Missions vers Mars : Cartographier, sonder et piller la planète rouge

0
23

Par Binoy Kampmark – Le 5 février 2021 – Source Oriental Review

Au cours du premier mois de 2020, Forbes était tout excité par les nouvelles possibilités de pillage et de conquête. Intitulé « 2020 : L’année où nous allons conquérir Mars », la contribution de l’astrophysicien Paul M. Sutter s’intéressait moins à la physique qu’à la conquête. Une scène potentiellement très peuplée y est décrite. Divers pays enverraient leurs engins en pagaille pour « orbiter, parcourir, échantillonner, creuser et sonder autant de cette précieuse terre rouge qu’ils le peuvent, apportant une richesse (scientifique) incalculable et permettant d’envisager de futurs sites d’atterrissage potentiels ».

 

Cette année est déjà très chargée, avec le déploiement d’orbiteurs et de rovers pour cartographier la planète et commencer à collecter. On réfléchit beaucoup à des termes à la mode tels que « utilisation des ressources in situ » (ISRU), qui implique l’utilisation potentielle de sources minérales martiennes qui réduiraient les coûts d’exploration. Le Service géologique des États-Unis, en annonçant l’an dernier un poste de recherche lié à ce processus, n’a pas hésité à le décrire. Ce poste de recherche, dans le cadre du programme de bourses de recherche Mendenhall, implique « l’évaluation des ressources minérales sur Mars pour l’exploration et la colonisation ».


L’USGS explique que les chercheurs étudient actuellement les moyens « de récolter des minéraux à la surface de Mars pour produire une infrastructure d’habitat qui protégerait les habitants des radiations solaires dommageables pour les gènes, des températures nocturnes de type cryogénique et des bombardements de micro-météorites ». Un véritable buffet est proposé : les argiles, le verre et la fibre de verre pourraient être fabriqués à partir de quartz ; l’antigel à partir de perchlorates. La glace d’eau fournirait de l’eau potable et de l’hydrogène provenant de l’électrolyse. Cela pourrait « se combiner avec le CO2 atmosphérique pour produire du carburant ou des plastiques destinés à être utilisés dans des équipements d’impression 3D et des pièces détachées ».

Cela correspond en grande partie aux projets de conquistadors de l’espace tels dont Elon Musk, propriétaire de SpaceX, est le plus optimiste des représentants quant à la possibilité de soumettre des conditions inhospitalières. La planète bénéficie d’un « ensoleillement décent ». Oui, il fait froid, « mais nous pouvons la réchauffer ». Les plantes pourraient être cultivées en « comprimant simplement l’atmosphère » et « vous pouvez soulever des objets lourds et les agencer » étant donné que la gravité n’était que de 38% de celle de la Terre.

Les colonialistes potentiels arrivent de toutes parts. Il y avait l’orbiteur Al-Amal (Hope) développé par les Émirats arabes unis, qui aurait dû vous dire tout ce que vous devez savoir sur ce gambit martien. Des ressources sont en vue et il n’y a aucune raison que les États du Golfe ne puissent pas avoir leur part.

Le Khaleej Times a roucoulé avec satisfaction à l’entrée de l’appareil en orbite martienne le 9 février. « Le succès de la sonde Hope Probe Mars Orbit Insertion (MOI) a mis les EAU sous les feux de la rampe une fois de plus avec #ArabsToMars en tête des tendances : un nombre impressionnant de 2,7 milliards de soutiens à travers le monde ». Il n’y avait rien de scientifique là-dedans ; ce qui importait, c’était que les Arabes laissent leur marque dans l’exploration spatiale et qu’ils s’associent avec les meilleurs d’entre eux. La mission Mars « a marqué l’entrée du monde arabe dans la course à l’espace aux côtés des poids lourds mondiaux et a catapulté les Émirats arabes unis au rang de première nation arabe et de cinquième au monde à atteindre la planète rouge ». Arab News a également noté que l’entrée de la sonde Hope en orbite martienne a fait de l’agence spatiale des EAU la « cinquième… à atteindre avec succès la zone gravitationnelle de la planète rouge, rejoignant ainsi la NASA, l’ex-Union soviétique, l’Agence spatiale européenne et l’Inde ».

De même, les politiciens ne pouvaient pas ignorer la science. « L’énorme couverture médiatique de la sonde Mars Hope reflète », selon le ministre des Affaires du Cabinet, Mohammad Al Gergawi« l’importance de cet événement historique comme un jalon dans l’histoire inspirante des Émirats ». Conscient que ses paroles seront largement diffusées, le ministre a pris soin de donner à ce qui est essentiellement une entreprise intéressée un but humain plus large. « The Hope Probe est une réalisation nationale qui apporte la fierté à chaque Émirati et Arabe et une inspiration pour chaque individu dans le monde qui croit au rôle de la science dans la création d’un avenir meilleur pour l’humanité ».

Les médias de propagande étaient également très éloquents. Le bureau des médias du gouvernement des EAU est même allé jusqu’à se louer lui-même par l’intermédiaire de son chef, Saeed Al Eter, qui a affirmé que les informations fournies aux médias « reflètent le rôle vital que jouent les médias en tant que pilier fondamental qui partage l’histoire des EAU avec le monde ». Il est dommage que cette fonction n’ait pas fait l’objet de critiques, bien qu’Omran Sharaf, directeur de projet du Centre spatial Mohammad Bin Rashid, ait souligné avec justesse qu’il s’agissait d’une « mission scientifique » dotée d’« instruments scientifiques » qui devaient « fournir des données précises à la communauté scientifique ».

L’orbiteur et le rover chinois Tianwen-1 ont également fait leur apparition. Le 10 février, Tianwen-1 a fait son entrée sur l’orbite de la planète. Des images ont été retransmises à la Terre montrant l’atmosphère de Mars, ou « limbes atmosphériques ». L’agence de presse d’État Xinhua en donne une description plus détaillée. « La vidéo a entièrement enregistré l’entrée progressive de Mars dans le champ de vision, la légère vibration de la sonde après l’allumage du moteur, et le vol de la sonde de Mars de jour à Mars de nuit. » L’administration spatiale nationale chinoise était suffisamment satisfaite pour affirmer que la sonde avait envoyé « des bénédictions de Mars lointaine à l’occasion du Nouvel An lunaire chinois ».

Le 18 février, la NASA tiendra le côté américain du spectacle avec un atterrissage du rover Persévérance à l’intérieur du cratère de Jezero. Sa mission : rechercher des signes de vie et recueillir plusieurs dizaines d’échantillons. Ceux-ci seront ramenés sur Terre grâce à un effort conjoint de la NASA et de l’Agence spatiale européenne.

Les observations sur les missions martiennes sont fortement aseptisées et conservées au nom de l’entreprise humaine et de l’excellence. Cela donne une impression artificielle, qui brouille les efforts déployés pour conquérir et exploiter une planète. La Terre est condamnée ; il existe d’autres options sur la table au sein du système solaire. Sara Mazrouei, planétologue de l’université Ryerson, ne s’écarte pas du sujet. « Chacune de ces missions a des objectifs différents », a-t-elle déclaré à CTVNews.ca par téléphone, « mais en fin de compte, il s’agit d’en apprendre davantage sur l’habitabilité de Mars et de savoir si elle est adaptée à la vie ou si elle l’était ».

La Planetary Society, organisation à but non lucratif basée aux États-Unis, est convaincue que les missions multiples de plusieurs puissances spatiales ne peuvent être qu’une bonne chose. Plus de pays explorant Mars et se déplaçant dans l’espace signifie « plus de découvertes et d’opportunités de collaboration mondiale ». Les réalités terrestres caractérisées par des rivalités géopolitiques ne joueront aucun rôle. « L’exploration de l’espace », comme le dit une observation naïve et maladroite, « fait ressortir le meilleur de nous tous, et lorsque les nations travaillent ensemble, tout le monde y gagne ».

Dieu merci, il n’y a pas de Martiens pour voir ce fabuleux avenir gagnant.

Binoy Kampmark

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.