La revue de presse en temps réel

La théorie monétaire moderne est-elle désormais la politique officielle ?

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Par James Rickards − Le 10 mars 2023 − Source DailyReckoning

Vous vous souvenez de la théorie monétaire moderne ou « TMM » ? J’ai tiré la sonnette d’alarme pour la première fois en 2018, puis en 2021.

À l’époque, la TMM faisait fureur parmi les spécialistes des politiques monétaires et fiscales. Elle semblait offrir le meilleur des mondes possibles. Vous pouviez dépenser autant que vous le souhaitiez sans aucun inconvénient.

Les principaux principes de la TMM sont que la dette et les déficits n’ont pas d’importance parce que la Fed peut monétiser la dette en imprimant autant d’argent qu’elle veut. La Fed peut tout simplement virer de l’argent directement aux fournisseurs du gouvernement pour payer les factures.

Mais la TMM s’est peu à peu effacé de l’actualité.

La pandémie de 2020 a tout changé. La TMM n’est pas pour autant redevenu un sujet de discussion. Mais cela n’avait pas d’importance, car la TMM était pratiqué, même manière furtive.

L’aide au COVID et la « relance » économique ont été la première tâche. Le Congrès a prévu 2 700 milliards de dollars de nouvelles dépenses, dont un chèque de 1 400 $ envoyés à chaque Américain. Puis, le 21 décembre 2020, Trump a signé un autre plan d’aide de 900 milliards de dollars qui a permis d’envoyer un chèque supplémentaire de 600 dollars à chaque Américain.

Attendez, ce n’est pas tout !

Pour ne pas être en reste, la nouvelle administration Biden a adopté la loi sur le plan de sauvetage américain de 2021 (ARPA), qui prévoyait 1 900 milliards de dollars supplémentaires de dépenses déficitaires et envoyait un autre chèque de 1 400 dollars à chaque Américain.

L’emballement des dépenses ne s’est pas arrêté là. Le 15 novembre 2021, Joe Biden a signé la loi sur l’investissement dans les infrastructures et l’emploi (Infrastructure Investment and Jobs Act), d’un montant de 1 000 milliards de dollars. Cette loi a été suivie de 737 milliards de dollars de nouvelles dépenses déficitaires pour le Green New Deal dans le mal nommé Inflation Reduction Act of 2022 (IRA) signé par Biden le 16 août 2022.

Le ratio dette-PIB des États-Unis est passé d’un niveau dangereusement élevé de 106 % au début de l’administration Trump à un niveau astronomique de 124 % environ aujourd’hui, le plus élevé de l’histoire des États-Unis.

À titre de comparaison, les autres pays dont le ratio dette/PIB se situe dans cette fourchette sont le Liban, la Grèce et l’Italie. Les États-Unis sont désormais un membre à part entière du club des endettés.

Cette débâcle de la dette et du déficit signifie-t-elle que la TMM a atteint ses objectifs et qu’elle est désormais la référence en matière de politique fiscale et monétaire ?

La réponse est : oui et non.

C’est plus compliqué que cela.

La réponse « oui » est facile à expliquer. La TMM affirme que les dépenses et les déficits n’ont pas d’importance. Les États-Unis peuvent émettre autant de dette qu’ils le souhaitent et dépenser autant d’argent qu’ils le veulent.

Tant que la dette est libellée en dollars et que la Fed dispose d’une presse à imprimer en dollars américains, nous pouvons toujours monétiser la dette avec de l’argent frais. Le problème est résolu.

Avec 10 000 milliards de dollars de nouvelle dette en trois ans et un ratio dette/PIB de 124 %, les États-Unis agissent certainement comme si la dette et les déficits n’avaient pas d’importance. C’est l’essence même de la TMM.

La réponse « non » est plus nuancée et plus politique. Il est vrai que nous agissons conformément à la TMM, mais les partisans de la TMM gardent la tête basse. Pourquoi ne le feraient-ils pas ? Ils obtiennent exactement ce qu’ils veulent et les Républicains s’en accommodent.

Trump a augmenté le déficit de 4 600 milliards de dollars au cours de la dernière année de son mandat, soit près de la moitié de l’augmentation totale de 10 000 milliards de dollars sous Trump et Biden depuis 2020. Il n’est pas nécessaire de promouvoir la TMM ou même d’en discuter si les Républicains et les Démocrates agissent en accord avec cette théorie.

Les États-Unis mettent donc en œuvre la TMM sans le reconnaître ni même le comprendre. La TMM existe désormais dans la pratique, mais elle n’a pas eu à passer l’épreuve du feu politique. L’avenir de la TMM est en jeu à partir de maintenant.

La « crise » du plafond de la dette

Nous sommes confrontés à une « crise » du plafond de la dette.

Qu’est-ce que le plafond de la dette ? Il s’agit d’une limite numérique à la dette totale que le Trésor américain est autorisé à émettre. Il n’y a pas de plafond de la dette dans la Constitution des États-Unis. Il est imposé par la loi. Il n’y a pas d’exigence légale pour cette loi.

Le plafond de la dette lui-même pourrait être abrogé par le Congrès, auquel cas il n’y aurait plus de limite au montant de la dette nationale. Néanmoins, le Congrès apprécie l’idée d’un plafond de la dette. Cela oblige la Maison Blanche et le Trésor à venir devant le Congrès de temps en temps pour demander les augmentations nécessaires.

Le Congrès dispose ainsi d’une certaine marge de manœuvre pour demander des concessions politiques en échange d’un relèvement du plafond de la dette. Le plafond de la dette est donc plus un enjeu politique qu’un outil de politique macroéconomique sérieux.

En fin de compte, le Congrès approuve toujours les augmentations du plafond. D’une certaine manière, le débat sur le plafond de la dette n’est qu’un spectacle. Pour être clair, le plafond de la dette ne signifie pas que le Trésor ne peut pas émettre de nouvelles dettes. Il signifie que le Trésor ne peut pas émettre de dette qui augmente l’encours total au-delà du plafond.

La « date X » imminente

La « date X » est le jour où le Trésor serait à court de liquidités et ne pourrait donc plus payer les factures ou rembourser les détenteurs de bons du Trésor. À l’heure actuelle, on estime que la date X se situe aux alentours du 5 juin 2023, mais il ne s’agit là que d’une supposition. La véritable date X dépendra de la quantité de liquidités positives générées par le Trésor pendant la saison des impôts, vers la mi-avril.

Le Congrès et la Maison-Blanche se disputent également le budget de l’exercice 2024, qui commence le 1er octobre 2023. Si un nouveau budget n’est pas adopté avant le 30 septembre 2023, le gouvernement fermera ses portes à minuit.

Il est possible que le Congrès repousse cette échéance en adoptant une résolution de continuation (CR) qui permet aux agences gouvernementales de maintenir les dépenses aux niveaux actuels pour les programmes existants jusqu’à ce que le Congrès parvienne à adopter un budget.

Bien que le relèvement du plafond de la dette et le budget soient des questions distinctes avec des procédures distinctes, ils convergent à peu près au même moment. C’est à la mi-avril que les marchés se pencheront plus attentivement sur cette question en raison de la date X. Nous aurons de meilleures estimations de l’augmentation du plafond de la dette et de l’évolution du budget.

Nous aurons de meilleures estimations de la date X en avril, et une sorte de « compte à rebours vers le défaut » commencera.

Quelle est la position des partisans de la TMM dans tout cela ?

La TMM à l’épreuve

Comme nous l’avons vu, les partisans de la TMM ont eu le luxe d’obtenir tout ce qu’ils voulaient sur le plan politique sans avoir à se lever et à défendre la TMM publiquement. Le COVID et le changement climatique (en réalité, un alarmisme climatique bidon) ont servi de couverture parfaite pour les dépenses de Trump et de Biden, apparemment sans avoir à se soucier de la dette ou des déficits.

Le mantra à Washington était « dépenser, dépenser, dépenser« . Et c’est ce qu’ils ont fait.

Maintenant que la pandémie est terminée et que la nouvelle arnaque verte a force de loi (pour le meilleur ou pour le pire), le jour des comptes est arrivé. Si le plafond de la dette est relevé et que les dépenses liées au déficit sont augmentées sans réformes sérieuses, il appartiendra aux adeptes de la TMM d’expliquer pourquoi tout cela n’a pas d’importance.

Ils se montreront à la hauteur de la situation. Encore une fois, les principaux principes de la TMM sont que la dette et les déficits n’ont pas d’importance parce que la Fed peut monétiser la dette en imprimant de l’argent. Si l’inflation apparaît, le gouvernement peut simplement augmenter les impôts pour la freiner.

Bien entendu, la TMM est un non-sens. On peut être raisonnablement sûr que si les membres du Congrès ne comprennent pas la TMM, ils ne comprennent certainement pas les défauts de la TMM. Mais cela n’empêchera pas la bannière d’être brandie. Il faut s’attendre à entendre de nombreux commentaires selon lesquels « les déficits n’ont pas d’importance » et « la dette n’a pas d’importance » lors des batailles sur le plafond de la dette et le budget qui se dérouleront dans les mois à venir.

Nous pouvons être sûrs de certaines choses…

Il n’y aura pas de défaut de paiement

Le Trésor ne fera pas défaut sur sa dette. Dans les mois à venir, vous lirez de nombreux articles sur un défaut de paiement de la dette. Ces histoires seront utilisées pour effrayer les électeurs et les inciter à augmenter « proprement » le plafond de la dette.

Quelle que soit votre opinion sur le plafond de la dette, vous pouvez ignorer ces histoires de défaut de paiement. Cela n’arrivera pas car ce n’est dans l’intérêt de personne. Il est préférable de considérer le débat sur le plafond de la dette comme un jeu de dupes entre les Républicains conservateurs et la Maison-Blanche.

Au final, les Républicains obtiendront une partie (pas la totalité) de ce qu’ils veulent et le plafond de la dette sera relevé. La question sera alors réglée… jusqu’à la prochaine fois.

L’adoption du budget est plus compliquée. Le budget est énorme et les enjeux ne se limitent pas à l’émission de la dette. L’augmentation des dépenses, les dépenses de défense, le soutien à l’Ukraine, les programmes sociaux, les augmentations d’impôts et bien d’autres choses encore sont sur la table.

Bien que la date limite de dépôt du budget soit fixée au 30 septembre, le Congrès tentera de faire avancer les choses au cours des mois de juillet et d’août. Cela se produira exactement au moment où la crise du plafond de la dette et de la date X se dérouleront.

En fin de compte, le plafond de la dette sera relevé, très probablement en juillet. La possibilité d’une fermeture du gouvernement à la fin du mois de septembre est réelle. Ce sera un autre moment de forte volatilité pour les actions. Dans l’ensemble, l’année sera intéressante.

Au minimum, les investisseurs doivent s’attendre à une volatilité accrue des marchés à mesure que le discours sur les défauts de paiement s’intensifie. Le moment est peut-être venu de réduire l’exposition aux actions et d’augmenter la part des liquidités.

James Rickards

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X