L’Ukraine va-t-elle être découpée et, si oui, comment ?

1
410

Par The Saker – Le 16 août 2022 – The Saker’s Blog

Quelques informations intéressantes aujourd’hui. Tout d’abord, le service de renseignement extérieur russe a, par la déclaration d’un colonel général, fait la déclaration suivante (traduite par mon ami Andrei Martyanov sur son blog) : (c’est nous qui soulignons)

Traduction : MOSCOU, 16 août – RIA Novosti. Les conservateurs occidentaux ont pratiquement fait une croix sur le régime de Kiev et planifient déjà la partition de l’Ukraine, a déclaré le porte-parole du Service de renseignement extérieur, le colonel-général Volodymyr Matveev, lors de la Conférence de Moscou sur la sécurité internationale. « De toute évidence, l’Occident ne se préoccupe pas du sort du régime de Kiev. Comme le montrent les informations reçues par le SVR, les conservateurs occidentaux l’ont presque fait disparaître et sont en train d’élaborer des plans de division et d’occupation d’au moins une partie des terres ukrainiennes« , a-t-il déclaré. Toutefois, selon le général, l’enjeu dépasse largement l’Ukraine : pour Washington et ses alliés, il s’agit du sort du système colonial de domination mondiale.

Juste pour clarifier, le SVR fait rarement des déclarations publiques et quand il le fait, vous pouvez les prendre à la lettre car le SVR n’est pas dans les affaires de « fuites » de « sources informées » et tout ces absurdités de relations publiques produites par les soi-disant agences de « renseignement » occidentales (qui ont maintenant été entièrement converties en organes de propagande hautement politisés).


Le même jour, je vois cet article sur le site de RT : « Les pays occidentaux attendent la « chute de l’Ukraine » – Kiev« , qui mentionne une déclaration intéressante du ministre ukrainien des affaires étrangères :

Plusieurs pays occidentaux attendent que Kiev se rende et pensent que leurs problèmes vont se résoudre immédiatement, a déclaré le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitri Kuleba, dans une interview publiée mardi. « On me demande souvent dans les interviews et en parlant à d’autres ministres des affaires étrangères : combien de temps allez-vous tenir ? Au lieu de demander ce qui pourrait être fait pour nous aider à vaincre Poutine dans les plus brefs délais« , a déclaré Kuleba, notant que de telles questions suggèrent que chacun « attend que nous tombions et que les problèmes disparaissent d’eux-mêmes.« 

Enfin, il y a quelque temps, Dmitri Medvedev postait cette « future carte de l’Ukraine après la guerre » sur son compte Telegram. Cette carte montre une Ukraine divisée entre ses voisins et un petit morceau d’Ukraine restant, au centre.

Pour tout vous dire, cela fait longtemps que je suis partisan de l’éclatement de l’Ukraine en plusieurs États successeurs : J’en ai donné les raisons dans mon article « Les arguments en faveur de l’éclatement de l’Ukraine » écrit dans la lointaine année 2016.

Aujourd’hui, six ans plus tard, quelles sont les chances que cela se produise ?

Sans faire de prédictions, ce qui est presque impossible à l’heure actuelle car il y a beaucoup trop de variables qui peuvent influencer considérablement le résultat, je veux énumérer quelques arguments pour et contre la probabilité (par opposition à la désirabilité) d’un tel résultat.

Arguments pour la probabilité de ce résultat :

  • Premièrement, la plupart des voisins de l’Ukraine bénéficieraient d’une telle issue. La Pologne n’obtiendrait pas l’ »intermarium » dont elle rêve encore, mais elle récupérerait des terres qui lui appartiennent historiquement et sont peuplées de nombreux Polonais. Dans cette carte, la Roumanie ferait également une bonne affaire, même si la Moldavie perdait la Transnistrie, qu’elle n’avait de toute façon aucune chance de contrôler réellement. La Roumanie pourrait donc même absorber toute la Moldavie. Il est vrai que sur cette carte, la Hongrie n’obtient (presque) rien, mais c’est une question que la Hongrie doit aborder avec la Pologne et la Roumanie, et non avec la Russie.
  • La Russie pourrait même ne pas s’opposer à une telle évolution, simplement parce qu’elle laissera le problème ukrainien aux autres. Tant que l’Ukraine actuelle est entièrement démilitarisée et dénazifiée, la Russie n’aura pas de problème avec une telle issue.
  • L’ex-Bandérastan croupion serait tellement réduit en taille, en population et en ressources qu’il ne présenterait que peu ou pas de menace, pour quiconque. Les Russes ne lui permettront jamais de disposer d’autre chose que d’une police et d’une force de sécurité intérieure minimales (au moins tant qu’il subsistera des *traces* de l’idéologie banderiste ukronazie dans les environs de la Russie). Les chances réelles que ce Banderastan croupion devienne une menace pour quiconque seront proches de zéro. Sans compter que même si ce Banderastan croupion pouvait devenir une menace, il serait beaucoup plus facile d’y faire face que la menace à laquelle la Russie a été confrontée au début de 2022.
  • Objectivement, les pays européens obtiendraient la meilleure « sortie » possible pour eux, car être dans un état constant de guerre totale par procuration sera absolument insoutenable pour les pays d’Europe.
  • Quant à « Biden« , en supposant qu’il soit encore en vie et au pouvoir (?), il lui sera possible de retirer le sujet de cette dernière guerre perdue (encore !) par les États-Unis des gros titres médiatiques et de s’occuper d’autres problèmes.
  • L’Ukraine a été un tel gaspillage d’argent, de milliards et de milliards, qu’elle est essentiellement un trou noir avec un horizon qui ne laisse rien entrevoir et au-delà duquel tout, argent, matériel ou hommes, disparaît tout simplement. Il s’agit clairement d’une ponction insoutenable sur les économies de l’Occident.
  • Pourtant, en théorie, si un accord est conclu et que toutes les parties sont d’accord, l’UE pourrait supprimer, peut-être pas toutes, mais au moins les pires sanctions, autodestructrices, qu’elle a si stupidement mises en œuvre et qui détruisent maintenant l’économie de l’UE.
  • Pour les États-Unis, le principal avantage d’une telle issue pourrait être, en théorie, qu’elle « fermerait » le « front russe » et permettrait aux États-Unis de concentrer leur haine et leur agressivité sur la Chine.

Cependant, il existe également de nombreux arguments contre une telle issue.

  • Tout d’abord, les classes dirigeantes occidentales, ivres de russophobie totale, devront accepter que la Russie a gagné cette guerre (une fois de plus) et a vaincu les puissances combinées de l’Occident (une fois de plus). Cela signifierait une immense perte de prestige et de crédibilité politique pour tous ceux qui sont impliqués dans cette guerre politique contre la Russie.
  • Deuxièmement, pour l’OTAN, ce serait un désastre. N’oubliez pas que le véritable objectif de l’OTAN est de « tenir les Russes à l’écart, les Américains à l’intérieur et les Allemands à terre« . Dans ce cas, comment une OTAN encore plus élargie accepterait-elle de ne pouvoir absolument rien faire pour empêcher les Russes d’atteindre tous leurs objectifs ?
  • Ensuite, alors que les peuples de l’UE souffrent des politiques économiques dévastatrices de leurs dirigeants, les élites dirigeantes (les 1% de l’UE) se portent très bien, merci, et se moquent éperdument des peuples qu’elles dominent.
  • Une telle issue remettrait aussi directement en cause le désir des États-Unis d’avoir un monde unipolaire, dirigé par l’oncle Shmuel en tant qu’hégémon mondial. Le risque ici est un effet domino politique dans lequel de plus en plus de pays lutteraient pour atteindre une véritable souveraineté, ce qui constituerait une menace directe pour le modèle économique américain.
  • Il est presque certain qu’un tel résultat est irréalisable tant que les Néoconservateurs dirigent les Etats-Unis. Et comme il n’y a AUCUN signe d’affaiblissement de la main de fer des néoconservateurs sur tous les leviers du pouvoir politique aux États-Unis, un tel résultat ne pourrait se produire que si les fous néoconservateurs étaient renvoyés dans le sous-sol d’où ils sont sortis et où est leur place. Ce qui est peu probable dans un avenir prévisible.
  • Cette focalisation sur la partition de l’Ukraine ne tient pas compte du fait que l’Ukraine n’est pas le véritable ennemi de la Russie. En fait, l’Ukraine a perdu la guerre contre la Russie dans les 7 à 10 premiers jours après le début de l’OMS. Depuis lors, ce n’est pas l’Ukraine en soi que la Russie combat, mais l’Occident consolidé. Si le véritable ennemi est l’Occident consolidé, on peut affirmer que toute issue limitée à l’Ukraine ne résoudrait rien. Au mieux, il pourrait s’agir de l’étape intermédiaire d’une guerre beaucoup plus vaste et plus longue dans laquelle la Russie devra démilitariser et dénazifier non seulement le Banderastan mais, au minimum, tous les pays de l’UE/OTAN.
  • Alors que pour certains la guerre d’Ukraine a été un désastre économique, elle a été une fantastique aubaine pour le Complexe Militaro Industriel américain (corrompu à l’extrême). Et je ne parlerai même pas des liens évidents de corruption que la famille Biden entretient à Kiev. Si cette « solution Medvedev » est un jour réalisée, tout cet argent facile disparaîtra.
  • En outre, si parmi les arguments en faveur d’une telle issue, j’ai cité la capacité des États-Unis à « fermer le front russe » et à se concentrer sur la Chine, en réalité, un tel argument repose sur une hypothèse très farfelue : qu’il est encore possible de séparer la Russie et la Chine et que la Russie permettrait aux États-Unis de frapper la Chine. En d’autres termes, la Russie ne peut pas permettre la défaite de la Chine, pas plus que la Chine ne peut permettre la défaite de la Russie. Ainsi, toute la notion de « fermeture du front russe » est illusoire. En réalité, les choses sont allées beaucoup trop loin pour cela et ni la Russie ni la Chine ne permettront aux États-Unis de les abattre un par un.
  • L’UE est dirigée par une classe dirigeante compradore qui est totalement soumise aux intérêts des néoconservateurs américains. Il y a déjà de nombreuses tensions internes au sein de l’UE et une telle issue serait un désastre pour tous ces politiciens européens qui se sont coincés dans une guerre totale contre la Russie, et même si, disons, les Polonais, les Roumains ou même les Hongrois obtiennent quelques avantages d’une telle issue, elle serait inacceptable pour les voyous qui dirigent actuellement l’Allemagne, le Royaume-Uni ou même la France.

Les arguments pour et contre une telle issue que j’ai énumérés ci-dessus ne sont que quelques exemples, en réalité il y a beaucoup plus d’arguments des deux côtés de cette question. En outre, ce qui avait du sens il y a six ans n’en a peut-être plus aujourd’hui.

Par exemple, cette discussion porte sur le « quoi » mais pas sur le « comment ». Je m’explique.

Je pense avoir été la première personne en Occident à avoir remarqué et traduit une expression russe clé : « non accord capable » (недоговороспособны). Cette expression a été de plus en plus utilisée par de nombreux décideurs, hommes politiques, commentateurs politiques russes et autres. Finalement, même les Occidentaux ont fini par s’en apercevoir. Revenons donc sur cette question, en gardant à l’esprit que les Russes sont désormais pleinement convaincus que l’Occident est simplement « incapable de s’entendre« . Je dirais que jusqu’à l’ultimatum russe aux États-Unis et à l’OTAN, les Russes laissaient encore la porte ouverte à une sorte de négociation. Cependant, et comme je l’avais prédit AVANT l’ultimatum russe, la Russie a tiré la seule conclusion possible de la position de l’Occident : si nos « partenaires » (sarcasme) ne sont pas capables de s’entendre, alors le temps est venu pour l’unilatéralisme russe.

Certes, depuis 2013, voire 2008, il y avait déjà des signes que la prise de décision russe s’orientait progressivement vers l’unilatéralisme. Mais l’ultimatum russe et l’OMS sont maintenant les signes « purs » de l’adoption par la Russie de l’unilatéralisme, au moins envers l’Occident consolidé.

Si cela est exact, alors je suggère que la plupart des arguments ci-dessus, des deux côtés de la question, sont fondamentalement devenus obsolètes et non pertinents.

En outre, je voudrais ajouter un petit rappel ici : la plupart des opérations de combat en Ukraine ne sont même pas menées par les forces russes, mais par les forces de la LDNR soutenues par le C4ISR et la puissance de feu russes. Mais en termes de potentiel militaire réel, la Russie a utilisé moins de 10 % de ses forces armées et Poutine a été assez franc à ce sujet lorsqu’il a déclaré « nous n’avons même pas commencé à agir sérieusement« .

À votre avis, à quoi ressemblera cette guerre si la Russie décidait de libérer toute sa puissance militaire, c’est-à-dire les 90 % de forces qui ne participent pas actuellement à l’OMS ?

Voici une vérité simple que la plupart des gens en Occident ne peuvent même pas imaginer : La Russie ne craint pas du tout l’OTAN.

Au contraire, les Russes ont déjà compris qu’ils avaient les moyens d’imposer à leurs ennemis n’importe quel résultat qu’ils choisiraient d’imposer unilatéralement. L’idée d’une attaque des États-Unis et de l’OTAN contre la Russie est tout simplement risible. Oui, les États-Unis disposent d’une force sous-marine très puissante qui peut tirer de nombreux missiles Tomahawk et Harpoon sur des cibles russes. Et oui, les États-Unis disposent d’une triade nucléaire encore robuste. Mais aucun de ces éléments n’aidera les États-Unis à gagner une guerre terrestre contre les forces armées russes.

Et non, l’envoi de quelques milliers de soldats américains dans tel ou tel pays de l’OTAN pour « renforcer le flanc oriental de l’OTAN » n’est que de la pure communication ; militairement, ce n’est même pas pertinent, c’est risible. Je ne commenterai même pas l’envoi de F-35, qui est tellement ridicule et inutile contre les forces aérospatiales et les défenses aériennes russes que je ne prendrai même pas la peine d’argumenter avec ceux qui ne comprennent pas à quel point les F-35 (et même les F-22 !) sont vraiment mauvais.

Je ne ferai pas d’autre commentaire sur les capacités militaires de l’UE que celui-ci : les pays qui préconisent désormais sérieusement de prendre moins souvent des douches pour « montrer à Poutine » ont atteint un tel niveau d’insignifiance et de dégénérescence qu’ils ne peuvent être pris au sérieux, et certainement pas en Russie.

Alors, où allons-nous à partir de là ?

Comme je l’ai dit, je ne sais pas, il y a trop de variables. Mais quelques éléments me semblent clairs :

  • La Russie a décidé de faire preuve d’un unilatéralisme total dans ses politiques envers l’Ukraine et l’Occident. Bien sûr, si et quand cela est nécessaire, les Russes accepteront toujours de parler à leurs « partenaires » occidentaux, mais cela est dû à la vieille politique russe consistant à toujours parler à tout le monde et à n’importe qui, même à ses pires ennemis. Pourquoi ? Parce que ni la guerre ni l’unilatéralisme politique ne sont une fin en soi, ils ne sont que des moyens d’atteindre un objectif politique spécifique. Ainsi, il est toujours bon de s’asseoir avec son ennemi, surtout si l’on augmente doucement mais sûrement le cadran de la douleur sur lui depuis quelques mois ! Les Européens étant les « grands invertébrées protoplasmiques supines » (pour reprendre les termes de BoJo) qu’ils sont, ils pourraient céder rapidement et soudainement ou, à tout le moins, ils essaieront d’améliorer leur sort en essayant de contourner leurs propres sanctions (l’oncle Shmuel le permet, même à contrecœur).
  • La seule partie avec laquelle la Russie pourrait négocier sérieusement est bien sûr les États-Unis. Toutefois, tant que les États-Unis seront sous le contrôle total des néoconservateurs, cet exercice sera futile.
  • Si un accord devait être conclu, il ne pourrait l’être que s’il était entièrement et totalement vérifiable. Contrairement aux croyances populaires, un grand nombre de traités et d’accords peuvent être élaborés de manière à être entièrement vérifiables, ce qui n’est pas un problème technique en soi. Cependant, avec les classes dirigeantes actuelles de l’Occident, aucun accord de ce type n’est susceptible d’être élaboré et accepté par toutes les parties concernées.

Que reste-t-il alors ?

Il y a un dicton russe que ma grand-mère m’a appris quand j’étais enfant : « les frontières de la Russie se trouvent au bout de la lance d’un cosaque« . Ce dicton, né de 1000 ans de guerre existentielle sans frontières naturelles, exprime simplement une réalité fondamentale : ce sont les forces armées russes qui décident où la Russie se termine. Ou vous pouvez le retourner de cette façon : « les seules frontières naturelles de la Russie sont les capacités des forces armées russes« . On peut penser à l’unilatéralisme russe d’avant 1917 

Néanmoins, cela soulève la question du fondement moral et éthique d’une telle position. Après tout, cela ne suggère-t-il pas que la Russie se donne le droit d’envahir n’importe quel pays juste parce qu’elle le peut ?

Pas du tout !

Bien que l’histoire de la Russie ait été marquée par des guerres impérialistes et expansionnistes, comparée aux 1000 ans d’impérialisme mur à mur de l’Occident, la Russie n’est qu’un doux agneau ! Non pas que cela excuse quoi que ce soit, c’est simplement un fait. Les autres guerres russes étaient, presque toutes, des guerres existentielles, pour la survie et la liberté de la nation russe. Je ne peux imaginer une guerre plus « juste » que celle qui 1) vous a été imposée et 2) dans laquelle votre seul objectif est de survivre en tant que nation libre et souveraine, en particulier une nation multiethnique et multireligieuse comme l’a toujours été la nation russe, contrairement aux ennemis de la Russie qui ont toujours été animés par une ferveur religieuse, nationaliste et même ouvertement raciste (ce que nous pouvons tous observer aujourd’hui, longtemps après la fin de la Seconde Guerre mondiale).

S’agit-il simplement de propagande ? Si vous le pensez, alors vous pouvez étudier l’histoire de la Russie ou, mieux encore, étudier la doctrine militaire actuelle de la Russie et vous verrez que la planification des forces russes est entièrement défensive, surtout au niveau stratégique. La meilleure preuve en est que la Russie a supporté toutes les politiques racistes et russophobes de l’Ukraine ou des trois États baltes pendant des décennies sans prendre aucune mesure. Mais lorsque l’Ukraine est devenue un mandataire de facto de l’OTAN et qu’elle a directement menacé non seulement le Donbass, mais aussi la Russie elle-même (quelqu’un se souvient-il encore que, quelques jours avant l’OMS, « Ze » a déclaré que l’Ukraine devrait se doter d’armes nucléaires ?! Il faut être soit aveugle, soit fantastiquement malhonnête pour ne pas admettre ce fait évident.

Note de l’auteur

Au fait, les trois États baltes, dont la Russie n’a aucun besoin, essaient constamment de devenir une menace militaire pour la Russie, non seulement en accueillant les forces de l’OTAN, mais aussi en élaborant des plans vraiment idiots pour « verrouiller » la Baltique avec la Finlande. Ajoutez à cela les politiques nazies d’apartheid anti-russe à l’égard des minorités russes et vous serez pardonné de penser que les Baltes veulent vraiment être les prochains à être dénazifiés et démilitarisés. Mais… mais… – me direz-vous – « puisqu’ils sont membres de l’OTAN, ils ne peuvent pas être attaqués ! ». Eh bien, si vous croyez 1) qu’un membre de l’OTAN se battra contre la Russie pour ces îlots ou 2) que l’OTAN a les moyens militaires de les protéger, alors j’ai encore plein de choses à vous apprendre. Quoi qu’il en soit, la manière la plus efficace de traiter avec les Baltes est de les laisser se suicider économiquement, ce qu’ils ont déjà fait en gros, puis de leur promettre quelques « carottes économiques » pour qu’ils adoptent une attitude plus civilisée. Un dicton russe dit que « le réfrigérateur gagne contre la télévision » (победа холодильника над телевизором), ce qui signifie que lorsque votre réfrigérateur est vide, la propagande à la télévision perd de son pouvoir. Je pense que l’avenir des 3 États baltes sera défini par cet aphorisme.

L’Ukraine sera-t-elle donc divisée ?

Oui, absolument, elle a déjà perdu d’énormes parties de son territoire et elle n’en perdra que davantage.

Les voisins occidentaux pourraient-ils décider de s’en prendre à l’Ukraine occidentale ? Bien sûr ! C’est une réelle possibilité.

Mais il s’agira toujours d’actions unilatérales ou d’accords coordonnés de manière très officieuse, enveloppés dans un déni plausible (comme le déploiement de « casques bleus » polonais pour « protéger » l’Ukraine occidentale). Mais je prédis surtout que deux choses vont se produire : 1) la Russie atteindra tous ses objectifs de manière unilatérale, sans passer aucun accord avec qui que ce soit et 2) la Russie n’autorisera les voisins occidentaux de l’Ukraine à s’emparer de certains morceaux de l’Ukraine que si, et seulement si, ces morceaux ne représentent aucune menace militaire pour la Russie.

Vous vous souvenez de ce que Poutine a dit à propos de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN ? Il a dit qu’en soi, ce n’était pas un problème pour la Russie. Mais il a prévenu que si ces pays accueillaient des forces et des systèmes d’armes américains/OTAN menaçant la Russie, celle-ci devrait prendre des contre-mesures. Je pense que c’est également la position du Kremlin sur l’avenir d’un éventuel Banderastan croupion et sur toute initiative des pays de l’OTAN (y compris la Pologne, la Roumanie et la Hongrie) visant à récupérer des territoires qui leur ont historiquement appartenu ou qui comptent d’importantes minorités polonaises, roumaines et hongroises.

À l’heure actuelle, nous n’en sommes qu’à la deuxième phase de l’OMS (qui est centrée sur le Donbass) et la Russie n’a même pas lancé d’opérations pour s’enfoncer plus profondément en Ukraine. Quant à la vraie guerre, celle entre la Russie et l’Occident combiné, elle dure depuis pas moins de dix ans, voire plus, et cette guerre durera bien plus longtemps que l’OMS en Ukraine. Enfin, l’issue de cette guerre entraînera des changements tectoniques et profonds au moins aussi spectaculaires que les changements résultant des résultats de la Première et de la Seconde Guerre mondiale.

Les Russes comprennent que ce qu’ils doivent faire maintenant, c’est vraiment terminer la Seconde Guerre mondiale et que la fin formelle de la Seconde Guerre mondiale en 1945 n’a fait que marquer la transition vers un type de guerre différent, toujours imposé par un Occident uni et consolidé, désormais non plus par les nazis allemands, mais par les néoconservateurs américains (pour la plupart) (qui, bien sûr, sont des nazis racistes typiques, sauf que leur racisme est anglophone et judaïque/sioniste).

Je conclurai par une courte citation de Bertold Brecht qui, je pense, est profondément comprise par la Russie d’aujourd’hui :

« Apprenez donc à voir et non à regarder.

Agir au lieu de parler toute la journée.

Le monde a presque été gagné par un tel singe !

Les nations l’ont mis à la place de ses semblables.

Mais ne vous réjouissez pas trop vite de votre évasion –

Le ventre d’où il est sorti en rampant est toujours aussi fort. »

 

– Bertolt Brecht, La résistible ascension d’Arturo Ui

La Russie a massacré beaucoup de singes occidentaux au cours de son histoire, il est maintenant temps de s’occuper enfin du ventre d’où ils sont sortis en rampant.

Andrei

PS : Pour votre information, l’enquête russe a déclaré que les explosions dans l’aérodrome de Crimée étaient un acte de sabotage/diversion. Ce qui était l’explication la plus probable dès le début.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

1 COMMENTAIRE

  1. Il faut toujours faire attention de ce que l’on dit dans les médias occidentaux, mais par contre regarder et aller sur ce forum le moins censuré en Europe occidentale  » 1991-2022.forumactif.com « 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.