La revue de presse en temps réel

C’est ainsi que l’Occident finit

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

L’humiliation en Ukraine et la honte de Gaza accélèrent l’éloignement de l’Occident et du reste du monde lors d’un tournant crucial dans les relations de pouvoir mondiales. Alors que les USA s’enfoncent dans le déni, «quant à l’Europe, il est évident que ses élites politiques ont été dénaturées par 75 ans de dépendance quasi totale vis-à-vis de l’Amérique. Il en résulte une absence totale de pensée indépendante et de volonté. De manière plus concrète, la vassalité de l’Europe vis-à-vis des États-Unis l’oblige à suivre Washington dans n’importe quelle voie politique que le seigneur emprunte – aussi imprudente, dangereuse, contraire à l’éthique et contre-productive soit-elle». Le diagnostic est implacable et tous ceux qui sont doués de la moindre lucidité ne peuvent que s’effrayer de l’aveuglement de la totalité des «élites politico-médiatiques» françaises, elles aussi totalement junkies à ce suicide, cette incapacité à toute pensée.

Danielle Bleitrach

*

par Adriel Kasonta

Alors que les États-Unis sont empêtrés dans les conflits en Ukraine et à Gaza et que la menace d’une guerre avec la Chine se profile à l’horizon, les idées et les points de vue du professeur Michael Brenner sur l’état de l’ordre libéral dirigé par les États-Unis sont sans doute aussi opportuns et importants que jamais.

Brenner, une sommité respectée des relations transatlantiques et de la sécurité internationale, est professeur émérite d’affaires internationales à l’Université de Pittsburgh et chercheur principal au Centre des relations transatlantiques de la Johns Hopkins School of Advanced International Studies (SAIS).

Il a également travaillé au Foreign Service Institute, au département de la Défense des États-Unis et à Westinghouse. Dans une interview de grande envergure et sans concession avec le contributeur d’Asia Times, Adriel Kasonta, Brenner explique comment les États-Unis et l’Occident collectif ont perdu leur autorité morale et leur voie.

Adriel Kasonta : Malgré ce que nous entendons de la part de la classe politique occidentale et des sténographes complaisants des médias grand public, le monde ne semble pas ressembler à ce qu’ils veulent nous faire croire. La dure réalité sur le terrain, connue de tous ceux qui vivent ailleurs qu’en Europe ou aux États-Unis, est que l’Occident collectif connaît un déclin accéléré dans les domaines politique et économique, avec des ramifications morales importantes. Pourriez-vous s’il vous plaît dire à nos lecteurs quelle est la cause profonde de cet état de choses et quelle est la raison derrière la poursuite de ce suicide collectif ?

Michael Brenner : Je suggère que nous formulions la question en nous demandant quelle est la direction causale entre le déclin moral et le déclin politique et économique de l’Occident collectif ? En ce qui concerne l’Ukraine, il s’agit d’une erreur géostratégique fondamentale qui a eu des conséquences morales négatives : le sacrifice cynique d’un demi-million d’Ukrainiens utilisés comme chair à canon et la destruction physique du pays, dans le but d’affaiblir et de marginaliser la Russie.

Ce qui est stupéfiant dans l’affaire de Palestine, c’est la volonté des élites gouvernementales immorales – en fait la quasi-totalité de la classe politique – de donner leur bénédiction implicite aux atrocités et aux crimes de guerre qu’Israël a commis au cours des cinq derniers mois, ce qui a de profondes répercussions sur la position et l’influence de l’Occident dans le monde.

À un moment donné, ils parlent fièrement de la supériorité des valeurs occidentales tout en condamnant les pratiques des autres pays ; de l’autre, ils se mettent en quatre pour justifier des abus humanitaires bien plus graves, pour fournir à l’auteur les armes nécessaires pour détruire, tuer et mutiler des civils innocents et, dans le cas des États-Unis, pour étendre la couverture diplomatique au Conseil de sécurité des Nations unies.

Ce faisant, ils dissipent leur position aux yeux du monde extérieur à l’Occident, représentant les deux tiers de l’humanité. Les relations historiques de ce dernier avec les pays de l’Occident, y compris dans un passé relativement récent, ont laissé un résidu de scepticisme quant aux prétentions des États-Unis à être les normalisateurs éthiques du monde. Ce sentiment a cédé la place à un dégoût pur et simple face à cette démonstration flagrante d’hypocrisie. De plus, il expose la dure vérité que les attitudes racistes n’ont jamais été complètement éteintes – après une période de somnolence, leur recrudescence est manifeste.

En ce qui concerne les États-Unis, les points de référence de ce jugement ne sont pas l’image mythique de «la ville sur la colline» ; le dernier et le meilleur espoir de l’humanité ; la nation indispensable pour parvenir à la paix et à la stabilité mondiales : le peuple providentiel né dans un état de vertu originelle destiné à conduire le monde sur le chemin de l’Illumination. Aucune de ces normes idéalistes. Non, elle s’est avilie elle-même lorsqu’elle est mesurée par rapport aux normes prosaïques de la décence humaine, de l’art de gouverner responsable, d’un respect décent des opinions de l’humanité.

De plus, l’éloignement qui s’ensuit entre l’Occident et le reste du monde se produit à un moment charnière dans les relations de pouvoir internationales. C’est un moment où les plaques tectoniques du monde politique se déplacent, où les anciennes constellations de pouvoir et d’influence sont remises en question avec succès, où l’Amérique a répondu aux sentiments de doute en tant que guide et surveillant mondial ordonné par des démonstrations compulsives et futiles de flexion musculaire.

L’anxiété et le doute de soi masqués par une fausse bravade sont le sentiment caractéristique des élites politiques américaines. C’est un mauvais point de départ pour un réengagement avec la réalité. Les Américains sont trop attachés à l’image qu’ils ont d’eux-mêmes, trop narcissiques – collectivement et individuellement, trop dépourvus de conscience de soi, trop dépourvus de leader pour faire cette adaptation déchirante. Ces appréciations s’appliquent aussi bien à l’Europe occidentale qu’aux États-Unis. Laissant une communauté transatlantique diminuée, lésée mais impénitente.

AK : Dans votre récent essai «The West’s Reckoning ?», vous avez mentionné que la situation en Ukraine humilie l’Occident et que la tragédie de Gaza lui fait honte. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?

MO : La défaite en Ukraine implique bien plus que l’effondrement militaire des forces ukrainiennes qui est dans les cartes. Car les États-Unis ont conduit leurs alliés dans ce qui équivaut à une campagne visant à diminuer définitivement la Russie, à la neutraliser en tant que présence politique ou économique en Europe, à éliminer un obstacle majeur à la consolidation de l’hégémonie mondiale américaine.

L’Occident a jeté tout ce qu’il avait dans cette campagne : son stock d’armes modernes, un corps de conseillers, des dizaines de milliards de dollars, un ensemble de sanctions économiques draconiennes destinées à mettre l’économie russe à genoux et un projet implacable visant à isoler la Russie et à saper la position de Poutine.

Il a échoué ignominieusement sur tous les plans. La Russie est considérablement plus forte dans tous les domaines qu’elle ne l’était avant la guerre ; son économie est plus robuste que n’importe quelle économie occidentale ; elle s’est avérée militairement supérieure ; et elle a gagné la sympathie de presque tout le monde en dehors de l’Occident collectif.

L’hypothèse selon laquelle l’Occident reste le gardien des affaires mondiales s’est avérée un fantasme. Un tel échec global a signifié un déclin de la capacité des États-Unis à façonner les affaires mondiales en matière d’économie et de sécurité. Le partenariat sino-russe s’impose désormais comme un rival égal à l’Occident à tous égards.

Ce résultat découle de l’orgueil, du dogmatisme et d’une fuite de la réalité. Aujourd’hui, le respect de soi et l’image de l’Occident sont marqués par son rôle dans la catastrophe palestinienne. Elle est donc aujourd’hui confrontée au double défi de restaurer son sens de la prouesse tout en retrouvant ses repères moraux.

AK : Est-il exact de dire que l’Ukraine et Gaza sont liées dans le sens où les deux indiquent un ordre international libéral défaillant qui tente de s’empêcher de s’effondrer et de provoquer des troubles alors qu’il sombre dans l’oubli ? Dans l’affirmative, quels sont les résultats possibles pour l’avenir ?

MO : Gardons à l’esprit que l’ordre international libéral sert avant tout les intérêts occidentaux. Son fonctionnement était biaisé en notre faveur. C’en est un. La régularité et la stabilité qu’elle a produites, dont le FMI, la Banque mondiale, etc. ont été le cynosure institutionnel, ont assuré pendant des décennies qu’elle ne serait pas contestée. C’est deux.

La montée en puissance de nouveaux centres de pouvoir – la Chine, en particulier, et les forces centripètes plus larges qui redistribuent les actifs de manière plus générale – a laissé le choix aux États-Unis et à leurs vassaux européens. S’adapter à cette nouvelle situation en : a) élaborant des conditions d’engagement qui accordent une plus grande place aux nouveaux arrivants ; b) redéfinir les règles du jeu afin d’éliminer le biais actuel ; c) l’ajustement de la structure et des procédures des institutions internationales d’une manière qui reflète la fin de la domination occidentale ; et d) redécouvrir la véritable diplomatie.

Nulle part en Occident cette option n’a été sérieusement envisagée. Ainsi, après une période d’ambivalence et de confusion, tous ont adhéré à un projet américain visant à empêcher l’émergence de challengers, à les saper et à redoubler d’efforts pour ne rien céder, pour ne rien compromettre. Nous restons bloqués sur cette voie malgré les échecs en série, les humiliations et l’impulsion donnée au projet des BRICS.

AK : Selon certains politiciens et décideurs occidentaux, les autres puissances mondiales sont souvent traitées comme des acteurs passifs sans pouvoir de façonner le monde en fonction de leurs intérêts nationaux. Cette vision manichéenne du monde est marquée par une distinction entre «l’ordre fondé sur des règles» et le droit international ou «démocratie contre autoritarisme». Existe-t-il une alternative à cette pensée et quelles sont les chances que le changement se produise avant qu’il ne soit trop tard ?

MO : Voir la réponse ci-dessus. Il n’y a aucun signe que les dirigeants occidentaux soient prêts intellectuellement, émotionnellement ou politiquement à faire les ajustements nécessaires. La nécessité n’est pas toujours la mère de l’invention. Au lieu de cela, nous assistons à un dogmatisme têtu, à un comportement d’évitement et à une plongée plus profonde dans un monde de fantasmes.

La réaction américaine aux manifestations de déclin des prouesses est le déni ainsi que la compulsion à se rassurer sur le fait qu’ils ont encore «l’étoffe qu’il faut» par des actes de plus en plus audacieux. Nous voyons où cela a mené en Ukraine. L’envoi imprudent de troupes à Taïwan est bien plus dangereux.

Quant à l’Europe, il est évident que ses élites politiques ont été dénaturées par 75 ans de dépendance quasi totale vis-à-vis de l’Amérique. Il en résulte une absence totale de pensée indépendante et de volonté. De manière plus concrète, la vassalité de l’Europe vis-à-vis des États-Unis l’oblige à suivre Washington dans n’importe quelle voie politique que le seigneur emprunte – aussi imprudente, dangereuse, contraire à l’éthique et contre-productive soit-elle.

Comme on pouvait s’y attendre, ils ont marché (ou couru) comme des lemmings sur n’importe quelle falaise que les États-Unis choisiront ensuite sous l’effet de leurs propres pulsions suicidaires. Il en a été de même en Irak, en Syrie, en Afghanistan, en ce qui concerne l’Iran, en Ukraine, à Taïwan et sur toutes les questions concernant Israël. La série d’échecs douloureux et de coûts élevés ne produit aucun changement dans la loyauté ou l’état d’esprit.

