La revue de presse en temps réel

Des géants bancaires américains paient des milliards en amendes – Alimentent-ils le crime ?

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Les quatre plus grandes banques américaines ont payé des amendes s’élevant à plusieurs centaines de milliards de dollars, tandis que le PDG de JPMorgan critique vivement les actifs numériques, les qualifiant d’outils pour criminels.

D’après Violation Tracker, un agrégateur de données sur les fautes professionnelles des entreprises, Bank of America, Wells Fargo, Citigroup et JPMorgan ont collectivement payé des pénalités impressionnantes de 181 milliards de dollars depuis l’an 2000. Violation Tracker recense diverses infractions bancaires civiles et criminelles, telles que la corruption internationale, le blanchiment d’argent, l’évasion fiscale des entreprises, les infractions boursières, la fraude comptable, l’entente sur les prix, la discrimination au travail, et plus encore.

Selon les données, Bank of America a payé un total de 324 amendes, s’élevant à 87,2 milliards de dollars, depuis le début du millénaire, tandis que Wells Fargo a été sanctionnée 261 fois pour un total de 27,5 milliards de dollars. Violation Tracker indique que Citigroup a été reconnue coupable 181 fois, avec des amendes totalisant 26,9 milliards de dollars, et JPMorgan a reçu 272 amendes pour un montant total de 39,3 milliards de dollars.

Ces chiffres surviennent alors que Jamie Dimon, PDG de JPMorgan, a déclaré au Congrès lors d’une récente réunion que les crypto-actifs sont des outils pour les malfaiteurs qu’il fermerait s’il le pouvait. Dimon a exprimé son opposition ferme aux cryptomonnaies, telles que le Bitcoin, arguant que leur seul véritable usage est pour des activités criminelles – trafic de drogues, blanchiment d’argent, évasion fiscale – en raison de leur caractère quelque peu anonyme et de la possibilité de transférer de l’argent instantanément, en contournant les systèmes de régulation financière.

Dimon n’a toutefois pas fourni de preuves étayant ses affirmations selon lesquelles les actifs cryptographiques sont largement utilisés pour des activités criminelles. L’année dernière, la firme de recherche sur les cryptomonnaies Chainalysis a déterminé que, bien que 5% du produit intérieur brut mondial soit blanchi chaque année en monnaie fiduciaire, seulement 0,05% de toutes les transactions en cryptomonnaies impliquent du blanchiment d’argent.

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X