La revue de presse en temps réel

Pantin (93) : victime de viols de la part d’une élève de sa classe, une fillette de 7 ans doit quitter son école à la place de son agresseuse. Les deux élèves avaient seulement été changées de classe « par mesure d’équité »

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Dans une école de Pantin (Seine-Saint-Denis), une enfant de 7 ans a été victime de viols de la part d’une des élèves de sa classe. Ne sentant pas leur fille suffisamment protégée, les parents de la victime ont été contraints de la changer d’établissement scolaire. La victime a vécu comme une « punition » le choix fait par l’école pour régler l’affaire. Plutôt que d’exclure son agresseuse, l’école a choisi de déplacer les deux élèves de classe, « par mesure d’équité » selon des propos de la directrice aux parents.

La santé de la petite fille, qui a dû faire face à son agresseuse pendant trois semaines dans la même classe, puis pendant deux mois et demi dans le même établissement, s’est dégradée. Ses parents l’ont finalement changée d’école.

«Je suis tombée de ma chaise, je n’aurais jamais imaginé qu’à cet âge-là, une chose aussi grave puisse se passer. On dépose nos enfants à l’école et on est confiants. » Stéphanie, la maman de Caroline* [Les prénoms ont été changés], est encore abasourdie par ce qui est arrivé à sa petite fille l’an dernier, alors qu’elle n’était âgée que de 7 ans. Fin mars 2023, celle-ci leur a raconté avoir subi plusieurs viols d’une de ses camarades, dans une école à Pantin (Seine-Saint-Denis), comme l’avait révélé Mediapart.

Ce jour-là, après s’être d’abord confiée à son instituteur, Caroline, très agitée et les mains tremblantes selon le récit de sa mère, explique que Rebecca*, qui insistait pour être invitée à leur domicile et se montrait un peu collante, l’a bloquée dans les toilettes, la forçant à enlever sa culotte et lui mettant « les doigts dans la zézette ». « C’est arrivé au moins deux fois », lâche la petite fille, qui avait déjà été auscultée près de dix jours avant ces révélations par un médecin qui avait constaté un « prurit vulvaire », sans que la cause soit identifiée.

Mais ce soir-là, Caroline parle. Elle raconte aussi les menaces que lui a adressées son agresseuse et la sidération qu’elle a vécue. « Elle lui a dit que dans sa famille, tout le monde faisait de la boxe et viendrait la frapper si elle parlait. Elle m’a aussi expliqué que Rebecca avait comme changé de visage lorsqu’elle était entrée dans les toilettes, et qu’elle avait eu très peur. Elle a décrit tous les mécanismes du viol », raconte sa mère.  […]

20 minutes

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X