Un député bien moins actif à l’Assemblée qu’au volant

Avec dix interventions au cours de la mandature 2012-2017, Edouard Philippe ne fait pas véritablement figure de bon élève sur les bancs de l’Assemblée nationale. Avec seulement une dizaine d’interventions en cinq ans, il figure parmi les moins bien classés d’après les données du site nosdéputés.fr.

Capture d’écran du site mondepute.fr

Quel que soit le critère choisi pour le comparer à ses homologues, Edouard Philippe semble avoir eu une activité pour le moins discrète à l’Assemblée nationale : il figure systématiquement parmi les 150 parlementaires les moins actifs, tant en ce qui concerne ses interventions en séance que ses propositions de loi, ses questions orales et écrites ou encore sa présence en commission. Au total, il affiche 113 semaines d’activité sur 47 mois de mandat – l’un des plus mauvais ratios de l’Assemblée.

En revanche, Edouard Philippe est bien moins discret au volant de son véhicule. En octobre 2015, le quotidien régional Paris Normandie relatait que l’élu avait fait l’objet d’une suspension provisoire de permis de conduire après avoir été interpellé sur l’autoroute A131. Le député roulait à plus de 150 km/h sur une portion d’autoroute limitée à 110 km/h. «Cette infraction est regrettable : qu’elle soit la première en plus de vingt ans de conduite ne la rend pas excusable», avait-il déclaré.

+ d’infos : https://francais.rt.com/france/38360-declaration-patrimoine-lobbying-chez-areva-absenteisme-casseroles-edouard-philippe

Il n'y a pas encore de commentaires