Psiphon, l’outil technologique de la CIA créé pour alimenter et aider les manifestations dans le monde entier

0
575

Par Kit Klarenberg − Le 19 novembre 2022 − Source Press TV

Depuis que des émeutes soutenues par l’étranger ont éclaté en Iran à la mi-septembre, les médias occidentaux ont fréquemment attiré l’attention sur le rôle de Psiphon, une application pour smartphone qui permet aux utilisateurs de contourner les restrictions imposées aux sites Web et aux ressources en ligne afin d’aider les fauteurs de troubles à organiser et à coordonner leurs activités, à envoyer et recevoir des messages vers et depuis le monde extérieur.

Le processus a été aidé par le fait que Psiphon a profité d’un nombre incalculable de publicité gratuite dans des médias très influents, et donc les Iraniens, ainsi que d’autres résidents d’Asie occidentale – auront sans doute été encouragés à télécharger ce logiciel.

Cependant, pas une seule source grand public n’a jusqu’à présent reconnu les origines spectrales de Psiphon, sans parler des objectifs malveillants qu’il sert et des fins sinistres auxquelles il peut être utilisé par ses commanditaires dans la communauté du renseignement américain.

Psiphon a été lancé en 2009. Destinée à soutenir les éléments antigouvernementaux dans les pays que l’entreprise considère comme des « ennemis d’Internet« , cette ressource utilise une combinaison de technologies de communication sécurisée et de brouillage, notamment des VPN, des proxys Web et des protocoles SSH (secure shell), qui permettent aux utilisateurs de mettre en place leurs propres serveurs privés que leur propre gouvernement ne peut pas surveiller.

Au cours de son existence, Psiphon a été financé et distribué par diverses organisations proches de l’espionnage.

--- 🤯 Le projet fou de Klaus Schwab et comment s’en protéger 🤑🤑  ----

Par exemple, il a été pendant plusieurs années promu par ASL19, qui a été fondé par un expatrié iranien, Ali Bangi, en 2013 pour capitaliser sur le vaste flux de financement américain pour les initiatives de « liberté sur Internet » dans le sillage du printemps arabe.

Une enquête du New York Times datant de juin 2011 sur la poussée de Washington en faveur de la « liberté sur internet » a conclu que toutes ces entreprises servent à « déployer des systèmes « fantômes » d’internet et de téléphonie mobile que les dissidents peuvent utiliser pour communiquer hors de portée des gouvernements dans des pays comme l’Iran, la Syrie et la Libye. »

La proximité de Bangi avec le gouvernement américain est apparue très clairement lorsqu’en 2016, il a assisté à la célébration annuelle de Nowruz à la Maison Blanche, une fête de reconnaissance pour l’élite des militants du « changement de régime » parrainés par l’État.

Ces apparitions à haut niveau, ainsi que son statut d’habitué des conférences technologiques et des événements sur les droits numériques, ont cimenté sa place de « rock star » au sein de la communauté de la diaspora iranienne.

Bangi a néanmoins été contraint de démissionner de l’ASL19 en 2018, après s’être retrouvé devant un tribunal au Canada pour des accusations d’agression sexuelle et de claustration forcée.

Un profil publié par le magazine de l’industrie technologique The Verge a allégué qu’il avait encouragé une culture de consommation de drogues, de sexisme, de harcèlement et d’intimidation généralisée au sein de l’organisation, les employés féminins étant une cible particulière de son ire. À plusieurs reprises, il s’est montré agressif et même violent envers le personnel.

Avec Bangi et ASL19 hors-jeu, en 2019, Psiphon a commencé à recevoir des millions de l’Open Technology Fund, créé sept ans plus tôt par Radio Free Asia, qui a elle-même été fondée par l’Agence centrale de renseignement américaine (CIA) en 1948 après avoir été officiellement autorisée à se livrer à des « opérations secrètes« , notamment la propagande, la guerre économique, le sabotage, la subversion et « l’assistance aux mouvements de résistance clandestins. »

En 2007, le site Web de la CIA a classé Radio Free Asia et d’autres initiatives de « guerre psychologique » telles que Radio Free Europe et Voice of America parmi « les campagnes d’action secrète les plus longues et les plus réussies » qu’elle ait jamais organisées.

Aujourd’hui, Radio Free Asia est un actif de l’Agence américaine pour les médias mondiaux, qui est financée par le Congrès américain à hauteur de centaines de millions de dollars chaque année. Son PDG a reconnu que les priorités de l’organisation « reflètent les intérêts de la sécurité nationale américaine« .

L’Open Technology Fund (OTF) est l’une des nombreuses initiatives issues de la campagne de Washington en faveur de la « liberté sur Internet« .

Les individus intimement impliqués dans la concrétisation de ce désir ne se font aucune illusion sur la véritable raison d’être qu’ils servent. En février 2015, Jillian York, membre du conseil consultatif de l’OTF, a déclaré qu’elle croyait « fondamentalement » que la « liberté sur internet » était « le cœur des programmes de changement de régime« .

L’OTF étant une plateforme de « guerre psychologique » créée par les services de renseignement américains, éclaire un objectif clé de Psiphon ; s’assurer que les citoyens des pays dans le collimateur des « efforts de changement de régime » en cours menés par les États-Unis puissent continuer à accéder à la propagande d’État occidentale.

Une fiche d’information de novembre 2019 de l’Agence américaine pour les médias mondiaux sur les « outils soutenus par l’OTF » donne la priorité à Psiphon.

« L’OTF fournit aux réseaux de l’USAGM une assistance pour protéger leur contenu en ligne et s’assurer qu’il résiste à la censure. Par exemple, lorsque les sites d’information de l’USAGM ont été brusquement bloqués au Pakistan, l’OTF a créé des sites miroirs pour s’assurer que le contenu de l’USAGM restait disponible pour les publics clés… L’OTF fournit un soutien d’urgence aux médias indépendants et aux journalistes confrontés à des attaques numériques pour qu’ils puissent se remettre en ligne et atténuer les attaques futures« , peut-on lire.

Un rapport de l’OTF datant de mai 2020 sur les « points forts et les défis » de l’année écoulée indique également que Psiphon, « fournisseur expérimenté d’outils de contournement« , veille à ce que le contenu publié par l’USAGM, qui comprend Voice of America Farsi, puisse atteindre des publics dans des pays où il est interdit.

De même, une section dédiée du site web de la BBC, suite à l’interdiction du radiodiffuseur public britannique en Russie, a proposé en mars un guide explicatif sur la manière dont les résidents locaux peuvent télécharger l’application via Android, Apple et Windows.

Si les utilisateurs ont des « difficultés » à accéder à Psiphon via les magasins d’applications établis, ils sont invités à envoyer un message vide à une adresse électronique indiquée pour recevoir « un lien de téléchargement direct et sûr« .

En Iran, une telle utilité est sans doute aussi précieuse, étant donné que les médias hostiles tels que la BBC et Radio Free Asia brossent un tableau totalement partial des troubles en cours, présentant les actions violentes et incendiaires des éléments anti-gouvernementaux comme pacifiques, tout en ignorant totalement les manifestations populaires pro-gouvernementales beaucoup plus importantes.

Un autre atout essentiel de Psiphon, du point de vue de la puissance occidentale, est que toutes les données des utilisateurs sont acheminées vers et par des serveurs centralisés appartenant à la société elle-même.

Alors que les activités des individus sur le réseau peuvent être protégées des regards indiscrets de leur propre gouvernement, Psiphon peut suivre les sites qu’ils visitent et leurs communications en temps réel.

Cela permet aux acteurs étrangers de garder un œil sur les manifestants et les mouvements de protestation, et de réagir en conséquence.

L’ingérence de Psiphon en Iran est désormais une affaire publique établie de longue date. En 2013, la société a publié un blog saluant « l’impact particulièrement important » qu’elle avait eu dans le pays, « coïncidant avec leur élection présidentielle (iranienne)« .

Tout en reconnaissant que Téhéran a « toujours été un grand défi pour nous« , Psiphon s’est vanté que son logiciel soit « resté disponible » de manière constante pendant cette période, malgré les efforts répétés pour « limiter sévèrement » son fonctionnement.

Le fait qu’aucun de ces éléments n’ait été mentionné dans les articles de vulgarisation sur Psiphon est choquant, mais pas surprenant.

Après tout, les médias occidentaux ont tout à gagner d’un racket de protection dirigé par les États-Unis qui projette en secret leur propagande à des millions de personnes.

Et en devenant activement complices d’une opération américaine de « changement de régime« , les journalistes traditionnels sont tous moins susceptibles de reconnaître la réalité de ce qui se passe à Téhéran, pourquoi et qui bénéficiera matériellement de l’éviction du gouvernement. C’est le vieux rêve des puissances occidentales.

Kit Klarenberg est un journaliste d’investigation collaborateur de MintPresss News qui explore le rôle des services de renseignement dans l’élaboration de la politique et des perceptions.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici