Accueil SOCIÉTÉ Lumière sur le Dernier Travail Colossal du Professeur Montagnier

Lumière sur le Dernier Travail Colossal du Professeur Montagnier

0
22

Demain le Professeur Montagnier ne recevra ni médailles ni décorations, encore moins de tweets ou d’hommages des politiques pour sa disparition soudaine mais une haie d’honneur du peuple. Quoi de mieux ? Ceux qui ont les reconnaissances et les petits privilèges de l’État termine souvent seuls ou détestés de tous, souvent d’eux même.
kiol

Luc Montagnier

Le professeur Montagnier c’est tout le contraire. L’occasion pour Charles Sannat, entrepreneur et analyste économique, de revenir sur les derniers travaux d’un très grand Professeur.

Le professeur Montagnier, prix Nobel de Médecine pour la découverte du VIH, est décédé dans un silence assourdissant et loin des concerts de louanges de rigueur dans ces cas-là.


Il faut dire que jusqu’à son dernier souffle, le professeur Montagnier a lutté contre cette campagne de vaccination généralisée ce qui lui valut de très sérieuses inimitiés et c’est le moins que l’on puisse dire.

Obsèques le 22 février.

« La « cérémonie d’adieu » aura lieu mardi 22 février à 15 heures, à la salle de la Coupole du Père Lachaise – 71, rue des Rondeaux, à Paris (20e). Des obsèques auxquelles pourront se joindre ceux qui souhaitent lui rendre hommage, pour une haie d’honneur, à l’extérieur, « avec l’accord de la famille », précise le Dr Gérard Guillaume ».

La dernière étude du Professeur Montagnier sur le lien entre maladie à prions et vaccination.

Vous pouvez aller télécharger sa dernière étude à « titre posthume » sur le site ResearchGate.net ici

Pour résumer, le Professeur Montagnier pensait que nous étions face à une nouvelle maladie à prions de type Creutzfeldt-Jacob induite par des parties spécifiques de la protéines Spike utilisées… dans les vaccins !

« Nous mettons en évidence la présence d’une région Prion dans les différentes protéines Spike du virus original SARS-CoV2 ainsi que de tous ses variants successifs mais aussi de tous les « vaccins » construits sur cette même séquence du Spike SARS-CoV2 de Wuhan.

Paradoxalement, avec une densité de mutations 8 fois supérieure à celle du reste du Spike, la nocivité éventuelle de cette région Prion disparaît complètement dans le variant Omicron.

Nous analysons et expliquons les causes de cette disparition de la région Prion du Spike d’Omicron. Parallèlement, nous analysons la concomitance des cas, survenus dans différents pays européens, entre les premières doses de vaccin Pfizer ou ModernamRNA et l’apparition soudaine et rapide des premiers symptômes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, qui nécessite habituellement plusieurs années avant d’observer ses premiers symptômes.

Nous étudions 16 maladies de Creutzfeldt-Jakob, en 2021, d’un point de vue anamnestique, centré sur l’aspect chronologique de l’évolution de cette maladie nouvelle à prion, sans pouvoir avoir d’explication sur l’aspect étiopathogénique de cette nouvelle entité.

Nous rappelons ensuite l’histoire habituelle de cette redoutable maladie subaiguë, et la comparons à cette nouvelle maladie à prion extrêmement aiguë, suivant de près les vaccinations.

En quelques semaines, plus de 40 cas d’émergence quasi spontanée de la maladie de Creutzfeldt-Jakob sont apparus en France et en Europe très peu de temps après l’injection de la première ou de la deuxième dose des vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneka.

Nous rapportons ici 16 cas provenant de France, de Belgique, de Suisse et Israël. Nous pouvons mettre l’accent sur la similitude remarquable de la sémiologie clinique. En effet, sur les 16 cas étudiés ici, les premiers symptômes sont apparus en moyenne 11,06 jours après l’injection (avec une dispersion allant d’un minimum de 1 jour à un maximum de 30 jours).

Nous suggérons les raisons de penser que nous avons affaire ici à une toute nouvelle forme de la maladie de Creutzfeldt-Jakob ».

Je pense que nous avons fait n’importe quoi avec ces vaccinations à ARN de manière totalement prématurée et en niant le principe de base de la médecine « d’abord ne pas nuire », et ensuite en ne faisant aucune distinction dans le « bénéfice/risque » en fonction des patients. Une vaccination généralisée et sans discernement aucun.

Je pense également, que quels que soient les désaccords que l’on peut avoir avec le Professeur Montagnier ou ce que l’on peut penser de ses prises de positions, ignorer son avis ou sa dernière étude serait une grosse erreur.

Le professeur Montagnier est un grand découvreur, et il se pourrait bien que sa dernière découverte soit majeure pour les années qui viennent car nous pourrions voir l’émergence d’une nouvelle maladie à prions.

L’avenir nous dira qui avait raison.

Qu’il soit rendu hommage au Professeur Montagnier.

Source : sott

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.