VIDEO -Frères Vaccinés, qui après nous ne Vivrez pas… Par Éric Verhaeghe

0
17

Nous est-il encore possible d’être entendus de nos frères vaccinés, ou bien la rupture est-elle déjà consommée et sommes-nous, nous les non-vaccinés, déjà « sortis » de l’humanité, bannis de notre propre pays, de notre propre société ?

S’il est encore possible de se parler, voici une adresse sur le droit à la vie, et sur la peur de la mort.

Frères vaccinés, je vous fais une bafouille par amitié, par agacement, pour tenter de vous rappeler à la raison. Même si j’ai bien compris que la peur qui vous tétanise vous rend imperméable à cette fameuse raison dont vous vous réclamez, mais dont vous donnez si peu l’exemple.

La peur du virus n’évite pas de mourir

Sur le fond, j’ai bien compris : vous êtes flippés par le virus.

Vous le voyez partout et surtout dans les non-vaccinés, mais aussi dans les boîtes de nuit, les cafés, les restaurants, les salles de concert, de théâtre, de sport, les piscines, les bibliothèques publiques où nous ne pouvons plus nous rendre sans vaccin. Mais curieusement pas chez les autres vaccinés, que vous fréquentez sans plus porter le masque, à qui vous ne demandez pas de se tester régulièrement, sauf lorsqu’ils tombent malades comme Jean Castex, malgré leurs deux doses. Ni dans les centres commerciaux où vous vous êtes rués pour le Black Friday.


Et je peux comprendre pourquoi ce virus suscite une telle peur en vous. Depuis des années, les medias dominants vous bassinent avec l’espérance que la médecine peut rendre immortel. Confiants dans la parole officielle, vous avez commencé à y croire. La science va dépasser les limites de l’humanité !

Et patatras cette bonne vieille mère Nature vous rappelle à la triste réalité : vous êtes mortels, et vous aussi, nous aussi, nous redeviendrons poussière, malgré toutes les espérances déraisonnables que des idéologues ont fait naître en vous. L’atterrissage est douloureux.

Alors, on cherche des boucs-émissaires : si le rêve est brisé, ce doit être la faute de quelqu’un. Des non-vaccinés sans doute. C’est à cause d’eux que le virus est apparu, pas à cause de la nature. Ils doivent donc être punis.

Ce que je peux juste vous dire, c’est qu’avoir peur du virus ne vous empêchera pas de mourir. Et si vous regardiez la vérité en face, vous sauriez que le vaccin n’y change vraiment pas grand chose.

Frères vaccinés, vous les complotistes qui s’ignorent

En lisant les propos publics tenus de-ci de-là par des vaccinés, je comprends que vous nous accusez, nous les non-vaccinés, d’être la cause de tous les problèmes : à cause de nous, le virus continue à circuler. Sans nous il aurait disparu.

Voilà des propos très amusants !

Quand certains d’entre nous ont évoqué leurs doutes sur l’origine naturelle du virus, beaucoup d’entre vous ont crié au complotisme. Bien sûr, le monde s’est arrêté brutalement parce qu’une chauve-souris avait franchi 400 kilomètres pour mordre un pangolin qui a mordu un Chinois. C’était la version officielle chinoise, donc fiable, donc impossible à remettre en cause tant elle est sérieuse. Il fallait être un hurluberlu d’extrême droite pour rester sceptique.

Quelques mois plus tard, je vois que le complotisme a changé de camp. Cela vous ennuyait d’imaginer que le virus avait pu s’échapper d’un laboratoire humain. Mais cela ne vous ennuie pas d’expliquer qu’il circule à cause des non-vaccinés, alors même que plus aucun gouvernement ne dissimule le fait qu’être vacciné une fois, deux fois, trois fois, quinze fois s’il le faut, n’empêche pas d’attraper la maladie et de la répandre. Origine animale un jour, origine humaine le lendemain.

Je suis absolument convaincu que, dans quelques années, vos enfants, s’ils sont épargnés par les cancers et les maladies à prion qui risquent d’exploser (mais je leur souhaite de vivre), vous demanderont comment vous avez pu être aussi ridicules. Et j’espère qu’ils vous demanderont des comptes sur la naïveté avec laquelle vous avez avalé (de façon aussi arrogante et fate) autant de bobards en même temps.

Et si vous ouvriez enfin les yeux ?

Car, si vous mettez pendant quelques instants votre peur puérile de la mort de côté, et si vous reprenez vos esprits pour regarder les choses en face, vous pouvez (sans vous exposer à un complotisme démesuré) vous demander comment il se fait que, avec plus de 80% de Français vaccinés et un passe sanitaire qui écarte les bombes virales que sont les non-vaccinés loin des lieux publics, une cinquième vague arrive, avec une troisième dose obligatoire. Vous en connaissez beaucoup, vous, des vaccins qui n’empêchent pas de tomber malade malgré trois doses ? On ne vous mentirait pas sur les vertus de ce produit ? Ce ne serait pas un genre de placebo ?

Je sais bien que les medias et la classe politique (en tout cas la majorité de ses membres) répètent en boucle qu’il faut faire confiance à la science, et que tous ceux qui doutent sont des complotistes antisémites d’extrême-droite. Mais s’il vous reste un peu de raison, si vous choisissez pendant quelques instants seulement de dominer votre peur et d’ouvrir les yeux, vous pourriez aussi vous dire que vous subissez une formidable “guerre pyschologique” qui vise tout simplement à profiter de votre peur de la mort pour vous faire avaler n’importe quoi. Ou pire : pour vous injecter n’importe quoi dans le corps.

Mais supposons que vous ayez raison. Je lis les chiffres officiels (dont vous avez compris que je me méfie particulièrement dans le contexte de guerre pyschologique actuel). Je découvre que, selon l’OMS, le vaccin a sauvé 39.000 vies en France. Il y aurait donc eu 39.000 morts de plus en 2021 sans le vaccin.

Regardons cela de plus près.

Comment ils vous ont transformé en complices

Je prends un seul exemple, en ne retenant que des chiffres officiels, c’est-à-dire ceux de l’INSEE, publiés ici. J’y lis qu’en septembre 2020, la France a compté 48.037 morts, alors que le gouvernement évoquait l’arrivée d’une nouvelle vague, et que le vaccin n’était pas mis sur le marché.  En septembre 2021, l’INSEE estime que la France a compté 48.100 morts, alors que le pays était vacciné à plus de 80%….

Pour que vous en ayez le coeur net, je vous mets ici une capture d’écran avec les chiffres :

Comme vous le voyez, ce document ne retient que les morts en France métropolitaine. On écarte donc les débats sur nos îles. Entre septembre 2020, début d’une nouvelle vague, et septembre 2021, sous vaccination générale, les chiffres sont à peu près identiques.

Je persiste à dire qu’un esprit rationnel n’est pas capable de démontrer de façon évidente l’utilité du vaccin.

Donc, quand l’OMS soutient que le vaccin a évité 39.000 morts en France, j’ai un doute. Mais je veux bien retenir le chiffre. Simplement, je le confronte aux chiffres officiels de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) sur les effets secondaires du vaccin. Et je trouve :

Plus de 110.000 effets indésirables sont recensés, dont 24% de cas graves. Autrement dit, près de 30.000 personnes ont vu leur santé altérée pour en sauver officiellement 39.000. Il n’y a rien qui vous choque là ?

Je sais ce que vous allez me répondre. Mieux vaut condamner 30 personnes à un accident cardiaque pas forcément mortel qu’avoir 39 morts du COVID. Il se trouve simplement que, statistiquement, ceux qui meurent d’une crise cardiaque après un vaccin sont des jeunes, et ceux qui meurent du COVID sont des vieux. La bonne façon de poser votre réponse est donc de dire : mieux vaut mettre en danger la vie de 30 jeunes pour sauver 39 vieux.

Permettez-moi simplement de douter de ce calcul, et de ne pas y adhérer. Quel monstre la propagande pharmaceutique a-t-elle réveillé en vous pour que vous acceptiez sans broncher ce genre de calcul sordide ?

Vous pensez que, pour exorciser votre peur de la mort, des sacrifices humains apaiseront le Dieu COVID ?

Je pense simplement que vous êtes devenus son complice.

La raison perdue des vaccinés

Dans toute cette affaire, je me désole de votre naufrage intellectuel. Tous ceux qui n’ont pas flanché face à la peur, tous ceux qui ne vous ont pas imité, vous les affublez de vos sobriquets grotesques. L’un de vos grands penseurs, Patrick Bruel, vient par exemple de déclarer :

 “Dites à vos copains qui ne veulent pas se faire vacciner qu’ils commencent à nous saouler”

Assumez-vous, frères vaccinés, que diable. Vous êtes à la raison ce que Patrick Bruel est à la musique. Rien de plus.

Source: lecourrierdesstrateges.fr

Source : businessbourse

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.