Top Guns, Kishida et US Biden : l’épreuve de force avec la Russie et la Chine

0
3

L’Empire des sanctions [et des mensonges] profite de sa colonie japonaise pour militariser l’ensemble du Pacifique.


Par Thorsten J Pattberg  – Le 30 mai 2022 – Source Saker Blog

Partie 1. Servitude mentale et appel aux peuples coloniaux.

La bande-son de Top Gun « Danger Zone » de 1986 est diffusée en boucle dans un magasin FamilyMart Combini à Nogata, à l’ouest de Shinjuku, à Tokyo. Nous sommes le 24 mai 2022, et US Hollywood va enfin sortir cette semaine une suite à son ancien classique : Top Gun : Maverick.


 

Ces films racontent l’histoire de pilotes de chasse américains de la flotte du Pacifique qui tuent les ennemis de la démocratie.

Tous les FamilyMarts au Japon ont ces coins de machines à café en libre-service, et maintenant des autocollants Top Gun sont collés à gauche et à droite, et une bannière Top Gun pend du haut qui dit : « 5.27 Seulement au cinéma. »

Pourquoi « Seulement au cinéma » ? Les Américains pensent-ils que les Japonais vivent encore en 1986 ? Bien sûr, en 2022, les films iront directement sur DVD, services de streaming, Youtube et autres.

 

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-0-1-300x300.jpg

Mais cela n’a pas d’importance, car il s’agit d’un film de propagande américain glorifiant le passé, et le Japon est un passé parfait. Et les Américains savent que l’acteur américain le plus petit et acteur principal Tom Cruise, la force de la marine américaine, « Iceman »« Hangman » et leurs manœuvres à haute gravité dans le ciel se vendront une fois de plus dans leur colonie asiatique préférée.

Si c’est américain, les Japonais vont l’adorer – et pour toujours. Il y a un magasin de collectionneurs Star Wars de 1979, toujours à Koenji, la station suivante. Il y a aussi un club d’imitateurs d’Elvis Presley de 1968 tout près. Je me souviens soudain de la culture des plans cul des années 90.

À l’époque de l’analogie, un « booty call / plan cul », c’était quand on s’ennuyait et qu’on avait envie d’appeler son ex du passé par téléphone.

Appelle le Japon : Hé Japon, j’ai ces vieux disques vinyles de Top Gun Danger Zone, je peux venir ? Subarashi-gimmi 15 minutes, prends une douche !

En tant que colonie vieillissante, je suppose que le Japon s’est habitué à recevoir des plans culs américains et des trucs rétro américains et tout le reste.

Exemples. Le Pentagone américain a déchargé ses avions de combat F-15 américains de 1969 au Japon seulement vingt ans plus tard, à la fin des années 80. Et les avions de combat F-35 de Lockheed Martin de 2006, le Japon ne les recevra qu’en 2024. D’une certaine manière, les Japonais sont coincés dans des souvenirs du passé, attendant que les Val Kilmer les appellent pour une suite.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-1-2-300x100.jpg

Tokyo a toujours ses vieilles chaînes de cinéma de la guerre froide. Oui, il y a moins de gens qui font la queue à cause d’Internet et du canular de la pandémie, mais cela ne dérange pas les visionnaires américains. Ils passent quelques coups de fil à leurs anciens distributeurs d’il y a 30 ans et – Kureiji-Tokyo imprime de superbes affiches de Top Gun. Les chiffres des ventes de billets sont faux de toute façon et ne veulent rien dire.

Le fait d’avoir le marché japonais pour soi tout seul n’a rien à voir avec le marché libre, mais avec l’Amérique. Les véritables bénéfices ne proviennent pas des ventes de billets ou du café promotionnel bon marché de FamilyMart, mais de la dépendance qui découle du lavage de cerveau des Japonais trop facilement impressionnables qui ne peuvent pas produire un tel film naval de plusieurs millions de dollars en mille ans, et qui ont probablement été soumis à un embargo s’ils ont essayé.

Le véritable objectif de ces superproductions et franchises hollywoodiennes américaines est donc de voler des centaines de millions d’heures de vie aux Japonais, temps qu’ils ne pourront pas investir dans leur propre développement culturel. Les Japonais passent peut-être 80 % de leur temps libre à consommer des biens et des idées, une langue et une culture américains.

Deuxième partie. Pensez au Japon de science-fiction, où le futur est le passé.

