Salto, fini les galipettes : le contribuable français se fracasse sur Netflix

0
707

Ce vendredi, drame : le contribuable va devoir verser une petite larme car il ne pourra plus faire de petites cabrioles, devra faire une croix sur les galipettes et surtout, c’en est fini de Salto.

Pour le rappel, Salto n’est pas ce mouvement gymnastique que le contribuable devrait effectuer pour récupérer son argent (tant le fisc lui rappellera, s’il se risquait à ça, que salto rime avec lumbago), mais bien le nom de cette aventure télévisuelle consternante qu’ont lancé en 2020 les télévisions privées du capitalisme de connivence, TF1 et M6, avec les télévisions publiques de la dépense idéologique forcenée, France Télévisions et ce alors que les confinements faisaient rage et que le téléspectateur français était donc plus ou moins captif.

Dans un pays déjà largement conquis par Netflix puis PrimeVideo, c’était un pari risqué, foufou diraient certains, mais comme il était aussi fort coûteux, tout le petit monde des médias s’est jeté sur l’aubaine.

Las.

La belle aventure emmenée par la fine fleur des médias télévisuels français va devoir mettre la clé sous la porte et rendre sa proverbiale antenne : en effet, France Télévisions s’apprête à acter en interne la dissolution de la plateforme créée par les groupes TF1, France Télévisions et M6, après un service de plus de deux années (oui, deux, entières, de douze mois chaque). S’il reste à savoir ce qui va être fait des quelques centaines de milliers d’abonnés et du catalogue de produits disponibles sur la plateforme (revente à d’autres acteurs ou passage en perte totale), il n’y a plus de doute que la plateforme, elle, va s’arrêter.

Le conseil de la rédaction : vite, profitez du moisi mois gratuit dès à présent et ne soyez jamais prélevé puisque ça va s’arrêter avant !

--- 🤯 Le projet fou de Klaus Schwab et comment s’en protéger 🤑🤑  ----

Tout avait pourtant commencé sous les meilleurs auspices comme en témoigne deux précédents billets.

Ainsi, la prise de participation, à hauteur d’un tiers chaque, des trois principaux groupes de médias français garantissait que la direction serait inévitablement tiraillée entre différentes injonctions politiques et économiques, d’autant plus que le public s’y mêlait avec le privé dans une soupe dont on connaît déjà toute la redoutable efficacité avec les centaines de partenariats public/privé dont la plupart sont des mouroirs économique tragiques.

Ainsi, il faut souligner le travail de sape consciencieux de l’ensemble des autorités françaises pour empêcher tout rapprochement durable entre TF1 et M6 dont la tentative de mariage s’était soldé par un cuisant échec en septembre dernier : pour éviter toute concentration concurrentielle qui aurait nui au paysage télévisuel horizontal, monocorde et monotone français, les autorités avaient progressivement mis des contraintes et conditions de plus en plus drastiques à cette fusion qui n’a pu aboutir, ceci se traduisant par un retrait pur et simple des deux chaînes privées du conglomérat baroque, laissant seul à la barre le groupe public et ses petits contribuables frétillants, ce qui revenait à transformer à terme le salto en chute avant dure sans les mains.

Ainsi, le catalogue subtilement bâti sur des fictions dramatiques (dramatique dans tous les sens, ici) françaises et autres, devait permettre à tout un nouveau public de découvrir les meilleurs épisodes des successeurs de Louis La Brocante. Il semble que ce fut un tantinet plus dur que prévu et que les exclusivités proposées n’ont pas trouvé preneur dans les foyers français. C’est d’ailleurs la consternation chez certains qui vont devoir se passer de la diffusion en avance des épisodes de ces monuments télévisuels que sont devenus “Ici tout commence” ou “Demain nous appartient”. On espère que le gouvernement sera prêt à proposer une cellule de soutien psychologique voire un numéro vert pour les fans déçus de cette issue catastrophique.

Difficile de ne pas voir dans la contre-performance olympique de ce service une nouvelle illustration de la parfaite nullité de l’administration et du service public français dont l’idéologie est passée bien avant les considérations capitalistiques des deux groupes médias privés. Le bilan après deux ans, se soldant par 85 millions d’euros de dettes dont on se demande qui pourrait bien les éponger, donne un aperçu de ce que le capitalisme de connivence d’un côté et le service public de l’autre sont capables de produire. Tout étonnement devant un tel résultat ne sera le fait que des plus naïfs.

Difficile aussi de ne pas rapprocher ce nouvel échec des cultureux français à pousser leurs petits agendas bigarrés auprès des masses populaires, alors qu’on apprend dans le même temps que le cinéma français ne fait pas plus recette à l’étranger qu’il ne marche vraiment en France. Il y a une belle unité de ton entre ce que le cinéma français produit actuellement, ses performances médiocrissimes, et ce que la télévision française produit actuellement, avec ses performances médiocrissimes aussi. Miser sur une coïncidence est osé, dans la période actuelle…

Et puis difficile de ne pas se rappeler que derrière les annonces en fanfare d’un “Netflix à la française” (un peu comme le “cloud à la française” ou un “Google à la française”), on retrouve les mêmes penchants à vouloir tout résoudre par l’intervention étatique : ce serait tout de même assez simple de réguler (lire “limiter”, “contraindre”, “harceler”) les concurrents (honteusement étrangers) et d’introduire des lois aux petits oignons pour garantir le succès (triomphal) des solutions françaises, n’est-ce pas. Par exemple, on se souvient que le patron du service de vidéo en ligne français appelait il y a un an à imposer des boutons “Salto” sur les télécommandes des foyers français ; après tout, il y a bien des boutons “Netflix” !

Mais voilà : le succès ne se vote pas à l’Assemblée. Si Netflix a connu un tel essor, ce n’est pas seulement parce qu’il fut le premier, ni parce qu’il dispose d’un catalogue rempli (et pas seulement de drames), mais c’est parce qu’il a été possible de développer et faire grandir le concept et le service sur de nombreuses années. Salto a déboulé bien trop tard sur un marché déjà saturé et s’il n’est pas apparu plus tôt en France, c’est avant tout parce que tout, absolument tout, a été fait pour consciencieusement écrabouiller les velléités d’entreprendre, dans ce domaine comme dans d’autres (le “cloud”, la “recherche internet” ayant les mêmes problèmes fondamentaux).

En fait, on comprend surtout que ces tentatives, pilotées plus ou moins étroitement par l’État et des politiciens en mal de notoriété, ressemblent toutes à des formes de détournement décontracté de l’argent du contribuable. Le désir de rattraper un retard technologique ne sert que de prétexte jeté à la face du contribuable pour justifier l’injection de fonds publics ici, et pour placer des copains là.

Salto n’échappe pas à la règle. Le pillage intellectuel, financier et culturel du pays continue donc tranquillement, voguant de faillite en faillite.

Ce pays est foutu.

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici