La revue de presse en temps réel

Que se passe-t-il si les États-Unis se trouvent en défaut de paiement?

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

23.05.2023 

Il n’y a pas d’accord dans le différend sur la dette américaine. La plus grande économie manque de temps. Les experts mettent en garde contre un scénario du pire pour l’économie mondiale. Même l’attente d’un accord devrait avoir un impact notable sur les marchés. 

Le différend sur la dette américaine atteint son paroxysme. Tard lundi soir (heure locale), le président américain, Joe Biden, et le président de la Chambre Kevin McCarthy -membre du Parti républicain- se sont à nouveau rencontrés pour négocier le relèvement du plafond de la dette. À la fin, cependant, il n’y avait rien de plus que des mots un peu plus bienveillants comme après les nombreuses réunions précédentes. «Le ton de ce soir était meilleur que toute autre conversation que nous avons eue», a déclaré Kevin McCarthy après la réunion. Mais, ils ne sont pas parvenus à un accord sur le relèvement du plafond de la dette des Etats-Unis, alors que plane le spectre d’un catastrophique défaut de paiement. 

Les États-Unis manquent de temps. Le 1er juin, la plus grande économie du monde est menacée d’insolvabilité – du moins si le plafond légal de la dette n’est pas relevé d’ici là. Les experts avertissent que même un retard de paiement temporaire aurait des conséquences dévastatrices pour les marchés financiers et l’économie mondiale, avertit Die Welt. 

La situation est dans l’impasse car Joe Biden a besoin de l’aval des républicains au Congrès pour relever le cap. Et, ils s’y opposent massivement, tant qu’un plafond d’endettement plus élevé ne s’accompagne pas d’économies importantes sur certaines dépenses publiques. Le président, en revanche, ne veut pas subir de chantage.
 
Le ministre US des Finances Janet Yellen a mis en garde contre une catastrophe. Avant la réunion, la secrétaire au Trésor US, Janet Yellen, a de nouveau mis en garde: «Nous avons appris par le passé qu’attendre la dernière minute porte gravement atteinte à la confiance des entreprises et des consommateurs». Elle avait précédemment mis en garde contre une «catastrophe économique et financière». Un défaut déclencherait un «ralentissement mondial» qui ferait reculer le monde.
 
Selon les experts, il y a, effectivement, un risque d’effet boule de neige dévastateur. Si les États-Unis ne peuvent plus s’endetter, ils devront probablement prioriser leurs dépenses. Afin d’éviter un effondrement immédiat, l’État devrait d’abord respecter ses obligations existantes en matière de taux d’intérêt.

Et si Joe Biden ne restait pas? D’autres paiements, de la sécurité sociale aux salaires des fédéraux ou des militaires, seraient retardés. Le dépassement du plafond serait donc d’abord ressenti par les Américains qui perçoivent des prestations directement de l’État ou de programmes financés par l’État. Les personnes concernées auraient moins d’argent disponible et limiteraient leurs dépenses. Mais, les entreprises qui remplissent des contrats gouvernementaux pourraient difficilement être payées à partir de maintenant. Janet Yellen a récemment averti que cela entraînerait des perturbations dans le contrôle du trafic aérien, l’application de la loi ou sur la sécurité des frontières.
 
Trois millions d’emplois sur la sellette. La conséquence de tout cela: l’augmentation du chômage. «Un défaut de paiement signifie une récession, avec des estimations de pertes d’emplois entre 3 et 6 millions», a déclaré Third Way dans un rapport. En cas de défaut de paiement prolongé, la Maison Blanche s’attend même à 8,3 millions de suppressions d’emplois supplémentaires. Il y aurait une récession. Dans le même temps, les doutes sur la solvabilité pourraient également ébranler la confiance dans les obligations d’État américaines. Enfin, il y a une menace que les États-Unis pourraient bientôt cesser de payer des intérêts sur les titres du Trésor émis.
 
Le pire scénario du point de vue de George Brown, économiste de la société d’investissement Schroders: «Il y a une vente massive d’obligations d’État, qui se propage ensuite aux marchés obligataires vulnérables et oblige les gouvernements du monde entier à réduire leurs dépenses», explique-t-il
 
Plus encore: les obligations d’État américaines sont, en fait, considérées comme des titres à sécurité intégrée – et sont, donc, utilisées dans le monde entier comme garantie pour des prêts. Ils forment la base du système financier mondial. Les experts de Wall Street craignent, donc, que les distorsions du marché des obligations d’État ne se propagent rapidement à d’autres marchés. Dans le pire des cas, il y a une menace de crise financière et économique mondiale.
 
Un défaut de paiement ne doit pas avoir lieu. Il est encore extrêmement improbable qu’un tel scénario se produise. Parce que les raisons d’un défaut des États-Unis seraient purement politiques – et donc solubles à tout moment. Il existe un plafond légal de la dette aux États-Unis depuis 1917. Cela détermine combien d’argent l’État peut emprunter. La limite est actuellement d’environ 31,4 billions de dollars. 

Comme ce plafond a déjà été atteint, le département du Trésor américain doit actuellement puiser dans les réserves de capital. Le fait que la limite soit régulièrement relevée est en fait une pratique courante aux États-Unis – cela s’est produit 102 fois depuis la Seconde Guerre mondiale, rappelle Die Welt.
 
Cependant, avant même l’échéance du 1er juin, l’incertitude entourant l’absence d’accord pourrait affecter les marchés. Les analystes de la Brookings Institution, Wendy Edelberg et Louise Sheiner, ont récemment déclaré que la détérioration des attentes à elle seule «rendrait de plus en plus probables des perturbations importantes sur les marchés financiers». Cela pourrait s’accompagner d’une baisse des cours des actions, mais aussi d’une réticence des consommateurs à acheter et d’une baisse de la demande de crédit. Au cours de négociations tout aussi tendues en 2011, l’indice S&P 500 à l’échelle du marché a chuté de plus de 16% au cours des cinq semaines précédant l’éventuelle hausse. De nombreux investisseurs, en revanche, s’appuieraient sur l’or comme garantie.
 
Selon une récente enquête de Bloombergle métal précieux est le premier choix si les jeux politiques à Washington s’éternisent. Une majorité de 52% des investisseurs professionnels achèteraient donc de l’or en cas de défaut.
 
La stratégie de campagne électorale est susceptible d’être à l’origine des négociations difficiles. Dans un passé récent, Joe Biden a décrit à plusieurs reprises les demandes républicaines de réduction des dépenses comme déraisonnables.
 
Kevin McCarthy a également besoin de succès de toute urgence. Surtout, les républicains ultra-conservateurs de la Chambre des représentants ont mis sous pression l’homme de 58 ans. «Même si Joe Biden et les dirigeants de la Chambre et du Sénat peuvent s’entendre sur un accord, il doit encore passer les deux chambres. Kevin McCarthy devra convaincre son caucus que c’est le meilleur résultat possible. Il pourrait très probablement se disputer avec la plupart des membres républicains, mais la minorité d’agents du chaos à la Chambre pourrait aller jusqu’à menacer sa présidence s’ils ne sont pas satisfaits de l’accord», a déclaré Michael Strain, directeur de la politique économique à l’American Enterprise Institute. L’économiste met donc en garde contre le jeu avec le feu. Même si le gouvernement américain et le Congrès sont d’accord à la dernière minute, un effet indésirable pourrait se produire.
 
Michael Strain cite un exemple: Au printemps 1979, le Congrès n’a accepté une augmentation qu’à court terme, mais un problème informatique ultérieur a retardé le Département du Trésor dans le paiement des titres arrivant à échéance aux investisseurs individuels. «En conséquence, les taux d’intérêt ont augmenté et les contribuables ont dû effectuer des milliards de dollars de paiements supplémentaires», explique l’économiste.
 
Si les négociations échouaient finalement, le président Biden aurait probablement encore un atout dans sa manche – du moins si vous suivez l’avis juridique des démocrates. Joe Biden pourrait donc simplement continuer à emprunter de l’argent sans vote au Congrès – et l’utiliser pour rembourser ses dettes. Ce faisant, il pourrait invoquer le 14e amendement, qui stipule que la «légitimité» de la dette publique «ne doit pas être remise en cause». Une telle étape serait également unique jusqu’à présent – ​​et donc en aucun cas certaine.
 
Philippe Rosenthal 

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental 

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X