La revue de presse en temps réel

SCANDALE HISTORIQUE DONT PERSONNE NE PARLE : Avez-vous entendus parler des « Fichiers Twitter » ? C’est la preuve irréfutable que Twitter a participé à une forme de TRAHISON avec Google, YouTube, Apple et Facebook ! Ce hold-up psychologique devrait faire la UNE de tous les MEDIAS dans le monde entier !!!

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

La plus grande histoire de la dernière décennie n’est pas la pandémie de Covid, les manifestations du 6 janvier, la guerre en Ukraine, les émeutes du BLM ou même la crise stagflationniste aux États-Unis. Derrière ces événements majeurs se cache une autre histoire, celle qui les relie tous de manière inquiétante. Encore plus important que les effets du chaos géopolitique et économique est l’effet de la censure de masse ; sans le libre échange d’informations et le débat, le public reste ignorant. Et si le public reste ignorant, les événements de crise sont de plus en plus susceptibles d’exploser.

La perception publique des affaires nationales et internationales est un déterminant clé de l’issue des catastrophes et des conflits. C’est pourquoi les gouvernements et les élitistes du monde entier cherchent souvent à manipuler la manière dont les gens digèrent l’information. L’idée est plutôt simple – Ils croient que « nous, le peuple », ne pouvons pas être autorisés à tirer nos propres conclusions. Ils pensent qu’on ne peut pas nous faire confiance pour développer les points de vue « appropriés » et que nous ne sommes pas assez intelligents pour comprendre les implications des décisions gouvernementales.

En d’autres termes, ils croient exactement le contraire de ce qui est décrit dans la Constitution américaine. L’establishment donnera de nombreuses raisons pour lesquelles il doit censurer, réprimer, déformer et déformer les faits d’une situation donnée, mais en fin de compte, la véritable justification est qu’il a une vision de la société qui est contraire à nos fondements. Ils se prennent pour les arbitres de la réalité pour voir cette vision se réaliser. Comme Edward Bernays, le « père des relations publiques » l’a déclaré un jour dans son livre « Propaganda » :
« La manipulation consciente et intelligente des habitudes et des opinions organisées des masses est un élément important de la société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme invisible de la société constituent un gouvernement invisible qui est le véritable pouvoir dirigeant de notre pays…Nous sommes gouvernés, nos esprits sont façonnés, nos goûts formés, nos idées suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n’avons jamais entendu parler. C’est une conséquence logique de la manière dont notre société démocratique est organisée. Un grand nombre d’êtres humains doivent coopérer de cette manière s’ils veulent vivre ensemble dans une société qui fonctionne bien…Dans presque tous les actes de notre vie quotidienne, que ce soit dans le domaine de la politique ou des affaires, dans notre conduite sociale ou notre pensée éthique, nous sommes dominés par le nombre relativement restreint de personnes… qui comprennent les processus mentaux et les schémas sociaux des masses. Ce sont eux qui tirent les fils qui contrôlent l’esprit public.

C’est de l’autoritarisme pur. C’est l’étoffe des cauchemars et des révolutions. Mais depuis de nombreuses années, une grande partie du monde a nié l’existence d’une telle dynamique. C’est de la « théorie du complot » que de prétendre qu’un petit nombre d’élites travaillent ensemble en secret pour contrôler la perception du public et gouverner notre société dans l’ombre. Après tout, où est la preuve ?

Bien sûr, ce genre d’argument est un mécanisme d’adaptation pour les déficients mentaux. La preuve d’une gouvernance et d’un contrôle aussi secrets est partout de nos jours, mais certaines personnes préfèrent le déni délibéré. Prenons par exemple les baisses de données en cours pour ce que l’on appelle maintenant « les fichiers Twitter ».

Les médias mainstream répondent à peine au vidage d’informations initié par Elon Musk. Ils semblent beaucoup plus intéressés par les dossiers fiscaux de Donald Trump. Lorsqu’ils sont forcés de reconnaître l’histoire, ils sont hostiles, qualifiant l’information d’ »ennuyeuse » ou de peu impressionnante. C’est une tactique psychologique classique des narcissiques et des criminels typiques – Lorsqu’ils se font prendre, ils agissent indifférents, comme si ni les preuves ni leurs crimes n’avaient vraiment d’importance. Si se faire prendre n’a pas d’importance pour eux, alors leurs crimes ne doivent pas être si graves, n’est-ce pas ?

Le contenu de ces dossiers est stupéfiant, mais en même temps il est vrai que les conclusions ne sont pas surprenantes.

Les fichiers confirment simplement presque tout ce que les commentateurs conservateurs et libertaires disent depuis des années ; toutes ces « théories du complot » sur la censure des conservateurs par les Big Tech se sont avérées vraies. Non seulement cela, mais la théorie selon laquelle les agences gouvernementales et les responsables du DNC ont travaillé avec Big Tech pour faire taire et saper leurs opposants politiques était également vraie.

Twitter a longtemps nié qu’ils « interdisaient » les utilisateurs, mais c’était un mensonge. Les données montrent que de petits groupes au sein de Twitter appelés « équipes de réponse stratégique » ont supprimé jusqu’à 200 comptes par jour. Il s’agissait généralement de comptes rendus de politiciens et de célébrités conservateurs plus importants et plus influents. Et ces équipes opéraient en coordination avec des responsables démocrates et des agences comme le FBI. Dans certains cas, l’objectif était de mettre en sourdine une personne en particulier. Dans d’autres cas, l’objectif était de diriger des élections nationales.

Les communications internes sur Twitter montrent que les groupes SRT ont passé la plupart de leur temps à inventer des raisons pour lesquelles certaines informations étaient soumises au « TOS ». En d’autres termes, si les règles de Twitter n’étaient pas violées, elles inventaient de nouvelles règles.

L’exposition de « Twitter » est la plus grande histoire de la décennie car elle fournit la preuve d’une cabale cachée. Elle montre la mécanique atroce dans les coulisses et expose un réseau d’élites et leurs luitenants qui ont été impliqués dans des opérations directes pour détruire le 1er amendement au nom de la suprématie idéologique.

C’est la définition classique du fascisme, une définition que Benito Mussolini a réitérée lorsqu’il a soutenu : « Le fascisme devrait plutôt être appelé corporatisme parce qu’il est la fusion du pouvoir de l’État et des entreprises.

Et, si cette marque de fascisme se produisait dans les couloirs de « Twitter », il ne fait aucun doute que cela se produisait également dans des entreprises comme Google, YouTube, Apple, Facebook, etc. Avant d’avoir des preuves, nous en avons maintenant la confirmation.

Les grands médias se disputent la pertinence plutôt que la moralité parce qu’ils ont profité de la censure. Il est important de se rappeler que l’une des premières mesures que les entreprises Big Tech a appliqué après avoir supprimé les médias alternatifs pendant la pandémie a été d’amplifier ensuite les médias d’entreprise. Ces entreprises pataugent avec des chiffres d’audience lamentables et des bénéfices en baisse. Plus personne ne les écoute. Pourtant, tant qu’ils promeuvent le récit de l’establishment, leurs opinions et leur désinformation sont prioritaires sur presque tous les moteurs de recherche et plateformes de médias sociaux.

Bien sûr, ils ne sont pas intéressés par les fichiers « Twitter », les menteurs sont souvent « ennuyés » par des commentaires honnêtes et des informations factuelles. De plus, leur existence continue repose sur la censure de leurs concurrents dans les médias alternatifs.

L’essentiel est pourtant bien là : selon la Déclaration des droits, il est illégal pour les agents du gouvernement américain d’entraver la liberté d’expression des citoyens américains respectueux des lois. Peu importe si l’action est menée en utilisant des « entreprises privées » comme intermédiaires. Et, si une entreprise privée est de connivence avec le gouvernement pour mettre en œuvre une certaine politique, ce n’est plus une entreprise privée. « Twitter » participait à une forme de trahison, avec les agences avec lesquelles ils coopéraient. C’est une histoire énorme, et qui devrait conduire à la punition des personnes impliquées.

Source: zerohedge

SourceBB

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X