Vivre à l’ère de la désinformation

0
288

Par Tom McAllister – Le 21 aout 2022 – Source American Thinker

Au milieu des années 1970, le texte influent d’Alvin ToflerPower Shift, prédisait l’immense impact que l’ère de l’information à venir aurait sur la société. Dans une interview récente, le président d’une université chrétienne a réfléchi avec perspicacité au changement de paradigme qui s’est ensuivi dans le domaine de l’éducation, en déclarant :

« Depuis le début de la civilisation jusqu’à 2010 environ, l’éducation consistait à acquérir des connaissances. Maintenant, avec Google et Internet, le défi actuel est de discerner ce qui est vrai. »

Apprendre et discerner sont des compétences différentes. Ce ne serait pas un énorme problème si toute l’humanité recherchait collectivement la vérité comme sa mission la plus élevée et la plus noble. Cependant, une partie de l’humanité est si ambitieuse dans sa compétitivité pour réussir, qu’elle est prête à sacrifier la vérité sur l’autel de la progression vers ses objectifs souhaités.

La compétitivité à outrance est une guerre et toute guerre est basée sur la tromperie. Grâce à des personnes influentes qui ne sont pas contraintes par la vérité, l’ère de la désinformation a vu le jour, ajoutant une complexité et un stress considérables au processus de prise de décision de chacun. L’alignement et la collaboration lâches d’organismes influents dans la commercialisation de faussetés aggravent le problème. Chaque jour, nous sommes bombardés d’informations et nous sommes mis au défi de déterminer « ce qui est vrai ».

Dans les années 1990, le livre 7 habitudes des personnes très efficaces de Stephen Covey est devenu un guide du dirigeant très vendu. La deuxième habitude était de « commencer avec la fin en tête ». Il s’agit d’un principe universel de bonne pratique soulignant l’importance de la fixation d’objectifs. Il introduit cette habitude par un exercice de réflexion dans lequel il demande aux lecteurs d’envisager leur mort. Comment souhaiteriez-vous qu’on se souvienne de vous ? Quels objectifs vouliez-vous atteindre ? Il s’agit d’une méditation utile pour se concentrer sur les choses importantes et éventuellement réorienter son chemin pour vivre une vie avec moins de regrets. Cependant, en discernant la stratégie optimale pour le voyage de sa vie, la mort physique est-elle la fin appropriée à avoir en tête ?

Au 21e siècle, l’activiste politique Andrew Breitbart a fait remarquer que la politique est en aval de la culture. La culture est en aval des influenceurs ou des institutions culturelles – les « sept montagnes culturelles«  que sont les médias, les arts et le divertissement, l’éducation, les affaires, la religion, le gouvernement et la famille. Ces institutions sont en aval ou guidées par une vision du monde particulière. Mis à part la religion et la partie de la famille qui vit sincèrement selon sa foi, ces institutions culturelles sont principalement laïques. Lorsque ces institutions sont dirigées par des personnes prêtes à sacrifier la vérité (c’est-à-dire à mentir en toute impunité) pour faire avancer leur programme, le niveau de confiance au sein de notre culture et de notre société s’effondre. L’intégrité devient une denrée rare. Aujourd’hui, les sondages montrent que les Américains ont moins confiance dans le gouvernement, la science, la médecine, les affaires, la religion, l’application de la loi et l’éducation qu’à tout autre moment de l’histoire de notre nation.

En amont de la vision du monde, la pensée se décompose en choix individuels qui sont motivés par le désir. En analysant le désir, les systèmes de valeurs humains ou l’axiologie s’alignent bien sur un système ordinal. Nous préférons ceci à cela – les chiens aux chats, le chocolat à la vanille, le plaisir à la douleur, etc. Dans un tel système, il doit y avoir une première position – un numéro un ou une pierre angulaire qui supplante le reste. Il s’agit du plus grand amour ou de la plus haute importance pour quelqu’un. Chaque personne, consciente ou non, a une pierre angulaire et chacun d’entre nous devrait reconnaître ce qu’elle est. Puis nous nous demandons : « Qu’est-ce que ça devrait être ? »

Les réponses à ce que l’on apprécie le plus, à la finalité que l’on possède et à la manière dont on apprécie la vérité éclairent la cause profonde de la division au sein de notre société. Elles abordent les thèmes du sens, de la moralité et du destin, qui sont nécessaires à une vision cohérente du monde. En guise de clin d’œil à la technologie, nous pouvons utiliser la logique booléenne (si-alors) pour identifier le point de séparation. Considérons ce qui suit :

S’il y a un Créateur (alias Dieu) de l’univers, et…

S’il existe une vie après cette vie terrestre qui est bien plus grande en termes de potentiel (paix, joie, absence de douleur, etc.) et de durée (éternité), et…

Si ce que nous disons, pensons, faisons et croyons dans cette vie affecte en quelque sorte notre statut dans la prochaine vie, alors…

Comment devrions-nous vivre notre vie ?

L’aspect intéressant en termes de retour sur investissement pour optimiser l’expérience humaine totale n’est pas l’existence de Dieu mais le potentiel d’une vie éternelle future, bien qu’il soit inconcevable que le second puisse exister sans le premier. Même l’apôtre Paul a noté que l’espoir en Christ pour cette vie seulement est pitoyable. Si ces « Si » sont vrais, alors il faut vivre selon les règles et les principes définis par le Créateur, car le retour sur investissement est perpétuel. La stratégie d’investissement sage pour la vie consiste à poursuivre ce que notre Créateur désire que nous disions, pensions, fassions et croyions.

Cependant, si l’une de ces affirmations est fausse – s’il n’y a pas de Dieu ou de vie éternelle – alors quelle serait la meilleure ligne de conduite à adopter ? Eh bien, mangez, buvez et soyez joyeux, car lorsque vous mourrez, c’est terminé. Vous pouvez vivre comme Covey l’a suggéré, un style de vie qui cherche à minimiser les regrets ou poursuivre le style de vie hédoniste que votre cœur désire. Car c’est seulement lorsque vous croyez que ce monde est tout ce qu’il y a, que vous êtes la star de votre spectacle. Vous ne pensez qu’à vous. Vous pouvez aider les autres dans un certain quiproquo où les autres peuvent vous rendre la pareille, mais il serait illogique d’aider ceux qui ne peuvent pas vous aider en retour. Ce serait un gaspillage de ressources.

En observant la société actuelle, il semble qu’il y ait un nombre considérable de personnes dont le plus grand désir est d’être la star – qui se considèrent comme leur pierre angulaire. Ce niveau d’égocentrisme crée naturellement des divisions au sein de la société, se manifestant chez l’élite par la recherche d’une plus grande richesse, d’un plus grand pouvoir et d’un plus grand contrôle, et chez la classe marginale par une victimisation autoproclamée, l’oppression raciale/sexuelle et une mentalité d’ayant droit.

Ce complexe de vedettariat comprend le signal de vertu où l’on s’agenouille sans donner un coup de main ou le jugement incessant des autres comme un moyen facile d’attirer l’attention sans contribuer à une solution. La philosophie qui l’accompagne définit la liberté comme l’opportunité de « faire ce que l’on veut » par opposition à « faire ce qui est le mieux ».

Le dilemme décisionnel analysé dans la théorie des jeux consiste à privilégier le contentement individuel au détriment du bien commun. John Nash (A Beautiful Mind) a développé la preuve mathématique que l’on doit toujours agir dans son propre intérêt. Cela est vrai pour un nombre fini d’essais (une vie limitée). Cependant, pour un nombre infini d’essais (perspective éternelle), la décision optimale change et devient la coopération.

Si nous poursuivons des objectifs égoïstes dans une perspective de « ce monde seulement », nous nous retrouvons dans un environnement de survie du plus apte. Cela conduit à la tyrannie et se termine par la destruction. Si nous choisissons une perspective éternelle (l’esprit d’accumulation des trésors dans le ciel), alors la coopération (servir, accepter, pardonner, encourager, etc. les uns les autres) en poursuivant la vérité dans l’amour devient le thème dominant de notre mode de vie.

La croyance engendre le comportement. Notre nation a été fondée sur un esprit de corps professé (e pluribus unum) et dans la servitude à Dieu, notre Créateur et Juge suprême, en qui nous avons confiance. Nous prétendons être une nation sous Dieu. Ce ne sont que des mots. Si nous voulons préserver cette République, nous devons la vivre. C’est l’action critique sur laquelle repose le destin de notre nation.

Tom McAllister

Consultant en stratégie d’entreprise et en amélioration continue, professeur adjoint et auteur du livre Short Strolls in Faith.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

ANNONCE

La Nouvelle Méthode Pour Constituer Votre Patrimoine Anti-Crise Sans Subir l'Inflation

Ce que vous allez découvrir :

Oui, Je Veux De Multiples Solutions Haut Rendement De 5 à 30% par mois !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici