le monde de renoncer à leurs libertés au nom de la sécurité.

Mais peut-être qu’un effondrement stagflationniste accomplira ce que la Covid-19 n’a pas réussi à faire ?

L’accélération de la flambée des prix des produits de première nécessité, y compris le logement et la nourriture, engendrera une pauvreté et une absence de logement de masse. Il n’y a aucune chance que les salaires suivent les coûts. Le gouvernement pourrait intervenir avec plus de mesures de relance pour aider les grandes sociétés et les entreprises à augmenter les salaires, mais ce serait essentiellement le début d’un revenu de base universel (RBU, ou argent gratuit pour tous) et cela ne ferait que provoquer une plus grande dévaluation du dollar et plus d’inflation. Ils pourraient essayer de geler les prix, comme l’ont fait de nombreux régimes communistes dans le passé, mais cela ne ferait qu’augmenter les fermetures d’usines parce que les coûts de production sont trop élevés et les incitations à faire des bénéfices trop faibles.

Je soupçonne que l’establishment rétablira des chèques réguliers (comme les chèques Covid) pour le public qui lutte actuellement pour faire face à des dépenses toujours plus importantes et à l’incertitude, mais avec des conditions. Ne vous attendez pas à recevoir un chèque du RBU, par exemple, si vous refusez de vous conformer aux obligations de vaccination. Si vous dirigez une entreprise, n’attendez pas d’aide de relance si vous embauchez des travailleurs non conformes. Le RBU donne au gouvernement le contrôle ultime sur tout, et une crise stagflationniste leur donne l’occasion parfaite d’introduire un RBU permanent.

Le courant dominant ne peut plus nier le fait que la stagflation est en train de se produire et qu’elle constitue une menace. Il faut donc espérer que les personnes qui n’ont pas été informées de la situation apprendront assez vite pour effectuer les préparatifs nécessaires à leur survie. Pour contrer la stagflation, il faudra une production locale, une décentralisation et un abandon de la dépendance à la chaîne d’approvisionnement mondiale, l’institution de systèmes monétaires locaux, en utilisant peut-être des banques d’État comme celle du Dakota du Nord comme modèle, des marchés de troc et des métaux précieux physiques qui prennent de la valeur en même temps que les pressions inflationnistes. Il y a beaucoup à faire, et très peu de temps pour le faire.

Au fond, la lutte contre l’effondrement économique et la « Grand Reset » commence avec chaque individu et la façon dont il se prépare. Chaque personne prise par surprise et frappée par la pauvreté n’est qu’une personne de plus qui vient s’ajouter à la foule affamée qui supplie l’establishment de trouver des solutions draconiennes comme le RBU. Chaque individu correctement préparé est, comme toujours, un obstacle à l’autoritarisme. Il est temps de choisir lequel vous serez.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

GPTV EN DIRECT

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X