L’inflation va priver de nombreux Américains de logement et les conduire à dormir dehors

0
4

Par Brandon Smith − Le 4 juin 2022 − Source Alt-Market

L’un des aspects les plus préjudiciables d’une crise inflationniste ou stagflationniste est que, dans la plupart des cas, les coûts du logement ont tendance à augmenter alors que les ventes de logements diminuent.

 

Cela peut sembler contre-intuitif ; on pourrait supposer que les prix devraient baisser à mesure que les ventes diminuent, mais c’est le monde à l’envers de l’inflation. Certaines marchandises et certains produits, généralement des produits de première nécessité, voient presque toujours leur prix monter en flèche, ce qui finit par écarter complètement la plupart des familles américaines du marché.


L’une des seules exceptions à cette règle est lorsque le gouvernement institue un contrôle des loyers ou des prix. Dans l’Allemagne de Weimar, par exemple, le gouvernement a appliqué des contrôles réglementaires stricts aux propriétaires, fixant le loyer à un taux qui rendait les profits impossibles.

La crise du logement de Biden

Cette situation peut sembler familière : au plus fort de la pandémie de Covid, l’administration Biden a instauré un long moratoire sur les expulsions, ce qui a empêché de nombreux propriétaires de percevoir les loyers qui leur étaient dus. Les propriétaires ne pouvaient pas remplacer les locataires défaillants par des personnes prêtes à payer à temps, ce qui a entraîné une charge financière massive pour les propriétaires de toute l’Amérique.

Les effets de cette situation ont été préjudiciables à l’économie américaine et surtout au marché locatif.

Comment ? Le moratoire a fait prendre conscience aux propriétaires qu’ils pouvaient être limités unilatéralement dans leur activité. On pourrait les empêcher de percevoir les loyers dus par les locataires sous contrat tout en les obligeant à payer les taxes et les frais d’entretien de ces mêmes propriétés.

L’ensemble du marché locatif est devenu un jeu à somme nulle. En réaction, les propriétaires ont commencé à vendre leurs propriétés supplémentaires en masse au lieu de les louer.

Comme vous pouvez vous y attendre, cela a entraîné une pénurie de logements à louer dans de nombreuses régions du pays. Lorsque l’offre est limitée, qu’est-ce que l’économie de base nous dit qu’il doit se passer ? Le moratoire sur les expulsions a directement entraîné une hausse des prix des quelques logements encore disponibles.

Mais ce n’est pas seulement la réduction de l’offre qui a provoqué la hausse des prix.

Les propriétaires encore disposés à louer des biens dans le cadre du moratoire sur les expulsions ont dû augmenter leurs prix pour compenser les risques supplémentaires qu’ils prenaient dans un marché où les règles ont soudainement changé. En imposant le moratoire sur les loyers, Biden a aggravé une crise du logement déjà existante.

Qui profite de cette crise fabriquée ?

Un autre facteur à prendre en compte est le suivant : qui étaient les acheteurs de bon nombre de ces propriétés soudainement mises en vente ?

Des conglomérats massifs comme Blackstone et Blackrock sont de plus en plus impliqués dans le marché du logement depuis le crash de 2008.

Bien que Blackrock prétende ne pas être impliqué dans le marché du logement individuel, il travaille en étroite collaboration avec des entreprises qui sont impliquées, en achetant plusieurs maisons et des paquets de prêts hypothécaires en difficulté.

Blackstone a continué à acheter des maisons en gros au cours de la dernière décennie, retirant des propriétés du marché pendant un certain temps. Ces achats en masse donnent au public l’impression que les ventes locales sont « chaudes » et que le marché est florissant. Comme on peut s’y attendre, ces actions poussent les prix à augmenter encore plus pour répondre à cette demande artificielle.

Actuellement, les prix de vente médians des maisons ont grimpé en flèche pour atteindre des sommets historiques en l’espace de quelques années – une hausse de 30 % coïncidant avec le début de la panique de Covid.

Une partie de l’inflation des prix peut être attribuée à l’importante migration des Américains vers les États bleus pour échapper aux restrictions Covid draconiennes et aux impôts élevés, mais cette migration est maintenant terminée. Les ventes de logements sont en train de retomber sur terre. Pourtant, les prix restent plus élevés que ce que la famille moyenne peut se permettre.

L’inflation du logement dépasse de loin les salaires

En 2022, le coût médian d’une maison aux États-Unis est désormais de 428 000 dollars. L’Américain moyen gagne environ 50 000 dollars par an ou moins, ce qui le place bien en dehors du marché actuel.

En ce qui concerne les locations, le coût moyen aux États-Unis a explosé, passant à 1 300 dollars par mois pour les personnes qui restent ancrées à un endroit, et à 1 900 dollars par mois pour les personnes qui déménagent. Cette moyenne est bien sûr en partie poussée à la hausse par les prix ridiculement élevés dans les grandes villes côtières comme San Francisco (hausse de 22 % par rapport à l’année précédente), Los Angeles (hausse de 297 % depuis janvier 2000) et New York (hausse de 159 % des prix des logements depuis janvier 2000).

Aujourd’hui, un individu doit gagner au moins 20 dollars de l’heure pour s’offrir un appartement d’une chambre à coucher. Il faut savoir que plus de 30 % des Américains sont payés moins de 15 dollars de l’heure (avant impôts).

Près de la moitié de la population américaine ne gagne pas assez d’argent pour entretenir un appartement d’une chambre à coucher. La grande majorité des Américains se trouveront dans l’impossibilité d’acheter une maison aux prix actuels.

En moyenne, un salaire annuel de 105 000 $ est recommandé avant de contracter un prêt hypothécaire pour une maison de 350 000 $. Et n’oubliez pas qu’à mesure que la crise de l’inflation s’accélère, la Réserve fédérale augmentera les taux d’intérêt, ce qui fera grimper le coût des prêts hypothécaires. Où cela nous mène-t-il ? La situation ne fait qu’empirer à partir de maintenant.

Quelle sera la prochaine étape ?

Les acheteurs de maisons qui attendent que les prix baissent en même temps que les ventes risquent d’attendre un certain temps. Cela pourrait changer SI le gouvernement applique un contrôle des prix des logements. Il est vrai que c’est très improbable.

Je pense qu’il est plus probable qu’à mesure que l’inflation augmente, le gouvernement gèle les loyers mensuels, mais pas les prix des logements eux-mêmes.

Cela dit, s’il y avait un autre moratoire sur les expulsions ou un gel des loyers, les propriétaires vendraient probablement leurs propriétés en masse une fois de plus pour éviter les taxes et les dépenses sur des investissements qui ne leur rapportent rien. Cela pourrait entraîner une baisse plus importante des prix, mais là encore, je ne retiendrais pas mon souffle.

Une solution au problème du logement serait un moratoire sur les achats de maisons par les entreprises. Cela limiterait les fonds spéculatifs et les banques d’investissement à spéculer sur les propriétés industrielles et commerciales.

Personnellement, je n’aime pas que le gouvernement s’insinue dans les affaires, mais peut-être est-il préférable d’empêcher les conglomérats d’acheter des maisons américaines et de faire grimper les prix que d’empêcher les propriétaires de percevoir des loyers ? Nous devons également envisager la possibilité très réelle que les sociétés mondiales qui dévorent le marché immobilier américain fassent partie d’un programme calculé pour rendre le logement cher.

Les explosions de prix causées par l’inflation comme celle que nous connaissons aujourd’hui durent souvent de nombreuses années, parfois une décennie ou plus. Lorsque le marché immobilier finira par se dégonfler, ce ne sera que sous l’effet d’une instabilité économique radicale. À ce moment-là, les gens auront des préoccupations bien plus importantes que de savoir s’ils peuvent contracter un prêt hypothécaire. (Note : Birch Gold a publié de nombreux articles sur la dernière bulle immobilière et les forces qui la sous-tendent).

Les droits de propriété et la propriété sont un des principaux piliers d’une société libre. Lorsque la propriété est reléguée à la classe moyenne supérieure et aux riches, il en résulte un déclin social inévitable vers diverses formes de féodalisme ou de socialisme.

Pour ceux qui ont des ambitions autoritaires, l’inflation du logement est une aubaine. Le sans-abrisme nourrit le genre de désespoir qui pousse le public à soutenir les actions totalitaires. Ils finiront peut-être par vous fournir un logement, mais ce sera à un prix terriblement élevé.

La dernière chose que toute personne de bon sens souhaite est que le gouvernement devienne son propriétaire par défaut. Il est très difficile de défier les abus du gouvernement lorsque celui-ci contrôle le toit au-dessus de votre tête.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.