Une photographie imprimée d’un soldat de l’armée américaine assis sur une chaise au milieu des camions-remorques et des appareils électroniques vendus au prix du fer dans un bazar à l’extérieur de l’aérodrome du district de Bagram, au nord de Kaboul, en Afghanistan, le 19 mai 2021.

Ce n’est pas possible, car les Européens ont totalement absorbé l’habitude de la déférence, la vision du monde des Américains, leur interprétation biaisée des résultats et leurs récits honteusement fictifs. Les Européens ne peuvent pas plus se débarrasser de cette dépendance qu’un alcoolique de longue date ne peut s’en débarrasser d’un seul coup.

AK : Il y a eu beaucoup de discussions sur l’impact négatif du néoconservatisme sur la politique étrangère des États-Unis et sur le monde. Essentiellement, le néoconservatisme cherche à faire jouer le rôle des États-Unis pour dominer non seulement l’hémisphère occidental (selon la doctrine Monroe), mais le monde entier, selon la doctrine Wolfowitz.

Bien que certains groupes de réflexion américains plaident maintenant pour la fin des «guerres sans fin» au Moyen-Orient et pour que l’Europe poursuive la guerre par procuration provoquée par les États-Unis avec la Russie, il semble que l’idéologie néoconservatrice ait pris une nouvelle apparence de «progressisme» et de «réalisme», et vise maintenant à se concentrer uniquement sur la Chine, au point même de reproduire le scénario ukrainien à Taïwan. Quelle est la précision de cette évaluation ?

MO : L’ensemble de la communauté de la politique étrangère aux États-Unis partage maintenant les principes de base des néoconservateurs. En fait, l’écriture est le célèbre mémorandum de Paul Wolfowitz de mars 1991 dans lequel il a exposé une stratégie complète et détaillée pour systématiser la domination mondiale américaine. Tout ce que Washington fait et pense maintenant est dérivé de ce plan.

Ses principes fondamentaux : les États-Unis doivent utiliser tous les moyens à leur disposition pour établir la domination mondiale américaine ; À cette fin, elle doit être prête à agir de manière préventive pour contrecarrer l’émergence de toute puissance qui pourrait contester notre hégémonie ; et de maintenir la domination du spectre complet dans toutes les régions du globe. Les idéaux et les valeurs sont relégués à un rôle auxiliaire en tant que vernis à l’application du pouvoir et en tant que bâton avec lequel battre les autres. La diplomatie classique est dénigrée comme inappropriée à cet ordre des choses.

Pour Biden lui-même, une approche confiante, affirmée et dure des relations avec les autres découle naturellement de la croyance en l’américanisme en tant que théorie du champ unifié qui explique, interprète et justifie tout ce que les États-Unis pensent et font. Si Biden est réélu, cette perspective restera inchangée. Et s’il devait être remplacé par Kamala Harris à mi-mandat, ce qui est probable, l’inertie maintiendrait tout sur la bonne voie.

AK : Pensez-vous que les États-Unis sont destinés à rester un empire mondial, constamment en conflit avec quiconque qu’ils perçoivent comme une menace potentielle pour leur domination mondiale ? Ou est-il possible pour le pays de devenir une république qui collabore de manière constructive avec d’autres acteurs mondiaux afin d’obtenir de plus grands avantages pour ses citoyens et la communauté internationale au sens large ? Comme le dit le dicton, «Ceux qui vivent par l’épée, meurent par l’épée», n’est-ce pas ?

MO : Je suis pessimiste. Car il n’y a aucun signe que nos dirigeants, nos élites ou le public soient susceptibles de se réconcilier avec l’état de choses décrit ci-dessus. La question ouverte est de savoir si cette prétention persistera simplement à mesure qu’un affaiblissement progressif de l’influence mondiale et du bien-être national se déroulera, ou plutôt, se terminera par un désastre.

Les Européens et leurs alliés d’ailleurs ne devraient pas accepter d’être des observateurs de l’ombre ni, pire encore, de devenir des cohabitants de ce monde imaginaire comme ils l’ont fait en Ukraine, en Palestine et en diabolisant la Chine.

source : Histoire et Société

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X