La revue de presse en temps réel

Plusieurs pays de la zone euro proches du défaut de paiement

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Charles Sannat
Charles Sannathttp://www.insolentiae.com/
Je suis diplômé de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques. J’ai commencé ma carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran – Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance et j’ai rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d’affaires. En 2012 j’ai intégré la société Aucoffre.com comme directeur des études économiques et créé le Contrarien Matin un site de « décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique ». En septembre 2015 je quitte mes fonctions au sein de la société Aucoffre.com pour fonder le site Insolentiae.com et se consacrer pleinement à ce nouveau projet éditorial.

Je partage totalement cette analyse.

Le problème n’est pas pendant la crise et à court terme, mais à la sortie de crise.

Quand il faudra savoir qui paye quoi.

Quand il faudra emprunter sur les marchés si la BCE ne monétise pas et ne rachète pas les dettes, qui financera les déficits monstrueux des pays de la zone euro ?

Entre l’Espagne, l’Italie et la France nous parlons d’un trilliard, de 1 000 milliards d’euros au bas mots.

Si la BCE ne paye pas, alors il y aura divergence des taux et nous recommencerons une crise de la zone euro comme en 2011.

Cette fois encore, le sauvetage sera politique.

Soit la BCE décidera de monétiser et d’annuler ou d’effacer d’une façon ou d’une autre les dettes, soit, la zone euro explosera, sans doute au pire moment.

Nous ne sommes pas si éloignés d’une telle éventualité.

Le pire n’est jamais sûr, mais le meilleur n’est pas plus certain.

Charles SANNAT

« Ceci est un article « presslib » et sans droit voisin, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »

Vers une nouvelle «crise de la zone euro»? Plusieurs pays proches du défaut de paiement suite au Covid-19

Un nombre croissant de pays risquent d’entrer en défaut de paiement sur leur dette dans les 12 à 18 prochains mois, lorsque les gouvernements auront augmenté les dépenses pour limiter les dommages économiques causés par la pandémie de coronavirus, rapporte CNBC.

Ces 12 à 18 prochains mois, de nombreux pays pourraient être confrontés à un défaut de paiement sur leur dette à cause de la pandémie de Covid-19, annonce la chaîne de télévision CNBC en se référant à l’économiste en chef de l’entreprise de conseil britannique The Economist Intelligence Unit Simon Baptist.

La pandémie a poussé de nombreux pays à procéder à des injections financières dans l’économie. Certains d’entre eux ont augmenté leur dette extérieure.

«Je pense que nous verrons prochainement une crise de la zone euro revenir avec des pays comme la Grèce ou l’Italie… Dans le monde émergent, je choisirais des pays comme l’Afrique du Sud et le Brésil comme susceptibles de subir une nouvelle crise. Et, bien sûr, l’Argentine est déjà revenue dans les faits à un défaut souverain», a détaillé l’économiste.
CNBC constate que les États-Unis ont augmenté leurs émissions de titres du Trésor, tandis que l’Allemagne, généralement prudente sur le plan budgétaire, a déclaré qu’elle prévoyait d’augmenter ses emprunts jusqu’à 150 milliards d’euros.

Cependant M.Baptist suppose que tous les gouvernements ne parviendront pas obtenir le financement qu’ils recherchent. Ainsi certaines économies émergentes seraient confrontées à «un grand défi» pour convaincre les investisseurs internationaux de leur prêter plus d’argent à un moment où les investisseurs recherchent des endroits plus sûrs pour placer leurs fonds.

«Beaucoup de marchés émergents dépendent des investisseurs internationaux pour obtenir le financement nécessaire à gérer un déficit budgétaire, ils ont toujours plus de mal à emprunter en monnaie locale, bien qu’il y ait quelques exceptions», a expliqué l’économiste.

«Même si certains gouvernements mondiaux émergents veulent dépenser plus, ils ne pourront pas obtenir de financement», a-t-il conclu.

Source Agence de presse russe Sputnik.com ici

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X