La revue de presse en temps réel

Parti Socialiste, suite et fin ?

Et si Hamon se retirait au profit de Mélenchon ?

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Antoine Fournier
Antoine Fournier
Auteur indépendant, Voyageur, Consultant auprès des entreprises dans 19 pays et 3 continents..

Les décisions de Jean-Christophe Cambadélis à l’encontre des « frondeurs du frondeur » viennent un peu tard et entérinent, plus qu’elles ne condamnent, les soutiens socialistes à Emmanuel Macron. Malgré cela donc, il apparaît de plus en plus certain que le vrai candidat du Parti Socialiste est bel et bien Emmanuel Macron.

Les élus du Parti Socialiste sont aujourd’hui, soit « socialistes », soit « partis » (#ZENPP)

S’il y a deux « Gauches », elles sont représentées aujourd’hui par Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron. Benoît Hamon n’existe encore que par son statut de « candidat officiel », ce qui fait de lui le premier des candidats d’un système. On peut également le voir comme l’instrument de François Hollande pour mettre fin au PS tel qu’il est et assurer la relève par En Marche. Le fait est qu’il est ce que l’on veut, sauf un candidat normal.

Introniser Emmanuel Macron comme le candidat officiel du Parti Socialiste

Sa campagne étant ce qu’elle est, Benoît Hamon ne se place plus dans l’optique d’être président de la République, mais s’attend à récupérer les ruines du PS pour en faire « son parti à lui que c’est lui qui le dirige et qu’il est le patron ». Et même, dans cette hypothèse, il est fort probable que son aventure présidentielle ait fait de lui un perdant que personne ne voudra suivre.

En bref, Benoît Hamon n’a plus beaucoup de carte à jouer. Il lui reste une chose à faire : introniser Macron comme le candidat officiel du Parti Socialiste, et tenter de faire de Jean-Luc Mélenchon celui par qui la fin de Macron arrivera. Beaucoup de Français n’ont pas encore compris que l’héritier du gouvernement actuel est bien Emmanuel Macron, alors que Benoît Hamon est, et a toujours été, dans l’opposition de Gauche (la vraie gauche).

Se retirer aujourd’hui, prendre acte de la fuite du PS vers Emmanuel Macron, et soutenir Jean-Luc Mélenchon lui permettrait de clarifier la situation, propulserait le candidat de la France insoumise sur les talons d’Emmanuel Macron et de François Fillon, et rendrait possible la présence de la gauche (la vraie) au second tour.

Ce serait une conséquence d’un possible effondrement d’Emmanuel Macron sous le poids du PS et de son bilan gouvernemental. De la part de Benoît Hamon, il s’agirait d’un acte politique fort qui acterait pour de bon l’éclatement du Parti Socialiste et bouleverserait la donne politique.

Peut-être existe-t’il un accord caché entre Benoît Hamon et Emmanuel Macron pour contenir Jean-Luc Mélenchon, ce qui serait l’explication la plus machiavélique de son maintien dans la course présidentielle. Ou bien Mr Hamon se dit que tenir bon est la seule chose à faire pour espérer exister en vue des élections législatives; calcul politicien certes erroné, mais au moins respectueux de la base populaire d’un PS moribond.

Décidément, ces primaires, à droite et à gauche, qui étaient pourtant faites pour redonner une assise populaire aux grands partis, ont au contraire fait débouler le peuple dans des instances archaïques incapables d’évoluer, et auront provoqué leur implosion, rappelant du même coup la validité des institutions de la Vème République qui placent le peuple et le président de la République au dessus des partis et de leurs arrangements.

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X