La revue de presse en temps réel

La dette, arme de destruction massive des économies occidentales

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

19.04.2023 

Selon de nombreux stratèges et experts en économie et industrie militaire, pour la bonne santé du monde, il faut une guerre tous les 30-50 ans: c’est ce qu’on nomme pudiquement la «destruction créatrice». C’est d’ailleurs, une interprétation déviante de la théorie de l’économiste Schumpeter à propos des révolutions industrielles occidentales, créatrice d’emplois, de richesses et en «même temps» destructrice d’activités devenues obsolètes ainsi que des emplois inadaptés. 

Or, il n’y a pas eu de guerre de haute intensité, telle que celle qui oppose la Russie à l’Otan, depuis la guerre du Vietnam.

On peut penser que nos «massacreurs du 20ème siècle» soient en retard de plusieurs guerres. Mais rassurez-vous, dans cet entre-temps qui n’est pas la paix mais la guerre sous le déguisement «des droits de l’homme et de la démocratie», ils ont eu le temps de massacrer plusieurs millions de musulmans, par le monde, et fait condamner à mort 500.000 enfants irakiens en les affamant par un blocus barbare… Il faut bien s’occuper quand on s’ennuie chez soi et qu’on a besoin d’énergie pour faire tourner son économie (Cf. l’Irak, la Libye la Syrie…). 

Les «30 glorieuses» (1945-1975) qui se sont transformées en «30 pouilleuses» sous le règne des 3 fossoyeurs, Sarkozy, Hollande et Macron, de la France gaullienne (le remplacement de la droite sociale par la gauche sociétale) … n’était, historiquement, que la fin de la queue de la comète de la reconstruction d’après-guerre et surtout du pillage industriel des richesses du continent africain! 

La volonté du Forum de Davos (qui est le véritable conseil d’administration de la «multinationale monde» et qui a vocation à devenir le tuteur de la planète) était de provoquer une guerre en occident depuis au moins 2014 (date de la reprise de la Crimée par la Russie), voire début des années 2000 avec la «révolution orange» de la place Maïdan. 

La fin des 30 glorieuses coïncident avec la Loi du 3 janvier 1973 (ou loi Pompidou-Giscard-Rothschild) qui met fin à la nationalisation de la Banque de France et qui a pour conséquence «d’obliger» l’État a emprunté auprès des banques privées: la dette est née à cet instant. Depuis l’institution de l’Union Européenne (UE), c’est même devenu interdit car c’est inscrit, expressément, dans la constitution européenne. 

Au surplus, la fin de la convertibilité dollars-or, accords de Bretton-Woods n’était que l’hirondelle annonciatrice d’un «hold-up» qui permettra la mise en place de la dictature totale du billet vert sur le monde et de la financiarisation des économies occidentales: on produit moins en Occident que l’on consomme, désormais! 

C’est le système de l’Argent-Dette. Petite piqûre de rappel historique: C’est à la suite de 2ème Guerre mondiale que, sous l’impulsion du Conseil National de la Résistance (CNR), que la nationalisation de la Banque de France, et donc, la possibilité pour l’État Français [a été de vivre] à taux zéro pour les dépenses publiques (hôpitaux, infrastructures, industries, recherches…): c’est une époque révolue, au cours de laquelle les hommes politiques servaient les intérêts supérieurs de la nation française et non ceux des USA et de quelques banquiers tyranniques de la City de Londres et de Wall Street. 

Revenons en l’an de grâce de l’année 2023 ou la montagne de dettes à atteint, dans le monde, la somme inhumaine de presque 1 million de milliards de dollars (dettes publiques, privées, ménages, entreprises et produits dérivés…). C’est à travers cette dette mondiale qu’il faut appréhender le phénomène méconnu qui est tirée de cette règle historique: ce ne sont pas les crises économiques qui décident des guerres mais plutôt les liquidations qu’elles exigent face aux dérives monétaires du crédit et de la dette. 

En effet, nous avons intégré cette fausse idée que ce sont les crises qui mènent aux guerres, alors que c’est l’inverse. 

C’est parce que l’Occident a refusé l’amplitude de la dette, qui lui pendait au nez en 2015, 2017, 2019, 2020…que nous avançons vers la guerre. 

Avoir refusé la crise de 2008 et, donc, avoir négligé le problème de l’endettement, c’est le résultat qui va nous mener, demain, à l’affrontement inévitable. A défaut d’avoir traité le cancer monétaire et d’amputer la tumeur de la dette, celle-ci fait des métastases, depuis longtemps, dans les sphères économique, sociale, politique et aussi, désormais, dans les sphères géopolitique et militaire. Nous sommes passés d’une diplomatie «classique» à une diplomatie militairo-judiciaire du billet vert. 

Depuis le début de l’année, deux «importantes» banques américaines (SVB et la Signature Bank…et quelques petites) ont fait faillite selon le FDIC et leurs actifs combinés représentent 319 milliards de dollars en termes d’actifs perdus (soit respectivement: 209 milliards de dollars pour la SVB et 110 milliards pour la Signature Bank) …hors faillite du Crédit Suisse, notamment. Ce constat nous fait dire que la crise de 2023 est la pire crise financière depuis la crise de 1929! 

A titre de comparaison:

·     En 2008, 25 banques ont fait faillite pour 374 milliards de dollars de perte d’actifs

·     En 2009, 140 banques ont fait faillite pour 171 milliards de dollars de perte d’actifs

·     2011, 92 banques ont fait faillite pour 36 milliards de dollars de perte d’actifs 

Par ailleurs, il est erroné de croire que l’UBS (Union des Banques Suisses) a racheté le Crédit Suisse: elle a «saisi» le passif du Crédit Suisse (l’eau) pour le mélanger avec ses actifs (le lait). Ainsi, l’actif net d’UBS est amoindri et l’actif net d’UBS-Crédit Suisse reste inchangé. Pourtant l’union de deux ânes n’a jamais engendré un étalon! 

Il s’ensuit, à l’aune de ces observations, que d’une part, le franc suisse n’est plus une monnaie de refuge et que, d’autre part, la prochaine banque à s’effondrer sera l’USB ou la Deutsche Bank, ou la BNP… Car les causes objectives de la chute du Crédit Suisse demeurent inchangées. 

Rappelons que la Deutsche Bank était cotée à 130 milliards de dollars au NYSE (New York Stock Exchange) en 2007. Après la crise de 2008, l’action a chuté brutalement et elle n’est jamais remontée: aujourd’hui l’action est estimée à 5 dollars! 

La Deutsche Bank à 48.000 milliards de produits dérivés. Pour comparaison le PNB de l’Allemagne, c’est 3500 milliards d’euros: presque 14 fois le PNB de l’Allemagne en produits dérivés. Le jour ou la Deutsche Bank est affectée, c’est tout le système financier qui s’effondre. 

La secousse engendrée par la faillite du Crédit Suisse indique que le potentiel de crise latent va entraîner d’autres secousses et davantage violentes qui entraîneront, inévitablement, l’effondrement: le retour du réel. 

Ainsi, depuis 1971 le dollar a perdu 98% de sa valeur. Les USA sont le seul pays qui peut imprimer de l’argent fictif «illimité» et l’échanger contre des biens réels provenant d’autres pays. La financiarisation des économies occidentales leur a permis de s’exonérer de produire des richesses mais de posséder les monnaies de réserve (dollar, euro). Aujourd’hui, le groupe des BRICS représente 80% de la production manufacturée mondiale! La Chine produit 22% des machines agricoles quand les USA en produisent à peine 7% (comme l’Italie). 

Les États occidentaux s’appauvrissent en ne produisant que du tourisme et des produits de luxe, mais au surplus leurs peuples font l’objet d’un «racket permanent» à travers les impôts et taxes qui, au lieu de servir à financer des investissements et services publics, sont destinés en réalité à payer les intérêts dont la dette publique est grevée: c’est une véritable expropriation en amont qui représente la souveraineté monétaire conférée au système financier privée. 

Thomas Jefferson, père de la constitution américaine, luttait de toutes ses forces contre le pouvoir financier qui étendait ses griffes sur la nouvelle nation: «Je crois que, pour notre liberté, les institutions financières représentent un plus grand danger que les armées. Si les citoyens américains les laissaient contrôler l’émission de monnaie, les banques leur retireraient tous leurs biens jusqu’à ce que leurs enfants se réveillent sans abri». 

 Le système financier est une oligarchie «extractive», au sens où il extrait la richesse des peuples et des citoyens ordinaires pour la transférer à lui-même, un gouffre dévorant vers le haut. Tout doit être leur propriété, y compris les êtres humains.

Michael Hudson, économiste, a consacré sa carrière à l’étude de la dette, à la fois la dette intérieure (prêts, hypothèques, paiement d’intérêts) et la dette extérieure. Dans ses travaux, il défend constamment l’idée que les prêts et les dettes à croissance exponentielle qui dépassent les bénéfices de l’économie réelle sont désastreux à la fois pour le gouvernement et les citoyens. 

A l’aune de ces développements, il ressort que le dollar et l’euro sont, non seulement, en sursis, mais que de surcroît, il va forcément y avoir une accélération de la dette ; mais qu’en plus leur avenir face aux Etats «émergents» (ou plutôt le reste du monde) est plus que compromis à cause des taux d’intérêts. 

Par conséquent, ils sont pris entre deux feux: soit ils laissent filer la dette et donc les monnaies s’effondrent; soit ils maitrisent l’inflation mais les risques sont bien plus grands, puisque les acteurs économiques et les populations n’auront plus accès aux crédits (comme sous le Covid-19, le remède est pire que mal). 

Quelle que soit l’alternative entreprise, la croissance disparaît, les industriels fuient la zone euro (et bientôt la zone dollar) et vont s’installer là où le coût des matières premières sont plus bas. 

Cette perspective, qui est tout sauf une hypothèse d’école, rappelle le cas du Japon (vassal des USA): aujourd’hui le Japon n’est plus un Producteur mais un Assembleur, dont la dette est colossale et une population de retraités. Parallèlement, la Corée du Sud, en l’espace de 30 ans a pris la place du Japon et pourtant au départ on avait le titan SONY qui dominait le marché contre SAMSUNG, ou TOYOTA contre KIA… 

Quand la machine va s’enrayer, définitivement, le krach sera long et la récession de l’Occident n’en sera plus que douloureuse. 

Pour Michael Hudson, chercheur et historien de l’économie à travers les âges, démontre que s’il n’y a pas à un moment donné, un effacement pur et simple de la dette, le monde contemporain sera plongé directement dans l’âge sombre. En effet, comprendre le phénomène «Clean Slate» littéralement ardoise effacée, permet d’éviter à l’humanité de passer par la case autodestruction, comme l’a toujours fait le système capitaliste en phase de crise aiguë. 

Qu’adviendra-t-il de la rivalité entre la Chine et les USA? Mad Max ou Soleil vert (deux films visionnaires sur le monde du 21ème siècles)? 

Djamal Yalaoui, avocat au barreau de Paris et correspondant Associé au barreau de Oran 

Source: https://algerie54.dz/2023/04/18/economies-occidentales-dette/?fbclid=IwAR3j-jesORTGbKyt6zAtL87oxlvkH69qwxg6YBX0hPnEUWS-GVpZNammIHs

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X