Escalade : Les événements récents laissent entrevoir un danger économique croissant

0
649

Par Brandon Smith − Le 15 septembre 2022 − Source Alt-Market

Un refrain courant chez les personnes qui critiquent les économistes alternatifs est que nous prédisons la crise depuis si longtemps que « nous finirons par avoir raison ». Ce sont généralement des personnes qui ne comprennent pas la nature du déclin économique – C’est comme une avalanche qui se construit au fil du temps, puis se brise et s’intensifie rapidement en dévalant la montagne. Ce qu’ils ne saisissent pas, c’est qu’ils sont au milieu d’un effondrement économique MAINTENANT, et qu’ils ne le voient pas parce qu’ils se sont habitués à la présence de la neige et du froid.

Le déclin économique est un processus qui prend de nombreuses années, et même si vous pouvez avoir un événement comme le krach boursier de 1929 ou le krach de 2008, ces moments de panique ne sont rien de plus que les débris laissés par la grande vague de glace dégringolante que tout le monde aurait dû voir venir bien à l’avance, mais qu’ils ont refusé.

En 2022, la tâche d’avertir les gens est beaucoup plus facile qu’auparavant, car nous avons largement dépassé le point médian du processus de déclin. Mais, croyez-le ou non, je reçois encore aujourd’hui des gens qui prétendent que nous, analystes, sommes des « prophètes de malheur ». Le pouvoir de l’ignorance délibérée est vraiment étonnant. Elle suffit à rendre une personne aveugle à la crise stagflationniste, aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement, à l’inflation rapide des prix, au carnage boursier, à l’instabilité du marché obligataire, à la dette record des consommateurs et aux conflits internationaux.

À ce stade, je pense que si une personne ne peut pas voir les dangers qui l’attendent, elle est probablement une perte de temps et d’espace et est destinée à être enterrée dans la glace ; il n’y a rien à faire pour elle. Oui, il y a des gens qui ne sont pas exposés à l’information et nous devons les prendre en compte, mais ma priorité sera les gens qui sont éveillés et conscients et j’essaierai de leur donner une idée du moment où nous nous trouvons dans le processus d’effondrement.

Au cours du mois dernier, il y a eu une augmentation considérable de l’activité économique et géopolitique qui suggère que nous entrons dans une nouvelle phase, et il n’est pas surprenant que tout cela s’accumule juste avant le mois d’octobre. Voici les événements que je trouve les plus préoccupants :

La crise énergétique européenne

C’est un événement que je prédis depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie et qui est maintenant arrivé. J’en ai parlé en détail dans mon récent article intitulé « L’Europe est confrontée à un désastre énergétique et cela va se répercuter sur les États-Unis« , je ne vais donc pas répéter toutes ces informations ici. Ce que je veux souligner, c’est l’absence totale de planification de la part des responsables européens pour faire face à cette menace. C’est comme s’ils voulaient un désastre complet.

La Russie a maintenant complètement interrompu l’approvisionnement en gaz naturel de l’Europe, qui représente environ 40 % de toutes les ressources énergétiques de l’UE. Les prix de référence du gaz naturel en Europe ont augmenté de 28 % il y a une semaine, en plus de l’inflation déjà existante. Les approvisionnements en pétrole sont également en forte baisse pour l’Europe et le gouvernement de l’UE s’est engagé à réduire ce qui reste des importations de pétrole russe par voie maritime à la fin de l’année. Malheureusement, ils ont proposé très peu de solutions au problème de l’offre.

Il a été question d’augmenter les importations de ressources alternatives en provenance d’autres nations, mais l’UE achète déjà environ 75 % de tout le gaz naturel liquéfié des États-Unis. Les producteurs de pétrole de l’OPEP ont indiqué qu’ils ne tenteront pas d’augmenter leur production de sitôt (probablement parce qu’ils ne le peuvent pas en raison de l’inflation des coûts d’exploitation). Il n’existe AUCUNE ressource énergétique de secours pour l’Europe ; elle n’existe pas pour le moment. Ils vont essayer d’acheter tout le charbon, le pétrole et le gaz qu’ils peuvent trouver sur le marché tout en faisant grimper les prix encore plus pour les autres pays. Ils seront toujours à court, ce qui signifie que les gens vont geler cet hiver.

Dans le meilleur des cas, les températures seront généralement douces et les gens pourront à peine survivre avec un chauffage minimal. Mais l’industrie européenne va souffrir et de nombreux fabricants vont réduire leur production (ce qui signifie plus de pression sur la chaîne d’approvisionnement mondiale).

L’inflation de base est toujours en hausse

Comme je l’ai signalé la semaine dernière dans mon article « C’est un fait qui doit être répété : La Réserve fédérale est un kamikaze« , l’inflation continue d’augmenter malgré les hausses continues des taux d’intérêt de la Fed, donnant à la banque centrale encore plus de munitions pour justifier des taux plus élevés en cas de faiblesse économique extrême.

La dernière impression de l’IPC a montré une augmentation à 8,3% et a été un choc pour les marchés qui s’attendaient universellement à une baisse. C’est la nature de la stagflation – Même avec une demande en baisse, les prix continuent de grimper ou restent élevés pendant de longues périodes. La stagflation des années 1970 a duré une décennie jusqu’à ce que la Fed porte les taux à 21 % et que l’emploi s’effondre au début des années 1980.

Cela ne signifie pas que les taux atteindront 21 % cette fois-ci ; ils n’en ont pas besoin. Il suffirait d’un taux des fonds fédéraux d’environ 4 % – 5 % pour que notre système actuel de dépendance au QE s’effondre. Une hausse des taux de 75 points de base est maintenant largement attendue lors de la prochaine réunion de la Fed ce mois-ci, et certains prédisent une hausse de 100 points de base. Cela nous rapprocherait de la zone d’effondrement des marchés et de l’emploi, même si je pense qu’il faudra attendre 2023 avant que le chômage ne commence vraiment à grimper en flèche.

La rencontre entre Poutine et Xi

Au moment où j’écris ces lignes, Vladimir Poutine doit rencontrer le président chinois Xi Jinping et la nature de la conférence n’est pas claire. Il y a les points d’accord évidents, comme les achats continus de pétrole et d’autres produits de base russes par la Chine, ainsi que le projet actuel de construction d’un oléoduc vers la Chine d’ici 2025. Il y a également la coopération stratégique qui est évidente dans les récents exercices navals entre les deux nations autour du Japon et de Taïwan.

Le moment de la réunion me préoccupe, car la saison propice à une éventuelle invasion chinoise de Taïwan approche à grands pas (octobre est le meilleur mois pour les mouvements navals afin d’éviter les typhons). La Chine n’aurait pas nécessairement besoin de s’engager dans une invasion terrestre. Elle pourrait simplement couper tout commerce d’importation/exportation de toute autre source que la Chine et affamer Taïwan jusqu’à ce qu’elle accepte l’unification.

Il y a aussi la question de l’Ukraine et des ventes d’armes. Avec la quantité de propagande émanant des services de renseignement ukrainiens et de l’OTAN, il est difficile de dire ce qui se passe réellement, mais je soupçonne la Russie de changer de stratégie et de se repositionner pour déployer des bombardements de missiles et d’artillerie sur les infrastructures, notamment les réseaux électriques et l’eau. Il s’agit d’une tactique que la Russie a évitée pendant des mois (jusqu’à cette semaine), ce qui est surprenant car l’une des premières mesures généralement prises par les États-Unis lors d’une invasion est d’éliminer la plupart des infrastructures clés (comme nous l’avons fait en Irak). On pourrait penser que la Russie aurait fait de même, mais elle a peut-être gardé ce scénario pour l’hiver, lorsque l’Ukraine aura plus de mal à faire face.

Cela rendrait l’Ukraine pratiquement invivable au cours de l’hiver prochain pour la majeure partie de la population. Poutine cherche peut-être à s’assurer que la Chine reste un partenaire économique stable si les pressions géopolitiques augmentent. Ils pourraient même conclure un accord de soutien mutuel : La Chine s’empare de Taïwan tandis que la Russie fait de l’Ukraine un désert de ressources et ils se soutiennent mutuellement sur le plan économique alors que les pays de l’OTAN vont tenter d’imposer des sanctions à la Chine. Nous ne le saurons probablement pas avant le mois d’octobre, mais le moment de la rencontre devrait faire sourciller.

Si le fumier est sur le point de se répandre à Taïwan et en Ukraine, les liens diplomatiques et économiques seront rompus et l’accès de l’Occident à l’industrie manufacturière chinoise sera coupé. Il s’agit certainement d’un problème pour l’économie chinoise, ce qui peut expliquer pourquoi ils ont poursuivi leurs confinements massifs Covid bien après que tous les autres gouvernements les aient abandonnées. Pourrait-il s’agir d’un entraînement aux contrôles civils dans un environnement de guerre imminente ?

La domination mondiale de la Chine en matière d’importations/exportations lui confère toutefois un pouvoir économique considérable dans le domaine du commerce. De nombreuses nations ne soutiendraient pas des sanctions à leur encontre. En outre, les vastes avoirs en dollars et en bons du Trésor américains pourraient être utilisés comme une arme pour endommager ou détruire le statut de réserve mondiale du dollar. Si la Chine envahit Taïwan cette année, les paris sont ouverts – le déclin économique sera rapide à partir de ce moment-là.

Il existe de nombreuses autres tendances qui entrent en ligne de compte dans l’environnement du krach, mais les facteurs ci-dessus sont les plus récents et les plus susceptibles de provoquer un effet domino à l’échelle mondiale. La question qui se pose toujours est la suivante : « Que pouvons-nous y faire ? » Pas grand-chose en termes de prévention. Ce que nous pouvons faire, en revanche, c’est nous préparer localement à affronter la tempête. Cela signifie stocker les produits de première nécessité avant que leur prix n’augmente encore plus ou qu’ils deviennent inexistants. Devenez producteur et apprenez une compétence précieuse pour survivre dans une économie en déclin. Organisez-vous avec des personnes localement qui sont sur la même longueur d’onde pour créer la sécurité et des opportunités commerciales alternatives.

Espérons que les citoyens conscients relèveront le défi et que l’organisation sera étendue, car le pire scénario serait de grandes masses de personnes complètement isolées, rivalisant les unes contre les autres plutôt que de travailler à leur sécurité mutuelle. Même dans un scénario d’effondrement lent, il s’agit d’un problème en termes d’augmentation de la criminalité ; prévoyez donc de travailler avec d’autres si vous voulez éviter les inévitables conditions du tiers monde.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici