Quand Poutine partira, le « poutinisme » perdurera-t-il ?

Quand l’ex-idéologue en chef du Kremlin parle, les gens écoutent. La semaine dernière, il a dit que la structure gouvernementale construite par Poutine survivrait à l’homme qui l’a construite. Maintenant, les Russes discutent de ce qu’est le « poutinisme ».


Par Fred Weir – Le 21 février 2019 – Source The Christian Science Monitor

Pour les Russes, l’idéologie occupe une place prépondérante dans le discours politique.

Depuis l’effondrement de l’URSS, un État où l’idéologie réglementait tout, des affaires étrangères à la vie privée, certains Russes ont cherché à trouver une nouvelle « idée russe » pour faire vibrer le sentiment national et se donner un sentiment d’appartenance et un but. Beaucoup d’autres s’opposent à toute tentative d’imposer une idéologie officielle, qu’ils considèrent comme le fléau de l’histoire russe.

Ce faisant, Surkov a déclenché un débat enflammé parmi les principaux intellectuels russes sur la nature essentielle de la Russie, et en particulier sur la question de savoir si le régime indéniablement résilient que Poutine a créé, peut survivre à son règne.

Et même ceux qui contestent la substance des arguments de Surkov ; ils sont nombreux ; estiment que la publication de l’article a une grande signification.
« Surkov était l’idéologue en chef du Kremlin, il est toujours intéressant et divertissant, et il essaie d’inventer de grands systèmes politiques », dit Nikolay Petrov, politologue à l’École supérieure d’économie de Moscou. « Il n’est pas étonnant que tant de gens considèrent cet article comme étant plus qu’une simple expression d’opinions personnelles, mais comme un signal venant d’en haut. Les gens sont sûrs qu’il a dû recevoir des instructions, ou du moins l’autorisation de publier cet article. »

La « nation profonde » russe

L’article de Surkov, publié à une époque de troubles sociaux croissants et d’incertitude sur ce qui se passera lorsque Poutine quittera la scène, allait inévitablement déclencher une avalanche de controverses. Les grands projets de Surkov ont façonné le paysage politique de l’ère Poutine – et manipulé sans vergogne les perceptions des Russes sur le choix démocratique.

Surkov fut l’architecte de la soi-disant démocratie gérée russe, qui comprenait une série de partis politiques pro-Kremlin à la saveur quelque peu différente que Surkov, agissant selon sa propre conception du fonctionnement de la démocratie occidentale, a offert aux électeurs pour leur donner l’illusion de choix. Elle comprenait également des groupes de la société civile tels que le mouvement de jeunesse pro-Kremlin Nashi et la Chambre civique, une sorte de parlement parallèle de groupes publics. Il a perdu son emploi au Kremlin il y a quelques années, après que Poutine se soit apparemment lassé de ses intrigues. Mais il a été rappelé à plusieurs reprises pour s’occuper de tâches délicates, la dernière fois en tant que principal interlocuteur du Kremlin pour gérer la crise entre la Russie et l’Ukraine.

L’idée centrale de son article, intitulé « L’État durable de Poutine », est que Poutine a développé une forme de gouvernement qui élimine les intermédiaires, comme les parlements et les bureaucraties, et unit la volonté du dirigeant à celle du peuple. Dans le« poutinisme », affirme-t-il, l’État russe a trouvé le « point d’harmonie » avec le peuple russe éternel, et il exprime sa volonté sans avoir besoin d’élections, de sondages d’opinion ou d’autres pièges de ce qu’il décrit ouvertement comme le spectacle d’illusionnisme de la démocratie occidentale.

« Les tests de stress que [ce modèle] a passé, et passe encore aujourd’hui, montrent que ce modèle spécifique et organique de fonctionnement politique constitue un moyen efficace de survie et d’ascension de la nation russe non seulement pour les années à venir, mais pour des décennies et, très probablement, pour tout le siècle prochain », écrit Surkov.

Alors que la démocratie occidentale a besoin d’un « État profond » caché pour diriger le navire malgré les choix capricieux que les électeurs pourraient faire, écrit Surkov, la Russie a une « nation profonde » qui fonctionne en harmonie avec ses dirigeants.

« Notre État n’est pas divisé en deux parties, profonde et extérieure ; il est construit dans son ensemble, avec toutes ses parties et ses manifestations se faisant face », écrit-il. « La capacité d’entendre et de comprendre la nation, de voir jusqu’au bout, à travers toute sa profondeur, et d’agir en conséquence – c’est la vertu unique et la plus importante du gouvernement Poutine. »

Ce n’est pas une idéologie

L’article de Surkov a provoqué des cris de dérision de la part de nombreux intellectuels russes de premier plan, qui ont tendance à s’aligner sur l’opposition. La plupart d’entre eux considèrent l’article comme une tentative transparente de flatter un public d’une seule personne : Poutine.

La principale pomme de discorde est de savoir si le « poutinisme » existe ou pas.
Gleb Pavlovsky, qui a travaillé au Kremlin avec Surkov pendant les premières années de Poutine, suggère que Surkov a confondu la stabilité relative des années Poutine avec une sorte de formule éternelle d’harmonie sociale.

« Dans la Russie post-soviétique, nous n’avons hélas pas créé d’État réel », a déclaré Pavlovsky à Business-Online, un journal en ligne. « Notre système est un système de pouvoir dont le comportement n’a pas de valeurs normales. Et ce modèle de comportement est commun aux élites et à la population russe en général. »

Bien que Poutine a mis au point des mécanismes de communication avec les Russes moyens en contournant les voies officielles, tels que ses assemblées publiques électroniques régulières et quelques innovations impressionnantes dans la « démocratie numérique », il n’y a rien qui puisse créer un lien mystique entre le dirigeant et le peuple, disent les experts.

« Le ‘poutinisme’ n’est que ce régime particulier, qui a démontré sa durabilité et sa flexibilité d’une manière qui doit être expliquée », dit M. Petrov. « Mais ce n’est pas une idéologie. Ce n’est qu’une manipulation cynique et pragmatique du pouvoir, une recherche constante du soutien de la majorité, qui jusqu’à présent a eu beaucoup de succès….. L’article de Surkov ne devrait pas être pris au sérieux pour les idées qu’il présente. Il doit être vu comme un miroir de notre moment présent, avec ses incertitudes et ses complications. »

Un État proto-fasciste simplifié ?

Mais certains voient émerger une idéologie poutiniste bien particulière. En Occident, des érudits comme Timothy Snyder voient Surkov et Poutine s’inspirer des idées chrétiennes-fascistes du philosophe russe émigré du XXe siècle, Ivan Ilyin, pour créer un État corporatiste à la Mussolini.

Mais les critiques occidentaux semblent souvent accorder trop d’importance aux références occasionnelles de Poutine aux penseurs idéologiques. À un moment donné, le nationaliste russe eurasien, Alexandre Dougine a été étiqueté de « cerveau de Poutine »dans le magazine Foreign Affairs. Pourtant, Dougine, congédié de son poste universitaire il y a quelques années, est un critique de Poutine qui n’a jamais reconnu aucun lien avec lui.

Andreï Kolesnikov, un expert politique du Centre Carnegie de Moscou, dit que Poutine, avec l’aide de Surkov, a construit un État de type fasciste à partir d’éléments idéologiques familiers.

« Surkov représente les points de vue de groupes très influents, au Kremlin et dans les services de sécurité, et c’est pourquoi il est très important d’analyser cela », dit-il. « Ses vues sont une simplification de la réalité sociale. C’est une conception fasciste, ou proto-fasciste. Il teste les eaux pour voir comment les opposants libéraux et d’autres personnes réagiront. »

Le « poutinisme », dit Kolesnikov, « est un mélange de nationalisme, d’impérialisme, de dirigisme et de discours anti-occidentaux. C’est de l’autoritarisme avec une imitation de la démocratie. Il n’est pas unique, et Surkov exagère sûrement son potentiel. Mais c’est un moment important. »

Olga Kryshtanovskaya, la plus grande sociologue russe d’observation de l’élite, dit que Surkov essaie simplement de rester pertinent car la conversation nationale tourne autour de la vie après Poutine.

« J’ai entendu toutes ces idées de Surkov il y a 10 ans », dit-elle. « Je pense qu’il essaie de rassurer l’opinion publique que ce que nous avons maintenant est durable. Dans des moments comme celui-ci, il y a de l’inquiétude, de la peur de la transition, et les gens critiquent les autorités. Son message est le suivant : Calmez-vous, tout va bien se passer. »

Fred Weir

Selon Wikipédia, Fred Weir est un journaliste canadien qui vit à Moscou et se spécialise dans les affaires russes. Il est correspondant à Moscou pour le quotidien The Christian Science Monitor, basé à Boston, et pour le magazine mensuel In These Times. Il a été un contributeur régulier de Moscou pour The Independent, South China Morning Post. Il a aussi été pendant 20 ans le correspondant moscovite du Hindustan Times, un quotidien indien de langue anglaise basé à Delhi. Weir est le coauteur, avec David Michael Kotz, de Revolution from Above : The Demise of the Soviet System, publié en 1996, qui fournit une nouvelle interprétation et des recherches pour la désintégration de l’URSS.

Weir a étudié l’histoire russe et soviétique à l’Université de Toronto. Il a vécu dans un kibboutz en Israël en 1973-1974, a beaucoup voyagé au Moyen-Orient, en URSS et en Europe de l’Est, avant de choisir de s’installer en Union soviétique pour vivre et travailler comme journaliste en 1986. Il épouse en 1987 Mariam Shaumian, une Arménienne russe. Ils ont deux enfants : Tanya, née en 1988, et Charlie, né en 2000.

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone.

Source: LE SAKER FRANCOPHONE
Le Saker Francophone

Le Saker Francophone

Le chaos du monde ne naît pas de l'âme des peuples, des races ou des religions, mais de l'insatiable appétit des puissants. Les humbles veillent.

Ça peut vous interesser

Next Post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

SUIVEZ-NOUS

LIVRES

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.