L’Ukraine et le nouvel Al-Qaïda

0
33

par Whitney Webb.

L’éruption de la guerre entre la Russie et l’Ukraine semble avoir donné à la CIA le prétexte pour lancer une insurrection planifiée de longue date dans le pays, une insurrection prête à s’étendre bien au-delà des frontières de l’Ukraine avec des implications majeures pour la « Guerre contre le Terrorisme intérieur » de Biden.

Alors que le conflit entre l’Ukraine et la Russie continue de s’intensifier et d’accaparer l’attention du monde entier, les preuves de plus en plus nombreuses que la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis travaille et a travaillé à la création et à l’armement d’une insurrection dans le pays n’ont reçu que très peu d’attention compte tenu de leurs conséquences probables. Cela est d’autant plus vrai que d’anciens responsables de la CIA et un ancien secrétaire d’État affirment désormais ouvertement que la CIA suit les « modèles » des insurrections passées soutenues par la CIA en Afghanistan et en Syrie pour ses plans en Ukraine. Étant donné que ces pays ont été ravagés par la guerre en conséquence directe de ces insurrections, cela n’augure rien de bon pour l’Ukraine.


Pourtant, cette insurrection est sur le point d’avoir des conséquences qui vont bien au-delà de l’Ukraine. Il apparaît de plus en plus que la CIA voit dans l’insurrection qu’elle crée plus qu’une occasion de rapprocher de ses frontières sa guerre hybride contre la Russie. Comme le montrera ce rapport, il semble que la CIA soit déterminée à concrétiser une prophétie propagée par ses propres rangs au cours des deux dernières années. Cette prédiction émanant d’anciens et d’actuels responsables des services de renseignement date d’au moins début 2020 et soutient qu’un « réseau suprémaciste blanc transnational » ayant des liens présumés avec le conflit ukrainien sera la prochaine catastrophe mondiale qui s’abattra sur le monde alors que la menace du Covid-19 s’éloigne.

Selon ces « prédictions », ce réseau mondial de suprémacistes blancs – dont le noyau serait un groupe lié au conflit dans la région du Donbass en Ukraine – va devenir la nouvelle menace de type État islamique et sera sans aucun doute utilisé comme prétexte pour lancer l’infrastructure encore dormante mise en place l’année dernière par le gouvernement américain sous la direction du président Biden pour une « Guerre contre le Terrorisme intérieur » orwellienne.

Étant donné que cet effort dirigé par la CIA pour construire une insurrection en Ukraine a commencé dès 2015 et que les groupes qu’elle a formés (et continue de former) comprennent des groupes ayant des connexions néo-nazies manifestes, il semble que cette « insurrection ukrainienne à venir », comme elle a été récemment appelée, soit déjà là. Dans ce contexte, nous sommes confrontés à l’inquiétante possibilité que cette dernière escalade du conflit entre l’Ukraine et la Russie ne soit que l’acte d’ouverture d’une nouvelle itération de la « guerre contre le terrorisme », qui semble sans fin.

Montée de l’insurrection

Peu après le début des opérations militaires russes en Ukraine, Foreign Affairs – l’organe médiatique du Council on Foreign Relations (CFR) – a publié un article intitulé « The Coming Ukrainian Insurgency » (« L’insurrection ukrainienne à venir »). L’auteur de l’article est Douglas London, qui se décrit lui-même comme « un officier russophone retraité de la CIA qui a servi en Asie centrale et géré les opérations anti-insurrectionnelles de l’agence ». Il affirme dans l’article que « Poutine sera confronté à une insurrection longue et sanglante qui s’étendra sur de multiples frontières », avec le potentiel de créer « des troubles croissants qui pourraient déstabiliser d’autres pays dans l’orbite de la Russie ».

Parmi les autres déclarations notables de Londres, citons son affirmation selon laquelle « les États-Unis seront invariablement une source majeure et essentielle de soutien à une insurrection ukrainienne ». Il affirme également que « Comme les États-Unis l’ont appris au Vietnam et en Afghanistan, une insurrection qui dispose de lignes d’approvisionnement fiables, de vastes réserves de combattants et d’un sanctuaire au-delà de la frontière peut se maintenir indéfiniment, saper la volonté de combattre d’une armée d’occupation et épuiser le soutien politique à l’occupation dans le pays ». London fait explicitement référence à des modèles pour cette insurrection ukrainienne apparemment imminente comme les insurrections soutenues par la CIA en Afghanistan dans les années 1980 et les « rebelles modérés » en Syrie de 2011 à aujourd’hui.

London n’est pas le seul à promouvoir ces insurrections passées soutenues par la CIA comme modèle pour l’aide « secrète » des États-Unis à l’Ukraine. L’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton, dont le département d’État a contribué à créer l’insurrection des « rebelles modérés » en Syrie et a supervisé la destruction de la Libye soutenue par les États-Unis et l’OTAN, est apparue sur MSNBC le 28 février pour dire essentiellement la même chose. Dans son interview, Clinton a cité l’insurrection soutenue par la CIA en Afghanistan comme « le modèle vers lequel les gens [au sein du gouvernement américain] se tournent actuellement » en ce qui concerne la situation en Ukraine. Elle fait également référence à l’insurrection en Syrie de manière similaire dans la même interview. Il convient de noter que l’ancien chef de cabinet adjoint de Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’État, Jake Sullivan, est aujourd’hui le conseiller à la Sécurité nationale de Biden.

L’insurrection afghane, initialement soutenue par les États-Unis et la CIA à la fin des années 1970 sous le nom d’opération Cyclone, a ensuite donné naissance aux ennemis supposés mortels de l’empire américain – les Taliban et Al-Qaïda – qui allaient alimenter la « guerre contre le terrorisme » après le 11 septembre. La campagne menée par les États-Unis contre les descendants de l’insurrection qu’ils avaient autrefois soutenue a entraîné d’horribles destructions en Afghanistan et une litanie de morts et de crimes de guerre, ainsi que la guerre et l’occupation les plus longues (et donc les plus coûteuses) de l’histoire militaire américaine. Elle a également entraîné le bombardement et la destruction de plusieurs autres pays, ainsi que la réduction des libertés civiles au niveau national. De même, en Syrie, le soutien des États-Unis et de la CIA aux « rebelles modérés » a été et reste incroyablement destructeur pour le pays qu’ils sont censés vouloir simplement « libérer » du régime de Bachar al-Assad. L’armée américaine continue d’occuper des zones critiques de ce pays.

Ces pays étant ouvertement présentés comme des « modèles » pour la « future insurrection ukrainienne », que va-t-il advenir de l’Ukraine ? Si l’histoire des insurrections soutenues par la CIA est un indicateur, elle annonce beaucoup plus de destruction et de souffrance pour son peuple que l’actuelle campagne militaire russe. L’Ukraine deviendra un État en faillite et un champ de bataille. Ceux qui, en Occident, se réjouissent du soutien de leur gouvernement à la partie ukrainienne du conflit feraient bien de s’en rendre compte, en particulier aux États-Unis, car cela ne fera qu’entraîner l’escalade d’une nouvelle guerre par procuration meurtrière.

Toutefois, outre ce qui précède, nous devons également tenir compte de la réalité très troublante selon laquelle cette insurrection ukrainienne a commencé à être formée par la CIA au moins plusieurs mois, voire plusieurs années, avant la campagne militaire actuellement menée par la Russie en Ukraine. Yahoo News a rapporté en janvier que la CIA supervisait un programme de formation secret pour les agents de renseignement ukrainiens et les forces d’opérations spéciales depuis 2015. Leur rapport cite explicitement un ancien responsable de la CIA ayant connaissance du programme, selon lequel la CIA a « formé une insurrection » et a mené cette formation sur une base militaire américaine non divulguée. Cette formation d’« insurgés » ukrainiens a été soutenue par les administrations Obama, Trump et maintenant Biden, les deux dernières ayant étendu ses opérations. Bien que la CIA ait nié à Yahoo qu’elle formait une insurrection, un rapport du New York Times également publié en janvier indiquait que les États-Unis envisageaient de soutenir une insurrection en Ukraine en cas d’invasion de la Russie.

Étant donné que la CIA, à cette époque et avant cette année, a mis en garde contre une invasion imminente de l’Ukraine par la Russie jusqu’à l’actuelle escalade des hostilités, il convient de se demander si le gouvernement des États-Unis et la CIA ont contribué à « appuyer sur la gâchette » en franchissant intentionnellement les « lignes rouges » de la Russie concernant l’empiètement de l’OTAN en Ukraine et l’acquisition d’armes nucléaires par l’Ukraine après 2014, lorsqu’il est devenu évident que les prédictions répétées de la CIA concernant une invasion « imminente » ne se concrétisaient pas. Les lignes rouges de la Russie avec l’Ukraine ont été clairement énoncées – et violées à plusieurs reprises par les États-Unis – depuis des années. Il est à noter que les efforts déployés par les États-Unis pour fournir une aide meurtrière à l’Ukraine ont coïncidé avec la réduction progressive de leur soutien meurtrier aux « rebelles » syriens, ce qui suggère que l’appareil de guerre et de renseignement américain considère depuis longtemps l’Ukraine comme la « prochaine » sur sa liste de guerres par procuration.

Cependant, plus récemment, les avertissements de la CIA concernant une invasion imminente de l’Ukraine ont été balayés d’un revers de main, non seulement par de nombreux analystes américains, mais aussi apparemment par les gouvernements russe et ukrainien eux-mêmes. Tout aurait changé, du moins du point de vue russe, après que le président ukrainien Volodymyr Zelensky ait déclaré, lors de la Conférence sur la sécurité de Munich, que son gouvernement chercherait à faire de l’Ukraine une puissance nucléaire, en violation du Mémorandum de Budapest de 1994. Zelensky et ses partisans à Washington DC et à Langley, en Virginie, savaient certainement qu’une déclaration aussi extrême de la part de Zelensky susciterait une réponse de la Russie. Il suffit de considérer les répercussions qui suivent tout pays annonçant ses intentions de devenir une puissance nucléaire sur la scène mondiale. Depuis, les dirigeants russes ont fait valoir qu’ils se sont sentis obligés d’agir militairement après que l’Ukraine, qui attaque régulièrement les séparatistes le long de sa frontière avec la Russie avec des unités paramilitaires intégrées qui ont appelé à « l’extermination » des Russes ethniques qui vivent dans ces régions, a annoncé son intention d’acquérir des armes nucléaires.

En outre, étant donné les liens croissants de l’Ukraine avec l’OTAN et son désir de s’intégrer à cette alliance, ces armes nucléaires théoriques seraient des armes nucléaires contrôlées par l’OTAN à la frontière de la Russie. Zelensky, les États-Unis et leurs autres alliés savaient certainement que cette intention, en particulier son aveu en public, ferait passer à un niveau supérieur une situation déjà tendue. Cette déclaration de Zelensky fait suite à un pont aérien d’armes dirigé par les États-Unis vers l’Ukraine au début du mois dernier, quelques semaines avant la campagne militaire russe actuelle. L’aide létale des États-Unis à l’Ukraine a déjà été décrite comme équivalant à une « déclaration de guerre » à la Russie par les États-Unis, selon des membres du ministère russe de la Défense en 2017 déjà.

Il faut savoir que ces lignes rouges et la possibilité de les franchir ont été évoquées par Zelensky et des représentants des services de renseignement ukrainiens lors de leur rencontre avec le chef de la CIA, William Burns, en janvier. À l’époque, la CIA affirmait déjà qu’une invasion russe de l’Ukraine était imminente. Compte tenu des événements décrits ci-dessus, serait-il possible que la CIA ait voulu provoquer l’insurrection à laquelle elle se prépare, potentiellement depuis 2015 ? L’auraient-ils fait en poussant leurs alliés au sein du gouvernement ukrainien à manifester les conditions nécessaires au début de cette insurrection, c’est-à-dire en les incitant à franchir les « lignes rouges » de la Russie pour susciter la réaction nécessaire au lancement d’une insurrection planifiée à l’avance ? La CIA ayant également formé les agents de renseignement ukrainiens pendant près de sept ans, cette possibilité est certainement à envisager.

Si cette théorie est plus que plausible et proche de la vérité sur la façon dont nous en sommes arrivés là, il nous reste d’autres questions, notamment : pourquoi la CIA cherche-t-elle à lancer cette insurrection en Ukraine et pourquoi maintenant ?

La réponse apparente pourrait vous surprendre.

Fabrication du récit et de la menace

En mai 2020, Politico a publié un article intitulé « Les experts savaient qu’une pandémie se préparait. Voici de quoi ils s’inquiètent pour la suite ». L’article a été écrit par Garrett Graff, ancien rédacteur en chef de Politico, professeur au programme de journalisme et de relations publiques de Georgetown, et directeur des initiatives cybernétiques à l’Aspen Institute – un groupe de réflexion « non partisan » financé en grande partie par le Rockefeller Brothers Fund, la Carnegie Corporation et la Bill & Melinda Gates Foundation.

Dans l’introduction de l’article, Graff déclare ce qui suit :

« Chaque année, la communauté du renseignement publie l’évaluation de la menace mondiale – une distillation des tendances mondiales inquiétantes, des risques, des points problématiques et des périls émergents. Mais cette année, l’audience publique sur l’évaluation, qui se tient habituellement en janvier ou février, a été annulée, de toute évidence parce que les responsables du renseignement, qui témoignent habituellement ensemble lors d’une rare audience publique, craignaient que leurs commentaires n’exaspèrent le président Donald Trump. Et le gouvernement n’a pas encore publié de rapport sur la menace pour 2020 ».

En 2020, la CIA n’a pas publié d’évaluation de la menace « mondiale » pour la première fois depuis qu’elle a commencé à en publier annuellement il y a plusieurs décennies. Cet article publié par Politico a été élaboré par Graff pour servir d’« évaluation de la menace domestique » en l’absence de l’évaluation de la menace mondiale de la CIA et est stylisé comme une « liste des événements les plus importants qui pourraient avoir un impact sur les États-Unis » à court, moyen et long terme. Graff a rédigé ce document d’évaluation de la menace après avoir interrogé « plus d’une douzaine de leaders d’opinion », dont beaucoup étaient « des responsables actuels et anciens de la sécurité nationale et du renseignement ». Quelques mois plus tard, le département de la Sécurité intérieure, pour la première fois depuis sa création en 2003, publiait sa propre évaluation de la menace « intérieure » en octobre de la même année. Comme je l’ai noté à l’époque, cela a marqué un changement majeur au sein de l’appareil de sécurité nationale et de renseignement des États-Unis, qui s’est éloigné du « terrorisme étranger », son objectif ostensible depuis le 11 septembre, pour se concentrer sur le « terrorisme intérieur ».

Quelques mois à peine après la publication de cette évaluation de la menace intérieure, la guerre contre le terrorisme intérieur a été lancée à la suite des événements du 6 janvier, qui avaient apparemment été prévus par Elizabeth Neumann, alors responsable du DHS. Au début de l’année 2020, Neumann a déclaré de manière prémonitoire : « J’ai l’impression que nous sommes à la porte d’un autre 11 septembre – peut-être pas quelque chose d’aussi catastrophique en termes de visuel ou de chiffres – mais que nous pouvons voir se construire, et que nous ne savons pas vraiment comment arrêter ».

En effet, lorsque les événements du 6 janvier ont eu lieu, aucun effort réel n’a été fait par la police du Capitole ou d’autres représentants des forces de l’ordre présents pour arrêter la soi-disant « émeute », de nombreuses images de l’événement montrant au contraire les forces de l’ordre faisant signe aux supposés « insurgés » d’entrer dans le bâtiment du Capitole. Cela n’a toutefois pas empêché des politiciens de premier plan et des responsables de la sécurité nationale de qualifier le 6 janvier de « nouveau 11 septembre », comme l’avait apparemment prédit Neumann. En particulier, la toute première évaluation de la menace intérieure du DHS, l’avertissement de Neumann et le récit officiel qui a suivi concernant les événements du 6 janvier étaient tous fortement axés sur la menace d’« attaques terroristes de suprémacistes blancs » sur le territoire américain.

Pour en revenir à l’article de Politico de mai 2020, Graff note que de nombreux « experts » supposés en matière de pandémie, parmi lesquels – selon Graff – Bill Gates et les responsables du renseignement américain James Clapper et Dan Coats, avaient projeté la propagation d’un nouveau virus et les impacts économiques qu’il entraînerait, ainsi que des « détails sur les défis spécifiques » auxquels les États-Unis seraient confrontés pendant la phase initiale de la crise du Covid-19. Graff demande ensuite : « Quelles sont les autres catastrophes à venir que nous n’avons pas prévues ? » Selon les « leaders d’opinion » qu’il a consultés pour cet article, parmi lesquels plusieurs responsables actuels et anciens des services de renseignement, la « menace à court terme » la plus immédiate susceptible de perturber la vie aux États-Unis et au-delà après Covid était « la mondialisation de la suprématie blanche ».

En discutant de cette menace imminente, Graff a écrit :

« Le terme “terrorisme” évoque aujourd’hui des images de combattants de l’État islamique et de kamikazes. Mais si vous demandez aux responsables de la sécurité nationale quelle est la principale menace terroriste à court terme, ils citent presque tous le problème croissant de la violence des nationalistes blancs et la manière insidieuse dont des groupes qui existaient auparavant au niveau local se sont regroupés pour former une toile mondiale de suprématie blanche. Ces dernières semaines, le département d’État – pour la première fois – a officiellement désigné une organisation suprémaciste blanche, le Mouvement impérial russe, comme une organisation terroriste, en partie parce qu’elle tente de former et d’ensemencer des adhérents dans le monde entier, les incitant à commettre des attentats terroristes… ».

Graff ajoute ensuite qu’« il y a des avertissements sérieux et explicites à ce sujet de la part du gouvernement américain et de responsables étrangers qui font étrangement écho aux avertissements qui ont été émis pour Al-Qaïda avant le 11 septembre ». Il cite ensuite le directeur du FBI, Christopher Wray, qui a déclaré :

« Ce n’est pas seulement la facilité et la rapidité avec lesquelles ces attaques peuvent se produire, mais la connectivité qu’elles génèrent. Un acteur instable et mécontent, isolé dans le sous-sol de sa mère dans un coin du pays, s’enflamme pour des personnes similaires à l’autre bout du monde. Cela augmente la complexité des affaires de terrorisme intérieur que nous avons d’une manière qui est vraiment difficile ».

Cette citation de Wray a été publiée pour la première fois dans un article que Graff avait écrit un mois avant de publier son article sur Politico. L’entretien portait sur le terrorisme intérieur aux États-Unis, avec une discussion approfondie sur l’attentat d’Oklahoma City en 1995 et le Mouvement impérial russe. Dans cet article, publié dans Wired, le coordinateur du département d’État pour la lutte contre le terrorisme, Nathan Sales, caractérisait ce mouvement comme « un groupe terroriste qui fournit une formation de type paramilitaire aux néonazis et aux suprémacistes blancs, et qui joue un rôle de premier plan en essayant de rallier des Européens et des Américains partageant les mêmes idées à un front commun contre ce qu’ils perçoivent comme des ennemis ».

Ce Mouvement impérial russe, ou MIR, prône le rétablissement de l’empire russe d’avant 1917, qui exercerait son influence sur tout le territoire habité par des Russes de souche. Leur idéologie est décrite comme suprématiste blanche, monarchiste, ultra-nationaliste, pro-russe orthodoxe et antisémite. Il n’est pas considéré comme néonazi, mais il s’est efforcé de nouer des liens avec d’autres groupes d’extrême droite ayant des connexions néonazies.

Le MIR aurait été responsable de la formation d’un poseur de bombe dont les actes n’ont fait aucun mort en Suède entre 2016 et 2017. Le poseur de bombe, Victor Melin, n’était pas un membre actif du MIR mais aurait été formé par eux, et il a mené 2 de ses 3 attentats à la bombe avec un individu totalement non affilié au MIR. Melin était toutefois membre du Mouvement de Résistance nordique à l’époque.

Quelques années plus tard, en avril 2020, le MIR est devenu le premier groupe « suprémaciste blanc » à être qualifié d’entité terroriste mondiale spécialement désignée (SDGT) par les États-Unis, bien qu’il ne soit pas lié à un acte de terrorisme depuis 2017 et que ces précédents actes n’aient fait aucun mort. Les actes de terreur cités comme justification par Mike Pompeo, alors secrétaire d’État, étaient ceux perpétrés par Melin. Cependant, le Mouvement de Résistance nordique, dont Melin était un membre actif au moment des attentats, n’a pas reçu le label SDGT, même s’il est nettement plus important en termes de membres et de portée que le MIR. La décision d’étiqueter le MIR de cette manière a été considérée comme « sans précédent » à l’époque.

Depuis lors, il a été affirmé que le groupe comptait plusieurs milliers de membres dans le monde, bien que peu de preuves publiques existent pour étayer cette statistique, qui n’est apparue qu’un mois environ après la désignation des États-Unis comme groupe terroriste et qui provient d’un institut basé aux États-Unis. Il n’existe pas non plus de statistiques sur le nombre d’individus qu’ils auraient formés via leur branche paramilitaire, connue sous le nom de Légion impériale.

Selon le gouvernement américain, la portée du MIR est mondiale et s’étend aux États-Unis. Cependant, ses liens avec les États-Unis reposent sur des allégations douteuses d’une relation avec la filiale russe d’Atomwaffen Division et d’une « relation personnelle » avec l’organisateur du rassemblement « Unite the Right » de 2017, Matthew Heimbach. Cependant, là encore, cela repose sur les allégations (et non sur des preuves directes) selon lesquelles Heimbach aurait reçu des fonds du MIR. Le groupe de Heimbach, le Parti des travailleurs traditionalistes, est inactif depuis 2018, soit deux ans avant la désignation SDGT américaine du MIR. Il est également allégué que le MIR a offert de former d’autres figures de « Unite the Right », bien que le MIR et les « suprémacistes blancs » qui sont censés avoir reçu cette offre nient les rapports. En outre, rien ne prouve qu’un citoyen américain ait jamais participé à une formation paramilitaire avec le MIR. Cela contredit l’affirmation de Nathan Sales, en avril 2020, selon laquelle le MIR joue « un rôle de premier plan en essayant de rallier des Européens et des Américains partageant les mêmes idées dans un front commun contre leurs ennemis perçus ». Malgré le manque de preuves, les groupes de réflexion de gauche, non partisans et de droite ont continué à utiliser le MIR comme preuve d’un « vaste réseau transnational interconnecté » de suprémacistes blancs violents.

Il semble étrange qu’un groupe apparemment petit et très limité en termes de présence aux États-Unis, et qui n’est responsable d’aucune attaque terroriste mortelle, ait l’honneur de devenir la première entité terroriste mondiale spécialement désignée par les États-Unis, qui se réclame de la suprématie blanche. D’autant plus lorsque les actes cités pour justifier la désignation SDGT ont été commis par un membre d’un groupe différent, plus important, un groupe qui n’a pas reçu cette désignation à l’époque ou dans les années qui ont suivi. Toutefois, dans le contexte des événements actuels en Ukraine, la désignation 2020 du MIR commence à avoir plus de sens, du moins du point de vue de la sécurité nationale des États-Unis.

Le MIR soutiendrait les séparatistes dans les régions ukrainiennes de Donetsk et de Lougansk depuis 2014 et a été décrit par les États-Unis comme « anti-ukrainien ». Ces régions sont au centre du conflit actuel et de sa plus récente escalade le mois dernier. Le gouvernement américain et les groupes de réflexion pro-occidentaux énumèrent la « première attaque » du MIR comme son implication dans le conflit dans l’est de l’Ukraine. Selon le Centre pour la sécurité et la coopération internationales (CISAC) de l’université de Stanford, le nombre de combattants envoyés ou formés par le MIR dans l’est de l’Ukraine est inconnu, bien qu’un rapport indique que le MIR a envoyé des « groupes de cinq à six combattants » de Russie vers l’est de l’Ukraine à la mi-juin 2014. La branche paramilitaire du MIR, la Légion impériale, n’est plus active en Ukraine depuis janvier 2016. Cependant, certains rapports ont affirmé que « certains individus ont choisi de rester et de continuer à se battre ». Des affirmations ont également été faites ces dernières années selon lesquelles des membres du MIR ont combattu dans le conflit syrien et en Libye aux côtés du général Haftar.

À la suite de cette « première attaque », le CISAC de Stanford affirme que, de 2015 à 2020, ils ont « construit un réseau transnational », bien que – comme indiqué précédemment – leur succès dans cette entreprise repose sur des rapports d’une authenticité et/ou d’une pertinence douteuses, en particulier aux États-Unis. Toutefois, leur rôle présumé aux côtés des séparatistes du Donbass a été utilisé par des groupes de réflexion américains pour affirmer que le MIR fait avancer les objectifs politiques de Moscou, qui, selon eux, consistent notamment à « chercher à alimenter l’extrémisme suprématiste blanc en Europe et aux États-Unis ».

Certains groupes de réflexion aux États-Unis, comme Just Security, ont utilisé le MIR pour affirmer que le gouvernement russe joue un rôle majeur dans la « suprématie blanche transnationale » en raison de « l’affection mutuelle entre les suprématistes blancs occidentaux et le gouvernement russe ». Ils affirment que parce que la Russie « tolère » la présence du MIR à l’intérieur du pays, « le Kremlin facilite la croissance de l’extrémisme de droite en Europe et aux États-Unis qui exacerbe les menaces à la stabilité des gouvernements démocratiques ».

Cependant, ce que Just Security omet de mentionner, c’est que le MIR s’est violemment opposé au gouvernement de Poutine et a protesté contre lui, qu’il a été qualifié de groupe extrémiste par le gouvernement russe et que ses bureaux ont même été perquisitionnés par la police russe. Parmi les conseillers de Just Security figuraient notamment Avril Haines, ancienne directrice adjointe de la CIA et participante à l’Événement 201, ainsi que Jake Sullivan, ancien chef de cabinet adjoint d’Hillary Clinton au département d’État. Haines et Sullivan sont aujourd’hui respectivement directeur du renseignement national (c’est-à-dire le plus haut responsable du renseignement dans le pays) et conseiller à la Sécurité nationale de Biden.

L’aube du « terrorisme intérieur »

En raison de l’escalade actuelle des événements en Ukraine, il semble inévitable que les efforts visant à utiliser le MIR pour dépeindre la Russie comme une force motrice du « suprémacisme blanc transnational » refassent surface. Cet effort semble avoir pour objectif, entre autres, de minimiser le rôle que des groupes néonazis tels que le Bataillon Azov, unité paramilitaire néonazie intégrée à la Garde nationale ukrainienne, jouent activement dans les hostilités actuelles.

En janvier de cette année, Jacobin a publié un article sur les efforts de la CIA pour semer une insurrection en Ukraine, notant que « tout ce que nous savons indique la probabilité que [les groupes formés par la CIA] incluent des néonazis inspirant des terroristes d’extrême droite à travers le monde ». Il cite un rapport de 2020 de West Point qui indique que : « Un certain nombre d’individus éminents parmi les groupes d’extrême droite aux États-Unis et en Europe ont activement recherché des relations avec des représentants de l’extrême droite en Ukraine, en particulier le Corps national et sa milice associée, le Régiment d’Azov ». Il ajoute que « des individus basés aux États-Unis ont parlé ou écrit sur la façon dont la formation disponible en Ukraine pourrait les aider, eux et d’autres, dans leurs activités de type paramilitaire dans leur pays ».

Même le FBI, pourtant plus préoccupé publiquement par le MIR, a été contraint d’admettre que les suprémacistes blancs basés aux États-Unis ont cultivé des liens avec le groupe, le Bureau déclarant dans un acte d’accusation de 2018 qu’Azov « est censé avoir participé à la formation et à la radicalisation d’organisations de suprématie blanche basées aux États-Unis ». En revanche, il n’existe toujours aucune preuve de liens concrets d’un seul citoyen américain avec le MIR.

La CIA soutenant désormais une insurrection qui, selon d’anciens responsables de la CIA, « s’étendra au-delà de plusieurs frontières » le fait que les forces entraînées et armées par l’agence dans le cadre de cette « insurrection à venir » comprennent le bataillon Azov est significatif. Il semble que la CIA soit déterminée à créer une nouvelle prophétie auto-réalisatrice en créant le réseau même de la « suprématie blanche mondiale » qui, selon les responsables des services de renseignement, sera la « prochaine » grande menace après le déclin de la crise du Covid-19.

L’injection du groupe MIR dans le récit devrait également être une source de préoccupation. Il semble plausible, compte tenu de la désignation de groupe terroriste avant le conflit et de ses liens passés présumés avec le conflit ukrainien, qu’un insurgé ukrainien formé par la CIA, peut-être issu d’un groupe comme Azov ou équivalent, se fasse volontiers passer pour un membre du MIR, ce qui permettrait de qualifier le MIR de « nouvel Al-Qaïda », sa base d’opérations étant commodément située en Russie et sa présence y étant « tolérée » par Moscou. Cela servirait certainement le discours, désormais assez répandu, assimilant Poutine à Adolf Hitler à la suite de la décision de la Russie de lancer sa campagne militaire en Ukraine. Cela servirait également à lancer, pour de bon, la guerre contre le terrorisme intérieur, jusqu’à présent largement en sommeil, dont l’infrastructure a été lancée par l’administration Biden l’année dernière.

Alors que le 6 janvier a été utilisé pour assimiler le soutien à l’ancien président Donald Trump au néonazisme et au suprémacisme blanc, les articles récents qui ont suivi la récente campagne militaire de la Russie contre l’Ukraine associent délibérément ce récit « Poutine comme Hitler » aux républicains américains. Les conservateurs américains font depuis longtemps l’objet d’une campagne de peur du « terrorisme intérieur » au cours des dernières années (ils sont aussi, soit dit en passant, la majorité des propriétaires d’armes à feu).

Un éditorial de Robert Reich publié dans The Guardian le 1er mars affirme que « le monde est effroyablement enfermé dans une bataille à mort entre la démocratie et l’autoritarisme ». Reich poursuit en affirmant que l’incursion de la Russie en Ukraine « est une nouvelle guerre froide… La plus grande différence entre l’ancienne et la nouvelle guerre froide est que le néofascisme autoritaire n’est plus seulement une menace extérieure pour les États-Unis et l’Europe. Une version de celui-ci se développe également en Europe occidentale et aux États-Unis. Il a même pris le contrôle de l’un des principaux partis politiques des États-Unis. Le parti républicain dirigé par Trump ne soutient pas ouvertement Poutine, mais l’animosité du parti républicain envers la démocratie s’exprime de manière familière à Poutine et à d’autres autocrates ». D’autres articles présentant des affirmations similaires ont été publiés dans le New York Times et The Intercept, entre autres, au cours de la semaine dernière.

Le 2 mars, Salon a fait suivre l’article de Reich d’un éditorial similaire intitulé « Comment la suprématie blanche alimente l’histoire d’amour des républicains avec Vladimir Poutine », qui conclut en affirmant que « le parti républicain d’aujourd’hui est la plus grande organisation de suprématie blanche et d’identité blanche des États-Unis et du monde » et que « le “conservatisme” et le racisme sont désormais une seule et même chose ici aux États-Unis ».

Alors que cette confusion des eaux concernant la relation entre Poutine, le Parti républicain américain et la suprématie blanche s’intensifie, les agences de renseignement en Europe et aux États-Unis établissent de plus en plus un lien entre l’opposition aux mesures du Covid, telles que les confinements et les vaccins obligatoires, et le néonazisme, la suprématie blanche et l’extrême droite, souvent avec peu ou pas de preuves. C’est ce qui s’est produit récemment avec le Convoi de la Liberté au Canada et, plus récemment, les agences de sécurité et les responsables allemands ont affirmé il y a quelques jours à peine qu’ils ne pouvaient plus faire la distinction entre les « radicaux d’extrême droite » et ceux qui s’opposent aux mandats de vaccination et aux restrictions du Covid. Toutefois, ces efforts visant à associer l’opposition aux mesures du Covid au « terrorisme intérieur » et à l’extrême droite remontent à 2020.

Outre ces tendances, il semble également inévitable que l’étiquette de « désinformation russe », dont on a usé et abusé ces dernières années de sorte que tout récit dissident était souvent étiqueté comme étant d’origine « russe », fasse un retour en force dans ce contexte et fournisse la justification d’une campagne de censure zélée en ligne et en particulier sur les médias sociaux, où ce « réseau suprémaciste blanc transnational » serait dépendant de son prétendu succès.

La menace terroriste de la « suprématie blanche mondiale » à venir, si l’on en croit nos agents de renseignement inhabituellement clairvoyants, semble être la « prochaine chose » qui s’abattra sur le monde à mesure que la crise du Covid s’estompera. Il semble également que la CIA se soit autoproclamée sage-femme et ait choisi l’Ukraine comme lieu de naissance de cette nouvelle « menace terroriste », qui créera non seulement la prochaine guerre par procuration entre l’empire américain et ses adversaires, mais aussi le prétexte pour lancer la « Guerre contre le Terrorisme intérieur » en Amérique du Nord et en Europe.

source : The Last American Vagabond

traduction Réseau International

Source : reseauinternational

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.