La revue de presse en temps réel

Royaume-Uni : Les fonctionnaires britanniques du Ministère de l’Intérieur vent debout contre le projet de transfert des clandestins au Rwanda

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

Un responsable anonyme du ministère de l’Intérieur explique pourquoi, quel que soit le ministre de l’Intérieur, les frontières britanniques resteront grandes ouvertes :

“Malgré notre changement de patron, rien ne changera en ce qui concerne le contrôle des frontières britanniques. Je le sais parce que j’ai travaillé pendant un certain temps comme fonctionnaire sur la politique d’immigration et – d’après mon expérience – aucune priorité n’est plus éloignée des projets du ministère de l’Intérieur en 2023 que d’arrêter les bateaux ou de réduire les arrivées de migrants.

Malgré toute son attitude criarde, Suella s’est excusée de façon grinçante dans ses discours au personnel du ministère de l’Intérieur. Au lieu d’inculquer une discipline indispensable, elle nous disait à quel point nous faisions un excellent travail, sans que cela lui apporte une quelconque loyauté. Elle a été moquée et insultée par le personnel localisé à Londres, furieux de son refus d’étendre les routes sûres à un nombre toujours croissant de pays.

Les responsables du ministère de l’Intérieur ont le devoir moral et légal de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour concrétiser les priorités du gouvernement en matière d’immigration. L’impartialité politique est un principe central du code de la fonction publique, mais cela s’est transformé en une culture de « gestion », comme l’a ouvertement admis notre secrétaire permanent Matthew Rycroft en 2021 (lorsqu’il a été enregistré disant à ses collègues qu’il n’était pas nécessaire de suivre « servilement » la politique gouvernementale en matière de diversité).

En pratique, cela signifie accepter le point de vue bien pensant selon lequel l’immigration ne peut et ne doit pas être contrôlée, ignorant les instructions des ministres et donc leurs mandats démocratiques, nombre de mes collègues considérant leur rôle comme faisant partie de la résistance à ce qu’ils considèrent comme un gouvernement radical de droite déterminé à ignorer les règles visant à punir les migrants innocents. Cette culture de défiance est si répandue que toute suggestion de contrôle aux frontières est méprisée ou ignorée.

Il est largement admis que nos règles en matière d’asile sont susceptibles d’être utilisées abusivement. Tout officier des forces frontalières ou fonctionnaire travaillant sur la politique d’asile vous le dira ouvertement. Pourtant, toute suggestion visant à renforcer les règles en matière d’asile ou à refuser les demandeurs d’asile est rejetée d’emblée et considérée comme un mal impitoyable.

Si je devais assister à une réunion et suggérer de réduire la migration ou demander comment nous pourrions expulser immédiatement les arrivants de petits bateaux ou les criminels étrangers, mes collègues penseraient peut-être à appeler les nombreux services de santé mentale qui nous sont fournis pour vérifier mon équilibre psychique.

Même les tentatives les plus modérées de faire quoi que ce soit concernant la migration sont accueillies en interne comme étant soit déraisonnables, soit juridiquement impossibles, les discussions étant stoppées net par l’allusion au « droit international ».

Au lieu de faire face aux crises nationales auxquelles est confrontée la Grande-Bretagne, notamment en matière de migration légale et clandestine record, on perd un temps infini. Les cadres supérieurs organisent des événements sur le Mois de l’histoire des Noirs, Windrush et les microagressions. On nous demande d’assister à des « journées d’absence » trimestrielles (généralement organisées en ligne, la plupart d’entre nous ne sommes au bureau qu’un jour par semaine) au cours desquelles nous recevons des prix et où les hauts fonctionnaires nous disent à quel point toute critique politique ou médiatique de notre politique est erronée. Lors de réunions discutant théoriquement de politique, nous sommes obligés d’écouter les directeurs des ressources humaines donner des conférences sur la diversité et remettre des prix sur l’inclusivité. Ils sont condescendants et nous traitent comme des enfants.

L’ambiance est à l’autosatisfaction et il y a un refus de s’engager et encore moins d’apprendre des critiques que le ministère reçoit, à moins bien sûr qu’elles ne viennent de la gauche ou d’une commission incroyablement coûteuse concluant que nous sommes institutionnellement racistes. Il n’y a aucune réflexion sur le fait que nous avons complètement échoué à remplir notre devoir démocratique de réduire les migrations.

Alors que le projet rwandais semblait un millimètre plus proche de sa réalisation, les forums du personnel étaient remplis de commentaires jurant qu’ils ne travailleraient pas sur un projet aussi diabolique. Les cadres supérieurs apaisent toujours ces messages et disent au personnel de ne pas démissionner. Tout le monde sait que le temps presse pour le gouvernement actuel et qu’il n’y a vraiment rien à faire ; les politiques ne peuvent pas être adoptées car elles nécessitent une gouvernance, et la gouvernance a besoin d’un mandat et les mandats doivent être reformulés puis diffusés à quelques reprises avant que nous puissions tenir la première réunion. De nombreux fonctionnaires relativement hauts placés passent leur temps à s’occuper de ce travail, travaillant dur sur des choses qui ne seront jamais lues ou utilisées dans un travail sans fin.

Malgré tout cela, cela n’aurait pas d’importance si le ministère de l’Intérieur était une machine finement huilée, prête et désireuse de répondre à toutes les priorités possibles du gouvernement et déterminée à protéger les frontières du Royaume-Uni. Le message clair émis à huis clos par le Trésor et d’autres ministères est que la migration légale devrait être élargie pour stimuler une croissance économique terne.

Pour mes collègues, je soupçonne que l’ascension de James Cleverly n’est qu’une opportunité de faire des affaires avec un ministre inexpérimenté dans un nouveau ministère. Et pour la Grande-Bretagne, nos frontières resteront incontrôlées. »

The Telegraph

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X