Vaccination de masse et changement climatique : l’étrange ordre du jour du Davos russe

1
100

Le 25ème Forum économique international de Saint-Pétersbourg va changer la donne. 🙂

Par Edward Slavsquat

L’Oligarchic Burning Man de Klaus Schwab s’est terminé la semaine dernière et tout le monde s’est amusé à prédire combien de personnes allaient mourir de faim au cours des douze prochains mois. Tout le monde, sauf les oligarques russes et les apparatchiks du Kremlin qui ont été exclus de façon grossière des festivités de cette année, en raison des sanctions.

Ne vous inquiétez pas. La Russie a son propre Davos – le Forum économique international de Saint-Pétersbourg – et l’ordre du jour de cette année va atomiser la Réserve fédérale.

Première chose : si vous voulez venir à cette conférence huppée, vous devez être testé négatif.

Vous n’avez aucun virus ? Bien. Voici un échantillon du « business programme » qui débutera le 16 juin :

 

  • FAKE NEWS IN THE ERA OF GLOBALIZATION 16 juin, 15:00-16:15

Des fake news sur le redoutable Virus, oh non ! Que faut-il faire ?

Le problème des fakes est particulièrement prononcé dans les périodes troublées, comme celle du COVID-19 et d’une situation géopolitique tendue – les gens prennent des décisions irréfléchies sur la base d’informations peu fiables, et les conséquences peuvent être graves, voire fatales. La société n’était pas préparée au déluge de fakes qui en a résulté et n’a pas été en mesure d’évaluer de manière critique les fausses informations à une telle échelle, conséquence directe d’un environnement informationnel pollué. La culture numérique de tous doit être améliorée, des écoliers aux personnes âgées, si nous voulons créer un environnement numérique sûr. Il s’agit notamment d’amener l’industrie à s’autoréguler, comme dans le Mémorandum sur la lutte contre les informations trompeuses. Qui crée et diffuse les fakes ? Comment influencent-ils la politique gouvernementale ? Comment les fakes peuvent-ils conduire à des décès ? Et à quoi ressemblent les statistiques sur les fakes dans l’opération spéciale en Ukraine ?

D’accord.

  • THE IMPORTANCE OF THE CLIMATE AGENDA IN KEY EURASIAN ECONOMIES 16 juin, 17:00-18:15

Les chefs d’entreprise russes sont préoccupés par le changement climatique :

Un agenda commun sur le climat devrait être l’un des projets fédérateurs dans une région aussi diverse que l’Eurasie. Aujourd’hui, la coopération économique doit être développée dans le cadre de l’agenda climatique, en partie dans le but d’atteindre les objectifs de l’accord de Paris et les objectifs de développement durable de l’ONU, y compris les approches et mécanismes nécessaires basés sur les principes de l’EAEU fonctionnant comme un marché unique.

La réalisation du potentiel unique de la Grande Eurasie pour atteindre les objectifs climatiques nécessitera des solutions rapides à un certain nombre de questions pratiques : parvenir à un consensus politique sur les domaines clés de la coopération ; prévenir les effets socio-économiques négatifs, tels que l’élargissement du fossé entre les nations développées et en développement et l’apparition d’obstacles au commerce et à l’investissement ; trouver un équilibre dans les partenariats public-privé en matière de financement vert afin de stimuler la transformation technologique, notamment par le biais de fonds extrabudgétaires ; créer une base pour la libre circulation des unités de carbone au sein de l’EAEU et une intégration plus poussée avec les principaux partenaires commerciaux ; et faciliter la disponibilité des technologies qui contribuent à réduire les émissions et à assurer un développement à faible émission de carbone ainsi qu’une utilisation efficace et durable des ressources fossiles.

Compte tenu de la situation géopolitique actuelle, l’agenda climatique est-il au centre de la collaboration économique ? Comment des questions telles que la substitution accélérée des importations sont-elles corrélées aux objectifs d’un développement à faible émission de carbone ? Comment assurer le financement de la transition technologique ? Les sources de financement sont-elles claires, et comment peut-on combler le fossé avec l’ampleur réelle des investissements nécessaires ? Comment pouvons-nous faire passer les technologies à faible émission de carbone d’une zone de concurrence à une zone de coopération ? Une banque internationale des technologies climatiques est-elle une réelle possibilité ?

Voilà une excellente question : Une banque internationale des technologies climatiques est-elle une réelle possibilité ? C’est la première question que je poserais si j’organisais une conférence d’affaires dans un pays qui vient de rompre tout lien avec l’Occident dégénéré.

  • VACCINE PRODUCTION : INTERNATIONAL COOPERATION IN THE NAME OF HEALTH 16 juin, 11:00-12:15

Les chefs d’entreprise russes sont également déterminés à faire en sorte que tout le monde soit vacciné, pour toujours :

Les progrès réalisés au cours des dernières décennies dans les domaines de la biotechnologie, de l’immunologie, de la biologie moléculaire et d’autres disciplines connexes ont permis de passer à des vaccins de nouvelle génération améliorés. Les problèmes dans ce domaine consistent à assurer une vaccination de masse et à créer une base de données solide pour des approches innovantes efficaces et sûres. Cependant, de nouveaux défis sont apparus en raison de l’émergence d’infections auparavant inconnues et de la propagation d’épidémies infectieuses à l’échelle mondiale. Dans la situation géopolitique actuelle, la Russie doit éviter un recul dans le développement et la production de vaccins et maintenir le potentiel de développement de l’industrie.

La communauté pharmaceutique mondiale doit s’appuyer sur l’aspect humanitaire et consolider le potentiel international de développement d’outils efficaces d’alerte des menaces infectieuses afin de prévenir leur impact sur la vie socio-économique de la planète. Comment la Russie peut-elle exploiter au mieux son potentiel pour assurer la sécurité biologique de la nation face aux nouveaux défis ? Quels développements innovants dans le domaine des vaccinations peuvent avoir un impact sur la gestion des risques de biosécurité dans le monde ? La communauté mondiale est-elle prête à maintenir le paradigme de l’union des efforts face à la menace que représentent les épidémies infectieuses ? Quel rôle la Russie joue-t-elle en tant que partenaire international dans la prévention des menaces infectieuses nouvelles et réémergentes face aux nouveaux défis ?

Si on lit entre les lignes, c’est une preuve de plus que le gouvernement russe est à quelques jours de dénoncer le terrorisme vaccinal parrainé par l’OMS.

  • THE SANITARY SHIELD : INVESTMENT IN DEVELOPMENT 17 juin, 10:00-11:15

La Russie poursuit la mise en place de son « bouclier sanitaire », un système de contrôle des virus. Les oligarques pensent que cela pourrait être une grande source de business :

La prévention des menaces pour la santé de la population est devenue l’un des facteurs fondamentaux du développement économique et social durable. Un mois de confinement peut entraîner une croissance nulle de l’économie pour l’année, sans compter le flux de restrictions extérieures qui affectent le taux de change et la volatilité du rouble, ainsi que les menaces pour la sécurité épidémiologique émanant des activités de pays hostiles.

Les investissements dans le renforcement du « bouclier sanitaire » du pays permettront non seulement de prévenir les pertes potentielles en cas de nouvelles pandémies, mais devraient également contribuer à développer les industries connexes et à stimuler les percées technologiques et le remplacement des importations dans le domaine des biotechnologies. Les investissements du gouvernement dans un « bouclier sanitaire » ont un effet multiplicateur en attirant des investissements supplémentaires dans la science, le développement de la biotechnologie, la production de tests et de vaccins, l’instrumentation de laboratoire, et le développement d’une industrie spécialisée de conception et de construction, qui joue un rôle important pendant la période de sanctions prohibitives, lorsque la substitution des importations et l’augmentation de la production de produits russes deviennent la seule option pour développer et protéger le pays.

La recherche de spécialistes créera les conditions nécessaires au développement des ressources humaines dans les domaines des technologies génétiques, de la bioinformatique, de l’épidémiologie et de la microbiologie. Quel type d’effet les investissements dans la préparation aux risques biologiques ont-ils sur le développement ? Quels nouveaux outils le « bouclier sanitaire » fournira-t-il pour se protéger des épidémies ? Comment les investissements dans la lutte contre les épidémies peuvent-ils être convertis en développement de la science, de l’industrie et de l’éducation ? Quel rôle les partenaires industriels jouent-ils ? Comment le « bouclier sanitaire » contribuera-t-il à la substitution des importations ? Dans quels domaines spécifiques de la sécurité biologique la Russie peut-elle devenir un leader et créer des normes ? Quels mécanismes sont nécessaires pour multiplier les investissements dans le « bouclier sanitaire » ?

Autant de bonnes questions.

Au fait, qui est le principal sponsor de cet événement multipolaire ? Allons, vous le savez.

Mais le PDG de Sber, Herman Gref, prononcera-t-il un grand discours sur la Kabbale comme il l’avait fait lors de la conférence de 2012 ? Nous l’espérons :

[Lors] du Forum économique international de Saint-Pétersbourg 2012, le PDG de la Sberbank, Herman Gref, a décidé d’animer la conversation avec un peu de sagesse occulte ancestrale. M. Gref – qui, un an plus tôt, avait été élu au conseil d’administration du Forum économique mondial – a animé une table ronde lors de la conférence annuelle intitulée  » Sortir de l’impasse du management : La sagesse des foules ou le génie autoritaire ? »

La conversation a rapidement dégénéré en une succession de poncifs éculés et de monologues passe-partout sur « le crowdsourcing du futur » et bla bla bla.

Gref a décidé d’intervenir.

« Vous dites des choses terribles », a-t-il lancé aux participants. « Vous proposez de remettre le pouvoir entre les mains de la population… Si chaque personne peut participer directement à la gestion, alors que gérons-nous ? »

Citant les enseignements de Confucius et le mysticisme de la Kabbale, il a rappelé à tout le monde la tradition millénaire consistant à cacher la vérité aux masses qui ne sont pas dignes de confiance.

« Les gens ne veulent pas être manipulés quand ils possèdent la connaissance. Qu’est-ce que cela signifie d’ôter le voile des yeux de millions de personnes et de les rendre autonomes ? Comment les gérer ? Tout contrôle des masses implique un élément de manipulation », a observé M. Gref.

(Ne vous inquiétez pas, il « plaisantait ».)

Ce devrait être un grand événement. Malheureusement, Klaus ne sera pas présent. Peut-être l’année prochaine ?

Edward Slavsquat, le 31 mai 2022

Traduction Olivier Demeulenaere

 

Voir aussi :

Russia’s creepiest bank is cattle-tagging children

Rappels :

La Russie combat-elle VRAIMENT le mondialisme en Ukraine ?

Trudeau, Merkel… et même Poutine à l’école de Klaus Schwab. La preuve en vidéo

« Je crois que nous sommes confrontés à un mal qui n’a pas d’égal dans l’histoire de l’humanité »

Ils sont tous complices : La crise du COVID-19 ne s’arrêtera qu’avec le renversement des mondialistes (B. Smith)

1 COMMENTAIRE

  1. мужчины реагируют на макияж [url=https://anctc.ru/relation/ychenye-vyiasnili-kak-myjchiny-reagiryut-na-jenskii-makiiaj.html ]https://anctc.ru/relation/ychenye-vyiasnili-kak-myjchiny-reagiryut-na-jenskii-makiiaj.html [/url]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici