La revue de presse en temps réel

Démission du conseiller de Prisca Thévenot chargé de lutter contre le RN et Zemmour suite à des révélations sur son passé soralien. Il avait été recruté par Véran.

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Avant même d’avoir été publiée, une enquête de Mediapart a provoqué, mardi 2 avril, la démission du conseiller « discours, prospective et opinion » de la porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot.

Une heure après l’envoi de nos questions à Prisca Thevenot, Alexis Bétemps nous a indiqué qu’il avait « fait le choix de quitter [son] cabinet » et que sa démission avait été « acceptée » par la ministre déléguée.

Au cœur de l’affaire : le CV caché de cette plume du gouvernement, chargée notamment de la réplique à l’extrême droite. Lorsqu’il a été embauché par Olivier Véran en octobre 2023, puis reconduit en janvier par la successeure de celui-ci, Alexis Bétemps était, sur le papier, directeur conseil au sein de l’agence de communication 2017, rédacteur en chef « philosophie » de la revue antimoderne Philitt et auteur de tribunes dans Marianne.

Mais notre enquête montre un parcours plus embarrassant : par le passé « attiré » par les idées d’Alain Soral, ce communicant de 32 ans est un ancien chef d’édition de la chaîne de propagande russe Russia Today (RT) France, et il s’est fait, il y a quelques années encore, le relais de l’extrême droite sur les réseaux sociaux, de Marine Le Pen à l’écrivain Renaud Camus, condamné pour provocation à la haine raciale.

Au fil de nos échanges, Alexis Bétemps a donné plusieurs versions. Le 24 mars, il nous a indiqué par téléphone qu’il était par le passé « plutôt militant anti-extrême droite » et, s’agissant des milieux soraliens, « pas du tout de ce bord-là »

Puis, lors de notre rencontre, le 28 mars, il a finalement admis avoir fréquenté « les milieux d’extrême droite et d’extrême gauche », et avoir nourri une « attirance » pour les idées d’Alain Soral, par positionnement « anti-système »« anti-UE »« anti-impérialisme », par intérêt pour « le discours anti-israélien » de l’essayiste antisémite, et par « provocation », pour « faire chier les bourgeois ». 

S’il affirme avoir « évolué » après les attentats de 2015 sur certaines questions, comme sur l’Europe et la sortie de l’euro, et avoir « honte » de certains engagements passés, il refuse l’étiquette de « repenti »« Je suis assez à l’aise avec mon parcours, ça fait partie de ce que j’ai été à cette époque-là », nous a-t-il expliqué. Il assurait même avoir été recruté en partie « pour [sa] connaissance des discours d’extrême droite et d’extrême gauche » et voyait son parcours comme « un atout parce qu’[il est] mobilisé sur ces questions d’argumentaires et de stratégie contre le RN, contre Zemmour ».

www.mediapart.fr

LA REVUE MENSUELLE MACROÉCONOMIQUE ET GÉOSTRATÉGIQUE

Rejoignez plus de 1000 abonnés fervents à Géopolitique Profonde !

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Vous allez recevoir vos 7 tactiques par email dans quelques instants, en attendant lisez d'urgence ce message :

X