Accueil ECONOMIE Le piège de la stagflation conduira au revenu de base universel et...

Le piège de la stagflation conduira au revenu de base universel et au rationnement alimentaire

0
27

rationnement

 

La semaine dernière, lors d’une conférence sur le programme « Build Back Better » de Biden, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a été confrontée à des questions sur l’inflation galopante. Après avoir qualifié la hausse du prix de l’essence de « taxe Poutine », elle a poursuivi en offrant peut-être le démenti le plus stupide (ou le plus insidieux) que j’ai jamais entendu sur les causes de l’inflation. Elle a déclaré :

Alors que nous avons cette discussion, il est important de dissiper certains de ceux qui disent, eh bien, ce sont les dépenses du gouvernement. Non, ce n’est pas le cas. Les dépenses publiques font exactement l’inverse, elles réduisent la dette nationale. Ce n’est pas inflationniste.

Toute personne ayant une compréhension de base de l’économie et du fonctionnement des banques centrales a dû sentir son cerveau exploser en entendant cela, je sais que je l’ai fait. Mais avant de vous exposer les nombreuses raisons pour lesquelles cette affirmation est totalement fausse, je tiens à vous mettre en garde : dans cette situation, il est très facile de supposer que Pelosi et même Biden avancent ces arguments parce qu’ils sont trop stupides pour comprendre les principes fondamentaux de la création de dette, de la vitesse de circulation de l’argent et de la monnaie fiduciaire. Cela dit, ne confondez jamais le mal avec la simple ignorance.

Tous les représentants de haut niveau de la Maison Blanche sont briefés par des experts économiques (spin doctors) bien avant qu’ils ne répondent à des questions sur l’inflation, et les choses qu’ils disent ont été soigneusement scénarisées. Il est possible que Pelosi ait un peu mélangé ses mensonges, mais le récit que l’establishment essaie de promouvoir est bien planifié. Affirmer que la création monétaire est un contrepoids à l’inflation plutôt que sa cause n’est pas brillant, mais ce n’est pas conçu pour convaincre beaucoup de gens, seulement pour créer la confusion.


N’oublions pas que l’année dernière encore, ces mêmes personnes affirmaient au public que l’inflation était purement « transitoire » et qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter. Aujourd’hui, ils essaient de brouiller les pistes et de dissimuler la culpabilité de la Réserve fédérale. Je crois que l’objectif ici est simplement de gagner du temps jusqu’à ce que l’effondrement stagflationniste se produise. Ils ont le bouc émissaire parfait pour lancer une guerre économique avec la Russie (et probablement la Chine à court terme), et les effets de cette guerre feront beaucoup plus de mal aux États-Unis et à l’Europe que beaucoup ne le pensent.

Pour analyser rapidement la déclaration bizarre de Pelosi, je vais faire quelques observations fondamentales :

Premièrement, le remboursement de la dette nationale n’a RIEN à voir avec la réduction de l’inflation. Même si l’on parvenait à rassembler suffisamment d’actifs pour rembourser la dette nationale sans créer de nouveaux dollars de toutes pièces, les problèmes d’inflation actuels persisteraient. Il y aurait toujours la question des dizaines de milliers de milliards de dollars déjà fabriqués et flottant dans l’économie globale. L’inflation est directement liée à la masse monétaire et à la vitesse de circulation de l’argent. La dette nationale est secondaire dans cette question.

Deuxièmement, nous devons poser la question la plus évidente : Si les dépenses publiques « réduisent la dette nationale » en la remboursant, alors pourquoi la dette nationale n’a-t-elle pas diminué ?

La Fed et le gouvernement américain ont créé plus de 6 000 milliards de dollars en monnaie fiduciaire rien qu’en 2020, et la dette nationale n’a fait qu’augmenter. En fait, l’explosion de la dette nationale est en corrélation DIRECTE avec la quantité de dollars créés par la Fed pour alimenter les diverses politiques de relance et de renflouement au fil des ans. La dette nationale en 2008, au début de la crise du crédit, était d’environ 10 000 milliards de dollars. Il a fallu des centaines d’années pour atteindre ce niveau. En l’espace de seulement 14 ans de création monétaire par la Fed, la dette a maintenant triplé pour atteindre plus de 30 000 milliards de dollars.

Je le répète : les dépenses publiques et les mesures de relance de la Fed ont triplé la taille de notre dette nationale en moins de 14 ans. Et, bien sûr, l’inflation a grimpé en flèche, car la quantité de dollars injectés dans le système global entraîne une baisse spectaculaire du pouvoir d’achat de notre monnaie. Plus de dollars fiduciaires égale moins de pouvoir d’achat. C’est la réalité.

De plus, l’utilisation de la Russie comme bouc émissaire ne tient pas la route sur le plan de la logique. L’affirmation de Pelosi, Biden et de nombreux gauchistes de l’establishment est que le blocage du pétrole russe aux États-Unis entraîne une inflation dans de multiples secteurs de l’économie, mais que c’est « nécessaire » pour arrêter l’invasion de l’Ukraine par Poutine. On pourrait penser que nous utilisons beaucoup de pétrole russe. Ce n’est pas le cas.

Le pétrole brut russe ne représente que 3 % des importations américaines. Par conséquent, il est impossible que les sanctions contre le pétrole russe soient la cause de la hausse des prix, et ces sanctions n’ont aucun effet sur le Kremlin. L’inflation atteignait des sommets de 40 ans en décembre de l’année dernière, bien avant la guerre en Ukraine. En fait, les nouvelles sur les hausses des taux d’intérêt de la Fed font bouger les marchés pétroliers bien plus que les nouvelles sur l’Ukraine.

Pour résumer, j’ai un message spécial pour Nancy Pelosi : Rendez-nous service et fermez-la, espèce de bique suceuse de sang. Le peuple américain est plus intelligent que vous, et votre scénario de propagande est plein de trous.

Passons à des questions plus importantes…

Ce récit ne vise pas seulement à protéger l’administration Biden, il s’agit aussi de protéger la Réserve fédérale. Comme l’a admis ouvertement l’ancien président de la Fed, Alan Greenspan, la banque centrale ne répond à personne, y compris aux responsables gouvernementaux. Nombreux sont ceux qui pensent que ce sont en fait les banques centrales et les banques internationales qui prennent la majorité des décisions politiques pour le gouvernement, et que les hommes politiques n’ont que très peu leur mot à dire. Je suis enclin à être d’accord, étant donné le nombre d’élites bancaires et de membres du Council on Foreign Relations globalistes qui semblent imprégner chaque cabinet présidentiel (cela inclut le cabinet de Trump autant que celui de Biden).

Biden est une coquille vide d’un homme à peine capable de maintenir un semblant de santé mentale, qui pensez-vous dirige réellement le pays ?

J’ai beaucoup écrit ces derniers temps sur la façon dont les élites de l’establishment et les globalistes profitent en fait grandement d’une crise stagflationniste, tant qu’ils sont en mesure de détourner la responsabilité vers d’autres sources et qu’ils ne sont pas la cible de représailles de la part du public. L’un de ces avantages comprend un événement de couverture pour un programme que le Forum économique global appelle le
« Grand Reset » , qui n’est essentiellement qu’un autre nom pour « Nouvel Ordre Mondial ».

N’est-il pas merveilleux que la grêle pornographique de peur Covid dont le gouvernement et les médias bombardaient les Américains il y a seulement quelques mois ait soudainement disparu ? Que s’est-il passé ? Eh bien, l’establishment a été vaincu, voilà ce qui s’est passé. Avec les conservateurs et les modérés dans les États rouges des États-Unis et dans les nations du monde entier qui se sont battus contre les confinements et les passeports vaccinaux, les globalistes ont dû réaliser que la bataille était perdue à long terme. Soudain, toute discussion sur les passeports et la tyrannie médicale a disparu.

Je me rends compte qu’il y a des gens qui accordent trop de crédit aux globalistes et qui soutiennent encore que le projet Covid était une sorte de succès. Ces personnes ont tort. Si vous voulez voir à quoi ressemble un succès, allez en Chine, où des centaines de millions de personnes souffrent encore aujourd’hui de confinements et où personne ne peut faire quoi que ce soit sans un passeport vaccinal et un code QR à jour. En Chine, les passeports vaccinaux sont également utilisés pour le suivi de la population et constituent un élément de leur crédit social. C’est ce que les globalistes voulaient pour toutes les nations, y compris les États-Unis, et ils ne l’ont pas obtenu. Par conséquent, il faut passer à la prochaine crise.

La menace de la stagflation m’inquiète plus que toute autre pour un certain nombre de raisons, et pas seulement à cause du potentiel d’extrême pauvreté. Comme nous le savons tous, la stratégie de « l’ordre à partir du chaos » consiste à créer suffisamment de désespoir au sein d’une population cible pour que les gens soient prêts à renoncer à leurs libertés en échange d’un semblant de sécurité et de normalité. Mais quels contrôles spécifiques l’establishment chercherait-il à mettre en place ?

La stagflation a la capacité de provoquer une hausse des prix des produits de première nécessité, tout en tirant le PIB vers le bas, avec les salaires, les emplois, l’industrie, etc. Il existe également la menace très réelle d’un contrôle des prix par le gouvernement, qui étoufferait la production et réduirait encore davantage l’offre de biens. Nous n’en sommes pas encore là, mais le danger se rapproche rapidement.

Dans le cadre du programme du Grand Reset du WEF, il y a deux initiatives qui correspondent presque exactement à la stagflation et je prédis que nous en entendrons souvent parler au cours de l’année à venir.

La première initiative est le concept de revenu de base universel (RBU) ; nous en avons beaucoup entendu parler il y a quelques années, mais l’idée n’a pas trop bien collé au public américain. La vérité, cependant, est que nous avons déjà eu le RBU pendant un certain temps sous la forme de « chèques de relance Covid ». Cette monnaie hélicoptère était financée par plus de 6 000 milliards de dollars de monnaie fiduciaire de la banque centrale créés à partir de rien, puis directement injectés dans les comptes des citoyens. C’était à peine suffisant pour que les gens puissent vivre, mais en conjonction avec d’autres programmes d’aide sociale et des chèques de chômage, des millions de personnes ont mené la vie facile chez eux pendant plus d’un an. L’argent était si facile que cette politique a déclenché une pénurie nationale de main-d’œuvre.

Ce petit avant-goût du RBU a pu donner aux gens une mauvaise impression de ces programmes de relance. Après les programmes Covid, le public pourrait être amené à croire que le RBU se traduirait par une vie insouciante avec de l’argent à profusion. En soi, sans le bénéfice d’autres programmes d’aide sociale, les chèques Covid n’auraient pas suffi à loger et nourrir les gens ; le niveau de vie de la personne moyenne aurait dû chuter de façon spectaculaire pour que le RBU fonctionne. C’est ça, la stagflation…

Avec le déclin économique qui écrase notre niveau de vie, il pourrait être plus facile pour l’establishment d’attirer le public vers le RBU. Avec un contrôle des prix de type communiste (et une population réduite par la famine et la pauvreté), le public serait capable de survivre, mais à peine. Il n’y aurait plus de « richesse personnelle », seulement les miettes que les gouvernements et les banquiers sont prêts à jeter aux gens. En plus de cela, la résistance à l’autoritarisme serait presque impossible. Une fois que le gouvernement prend le rôle de maman et papa et la seule source de nourriture et de logement pour les citoyens, ils sont beaucoup moins susceptibles de résister à n’importe quel abus de l’établissement veut mettre en place.

Le RBU est un piège en sucre qui engendre la dépendance de la population. L’argent gratuit est une drogue qui crée une dépendance, et l’Amérique vient d’en avoir un avant-goût pendant la pandémie.

Cela nous amène au deuxième programme du Grand Reset du WEF, qui est le concept de « l’économie partagée ». Les globalistes pensent que vous ne devriez rien posséder, n’avoir aucune vie privée, et en être heureux. Le danger initial ici concerne le rationnement. Un gouvernement ne peut pas instituer des mesures de RBU pendant une crise stagflationniste sans instituer également un contrôle des prix, car sinon le stimulus monétaire utilisé pour fournir les chèques de RBU ne ferait que créer PLUS d’inflation dans les prix. Si le RBU est censé compenser l’inflation mais qu’il crée davantage d’inflation, alors le RBU devient inutile. Il s’agit d’un autre petit fait que des gens comme Pelosi essaient d’occulter lorsqu’ils prétendent que l’impression monétaire aide à « combattre l’inflation ».

Lorsque le contrôle des prix sera mis en place, l’industrie manufacturière implosera encore plus, car le contrôle des prix signifie que les producteurs de produits de première nécessité ne pourront pas faire beaucoup de bénéfices (ou ils n’en feront pas du tout). Il n’y aura aucune incitation à produire parmi les personnes qui savent réellement comment produire, et ces personnes ne sont pas faciles à remplacer. L’offre de biens ne sera pas en mesure de répondre à la demande. Naturellement, le gouvernement en profitera pour limiter la quantité de biens qu’une personne ou une famille est autorisée à acheter ou à stocker au moyen de cartes de rationnement.

Ce type de mesures a déjà été utilisé par le passé, généralement en temps de guerre ou sous des régimes communistes. Mais dans ce cas, le rationnement sera numérique et permanent, et il sera conçu pour contrôler davantage la nourriture et les autres ressources afin de prévenir toute rébellion de la population. Si vous ne pouvez pas stocker plus d’une semaine de produits de première nécessité à un moment donné, votre capacité à défier le gouvernement est inexistante, à moins que vous ne sachiez vivre de la terre ou que vous ayez accès au marché noir. Tout ce qu’ils ont à faire est de couper vos chèques mensuels de RBU et votre compte de rationnement et vous regarder mourir de faim.

J’aborderai les solutions à ces problèmes dans un article à venir. Je pense qu’il est important que les personnes au sein du mouvement pour la liberté et en dehors de celui-ci commencent à réfléchir à l’ampleur de la crise à laquelle nous sommes confrontés. Il ne s’agit pas seulement d’un désastre économique et de l’adaptation à la perte des chaînes d’approvisionnement et des monnaies stables ; il ne s’agit pas seulement de la survie. Il s’agit aussi de se défendre contre l’inévitable réponse des gouvernements à la crise. Ils essaieront de profiter de la douleur des gens, et de l’utiliser pour les attirer vers l’esclavage. Nous ne pouvons pas permettre que cela se produise.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Source : sott

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.