Le prix du pétrole à son niveau pré-pandémique

0
112

Il aura fallu presque un an aux cours du pétrole pour retrouver les niveau pré-pandémiques. Tout en sachant qu’après les excès baissiers historiques auxquels nous avons assisté avec pas moins que des cours négatifs pour l’or noir – ce que personne n’aurait jamais pu imaginer –  Si les cours sont revenus à ces niveaux, c’est aussi parce que les pays producteurs ont considérablement réduit la production de pétrole pour, par la suite, la réaugmenter progressivement.

Pour le moment les pays producteurs arrivent à s’accorder.

Rien ne dit que ce sera le cas si la pandémie et les confinements redoublent à nouveaux ce dont on prend le chemin.

Biden d’ailleurs n’a pas caché qu’il appliquerait une politique sanitaire sans doute plus contraignante que celle de Trump.

Charles SANNAT

Le prix du Brent retrouve son niveau pré-pandémique

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

Pour la première fois depuis février 2020, le prix du baril de pétrole de marque Brent a atteint son niveau pré-pandémique à la bourse de Londres ICE. Ce 8 janvier, les contrats à terme pour livraison en mars valaient 55,16 dollars le baril, tandis que les barils de pétrole WTI pour livraison en février avaient franchi le seuil des 51,4 dollars.

Sur fond d’attente du rétablissement de la demande pétrolière et en fonction de la décision de l’OPEP+, laquelle est arrivée le 5 janvier, le baril de Brent a franchi le seuil des 55 dollars pour la première fois depuis le 26 février 2020.

À 12h34 (heure française), les contrats à terme sur le Brent pour livraison en mars ont augmenté de 1,43% à 55,16 dollars le baril à la bourse de Londres ICE. Quant aux contrats à terme du pétrole WTI (West Texas Intermediate) pour livraison en février, ils ont présenté une hausse de 1,18%, atteignant 51,43 dollars le baril.

Compte tenu de la situation actuelle, les marchés pétroliers devraient rester optimistes en février, a déclaré Kazuhiko Saito, analyste en chef de la société de courtage en matières premières Fujitomi Co, cité par Reuters.

Auparavant, les pays de l’Opep+ avaient obtenu le 5 janvier un accord concernant l’augmentation de la production de pétrole. La Russie augmentera ainsi la sienne de 65.000 barils par jour et le Kazakhstan de 10.000. Cependant, l’Arabie saoudite devra réduire sa production.

L’Opep+ fait face à la pandémie
Afin de diminuer l’impact de la réduction de la demande de pétrole suscitée par la pandémie, les membres de l’Opep+ avaient décidé en avril 2020 de réduire de 9,7 millions de barils par jour la production d’or noir en mai et juin, soit de près de 10% de la demande mondiale.

Début décembre, le groupe a décidé de l’augmenter de 500.000 barils par jour à partir de janvier 2021.

Source Agence de presse russe Sputnik.com ici

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

Article précédentLe délire Tesla !
Article suivant« Compétitivité » : des usines énergivores débranchées du réseau français
Je suis diplômé de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques. J’ai commencé ma carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran – Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance et j’ai rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d’affaires. En 2012 j’ai intégré la société Aucoffre.com comme directeur des études économiques et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». En septembre 2015 je quitte mes fonctions au sein de la société Aucoffre.com pour fonder le site Insolentiae.com et se consacrer pleinement à ce nouveau projet éditorial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici