Vidéo — Quels sont les organes touchés par les injections massives de protéines Spike ? Réponse avec le Dr Ryan Cole : cœur, poumons, reins, ovaires, testicules, foie…

ADVERTISEMENT
Dans cette vidéo doublée en français, le docteur Ryan Cole, pathologiste, présente les images des tissus humains lésés par la protéine Spike injectée par milliards par les soi-disant « vaccins » expérimentaux. Mais en sommes-nous vraiment encore au stade d’une expérimentation ? Ou s’agit-il d’autre chose ? Un génocide ? Une stérilisation forcée ?

Dr Ryan Cole

© Capture Odysee

La vidéo originale a été enregistrée par American Frontline Doctors le 27 juillet 2021 et la source de la vidéo doublée en français est Jeanne Traduction Odysee. Nous avons ajouté la transcription complète plus bas.

Nous proposons aussi à nos lecteurs une autre vidéo — publiée il y a un mois — sur le sujet du Dr Ryan Cole, vidéo qui n’est pas sous-titrée ou doublée en français ; vous la trouverez à la fin de l’article.

Nous doublons la vidéo Odysee ci-dessus avec celle enregistrée sur Rumble, toujours issue de Jeanne Traduction :

Transcription complète

Bonjour, bonjour. Je suis le Dr. Cole.

C’est un honneur d’être ici avec mes collègues, des esprits brillants comme vous l’avez déjà vu. Je suis donc modestement sur la scène avec eux. Je suis excité d’être ici avec des avocats qui se battent pour la liberté aussi. Et c’est fantastique d’être dans une salle avec des visages souriants qui ne sont pas couverts de tissus inutiles qui ne servent à rien.

Alors, qui est ce docteur inconnu sur la scène ? Je suis le Dr. Ryan Cole. Je suis un pathologiste anatomique certifié par la Mayo Clinic, pathologiste clinique, dermato pathologiste, j’ai attendu trop d’années d’école, j’ai aussi fait de la recherche doctorale en immunologie. Donc l’immunologie, la virologie, c’est mon domaine. Donc si vous voulez connaître les mécanismes d’action, comment les choses fonctionnent, et tout ça, allez-y, ouvrez mon cerveau.

Bref. Alors qu’en est-il du vaccin ? Qu’en est-il des décès ? Vous savez, les docteurs ont fait allusion à cela, que nous avons quelques inquiétudes sur ces chiffres élevés. Que se passe-t-il ?

Vous savez, nous voyons les gros titres, comme le Dr Merritt a mentionné le décès d’un enfant de 13 ans 3 jours après l’injection, un enfant de 15 ans meurt d’une crise cardiaque, 10 enfants jusqu’à présent dans les rapports du VAERS, et probablement plus maintenant, décès après des crises cardiaques, maman de 39 ans de 3 enfants, morte après l’injection etc., etc., etc.

Nous voyons donc les gros titres. Voici donc la question. On pourrait penser qu’à l’ère d’un nouveau virus, et d’un nouveau…. vaccin expérimental, je n’aime même pas l’appeler un vaccin, un vaccin expérimental, un faux vaccin, ok, une injection de caillot sanguin, un viol par aiguille, peu importe comment vous voulez l’appeler.

Ok, donc, en regardant les différentes données, 11 000 décès, 12 000 décès, 45 000 décès, dans la littérature jusqu’à présent, il y a environ un mois, première autopsie post-vaccinale, sur 11 000 décès. Vous vous moquez de moi ? Est-ce que c’est encore de la science ? Non. De la technocratie médicale, peur, souffrance, vaccin, peur, souffrance, vaccin. C’est tout ce que vous êtes censés avoir ? Ecoutez-nous et c’est tout ce que vous obtenez ?

Non. Alors comment pouvons-nous faire de la science ? Si on ne cherche pas ? On ne peut pas trouver ce qu’on ne cherche pas. Où est le financement ? Et les pathologistes indépendants, un pathologiste, vous savez, je fais beaucoup de biopsies, de diagnostics de cancer, et ainsi de suite, nous ne nous plaignons jamais de recevoir trop de tissus. Eh bien, quand vous faites une autopsie, vous obtenez tous les tissus. Mais devinez quoi, vous trouvez toutes les réponses, mais si nous ne cherchons pas, nous ne les trouverons pas. Et s’ils disent, « Ne faites pas d’autopsie, ce n’était pas le vaccin, ce ne sont pas les droïdes que vous cherchez. Ne regardez pas ici. » Alors comment, par quel miracle allons-nous savoir ? Où sont les fonds ? Les autopsies sont chères, oui. Mais si on a des milliards pour faire de la pub pour une injection de caillot sanguin à des enfants qui n’en ont pas besoin, Dr. Fauci, où est le financement de la science ?

Ok, quand un nouveau vaccin thérapeutique non approuvé est mis sur le marché, nous devons utiliser le système légal : coupable jusqu’à preuve du contraire. Donc s’il y a un effet indésirable, s’il y a un décès, il est dû à cette thérapie, jusqu’à ce que vous prouviez le contraire. Et nous agissons en disant « regardez de l’autre côté, regardez de l’autre côté ».

Suivez l’argent, qui est derrière tout ça ? Je ne sais pas. Je ne vais pas faire de théorie de la conspiration. Je ne vais pas faire de la politique. Mais je dis que si vous voulez les données, alors vous devez utiliser le système légal : dites que ceci est coupable jusqu’à ce que nous prouvions que cela n’a pas été causé par autre chose. Et on fait exactement le contraire en ce moment.

Ok, qu’en est-il de la protéine Spike ? Nous donnons une séquence, une séquence de gène, dans le corps des êtres humains, et cette séquence, va dans notre deltoïde, et nous sommes informés qu’elle a une petite protéine d’ancrage, et une fois qu’elle est traduite, elle fait une petite protéine et elle est à la surface de votre cellule, elle y reste. Eh bien, devinez quoi, ce n’est pas le cas. Et il y a des études, bien sûr, les fact-checker disent « ce n’est pas vrai, ce n’est pas vrai. »

Je suis un scientifique. Ne demandez pas au journaliste, demandez au scientifique.

Donc cette protéine Spike, ne reste pas que dans le deltoïde, la Spike circule dans votre sang, elle atterrit dans plusieurs organes du corps. Et vous savez ce qui se passe ? Cette protéine Spike sans le corps du virus présent, on a fait des études sur des animaux de laboratoire, chez les animaux de laboratoire, en leur injectant cette protéine Spike sans le corps du virus, elle induit les mêmes maladies qu’induit le Covid-19, la même maladie pulmonaire, la même maladie vasculaire, la même maladie cardiaque, la même maladie cérébrale, la Spike est la toxine.

Donc encore une fois, pourquoi injecter quelque chose dans le corps humain qui est la toxine, c’est la toxine, c’est ce qui cause la maladie. Ce n’est pas un vaccin.

Ok, donc on sait que le virus dont tout le monde a entendu parler est le récepteur ACE2, le voici. Voici un exemple. Donc sur la gauche, c’est une des cellules qui tapisse vos vaisseaux sanguins. Je vais vous montrer un tableau dans une minute où nous avons des récepteurs ACE 2. Sur le côté gauche, vous voyez dans le coin de la grille supérieure et de la grille inférieure, ces jolies lignes lisses. Sur la droite, c’est ce que la protéine Spike, juste la protéine Spike du vaccin, fait aux mitochondries de vos cellules, c’est votre moteur. C’est ce qui vous donne de l’énergie, la puissance de vos cellules.

Comparez la gauche, lisse, belle, bien assemblée, et la droite, éclatée, fragmentée. C’est dû au vaccin, pas au virus, au vaccin.

Ok, alors voici le corps humain. Vous pouvez voir la pléthore d’endroits où nous avons des récepteurs ACE2. Maintenant, pensez-y. J’ai mentionné qu’ils nous disent « Oh, mince, la Spike reste dans votre deltoïde ». Ce n’est pas le cas, elle circule, dans l’étude de Harvard sur 13 infirmières ils ont montré qu’elle circule pendant au moins 2 semaines. Beaucoup de gens manquent de quelque chose appelé ARNm, une enzyme qui décompose cet ARN. Donc elle peut circuler pendant encore plus longtemps.

Maintenant vous entendez dire, « eh bien, ils sont morts, vous savez, si longtemps après l’injection, donc vous voyez, c’était 2 semaines, 3 semaines, Hank Aaron, peu importe qui ». Vous savez quoi ? La Spike circule.

Ils ont essayé de nous berner et de nous dire : « Ce qui n’a pas pu être fait par l’injection, c’était il y a trop longtemps ». Pas si les toxines circulent encore. Pas si les toxines circulent encore.

La Spike est la toxine qui cause des dégâts aux poumons comme je l’ai mentionné, sur le côté gauche du tissu pulmonaire sain, un bel espace, en tant que pathologiste on regarde toutes ces cellules toute la journée. C’est plutôt amusant. On est un peu comme des geeks.

Sur le côté droit, vous voyez comme c’est plus violet et plus bleu. C’est une inflammation, pourquoi ? Les récepteurs ACE2 dans ce poumon, la Spike se lie à lui, réponse inflammatoire, système immunitaire attaquant votre propre corps, maladie venant de la Spike, maladie de votre propre… injection de caillot sanguin, vaccin expérimental, ils continuent de mentir au public américain en l’appelant un vaccin. Ils continuent à enlever le mot « expérimental », c’est ainsi qu’ils l’appellent dans l’autorisation d’urgence. Ils continuent à ne pas l’appeler ce qu’il est : expérimental et une expérience sur l’humanité. Et c’est ce qu’ils font. Et je vous montre pourquoi.

La Spike est une toxine qui traverse la barrière hémato-encéphalique, un peu comme si les cellules de mon cerveau restaient là où elles sont et n’étaient pas détruites. Pas vrai ? Alors pourquoi diable mettrions-nous dans le corps humain une toxine qui va perturber les vaisseaux sanguins de votre cerveau et permettre à la Spike d’y pénétrer, de causer une inflammation, le brouillard cérébral dont vous entendez parler par les patients du Covid ? Devinez quoi ? Vous en entendez parler chez les individus post-vaccinés, endommagés aussi.

Mais non, personne n’est blessé par le vaccin. Il n’y a pas eu un seul décès. Il n’y a pas eu une seule blessure. C’est ce qu’ils vous disent. C’est un mensonge. Et ça, c’est de la science.

Ok, nous y voilà. Tout le bleu en haut, ce sont les cellules du cerveau. Tout le bleu n’a rien à faire là. C’est une inflammation due à la Spike.
Et pour les enfants ? Inflammation du cœur, ça donne quoi ? Beaucoup de de récepteurs ACE2 dans le cœur. Ici, vous pouvez voir sur le côté gauche, ces flèches bleues autour du blanc. C’est une inflammation du cœur. Ce n’est pas normal. C’est après une injection. C’est la protéine Spike qui atterrit là. C’est votre système immunitaire qui attaque vos propres tissus. Regardez à droite, les flèches rouges. C’est le péricarde, le sac qui entoure votre cœur. C’est une inflammation qui n’a rien à faire là. Une fois que vous avez une lésion cardiaque, le cœur ne se guérit pas tout seul.

Ok, à gauche, tous les points bleus sont des inflammations, vous voyez le gris au milieu ? C’est une cicatrice précoce. Devinez quoi ? Une fois qu’une cellule cardiaque est endommagée, elle l’est pour toujours. Elle ne se remplace pas par une autre cellule cardiaque, elle se remplace par une cicatrice.

Donc vous me dites que vous voulez faire une injection à un enfant de 12 ans, de 5 ans, de 13 ans et de 18 ans. Et nous voyons une augmentation de 200 fois de la myocardite dans notre société en ce moment. C’est une bonne idée. Donnons à un enfant une toxine qui ruine son cœur pour la vie.

Arrêtez et pensez que nous sommes en train de faire. C’est de la folie, nous devons arrêter cette folie immédiatement. C’est fini, le jeu est fini. Ce n’est plus de la bonne science. C’est une attaque toxique sur notre population et ça doit s’arrêter maintenant.

Les reins, c’est pareil. Les reins sont assez importants. Trois choses dans la vie. Le sang tourne et tourne. Il faut respirer, il faut faire pipi. Si vous ne faites pas ces trois choses vous mourez.

Les reins, vous voulez endommager vos reins avec une injection de caillot sanguin ? Ce n’est pas une bonne idée non plus.

Le foie ? Vous avez besoin de votre foie pour détoxifier tout ce qui se passe dans votre vie. Même chose. Des dommages au foie, vous voyez tout ce bleu ? C’est une inflammation qui n’a rien à faire là.

Les testicules ? Importantes pour la prochaine génération, non ? Même si ça ressemble à un joli cœur, vous voyez tout ce bleu dedans ? C’est une inflammation.

Même chose dans les ovaires. Voilà le problème, essentiellement absent de la littérature. Que nous cachent-ils ?

L’étude japonaise de biodistribution a pris du temps pour trouver cette étude du Dr. Bridle au Canada et bien sûr, il a été attaqué pour avoir dit la vérité. La nanoparticule lipidique qui entoure le petit ARNm qu’ils injectent dans le corps des gens, oui, une grande partie reste dans le deltoïde, mais elle circule aussi, devinez où elle aime se concentrer ? Un organe vraiment actif biologiquement, l’ovaire.

Et dans les documents et l’application de Pfizer, il est clairement indiqué que chez les rats, il y avait une diminution de 16 % de la fertilité. L’un des petits mammifères les plus fertiles de la planète, et ce ne sont pas les droïdes que vous cherchez… Oubliez ça. Alors qu’est-ce que ça fait à l’humanité ? Devinez quelle est la réponse ? Nous ne savons pas. Parce que nous n’avons pas encore de données de sécurité à long terme. C’est la tragédie, le crime dans tout ça. Ils poussent ça, c’est une expérience, c’est autorisé en urgence, ce n’est pas approuvé. L’humanité est l’essai de phase 3.

Le Covid est une maladie de la coagulation, certains de mes collègues ont mentionné, qu’après une piqûre, en tant que médecins, les patients se plaignent de symptômes post-vaccinaux. Le D-dimères augmente lorsque nous avons des caillots. On ne peut pas voir ces caillots aux rayons X ou au scanner. Ce sont des micro-caillots, et tous ces schémas inflammatoires que je vous montre, proviennent également de micro-caillots. Si on regarde ça chez les patients, on sait qu’il y a des microcaillots. Donc c’est quelque chose que le Dr Nordhausen, comme le Dr Sue l’a mentionné, les patients qui ont déjà eu le Covid, qui ont récupéré une belle et large immunité, ils vous mentent en disant que ce n’est pas égal à une immunité vaccinale.

J’adore l’analogie du stylo bleu qu’un autre médecin a donné, avant le vaccin, il y a un risque multiplié par plusieurs fois d’effets indésirables, si vous avez eu le Covid et que vous êtes rétabli, vous vous faites vacciner, votre système immunitaire entre en hyper-réaction, vous pouvez être foutu ou mort.

D’accord, je vais répéter qu’on ne peut pas trouver ce qu’on ne cherche pas : des milliards de dollars dépensés pour la publicité d’une toxine dans le corps humain, dans des vaccins expérimentaux. Encore une fois, je dirai à nos agences, à notre gouvernement fédéral, où est le financement de la vraie science ?

Ils ne veulent pas que vous voyiez ce que nous voyons. En laboratoire, j’ai les tissus d’un homme mort à côté de mon bureau. J’en ai 2 de plus qui arrivent la semaine prochaine. Devinez quoi ? Juste quelques jours après la piqûre. Un triathlète de 50 ans en bonne santé. Un de mes chirurgiens préférés en ville avec qui je travaille, deuxième injection. Cycliste de montagne, mort.

L’autre problème que j’ai déjà soulevé est que nous n’avons pas de données sur la sécurité à long terme. C’est ce que nous devons souligner à la société, et demander aux agences qui font autorité. Quel est le risque de cancer après l’injection ? Nous ne le savons pas. Quel est le risque de maladie auto-immune ? Nous l’ignorons. Quel est le risque d’altération de la fertilité à vie ? Nous l’ignorons. Alors pourquoi diable allons-nous, bon gré mal gré, avancer au rythme et à la cadence où nous allons, sans savoir ces choses ? Une anti-science complète, et une attaque complète, contre nous.

Plus d’obligation pour les employés, comment diable ces hôpitaux et ces employeurs peuvent-ils dire que vous ne pouvez pas travailler pour moi si vous ne signez pas pour être un sujet dans une expérience sur l’humanité ? Retournez au code de Nuremberg de 1947. Nous sommes absolument en train de le violer en tant que nation et en tant que peuple.

Où sont les milliards pour faire les autopsies ? Où sont les milliards pour prouver la science ? Où sont les autopsies ? Et personne ne répond à ces questions. Elles ne sont pas là.

Le rejet par les médias de connivence de tout événement indésirable ou décès. C’est un problème.

Et qu’est-il arrivé au concept du mouvement « me too » ? Croire tout le monde, qu’est-il arrivé à « croyez-la », croire l’histoire, qu’est-il arrivé à « croyez tout le monde » ? Pourquoi ne veulent-ils pas croire la science ? Ils ne veulent pas croire la science. Ils ont rejeté la science.

Qu’est-il arrivé à ce mouvement de croire jusqu’à ce que vous puissiez le réfuter. Disparu, disparu.

Très bien, quelques notes de bas de page.

Vraiment critique et je suis presque à court de temps. Ce que l’on voit en laboratoire, c’est que les injections dérégulent votre réponse immunitaire. Nous avons des cellules très importantes qui gardent les autres virus en échec, elles gardent les cancers en échec, il y a un type de cellule lymphocyte T cytotoxique. Une étude menée en Allemagne et aux Pays-Bas, a montré un changement de profil immunitaire. Et à la fin, leur conclusion était : nous voyons un modèle inquiétant, concernant les cellules dont nous avons normalement besoin pour lutter contre ces autres choses. Mais la réponse est, « nous ne savons pas combien de temps ce modèle décalé dure. » C’est comme avoir 8 bloqueurs sur la ligne de front, c’est le Texas, on peut parler de football, avoir un bloqueur sur la ligne de front et paralyser trois ou quatre d’entre eux. Mais la réponse est que nous ne savons pas s’ils sont paralysés pour le reste du match ou pour le reste de leur carrière. Et puis ce que nous voyons de cela en laboratoire, c’est une recrudescence des virus de la famille de l’herpès, du molluscum, du papillomavirus humain, de toutes sortes de virus, de la mononucléose, etc. se réactivant, se réactivant à des niveaux… et je suis pathologiste, donc, on voit ça en laboratoire, et je vois le signal précoce, eh bien devinez ce que font ces lymphocytes T ?

Et certains récepteurs sur certains de ces lymphocytes T appelés récepteurs de type Toll, et il y en a un certain nombre. Ils gardent le cancer sous contrôle. J’ai vu une augmentation de 10 à 20 fois des cancers de l’utérus au cours des 6 derniers mois dans mon laboratoire. Et je garde les données d’année en année. Au cours des 6 derniers mois, quand avons-nous commencé les injections ? En Janvier.

Quelle est l’augmentation des cancers des tumeurs solides allons-nous voir au cours des prochaines années ? Probablement beaucoup. Quelle est la vraie réponse ? Nous ne savons pas. Et parfois, c’est la réponse la plus honnête en médecine : nous ne savons pas.

Un médecin qui vous dit qu’il ou elle sait tout, ne le croyez pas. Trouvez un nouveau médecin.

Augmentation des virus latents, etc., etc. Donc de toute façon, je sais que je n’ai plus de temps pour les questions. Merci beaucoup, et que Dieu vous bénisse.

Source de la transcription

Voici la vidéo non sous-titrée ou doublée en français du Dr Ryan Cole, annoncée en début d’article :

Ça peut vous interesser

Next Post

PLANETES360 SUR LES RESEAUX SOCIAUX

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.