Nouriel Roubini met en garde contre une « tempête parfaite de récession, de stagflation et de dette » qui approche

0
1207

Par Alicia Barry et Michael Janda − Le 3 mars 2023 − Source ABC Australie

Daniel Roubini avait vu arriver la crise financière de 2008

L’homme surnommé « Dr Doom », l’économiste américain Nouriel Roubini, prévient que le monde est confronté à une « tempête parfaite » d’inflation élevée, de hausse des taux d’intérêt et de récession qui sera « la pire des crises pour les travailleurs« .

Les salariés australiens peuvent déjà sentir les arguments du Dr Roubini.

Les comptes nationaux publiés cette semaine par le Bureau des statistiques ont montré que le revenu disponible réel des ménages par habitant a diminué pour le cinquième trimestre consécutif, alors que le salaire horaire ajusté à l’inflation a plongé de 5,4 %, avec des salaires réels pratiquement inchangés par rapport aux niveaux de 2012.

Pour de nombreux Australiens, il peut sembler que la stagflation, une situation où l’économie se contracte alors que les prix continuent d’augmenter, est déjà là. Mais le Dr Roubini s’attend à ce que les choses empirent considérablement dans les économies dites avancées au fil de l’année.

« Je crois vraiment que cette crise du taux de stagflation va émerger cette année« , a-t-il déclaré à The Business. Les derniers chiffres sur l’inflation en provenance des États-Unis et de l’Europe, ainsi que d’autres économies avancées, montrent que l’inflation est désormais assez ancrée.

Les banques centrales sont confrontées à un dilemme, car elles doivent augmenter davantage les taux pour lutter contre l’inflation. Mais, si elles le font, l’économie va commencer à se contracter assez rapidement, et si elles ne le font pas, nous pourrions avoir un désancrage de l’inflation et des anticipations d’inflation.

Je m’attends donc à ce que nous ayons une récession aux États-Unis et en Europe, dans d’autres économies avancées, à un moment où l’inflation ne sera pas revenue à 2 %.

La « grande crise stagflationniste de la dette« .

Pire que le genre de stagflation tranquille que le monde a enduré pendant une grande partie des années 70 et du début des années 80, le Dr Roubini s’attend à ce que cela évolue vers une « grande crise de la dette stagflationniste » ; combinant certains des pires éléments des années 70 avec la crise financière mondiale. Il avertit :

« Nous sommes maintenant confrontés à la tempête parfaite – inflation, récession, stagflation et une crise potentielle de la dette. Le taux d’endettement des économies avancées n’était que de 100 % du PIB [dans les années 70], aujourd’hui il est de 420 % du PIB, en dette privée et publique. Donc, dans ce cas, si nous avons ces chocs, disons sur les prix du pétrole, non seulement vous avez de l’inflation, non seulement vous avez de la récession et de la stagflation, mais vous avez ce que j’appelle une grande crise de la dette stagflationniste, parce qu’avec des taux d’intérêt si élevés, alors ce ratio [de dette] devient insoutenable. »

Alors que le consensus économique est que l’inflation a atteint un pic et qu’elle continuera à se résorber cette année et l’année prochaine, le Dr Roubini fait partie d’un groupe minoritaire d’analystes qui préviennent que le choc inflationniste est loin d’être terminé et risque de s’enraciner.

« Goldman Sachs prévoit que les prix des produits de base, pas seulement de l’énergie, mais de toute la gamme de ces produits, pourraient augmenter de 43 % cette année« , observe-t-il. « Et ce, même sans une guerre au Moyen-Orient entre Israël et l’Iran. Si cette flambée des prix des produits de base se produit, l’inflation globale sera plutôt élevée que faible. »

Le pire des mondes pour les travailleurs

Il pense que cela obligera la Réserve fédérale et les autres banques centrales à continuer à augmenter les taux d’intérêt jusqu’à ce que leurs économies tombent en récession et qu’elles finissent par « se dégonfler » en essayant de ramener l’inflation à leurs niveaux cibles. Il explique :

« Je pense que le taux des fonds fédéraux devra être certainement supérieur à 6 pour cent pour atteindre un objectif d’inflation de 2 pour cent. Mais si vous augmentez les taux d’intérêt à 6 pour cent, alors vous aurez un atterrissage vraiment difficile. Vous aurez alors un crash sur les marchés financiers, une correction sévère des marchés des actions, une hausse des obligations, une augmentation des spreads de crédit pour les emprunts du secteur privé, et donc une grave détresse financière. Cette détresse financière rendra la récession plus grave, et une récession plus grave, en raison de la contraction des revenus et de la production, augmentera le nombre de défauts de paiement des ménages, des entreprises, des sociétés, et même de certaines institutions financières et de certains gouvernements dans les pays pauvres qui ont de graves problèmes de dette. »

Le Dr Roubini a également averti que les travailleurs seraient probablement les plus durement touchés par la crise imminente, y compris ceux qui ont conservé leur emploi.

La stagflation est le pire, parce que la perte d’emplois, le chômage, la faiblesse du marché du travail et les salaires augmentent moins que l’inflation, parce que vous avez la stagflation. Donc c’est généralisé, même pour ceux qui ont un emploi, avec un salaire réel, parce que les prix augmentent plus que les salaires, et certaines personnes perdront leur emploi et leur revenu. La stagflation est donc la pire crise de toutes pour les travailleurs.

Alicia Barry et Michael Janda

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici