Ce dimanche, le Consortium international des journalistes a révélé les premiers éléments de la fuite géante de 13,4 millions de documents concernant notamment le cabinet international d’avocats, Appleby, situé aux Bermudes. On y découvre que la reine d’Angleterre Elisabeth II, le secrétaire du Commerce des Etats-Unis Wilbur Ross et le secrétaire d’Etat Rex Tillerson, le trésorier libéral du Canada Stephen Bronfman, Madonna, Bono ou encore Nike, Uber et Apple sont en tête d’affiche de ce nouveau scandale sur les paradis fiscaux.

Depuis les OffshoreLeaks en 2013, nous recevons chaque année avec une pieuse humilité des nouvelles du paradis, comme un merveilleux message qui nous rappelle que, oui il existe bien des dieux au-dessus des lois de ce monde. En véritables prophètes, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) associé à 95 médias partenaires internationaux, nous donnent des clefs de compréhension pour tenter de saisir ces mystères modernes.

En effet, il est difficile de saisir comment se fait-il que ceux-là même qui se présentent comme les grands moralistes de notre temps, qui sont les bâtisseurs de nos sociétés, ces politiques et hommes d’affaire qui nous enseignent sans relâche les vertus du travail et du sacrifice de soi, comment se fait-il que ces mêmes personnes s’exemptent de ce qu’ils nous préconisent ? Il y a 80 ans, Henry Morgenthau, le ministre des Finances de Franklin D. Roosevelt disait fort justement :

« Les impôts sont le prix à payer pour une société civilisée, trop de citoyens veulent la civilisation au rabais. »

Lire la suite sur : LR&LP

Il n'y a pas encore de commentaires