Le Parasite Fantôme : Comment l’Economie Financière a Précipité la Chute de la Civilisation Occidentale!

0
1267

“Une grande partie de l’histoire sociale du monde occidental, au cours des trois dernières décennies, a été une histoire de remplacement de ce qui fonctionnait par ce qui sonnait bien.” – Thomas Sowell

Par James Howard Kunstler – Le 1er Mai 2023 – Source Clusterfuck Nation

Image du film “Parasite”

Les historiens du futur, qui cuiront sur leurs feux de camp des museaux d’opossums braconnés à la sauce à l’oseille, attribueront la chute de la civilisation occidentale dans les années 2020 à l’hallucination dissolvante qu’était l’économie financière. Il s’agit d’un organisme parasitaire fantôme qui a prospéré sur le dos d’une économie réelle basée sur la fabrication et l’exécution de choses dérivées du monde naturel, avec un moteur à combustion fossile.

L’orgie de fabrication et de réalisation s’est poursuivie pendant plus de deux cents ans. Même en cas de “récessions” cycliques, la production a toujours augmenté dans l’ensemble, tandis que ses produits devenaient de plus en plus abondants, élaborés et complexes. Le parasite financier fantôme accroché à son dos s’est habitué à cette “croissance” et a lui aussi développé des moyens toujours plus ingénieux pour aspirer la vie de son organisme hôte, jusqu’à ce qu’il devienne une entité plus grande que l’hôte lui-même, et qu’il lui brise les reins.

L’ensemble de ce chapitre du long projet humain a eu des effets étranges sur les esprits humains qui n’avaient pas beaucoup changé depuis la fin de l’époque de la chasse et de la cueillette. Après les cent premières années d’abondance de combustibles fossiles, les humains ont eu du mal à faire la différence entre l’hôte et le parasite. Les deux semblaient prospérer de la même manière. L’économie réelle produisait de la nourriture et des objets utiles et l’économie financière produisait de l’argent, qui permettait d’acheter de la nourriture et des objets utiles.

Les gens fabriquaient sans cesse des choses, en particulier des outils et des moteurs de plus en plus performants. Cela a permis aux gens de cultiver plus de nourriture et de fabriquer plus d’objets utiles qui leur apportaient confort et commodité. L’économie financière a produit de plus en plus d’argent. Elle a également produit une myriade de nouvelles façons pour l’argent de se représenter. Au début, ces choses telles que les actions et les obligations (propriété et prêts à intérêt) étaient fermement attachées aux activités de l’économie réelle – c’est-à-dire qu’elles étaient directement aspirées par les faits et gestes de l’hôte.

Plus tard, les choses qui représentaient l’argent sont devenues plus nombreuses et plus détachées de l’activité réelle, plus abstraites, plus basées sur des promesses, des espoirs et des souhaits que sur des choses dérivées de la nature. En d’autres termes, ces nouvelles représentations de l’argent tendaient de plus en plus vers le domaine de l’irréel. Au bout d’un certain temps, il est devenu très difficile de faire la différence entre l’argent – les choses réelles et les choses irréelles. L’économie financière a fourni beaucoup de mystifications pour mélanger les deux. Cette confusion a donné lieu à de nombreuses fraudes, à un commerce intense de l’irréel qui a fait des gagnants et des perdants.

Toute histoire a un début, un milieu et une fin, bien sûr. À mesure que l’approvisionnement en combustibles fossiles se rapprochait de sa fin et s’éloignait de la longue et heureuse période d’abondance, le modèle économique de la fabrication et de la production a commencé à trembler et à se fissurer. Il ne s’est pas effondré d’un seul coup, mais il a entraîné la faillite de nombreux artisans. Ils ont cessé de fabriquer et de faire. À ce moment-là, l’économie financière était un parasite fantôme colossal qui dépassait son hôte. Elle était chargée de tant d’irréalité, de tant de mécanismes dissociés de la nature, qu’elle ne pouvait plus prétendre être autre chose qu’un fantôme.

Pour maintenir l’hôte en vie, il a vomi une partie de ce qu’il avait aspiré de l’hôte, frelaté avec de l’argent basé sur des promesses, des espoirs et des rêves irréels. Cela s’est transformé de plus en plus en un déversement d’argent tellement avili par des promesses, des espoirs et des rêves non tenus que l’activité économique s’est presque complètement arrêtée. C’est alors que le parasite fantôme de la finance a commencé à se dissoudre et que les humains ont commencé à le considérer comme une hallucination qui s’était dissipée, dissoute dans le brouillard. Ce qui est resté, c’est beaucoup d’êtres humains intégrés dans la nature.

Et c’est là que se trouvent les humains de la civilisation occidentale dans les années 2020. La société occidentale a été la première région du monde à profiter de l’orgie de combustibles fossiles et elle est maintenant la première région à sortir de cette phase de l’histoire. Même lorsque l’hallucination financière se dissipera, il restera beaucoup de choses réelles qui ont été fabriquées avant que ne s’arrête la grande époque du fabriquer-et-faire.

Les humains sont des animaux ingénieux, entreprenants et résistants, même si nous serons certainement moins nombreux. Ces humains moins nombreux seront probablement en meilleure santé, car ils travailleront plus directement dans la nature et ne seront plus compromis par les sous-produits pernicieux de toutes les fabrications antérieures. Nous trouverons le moyen d’utiliser les objets utiles restants pour tirer de la nourriture de la nature et continuer à fabriquer d’autres objets utiles. Le nouveau processus du fabriquer-et-faire n’aura rien à voir avec le niveau ou l’échelle antérieurs. Il peut s’agir d’un temps d’arrêt par rapport à l’expérience perdue de l’ancienne fabrication, toujours plus élaborée et complexe. Au bout d’un certain temps, les humains découvriront peut-être une nouvelle façon d’exploiter davantage la nature. Ou peut-être pas.

Entre-temps, dans le présent, au moment de cette transition historique, l’anxiété assaille des millions d’esprits. Nombreux sont ceux qui sont devenus désordonnés en observant tout ce qui se passe autour d’eux, redoutant le passage d’une disposition des choses à une autre. Certains se sont rendus odieux. Laissez-les faire ce qu’ils veulent jusqu’à ce qu’ils se fatiguent. Gardez vos propres esprits bien ordonnés sur les tâches qui vous attendent, vos propres créations et actions dans les limites de ce qui est réel. Prenez le temps de faire de la musique. Il y a encore beaucoup de bons instruments et vous pouvez toujours chanter. Organisez un repas avec vos amis et vos proches et chantez. Tout va bien, maman, a chanté Bob il y a longtemps, c’est la vie et rien que la vie.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici