La revue de presse en temps réel

L’alimentation est désormais un investissement – voici pourquoi l’inflation ne va pas disparaitre de sitôt Brandon Smith

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

📍L’un des aspects les plus difficiles du travail d’analyse économique est le problème de la désinformation rampante qu’il faut creuser pour parvenir à la vérité sur une question donnée. À cet égard, l’économie ressemble beaucoup à la politique. La propagande est infinie et la démystifier revient parfois à déplacer une montagne avec une petite cuillère.

Les médias de l’establishment ne cessent de mentir sur notre situation financière et, lorsqu’ils sont finalement acculés et contraints d’admettre la gravité de la situation, ils mentent sur les causes. Cela dit, je trouve que ces mensonges sont généralement conçus pour faire l’une des deux choses suivantes : Il faut soit compliquer le problème à l’excès pour que les gens renoncent à y réfléchir, soit détourner l’attention du problème pour que les gens se tournent vers un bouc émissaire.

En ce qui concerne l’inflation, voici l’essentiel :

📍Les banques centrales et l’inondation de la monnaie fiduciaire

La hausse des prix est due à deux facteurs principaux. La première est la création monétaire, c’est-à-dire le fait que trop de dollars servent à acheter trop peu de biens. Les banques centrales du monde entier ont inondé le système de monnaie fiduciaire depuis la crise de la dette de 2008, et la Réserve fédérale américaine est de loin le pire des contrevenants. Nous parlons de dizaines de milliers de milliards (ou plus) de création monétaire, soi-disant pour retarder ou empêcher un krach déflationniste.

Au moment où les mesures de blocage de la pandémie ont été lancées et où la Fed a injecté plus de 8 000 milliards de dollars dans l’économie par le biais de mesures de relance telles que les chèques covid et les prêts PPP, la masse monétaire totale des États-Unis atteignait déjà des niveaux destructeurs. La relance par les chèques covidés n’a été que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Par conséquent, si vous voulez savoir qui est directement responsable de l’augmentation de 30 % ou plus de vos dépenses quotidiennes en l’espace de trois ans, les premiers criminels sont les banquiers centraux.

Les gouvernements et certaines entreprises partenaires sont également à blâmer, mais les banques centrales sont à l’origine de tous les mouvements inflationnistes. Je suis convaincu (d’après les faits) que les banques centrales ont délibérément déclenché une crise stagflationniste dans le but de remplacer de force les économies basées sur l’argent liquide par une nouvelle économie mondiale numérique et sans argent liquide. Toutefois, il s’agit là d’une discussion pour un autre article…

📍Pénuries et ressources de base

L’autre cause principale de la hausse des prix est la pénurie ou la perturbation des ressources clés, notamment le pétrole et l’énergie. N’oubliez pas que la guerre en Ukraine a coupé l’Occident d’une grande partie du marché russe, riche en ressources. Par ailleurs, la guerre à Gaza a conduit des groupes au Moyen-Orient, comme les Houthis, à empêcher une multitude de cargos et de pétroliers de traverser la mer Rouge.

En soi, chacun de ces événements semble être une petite menace pour la chaîne d’approvisionnement mondiale, mais lorsqu’ils s’accumulent, leurs effets deviennent préjudiciables. Pour l’instant, le facteur le plus important est la hausse des prix de l’énergie, car il s’agit de la ressource clé qui permet à l’agriculture et à l’industrie manufacturière de fonctionner. Chaque fois que les prix du pétrole augmentent, les prix de tous les autres produits augmentent.

C’est précisément la raison pour laquelle l’administration Biden a continué à déverser sur le marché les réserves stratégiques de pétrole des États-Unis au cours des deux dernières années. C’était leur façon de manipuler les prix du pétrole à la baisse afin d’atténuer ou de dissimuler les effets plus importants de l’inflation. Maintenant qu’ils sont 🔽

2.
poussés à remplir ces réserves et à commencer à acheter (à un prix beaucoup plus élevé), les prix mondiaux du pétrole et les prix américains en particulier remontent en flèche.

📍Désinformation des médias et le crush des prix des denrées alimentaires

Le coût des denrées alimentaires a augmenté de 30 % ou plus selon les produits depuis le début de l’année 2020, et même si les rapports de l’IPC ont montré il y a plusieurs mois un « ralentissement » de l’inflation globale, cela ne signifie pas que les prix vont baisser de sitôt. En fait, elles ne feront qu’augmenter d’année en année.

L’IPC est un outil permettant de mesurer l’augmentation MOYENNE des prix de plus de 80 000 produits et services dans un large éventail de domaines. Nombre de ces articles ne sont pas des produits de première nécessité et diluent donc l’inflation réelle que nous observons dans les dépenses quotidiennes. Si l’on prenait la moyenne des produits de première nécessité comme le logement, l’énergie, la nourriture, etc. l’IPC serait beaucoup plus élevé.

Lorsque les médias vantent la baisse de l’IPC comme un signe d’amélioration de l’économie, ils ne mentionnent généralement pas que cette statistique ne représente que l’augmentation des prix. Un IPC plus bas ne signifie pas que les coûts en rayon vont diminuer. L’inflation est cumulative.

En d’autres termes, l’augmentation de plus de 30 % des prix des denrées alimentaires à laquelle les Américains ont dû faire face n’a pas disparu, mais elle ne progresse plus aussi rapidement qu’auparavant. Et, comme nous l’avons vu au cours des deux derniers mois, l’inflation a la capacité de revenir tout aussi rapidement pour mettre encore plus d’huile sur le feu.

Il n’y a pas longtemps, je lisais un article de CBS qui prétendait pouvoir expliquer pourquoi les prix des denrées alimentaires n’avaient pas baissé ces derniers temps. En réalité, l’ensemble de l’article était de la désinformation, accusant tous les boucs émissaires possibles tout en ignorant les vraies causes.

Leur principale explication est la « Greedflation », ou l’affirmation selon laquelle les entreprises surfacturent les produits alimentaires. En d’autres termes, il faut blâmer les entreprises, ne pas blâmer la Réserve fédérale et ne pas blâmer le gouvernement. Elles sont « innocentes » dans tout cela.

Jusqu’à présent, aucune preuve concrète ne vient étayer la théorie de la « Greedflation ». Chaque entreprise a des dépenses uniques, des frais généraux uniques, des coûts industriels uniques, des coûts de contrôle de la qualité uniques et des coûts de ressources uniques. Le résultat net d’une entreprise de biscuits sera différent de celui d’une autre entreprise de biscuits. Cela dit, il existe des coûts universels qui sont directement liés à la hausse des prix, quelle que soit l’entreprise, et il s’agit notamment de l’énergie, de la main-d’œuvre et des produits de base.

Pour ceux qui suivent les marchés, il est évident que les matières premières grimpent. L’indice des matières premières industrielles est bien plus élevé aujourd’hui qu’il ne l’était en 2020, tout comme les prix du pétrole et du gaz. Toutes les ressources de base que les entreprises utilisent pour fabriquer leurs produits prennent de la valeur et leur coût de fabrication augmente donc. L’agriculture en particulier est fortement affectée par les prix du pétrole ainsi que par les prix des engrais et de l’équipement agricole, sans parler des coûts plus élevés de la main-d’œuvre.

Entre 2020 et 2023, les coûts totaux payés par les agriculteurs pour cultiver et soigner le bétail ont augmenté de plus de 100 milliards de dollars, soit 28 %, pour atteindre le chiffre record de 460 milliards de dollars en 2023. Il est amusant de constater que ce chiffre est très proche de l’augmentation de 30 % de l’ensemble des prix des denrées alimentaires depuis 2020. Les médias de l’establishment veulent vous faire croire que les prix élevés des denrées alimentaires vont bientôt disparaître 🔽

3/3
et pour vous tromper, ils doivent vous convaincre que la cause est quelque chose qui peut être « contrôlé » ou « réglementé ».

Rien n’indique que les coûts agricoles vont cesser d’augmenter dans un avenir proche, ce qui signifie que chaque année, la nourriture vous coûtera plus cher que l’année précédente. Cela pourrait même vous coûter BEAUCOUP plus cher que l’année précédente.

En conclusion, c’est la raison pour laquelle les gens doivent commencer à considérer l’alimentation comme un investissement, de la même manière qu’ils considèrent leur 401K ou tout autre plan de retraite. Si vous voulez réduire les coûts de l’alimentation à l’avenir, vous devez acheter dès maintenant des aliments ayant une longue durée de conservation. Si vous pensez que l’inflation est une phase passagère et que les choses reviendront à ce qu’elles étaient avant 2020, vous ne prendrez probablement pas cette préoccupation au sérieux. Mais considérez ceci :

Bien avant 2020, je mettais régulièrement en garde contre une crise de stagflation imminente. Les réserves alimentaires que j’ai achetées en 2020 coûtent aujourd’hui au moins 30 à 50 % plus cher en 2024. Pendant ce temps, certains des plus grands économistes du pays niaient qu’une telle chose puisse jamais se produire. Lorsqu’elle s’est produite, ils ont prétendu qu’elle était « transitoire ». Il s’est avéré que c’était faux. Aujourd’hui, ils affirment que les prix des denrées alimentaires baisseront lorsque les entreprises seront contraintes par la réglementation de réduire leurs prix.

Que le gouvernement intervienne ou que le marché continue de réagir aux mauvaises politiques fiscales, il devient rapidement nécessaire d’investir dans la sécurité alimentaire le plus tôt possible. Le contrôle des prix imposé par les gouvernements ne s’est jamais avéré efficace pour stopper l’inflation. Lorsque l’on supprime toutes les incitations au profit, de nombreuses entreprises ferment boutique. L’offre de produits diminue et les prix augmentent de toute façon en raison de la pénurie.

Voulez-vous parier votre avenir sur le fait que les économistes de l’establishment ont raison pour une fois, ou voulez-vous stocker de la nourriture dès aujourd’hui en sachant que les prix ne feront qu’augmenter de façon exponentielle ?

Une entreprise spécialisée dans les aliments de survie, Prepper All-Naturals, a baissé ses prix de manière proactive pour permettre aux Américains de faire des réserves avant les hausses prévues des prix du bœuf. Leurs steaks d’une durée de conservation de 25 ans bénéficient actuellement d’une réduction de 25 % avec le code promo « invest25 »

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X