La revue de presse en temps réel

La gauche politique a prouvé sans l’ombre d’un doute qu’elle est autoritaire Brandon Smith

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

📍Il y a près de 20 ans, lorsque j’ai commencé à travailler dans les médias indépendants, le mantra commun de mes pairs était de noter l’existence du « faux paradigme gauche/droite » – l’idée que les démocrates et les républicains étaient essentiellement les mêmes et qu’ils travaillaient pour atteindre les mêmes objectifs autoritaires. C’était avant le mouvement Ron Paul et le virage libertaire/patriote dans les cercles conservateurs, lorsque les néocons (faux conservateurs) dominaient tout le discours républicain.

Au cours des 16 années qui se sont écoulées depuis, des évolutions intéressantes ont eu lieu au niveau des États, avec un retour à de véritables principes conservateurs et constitutionnels. Les idéaux conservateurs étaient sur le point de disparaître au début des années 2000, mais grâce à Ron Paul et à d’autres, ils ont connu une résurgence. Le faux paradigme gauche/droite s’applique encore à bien des égards et nous devons rester vigilants, mais les fraudes les plus flagrantes des RINO perdent rapidement leur popularité.

Les nihilistes (et les provocateurs fédéraux rémunérés) ne cesseront d’affirmer que nous ne progressons pas, mais considérez ceci : Il y a plusieurs dizaines d’années, les conservateurs se battaient pour défendre des gens comme John McCain, Lindsay Graham ou Mitt Romney ; aujourd’hui, ils méprisent ces imposteurs (McCain était détesté par la plupart des conservateurs bien avant qu’il ne meure). Les temps changent, c’est un fait, et nous devons reconnaître les avancées positives.

Cela ne veut pas dire que les Américains doivent s’en remettre à la politique pour résoudre leurs problèmes nationaux, mais il serait faux de prétendre qu’il n’y a pas de représentants politiques de notre côté. Un argument courant contre les mouvements de droite est que les idéaux conservateurs sont « mal définis » et que nous « ne défendons rien ». Ce n’est tout simplement pas vrai. En fait, ce sont les gauchistes qui changent constamment de position, comme s’ils étaient schizophrènes. En comparaison, les conservateurs ont été beaucoup plus cohérents.

Les lignes directrices sont relativement faciles à comprendre : les conservateurs et les défenseurs des libertés soutiennent un retour à la gouvernance constitutionnelle, la protection de la Déclaration des droits, le libre marché, la méritocratie, le droit de choisir des associations, la vérité dans les médias, des frontières sûres, la protection des enfants contre l’exploitation, le maintien de l’Amérique à l’écart de tout engagement étranger, un leadership moral et responsable, etc. Le degré d’adhésion des dirigeants à ces paramètres détermine la confiance qu’ils gagnent, et la confiance est la seule monnaie qui compte aujourd’hui.

Sommes-nous en désaccord sur certaines nuances de ces questions ? Bien sûr, nous ne sommes pas comme les gauchistes. Nous ne sommes pas comme les gauchistes qui suivent un esprit de ruche central, craignant toujours d’être annulés par la foule ; nous discutons. Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose tant que nous nous unissons sur des principes de base.

Les démocrates (et les gauchistes en général), quant à eux, ont pris la direction complètement opposée. S’il fut un temps où le gauchiste moyen et le conservateur pouvaient trouver un terrain d’entente, ce temps est depuis longtemps révolu. De nombreux gauchistes étaient autrefois favorables aux droits individuels ; aujourd’hui, ils ne cessent de s’opposer à la liberté individuelle, comme si elle était dangereuse pour la société. Autrefois, ils étaient contre la guerre ; aujourd’hui, ils s’enflamment pour des pays comme la Russie et font pression pour une troisième guerre mondiale sans aucune réflexion rationnelle. Leurs méthodes sont devenues violentes, vicieuses, flagrantes dans leur exécution car ils adoptent une approche « la fin justifie les moyens ».

La gauche politique ne se soucie pas 🔽

2.
de ce qui est juste. Ils ne se soucient pas de ce qui est vrai. Tout ce qui les intéresse, c’est de « gagner ».

C’est cet engouement de la gauche pour le côté obscur qui conduit les États-Unis au bord de la guerre civile. Un candidat comme Trump serait-il pris au sérieux dans des conditions politiques normales ? Il n’a pas été pris très au sérieux en 2012. Cependant, lorsque les démocrates ont commencé à s’engager à fond dans l’autoritarisme, Trump est soudain devenu très attrayant pour les électeurs conservateurs.

Pourquoi ? Parce qu’il représente un gros doigt d’honneur aux communistes, un taureau dans un magasin de porcelaine. Si vous voulez énerver les démocrates autoritaires qui essaient de contrôler ce que vous dites et ce que vous pensez, vous leur mettez Trump dans les pattes pour quatre années supplémentaires. Est-ce que cela résout nos problèmes nationaux sous-jacents ? Non, pas le moins du monde. En fait, je crois toujours que Trump distrait les patriotes de ce qui doit vraiment être fait. Je suis convaincu qu’à ce stade, seule la guerre résoudra le problème. Voter pour Trump est un bon moyen de faire enrager les chialeux réveillés, et je ne reprocherais à personne de vouloir cela, mais tout véritable retour à l’honneur et à l’ordre devrait être mis en œuvre par le public, et non par le gouvernement.

Les conservateurs et les patriotes ne peuvent pas vivre côte à côte avec des gauchistes enragés, et nous ne pouvons pas non plus accepter un gouvernement contrôlé par la gauche. Ils ont prouvé sans l’ombre d’un doute qu’ils ont l’intention de détruire tous les aspects de la culture occidentale et d’instaurer un régime d’oppression.

Il s’est passé tellement de choses récemment que je crains que de nombreux Américains ne se sentent dépassés et oublient les récents méfaits des gauchistes. Au cas où vous auriez encore des doutes ou si vous connaissez des gens qui les défendent encore, voici quelques exemples des pires crimes autoritaires commis par les démocrates au cours des quatre dernières années seulement…

L’armement du système juridique par des poursuites sélectives

Lorsque les démocrates parlent d' »équité » dans la justice pénale, ils font référence à l’application déséquilibrée de la loi en fonction de l’appartenance ethnique ou des convictions politiques des personnes inculpées. L’exemple le plus flagrant est le tribunal kangourou qui s’est penché sur la manifestation du 6 janvier et qui a tenté d’enfermer les manifestants conservateurs en les qualifiant d' »insurgés ».

Les manifestants n’ont pas fait un seul mort, les dégâts matériels ont été minimes et la police du Capitole a provoqué l’émeute en tirant des balles en caoutchouc et du gaz CS sur une foule par ailleurs pacifique. Pourtant, les manifestants ont été dépeints par les démocrates et les médias comme des monstres essayant de « détruire la démocratie ».

Comparez cela à la réponse des démocrates aux émeutes de BLM et d’Antifa à travers les États-Unis depuis 2016, au cours desquelles des dizaines de personnes ont été tuées, des milliers de policiers blessés, des milliards de dollars de dégâts matériels et de multiples bâtiments gouvernementaux attaqués. Ces personnes ont tenté de prendre le pays en otage, mais la grande majorité de celles qui ont été arrêtées ont été relâchées et n’ont jamais été inculpées par les procureurs démocrates. Les médias les ont même présentés comme des héros.

Si le 6 janvier avait été une manifestation d’extrême gauche, il n’y aurait pas eu de commission et personne ne serait en prison pour 10 à 20 ans aujourd’hui. Il existe de nombreux exemples de poursuites sélectives visant des patriotes et le message est clair : « Si vous nous défiez de quelque manière que ce soit, nous n’avons aucun problème à utiliser le système juridique pour vous écraser ».

Hystérie pandémique et tyrannie médicale

Certains républicains ont-ils initialement soutenu les fermetures pendant le covid ? Oui. Lorsqu’il est apparu clairement que le covid 🔽

3.
n’était pas une menace, ont-ils mis fin aux bouclages dans leurs propres États ? Oui, étonnamment, c’est ce qu’ont fait la plupart d’entre eux.

La moitié des États américains (tous les États rouges) ont bloqué les tentatives de poursuite des mesures de confinement de la pandémie. Ces mêmes États ont également adopté des lois visant à empêcher toute nouvelle tentative de confinement ou de passeport vaccinal. Et tous les gouverneurs et législateurs concernés ont été accusés par les démocrates et les médias de « tuer des Américains » parce qu’ils défendaient la liberté.

En réalité, ces États, ainsi que les conservateurs de tout le pays, ont mis en échec un programme draconien qui a failli conduire les États-Unis au bord de la tyrannie médicale à spectre complet. Les démocrates et les mondialistes ont tenté d’utiliser la covid comme une opportunité d’instituer des mandats anti-liberté radicaux sans contrôle ni contrepoids. Voici quelques-unes des règles qu’ils voulaient mettre en place :

Vaccination forcée.

Pas d’emploi pour les personnes non vaccinées.

Pas d’accès aux espaces publics pour les personnes non vaccinées.

Pas d’accès aux traitements médicaux normaux pour les personnes non vaccinées.

Assignation à résidence pour les personnes non vaccinées.

Amendes pour les personnes non vaccinées.

Des peines de prison pour les personnes qui s’opposent aux mandats ou aux vaccins.

Suivi des personnes non vaccinées par le gouvernement.

Retrait des enfants aux personnes non vaccinées.

Vaccination secrète des enfants dans les écoles publiques à l’insu des parents.

Censure massive en ligne de toute personne présentant des informations contraires au discours gouvernemental.

Certains démocrates, dont M. Biden, ont même menacé de faire du « porte-à-porte » pour vacciner les gens, même si la position officielle était qu’ils chercheraient plutôt à « rendre la vie si dure » aux non-vaccinés que toute personne refusant la vaccination finirait par être obligée de s’y plier. Heureusement, leurs plans ont échoué. Le CDC a publié une série de statistiques non vérifiées affirmant que la plupart des Américains étaient vaccinés, personne n’a pris les rappels et le programme a été relégué au second plan. Cela dit, il est important de ne jamais oublier ce qui s’est passé.

La véritable nature de la gauche politique a été révélée entre 2020 et 2023, et la différence entre les conservateurs et les gauchistes est devenue indéniablement claire : les États rouges ont été libérés. Les États bleus ont tenté de maintenir l’autoritarisme en place. Les démocrates ont adopté la tyrannie médicale, les conservateurs ne l’ont pas fait. Les conservateurs ont quitté en masse les États bleus (et les villes bleues) parce qu’ils étaient oppressifs, tandis que les États rouges ont gagné des millions d’habitants et sont devenus encore plus rouges. C’est la réalité.

Cibler les enfants pour les endoctriner et les exploiter

Il n’y a pas de signe plus sûr d’autoritarisme qu’un groupe qui recrute des enfants comme fantassins en utilisant l’endoctrinement politique au nez et à la barbe des parents. Les démocrates et le mouvement « woke » ont complètement tombé le masque en ce qui concerne la jeunesse américaine.

L’utilisation généralisée de symboles « woke » tels que les drapeaux de fierté dans les écoles publiques et les bibliothèques. L’utilisation de spectacles de drag queens (souvent à caractère sexuel) comme moyen de normaliser les théories infondées sur la fluidité du genre, les maladies mentales et les aberrations sexuelles. Le financement par le gouvernement de l’État de contenus sexualisés, y compris de leçons et de livres graphiques destinés aux jeunes enfants. La liste est encore longue.

Je ne vois rien de plus insidieux et de plus maléfique que la tentative de la gauche de détourner les enfants américains pour en faire une arme au service de son coup d’État politique. Et ne vous y trompez pas, le mouvement « woke » n’est pas un mouvement pour l’égalité 🔽

4/4
c’est une insurrection communiste et collectiviste. Ils considèrent les enfants comme des outils et non comme des personnes.

Les démocrates vont jusqu’à adopter des lois autorisant les enfants à subir des procédures de changement de sexe, y compris des bloqueurs d’hormones et des opérations chirurgicales, sans le consentement de leurs parents. Il s’agit d’une politique monstrueuse qui doit être immédiatement abandonnée. Les enfants ne sont pas capables de consentir.

Encore une fois, tout cela est fait au nom de la victoire. Ce qui est moral ou éthique ne leur vient jamais à l’esprit.

Censure de masse et diabolisation de la « parole radicale »

Qui a désigné les démocrates pour devenir les arbitres d’un discours acceptable ? Eh bien, ils se sont désignés eux-mêmes, et les protections du 1er amendement se dégradent tranquillement chaque jour où nous leur permettons de continuer à agir comme s’ils étaient la police de la pensée.

Le nouveau terme utilisé en 2024 est « discours radical », c’est-à-dire tout discours qui va à l’encontre des exigences en matière de « diversité, d’équité et d’inclusion », ou tout discours qui contredit la prééminence du récit officiel. Il faut comprendre que l’expression « discours radical » est une étiquette arbitraire ; il faut tenir compte des conséquences légitimes et de l’intention.

Pour un démocrate, tout discours qui nuit à son objectif d’extorquer le soutien du public à ses politiques devient soudain « radical ». L’étiquette est conçue pour susciter des images de terrorisme et de fascisme, comme si de simples mots étaient magiques et pouvaient contraindre le public à faire le mal sans qu’il s’en rende compte. Il s’agit d’une fantaisie enfantine basée sur une projection. Ce sont les gauchistes (collectivistes) qui croient que les mots ont des pouvoirs magiques, et ils mettent donc l’accent sur le contrôle de la parole en général.

Je suis en partie d’accord, mais seulement sur le fait que les mensonges ont le pouvoir d’évoquer des réactions émotionnelles, mais la seule façon de combattre les mensonges est de dire la vérité. Quiconque affirme que la meilleure façon de combattre les mensonges est de recourir à la censure de masse est un menteur. Les démocrates s’appuient fortement sur la censure de masse, comme nous l’avons vu avec presque toutes les plateformes de médias sociaux Big Tech et les plateformes d’information des entreprises au cours des dernières années.

L’essentiel est le suivant : lorsque quelqu’un vous dit exactement qui il est, croyez-le. Lorsqu’un groupe de personnes montre, par toute une série d’actions, qu’il est autoritaire, il ne devrait pas être autorisé à s’approcher du pouvoir. Il est temps de repenser notre relation politique actuelle ici en Amérique et de se demander si nous devons ou non continuer à vivre avec un mouvement politique qui a montré si clairement qu’il était hostile à la liberté.

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X