Je viens de réaliser qu’il y a un logo Top Gun : Maverick en relief sur ma tasse de café ordinaire à 1 dollar.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-2-2-225x300.jpg

Cela doit être des grains de café d’esclaves du Brésil, je veux dire… le plastique et les impressions coûtent probablement plus cher que le travail humain. Qui paie pour imprimer des ordures dans tout le Japon de toute façon ?

Une autre tête d’affiche américaine est arrivée à Tokyo hier – Joe Biden de l’Empire des sanctions [et des mensonges]. Amelika appelle à la guerre en Asie, donc dans la présentation suivante, nous avons beaucoup de contenu à déballer :

Lorsque le commandant en chef de l’empire le plus attardé que le monde ait jamais vu se rend à Tokyo – ce n’est certainement pas la première fois, il était ici en 2019 pour parler de la guerre avec la Chine – nous savons qu’il s’agira du plus grand conflit de masse oriental que nous ayons jamais infligé ; il s’agira de manuels scolaires gays, d’extermination de personnes brunes, d’embargo sur les missiles, de porte-avions en forme de bite de Dieu et de… ZORG… sanctions [et mensonges], uh-eh.

Ah, pour commencer, il s’agit d’abord de la guerre contre la Russie. La Russie est le plus grand pays, elle a la tête en Europe mais ses tibias sont en Chine et son cul au Japon. Étudiez la carte.

Des armes pour l’Ukraine. Embargo sur tout ce qui est russe. Endiguement de la Chine, et hop ! Militarisation de la mer de Chine méridionale, bla-bla. Traités commerciaux déloyaux pour dominer le reste du Pacifique ? Oppression brutale des critiques anti-guerre. Plus de soldats américains pour les plus de 30 bases américaines du Japon ?

J’habite à Tokyo et je me suis habitué à entendre des hélicoptères américains voler à basse altitude, généralement des Black Hawks. Ils ressemblent à des hélicoptères de la guerre du Vietnam, mais sont des copies réalisées par Mitsubishi Heavy Industries, qui appartient au groupe Toyota, qui représente en fait la moitié du Japon si vous y pensez.

Les Black Hawks américains sont aussi ces hélicoptères polyvalents qui ont occasionnellement tué des gens du désert au Moyen-Orient dans les années 2000. Il existe également des hélicoptères d’attaque lourd Apache de Boeing, mais ils ne survolent pas Tokyo, heureusement, car cela ferait aboyer violemment 10 millions de chiens apato.

Il y a beaucoup d’observateurs de trains au Japon. C’est une obsession nationale. Mais il y a aussi des observateurs d’avions. Le plus gros trafic d’hélicoptères se fait au-dessus des îles du sud, où j’ai vu à plusieurs reprises ces gros hélicoptères de transport à deux rotors. Le Japon en possède exactement 100 en service, fabriqués par le constructeur Kawasaki, et ils font toujours plaisir à voir, comme des bus publics volants.

Des milliers de plaintes sont déposées chaque année auprès du ministère de la défense pour harcèlement sonore. On s’en fiche, le commandement colonial américain dit que cela instille un sentiment de sécurité dans la population. Il y a des milliers de publicités dans les journaux japonais qui disent aux Japonais à quel point ils se sentent en sécurité grâce à l’occupation américaine.

En Occident, vous n’entendrez jamais parler de cette militarisation insensée, mais le Japon ressemble vraiment à l’Irak ou à l’Allemagne. Il y a des postes militaires américains partout. Une fois, je suis allé à la base d’habitation Neghishi de la marine américaine à Yokohama pour un festival de l’amitié. On les appelle vraiment « festivals de l’amitié » – je n’invente rien. J’ai également assisté au festival de l’amitié à la base aérienne de Yokota, dans l’ouest de Tokyo.

Il existe des installations plus petites de l’armée américaine qui sont camouflées en ville. Une fois, je suis allé à un festival de la bière allemande à Aoyama, dans le centre de Tokyo. Et juste derrière la salle de bière et tous ces vendeurs de bretzels et de bratwurst, nous avons repéré une unité de renseignement de l’armée américaine – avec des gardes, des héliports et des bureaux.

Comment les Japonais peuvent-ils vivre comme ça ? Une colonie américaine depuis plus de 75 ans maintenant, et pas de fin en vue, mais en fait une suprématie américaine totale.

Le grand public en est conscient, mais il est impuissant. Il y a tellement d’exercices militaires conjoints entre les États-Unis et le Japon de nos jours qu’il est difficile de les ignorer. La dernière grande fête des armes a eu lieu en 2021, couvrant toutes les lignes maritimes d’Okinawa au sud à Hokkaido au nord.

Les prochains jeux de guerre sont d’ailleurs prévus pour l’automne 2022, le plus grand exercice bilatéral que cette nation battue ait jamais vu. Combien d’autres ?

Selon Nikkei Asia news, ses journalistes ont connaissance de 49 exercices bilatéraux pour la seule année 2020, mais il pourrait y en avoir davantage, car la guerre maritime est en grande partie classifiée.

Par exemple, les États-Unis et le Japon ont joué à des jeux de guerre dans la baie du Bengale en 2021. C’était pendant le pic de la crise corona, et nous nous souvenons que le public japonais a été informé qu’il y avait un virus mortel en cours, et que les gens devaient s’enfermer chez eux et respirer à travers des masques filtrants et se faire piquer quatre fois avec ce bouillon génétique US Pfizer.

Si les médias avaient annoncé que ces 80 000 soldats japonais et étrangers étaient immunisés contre le virus, le public aurait pu remettre en question les obligations de confinement, mais qui peut dire comment les gens réagissent lorsque la réalité s’effondre.

Partie 3. Vivre dans une pandémie mortelle qui ne tue personne.

Pour que tout le monde ait peur, le gouvernement préfère que les dirigeants étrangers ne se promènent pas au Japon sans masque, pas même l’Imperator Joe Biden.

En général, le nouveau shogunat est toujours assez nerveux lorsque les gens de Washington passent par là, parce que les Américains sont plutôt erratiques et imprévisibles, et qu’ils pourraient forcer le régime japonais à faire un demi-tour complet de politique en un jour.

Exemple. Depuis la fin de l’année 2019, le peuple shogun japonais, par décret du peuple-OMS, a dit à ses paysans que les réunions en personne sont arriérées et totalement inutiles, parce que les Japonais cool du futur se rencontreront tous par Skype ou Zoom call ou sur WhatsUp online, ou qu’ils travailleront à distance et ainsi de suite.

Mais maintenant, les Américains viennent en personne et font un demi-tour complet – c’est vrai ! Ainsi, à la Foreign Guest House de Tokyo le 23 mai, l’Imperator Biden en personne est monté sur le podium et a déclaré à tout le monde que [citation] « les réunions en personne sont essentielles pour un bon travail et de bonnes relations. »

Vous réalisez à quel point c’est gênant ? Pendant plus de 30 mois, le gouvernement de Tokyo a prêché à ses 27 millions de salariés que « les réunions en personne étaient moyenâgeuses et pratiquement disparues », à ses 60 millions de ménages avec des personnes âgées qu’ils ne devraient pas se rencontrer en personne « parce que tout le monde va finir aux urgences », et aux 2,5 millions d’étudiants que « les conférences en personne étaient une chose du monde analogue perdu ». Et voilà que l’Imperator Joe Biden en personne déclare exactement le contraire. C’est hilarant.

Mais l’Imperator de l’Homme a 1000 ans et fait des erreurs, non ? Les shoguns japonais ont donc supplié l’administration Biden avant sa visite : « Faites en sorte que ce vieil homme et son entourage portent TOUS des masques anti-peste, S’IL VOUS PLAÎT – parce que nous avons dit aux paysans japonais pendant 30 mois qu’ils devaient porter des masques anti-peste en permanence sous peine de mourir de pneumonie ».

Les contrôleurs du président se sont bien comportés et ont semblé coopératifs à deux jours de dimanche, et l’Imperator Joe a d’abord visité Séoul en Corée du Sud samedi et a porté un masque de terreur noir au visage effrayant.

Mais ensuite, oh l’horreur, il l’a enlevé devant tous les invités, juste là, au pied de l’escalier, et a été accueilli par des agents de sécurité américains en attente, venus d’un autre avion – tous ne portant pas de masque.

Certains ont même serré la main des Coréens, ce qui au Japon est une offense. Encore une fois, c’était au Kimchiland étranger, et la brigade des thoniers japonais a immédiatement éteint ses caméras. Mais si Joe Biden agit de la même manière au Japon demain, que ferons-nous ? Il nous fera passer pour des attardés !

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-3-2-150x300.jpg

Et pouvez-vous deviner ce qui s’est passé dimanche ? Biden a fait exactement la même chose au Japon. Il est arrivé à la base aérienne américaine de Yokata à Tokyo et est sorti d’Air Force One avec son masque noir de terreur. Les conservateurs du shogunat se sont précipités avec leurs accessoires et leurs acteurs de crise, ainsi qu’une centaine de gardes de sécurité portant tous un masque, et environ 2 000 jubilaires portant tous un masque, et les journalistes et les vendeuses de fleurs portant tous un masque – et tout le monde a prié pour que l’Imperator Biden ait reçu le mémo et n’enlève pas son fichu masque filtrant ! Bien sûr, il l’a fait.

Juste après. En effet, alors que tout semblait fonctionner selon le grand mensonge, dès que Biden et sa garde du trône sont entrés dans le centre international du sommet et ont rencontré les autres invités internationaux qui attendaient, venus d’Inde, d’Australie et de Londres au bord de la Tamise… Que puis-je dire ? Ils ont tous enlevé leurs masques et ont bavardé, ri et passé un moment des plus agréables. Ils ont fait passer l’équipe Kishida et ses conservateurs pour des menteurs, des manipulateurs et des conspirateurs sous faux drapeau.

Quoi qu’il en soit, comment revenir à la société en chair et en os ? Comment effectuer un revirement aussi ridicule au Japon ? Biden est-il devenu complètement fou ?

Partie 4. L’OTAN MONDIALE De l’Ukraine à Taïwan, et avec l’Inde, la Corée et le Japon aussi.

Washington défend sa prise de contrôle de toute l’Asie-Pacifique avec ses deux slogans favoris de « valeurs partagées » et d’« ordre international fondé sur des règles ». Que des conneries. La conquête ne va que dans un sens. Aucun des pays orientaux ne possède de bases militaires, de sous-marins nucléaires ou de porte-avions dans le Pacifique Nord – pas un seul.

Considérez ceci : Dans toutes ces nations du Pacifique, les États-Unis contrôlent non seulement l’armée, les marchés financiers, la politique étrangère, le commerce, l’éducation, les voyages et les médias, mais aussi toute la culture, la communication et les technologies.

L’Amérique a maintenant environ 2 milliards d’Asiatiques dépendants des technologies américaines. Les Japonais, par exemple, passent 16 heures par jour sur leur iphone et sur les applications Facebook, Apple et Google. Les drogues numériques sont les nouveaux opioïdes. Si seulement les Asiatiques pouvaient se voir… comment ils se penchent sur ces appareils comme des héroïnomanes. Et négligeant leurs enfants. Ils sont déjà morts, le cerveau mort.

Ce que Joe Biden propose à Kishida à Tokyo est vraiment terrifiant. Les deux gouvernements prévoient de découper la Russie et la Chine.

Le Japon doit prendre le contrôle de certaines parties de la Chine une fois qu’elle se sera désintégrée, et avoir accès aux ports russes, ce qui signifie le contrôle du trafic de ressources naturelles comme le pétrole, le charbon, le blé et le poisson.

Pour le pro-américain Kishida Fumio, l’alliance de l’OTAN, le club des nations industrielles du G7 et l’alliance de sécurité américano-japonaise sont l’occasion rêvée de s’asseoir à la table des enfants de l’Occident, sans se soucier de ne pas se voir offrir de baguettes. Le Japon est le seul homme jaune à la table des impérialistes occidentaux, tout comme en 1839 – banzai !

Nous reviendrons dans une minute sur l’impérialisme du 19e siècle, mais nous devons d’abord parler de Kishida, qui ne sera pas Premier ministre l’année prochaine, car les Japonais redistribuent les postes de direction entre les grandes familles afin de rendre leur gouvernement moins vulnérable à un changement de régime. De plus, les États-Unis sélectionnent les nouveaux dirigeants japonais afin que le régime ne change jamais.

Kishida est l’homme des transferts de fonds de Washington. Il a été ministre japonais des affaires étrangères et ministre de la défense, deux postes coloniaux américains. Ses détracteurs au Japon l’appellent le démon colonial de N’Hon – sous certains angles, il a ces sourcils maléfiques et un visage en forme de triangle avec un menton pointu, tout comme un méchant de Disney ou un démon yokai classique.

En mars, il a rencontré le chef d’état-major de l’OTAN, Jens Stoltenberg, dans la capitale de l’UE, Bruxelles. Si l’OTAN concerne vraiment l’Atlantique, pourquoi faire plaisir au chien américain qu’est le Japon dans le Pacifique ?

Alors peut-être, juste peut-être, que cette expansion actuelle de l’OTAN vers l’est est allée trop loin quand elle se repose maintenant parfaitement sur Taipei et les îles Kouriles ? Peu importe.

Soit il s’agit de l’Atlantique Nord qui s’étend maintenant au Pacifique Sud, soit il s’agit vraiment d’une OTAN GLOBALE et c’est tout ce qui existe.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-4-2-300x100.jpg

Et peu importe ce que c’est, la prochaine action conséquente sera une suite du 21ème siècle au découpage du 19ème siècle de la Chine-Maverick. Et que je sois damné si l’Amérique n’appelle pas le Japon en 2019, 2020, 2021, 2022 déjà pour une autre rencontre.

Pour ceux de nos nouveaux diplômés qui ne sont pas familiers avec la première guerre de l’opium de l’Occident, ou la deuxième guerre de l’opium et les traités injustes, ceux-ci sont généralement considérés comme des événements historiques qui ont abouti à ce qui est communément appelé l’orientalisme : L’assujettissement de l’Est par l’Ouest.

Le fait le plus remarquable concernant le « dépeçage de la Chine » par l’Occident de 1841 à 1912 est que le Japon était un allié de l’Occident. Le Japon a trahi sa propre race asiatique comme Jake Sully dans Avatar, à ceci près que l’humain Jake Sully voulait devenir un Na’vi exotique, alors que si le Japon était un Na’vi, il voulait absolument devenir Jake Sully.

Les Japonais du XVIIIe siècle étaient essentiellement des Mongols exotiques, qui avaient largement emprunté leur culture et leurs traditions au Cathay, la Chine d’aujourd’hui. Les généraux occidentaux ont donc séduit le shogunat en leur faisant croire qu’ils devaient faire des raids sur la Grande Chine ensemble – « vous savez, vous allez retourner sur les terres de vos ancêtres et reprendre ce qui vous revient de droit ! » Ce qu’ils ont fait. En fait, les Japonais sont devenus les impérialistes les plus violents de tous les impérialistes occidentaux.

Partie 5. Mon traité, notre traité, le traité de tout le monde – Les guerres des traités.

Les « traités injustes », ou parfois appelés traités inégaux, sont une figure de style pour désigner un capitalisme horrible dans lequel les négociateurs occidentaux concluent un accord avec un pays oriental de moindre importance. De tels accords mettent toujours l’accent sur les concepts d’équité et d’égalité, faisant ainsi allusion à un même terrain de jeu pour les maîtres et les esclaves. Inutile de dire qu’il est plutôt juste et équitable que les maîtres dominent les esclaves, n’est-ce pas ? Je veux dire, demandez à votre patron si vous pourriez être son patron. Ainsi, tous ces traités conclus dans le passé entre un conquérant et le conquis étaient généralement de mauvaises affaires pour les Orientaux.

Le fait que les Orientaux n’avaient souvent pas de canonnières et n’avaient aucun concept de contrat ou d’État de droit n’a pas aidé à les attirer ; ils croyaient probablement à l’honneur et, dans le cas de la Chine, à la réciprocité.

L’Occident, en revanche, est le destructeur de « l’autre ». Laissez-moi vous expliquer comment cela fonctionne : Les Britanniques sont arrivés avec leurs canonnières à Pékin et ont pris le contrôle du port. Les Chinois voulaient « faire face » et ont signé sur place tous les traités que les Britanniques souhaitaient, car la Chine est harmonieuse, immense et possède de nombreux ports, et qu’est-ce qu’un morceau de papier face à la sagesse des sages qui s’adaptent et changent comme l’eau ?

Malheureusement, il y avait des commerçants hollandais, des protestants allemands et des jésuites italiens sur les bateaux, ainsi que de nombreux autres navires portugais, français et américains, et la nouvelle s’est vite répandue en Europe et en Amérique que les Chinois partageaient désormais les valeurs occidentales de justice et d’égalité. Toutes ces puissances occidentales ont donc exigé l’équité et l’égalité et un accès total à la Chine.

Les négociateurs occidentaux arrivaient et exigeaient exactement les mêmes conditions favorables que les Britanniques, basées sur « l’égalité » et « l’équité » et « tous les hommes naissent égaux » et « les droits de l’homme » et ainsi de suite.

Exemple. Après que le Britannique George Elliot ait signé des traités injustes à Zhoushan et Hong Kong en 1841, les Français ont signé des traités injustes à Guangzhouwan, les Japonais à Kwantung et Taiwan, les Allemands à Jiaozhou et… tous les impérialistes ont signé ensemble d’autres traités injustes et ont rendu la Chine beaucoup plus juste et égale dans ces concessions étrangères extraterritoriales à Shanghai, Beijing, Guangzhou, Tianjin, Hankou et bien d’autres ports stratégiques clés.

Et cette première période de « traités injustes » a duré de 1842 à 1912. Et c’est pourquoi l’empire Qing s’est finalement effondré. Toutes ces puissances impériales en Chine avaient été plus égales que les Chinois. La guerre civile a dû éclater. D’où la mémoire collective chinoise du « dépeçage de la Chine » par les Occidentaux.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-5-2-300x228.jpg

Comment les puissances occidentales et le Japon envisagent-ils le nouveau dépeçage de la Chine en 2022 ? Eh bien, elles s’y prennent avec de nouveaux traités injustes, qu’elles appellent aujourd’hui des accords commerciaux tarifaires. Bien sûr, ces accords commerciaux ne sont absolument pas libres.

Laissez-moi vous expliquer. Par exemple, l’accord de libre-échange ou ALE entre les États-Unis et le Japon accorde à ses signataires des droits égaux pour piller et exploiter les non-signataires.

Il s’agit essentiellement d’un regroupement contre les nations du Pacifique environnantes, en particulier la Chine, la Corée, le Vietnam, la Thaïlande, l’Inde, la Malaisie, l’Indonésie, etc. Les États-Unis et le Japon ont l’intention de découper l’Asie-Pacifique, pour ainsi dire.

Dans le même temps, le Japon n’est clairement que le partenaire junior, et non la superpuissance. L’accord de libre-échange fait donc perdre le Japon au fil du temps face à la superpuissance américaine beaucoup plus forte. Cela dit, à court et moyen terme, l’ALE fait perdre le monde entier face aux puissances combinées du Japon et de l’Amérique.

Ainsi, la première chose que le Japon va faire avec l’accord de libre-échange, dit Kishida, est de « lancer la traque maritime de la pêche chinoise illégale » et de « contrôler les étudiants et les universitaires chinois pour éviter les fuites de technologie ».

Ensuite, le Japon déclarera tous ses produits agricoles supérieurs, toutes ses qualifications plus élevées et tous ses brevets universels, de sorte que toutes les normes du Pacifique s’adosseront aux normes japonaises, des cuiseurs à riz à la formation des médecins en passant par la juridiction.

En effet, tenir un traité aussi injuste entre ses mains revient à prétendre être sa propre mini-Organisation mondiale du commerce – une Organisation du commerce du Pacifique pour ainsi dire, avec un siège à Tokyo. Imaginez ce droit.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-6-2-300x176.jpg

D’un autre côté, tout comme en 1841, le Japon sera toujours exploité par les puissances occidentales. Prenez l’accord de partenariat transpacifique de 2019 ou TTP, pour rire.

Ceci est vraiment arrivé. Le groupe japonais Toyota a toujours voulu vendre plus de voitures en Amérique, n’est-ce pas ? Mais l’Amérique a dit : « Assez, nous ne voulons pas de vos petites voitures ethniques – et d’ailleurs, la maison est pleine, désolé ».

C’est bien sûr parfaitement légitime. Tout comme le propriétaire de la boîte de nuit la plus branchée de la ville, lorsque la salle est pleine, vous augmentez le prix d’entrée de façon exorbitante. Dans le commerce, le droit d’entrée est appelé la taxe d’importation.

L’éthique dans tout ça est assez simple : Si l’Amérique voulait vraiment plus de voitures Toyota, elle les laisserait entrer, croyez-le. Il n’y a pas de frais d’entrée pour le modèle le plus chaud de la ville. Mais en réalité, l’Amérique ne veut pas plus de voitures Toyota, désolé. Elles sont bon marché, oui, mais minuscules et nous voulons en quelque sorte nos propres voitures ici, rien de personnel.

Dans les négociations du TTP, cependant, Tokyo a exigé une levée des taxes d’importation sur les voitures et les pièces détachées Toyota. Vous pouvez voir où cela va nous mener. Les accords commerciaux sont complètement odieux. Entre-temps, Washington a observé que le Japon mangeait trop peu de viande et a donc obligé Tokyo à importer davantage de bœuf américain. Tokyo a répliqué en disant : « D’accord, mais nous avons du bœuf de première qualité à Hokkaido que nous pouvons vendre plus cher aux Nord-Américains ».

Trois ans plus tard, la situation suivante s’est présentée : Washington n’a pas levé l’embargo sur les importations de voitures et de pièces détachées Toyota – poursuivez-moi ! Washington n’a pas non plus acheté de bœuf d’Hokkaido, pourquoi ? Entre-temps, Tokyo a importé beaucoup de bœuf américain contenant beaucoup de protéines saines, mais a fini par interdire à nouveau le bœuf américain parce que personne ne voulait plus acheter de bœuf Hokkaido fait maison.

Par conséquent, tout accord commercial (non libre) entre les États-Unis et le Japon est insensé, à moins que nous ne considérions ces accords comme la continuation des traités injustes du passé, conçus pour faire équipe contre les nations non signataires, la Chine en particulier.

Dans ce cas, ces accords commerciaux, ou plutôt ces pactes impies, ont un sens. Tokyo et Washington peuvent maintenant aller en Chine et dire « nous échangeons librement et équitablement des voitures Toyota et du bœuf d’Hokkaido, pourquoi pas vous ? ». Une fois que la Chine tombera à nouveau dans ce stratagème, elle recommencera le cercle vicieux des traités injustes et s’effondrera à nouveau.

Partie 6. Le Japon comme simulation des États-Unis en 2022

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-7-2-300x169.jpg

Laissez-moi vous expliquer brièvement ce qui est au menu de la prochaine guerre du Japon avec la Chine. Washington veut mettre la Russie et la Chine sous embargo, rendre leur existence même illégale, illicite et illégitime. Tous ceux qui s’associent à la Russie et à la Chine sont des ennemis par association – la Corée du Nord et l’Iran par exemple.

Voici l’appel à l’action lancé par le Japon et l’Amérique lors de leur sommet Asie-Pacifique 2022 :

Le 19 mars, Kishida a lancé un avertissement à l’égard de Pékin : « Le peuple japonais ne tolérera pas les actions de la Chine dans la mer de Chine méridionale. » (Note : l’histoire se répète ici – parlez du massacre de Nankin et de la Nippon-Manchuria. Taïwan a aussi été une colonie japonaise).

Le 23 mai, Biden a menacé Pékin de guerre : Les États-Unis feront la guerre à la Chine si elle attaque Taïwan. (Note : les Japonais présents dans la salle ont failli s’évanouir – il aurait tout aussi bien pu dire : « Bien sûr, le Japon débarquera à Taïwan »).

Le peuple japonais est maintenant politiquement piégé – serré ensemble, balancé ensemble – dans un plan occidental pour infliger la douleur, la misère et la guerre aux Chinois.

Le 27 mai, Kishida a approuvé un budget supplémentaire de 8,6 milliards de dollars pour accueillir encore plus de troupes militaires américaines à Futenma, et cela ne suffira pas. En août 2022, il pourrait s’agir de 40 milliards de dollars. Il suffit d’attendre et de regarder les nouvelles.

Trois autres alliances ont été renforcées à Tokyo cette fois-ci : L’IPEF, le QUAD et l’AUKUS. Pourquoi autant ? Eh bien, c’est délibéré, et c’est le début d’une bureaucratie mondiale impénétrable qui ne peut être comprise par les acteurs individuels. C’est comme essayer de comprendre à qui appartient la blockchain. Vous devenez fou.

Biden a ainsi annoncé un budget de 50 milliards de dollars pour le tout nouveau « Cadre économique indo-pacifique » ou IPEF. Personne ne sait ce que c’est, probablement du blanchiment d’argent de l’hiver corona lorsque les banques de réserve fédérales occidentales ont créé 8 000 milliards de dollars ou d’euros en fiat que personne n’a jamais revu.

Vient ensuite le pacte de sécurité trilatéral pour le Pacifique entre l’Australie, le Royaume-Uni et les États-Unis ou AUKUS. Vous vous demandez peut-être pourquoi cette alliance de sous-marins nucléaires a été évoquée à maintes reprises depuis septembre 2021, ici au Japon, et pourquoi Washington insiste pour que le Japon et Taïwan, mais aussi l’Inde et la Corée du Sud, soient inclus en tant qu’alliés non signataires.

Cela montre bien que les noms des traités sont trompeurs et que les acronymes ne veulent plus rien dire, comme nous l’avons, je l’espère, suffisamment démontré avec les exemples de l’OTAN, de l’ALE et du TTP et, peut-être que nous ne l’avons pas dit mais que nous le pensons : l’acronyme très trompeur de US ou USA – qui désigne un lieu mais signifie en réalité la planète.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-8-2-225x300.jpg

Le Premier ministre Kishida a perfectionné l’art de l’obéissance anticipée et est, d’après l’impression que nous donnent les médias mondiaux favorables, un véritable plaisir pour la Maison Blanche de travailler avec lui ; bien qu’il semble assez frappant, je dois le dire, que rien de ce qu’il dit ou fait n’améliore le moins du monde les conditions de vie du Japonais ordinaire – rien.

Je suppose que la meilleure chose que l’on puisse dire du gouvernement japonais est qu’il est si mauvais, car M. Kishida semble tirer ses prochaines idées de réforme brillantes directement de la culture d’annulation ou des pages tendances de Youtube.

Voici quelques exemples populaires de cette absurdité :

Le 20 mai, M. Kishida a exhorté toutes les entreprises japonaises à divulguer leur « écart de rémunération entre les sexes ». Qu’est-ce que c’est, et pourquoi ? Parce que son gouvernement pourra combler cet écart en retirant le salaire des hommes pour le donner aux femmes, ou en payant davantage les travailleuses parce qu’elles sont des femmes, ou – solution la plus simple – en embauchant un homme et une femme pour chaque poste salarié de l’entreprise, et en partageant le salaire entre les deux.

Il a même un slogan brillant pour éliminer l’écart de rémunération entre les sexes. Il s’agit de combler l’écart de rémunération entre les sexes, a expliqué M. Kishida.

Cela pourrait démanteler la méritocratie et la compétitivité du Japon une fois pour toutes, mais le Japon n’a de toute façon pas de plafond ici, il ne peut se développer nulle part, alors autant rappeler les navires au port, non ?

Quoi d’autre le Japon pourrait-il démanteler ou éliminer, couler et saborder ? Ses propres sous-marins, peut-être ? C’est bien cela ! Averti Kishida le 15 novembre 2021 : afin de créer une dynamique internationale pour un monde sans armes nucléaires, « le Japon doit faire du désarmement mondial un objectif au Japon. » Notez que le Japon ne peut pas et n’a pas dit qu’il voulait retirer nos sous-marins nucléaires. Il veut seulement retirer ses propres sous-marins nucléaires, vraisemblablement, s’il en a.

Ok, a-t-il un nouveau slogan pour cela aussi ? En effet, il en a un. Il l’appelle le « Nouveau Capitalisme ».

Le Japon est prêt à faire reculer son économie et à ruiner son peuple parce que ses dirigeants pourraient alors être promus intendants occidentaux des États-Unis et du Japon.

Kishida a grandi à New York et n’a pas pu entrer plus tard à l’université de Tokyo. Et quand tout le monde a cessé de parler avec lui d’Amelika, il les a raillés en leur disant qu’il était d’Hiroshima.

Dernière partie. C’est fini pour le Japon. Même pas un État client.

Si je devais résumer la situation, j’appellerais le Japon 2022 une récession sans fond. Le sommet mondial de Tokyo réunissant tant de dirigeants du monde à l’esprit fort s’est terminé le 25 mai 2022, avec la conclusion que [citation du gouvernement de la Maison Blanche] :

Les États-Unis sont une puissance économique indo-pacifique, et l’expansion du leadership économique américain dans la région est bonne pour les travailleurs et les entreprises américaines.

C’était gênant. Tellement brutal. Donc, le Japon et l’Indo-Pacifique concernent le leadership américain et l’expansion du peuple américain ? Si vous n’avez pas vu le rôle du peuple japonais dans tout ça, c’est parce qu’il ne s’agit pas toujours d’eux, je suppose.

Le Président Kishida marche un mètre derrière l’Imperator Joe. Regardez la vidéo. Et Joe, eh bien Joe ressemble à une tasse à thé. Mon Dieu, pourquoi les Japonais ont-ils tous les cheveux noirs, c’est du cirage ou un toupet ?

C’est pas grave. Retour à la base aérienne américaine de Yokata. Profitez de votre film Top Gun, les amis ! Et trouvez la scène où Maverick porte les drapeaux de Taïwan et du Japon par lots.

http://dxczjjuegupb.cloudfront.net/wp-content/uploads/2022/05/IMAGE-9-2-300x280.jpg

…Je vous appelle, plus tard.

Thorsten J Pattberg

L’auteur est un écrivain et critique culturel allemand.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.