L’OTAN et la CIA préparent les opinions publiques à une attaque sous faux drapeau

0
9

par Bruno Bertez.

Il existe un risque important que l’Ukraine, le Royaume-Uni ou les États-Unis lancent une attaque sous fausse bannière en Ukraine.

Les gens ont commencé à prendre note de l’alarmisme directionnel qui émane de divers responsables « occidentaux ».


Préparer le terrain pour un faux drapeau :

Président polonais : « Si Poutine utilise des armes de destruction massive en Ukraine, l’OTAN devra réfléchir sérieusement à ce qu’il faut faire ».

La presse britannique en a pris note :

• Vladimir Poutine pourrait libérer une arme biologique d’un laboratoire ukrainien saisi, craignent les experts

Il faudrait avoir un QI inférieur à 100 pour ne pas voir ce qui se passe.

C’est le message que l’on entend en effet sur sur toutes les chaînes.

À mon humble avis, une prochaine tentative sous fausse bannière aura pour objectif de faire entrer l’OTAN dans le combat.

L’historien et spécialiste de la Russie Gilbert Doctorow va dans le même sens :

Attention : il est « hautement probable » que les États-Unis soient sur le point de mener une opération « sous faux drapeau » en Ukraine dans laquelle ils accuseront les Russes d’utiliser des armes chimiques…

USA Today : « La Russie pourrait se préparer à une attaque aux armes chimiques ; 35 morts dans une frappe sur une base près de Lviv : mises à jour en direct »

Maintenant, pourquoi la Russie organiserait-elle une attaque à l’arme chimique ou biologique en Ukraine ? L’idée défie toute raison.

La Russie a de vastes possibilités de détruire l’Ukraine qu’elle n’a pas déployées à ce jour précisément pour éviter des pertes civiles.

Il s’agit notamment des cyberattaques, des impulsions électromagnétiques (EMP) et d’une utilisation plus intense de sa puissance aérienne qui a été restreinte en raison de la pénurie de bombes intelligentes et de la réticence à utiliser des munitions qui pourraient causer des dommages collatéraux plus importants.

Compte tenu de ces signes manifestes de retenue russe dans l’organisation de la guerre, même au prix de pertes plus importantes parmi ses propres troupes et de progrès plus lents dans une campagne très sensible au facteur temps, il faudrait être complètement fou pour envisager d’utiliser des armes chimiques universellement interdites.

Je suis tranquille : toute soi-disant attaque chimique/biologique qui pourrait être organisée en Ukraine dans les jours à venir ne peut être que du sale boulot des services de renseignements et de leurs agents.

On vu à quel point il était facile de tromper les médias « occidentaux » en organisant une fausse attaque contre un hôpital, on peut facilement comprendre comment une fausse « attaque chimique de la Russie » conduirait à une pression publique qui pousserait l’OTAN dans la guerre contre l’Ukraine.

Alastair Crooke : « Ecrire le script d’un nouveau scénario ; diriger sa production; puis le mettre en scène en vidéo. Beaucoup peuvent ne pas croire la pièce qu’on leur montre, mais cela n’a pas d’importance , cela sui son chemin..

Le président Joe Biden a averti vendredi que la Russie paierait un « prix sévère » si le pays utilise des armes chimiques en Ukraine.

Conseiller à la sécurité nationale : la Russie affirmant que les États-Unis et l’Ukraine utilisent des armes chimiques est « un indice » que la Russie pourrait « se préparer à le faire »

Le secrétaire d’État américain Blinken a mis en garde contre une « fausse » attaque chimique provocatrice par la Russie avant elle envahit l’Ukraine dans les « prochains jours ».

L’ambassadrice américaine aux Nations unies Linda Thomas-Greenfield a accusé la Russie d’avoir convoqué l’audience du Conseil de sécurité de l’ONU vendredi pour propager des mensonges et de la désinformation sur l’Ukraine et les armes chimiques. 

Greenfield a déclaré à l’organisme international que les États-Unis pensaient que la Russie pourrait utiliser des agents chimiques ou biologiques pour des assassinats dans le cadre d’un incident sous fausse bannière ou pour soutenir des opérations militaires tactiques.

Et nous sommes profondément préoccupés par le fait que l’appel de la Russie à cette réunion soit un effort potentiel sous fausse bannière – exactement le genre dont nous avons mis en garde, y compris de la part du secrétaire Blinken ici au Conseil de sécurité le mois dernier », a-t-elle déclaré. risque d’attaque chimique russe en Ukraine, selon des responsables

Plus de deux semaines après le début de la guerre en Ukraine, et l’impensable n’est pas seulement pensé, il est dit à haute voix : Poutine pourrait-il utiliser des armes nucléaires ? La ténacité des forces ukrainiennes à riposter a été extraordinaire, mais cela pourrait-il rendre Poutine encore plus dangereux ? Et que se passe-t-il s’il échoue avec des armes conventionnelles ? Utilisera-t-il ensuite des produits non conventionnels ? »

Pendant ce temps, Patrick Lancaster observateur de bonne crédibilité rapporte de Donetsk :

« Des dizaines de morts dans l’attaque à la bombe à fragmentation ukrainienne contre le centre de Donetsk ». Rapport complet bientôt disponible en vidéo.

Les États-Unis tentent de faire pression sur la Chine pour qu’elle rejoigne leur campagne anti-russe.

Hier, des « responsables anonymes » ont affirmé, sans preuves, que la Russie avait demandé à la Chine une aide militaire et économique.

La Russie exporte des armes vers la Chine, elle n’en importe pas. La Chine a maintenant confirmé qu’il n’y avait pas de telles demandes russes : Pékin a qualifié les récentes allégations de Washington de désinformation selon lesquelles la Russie aurait demandé l’aide militaire de la Chine pour mener son opération spéciale en Ukraine, a déclaré lundi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, lors d’un point de presse.

« Les allégations en la matière diffusées par les États-Unis sont de fausses informations », a précisé le diplomate.

Les États-Unis se trompent dans leurs tentatives de dissuader la Chine de travailler avec la Russie.

Jake Sullivan, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, doit rencontrer lundi à Rome Yang Jiechi, membre du Politburo d’élite du Parti communiste chinois et directeur de la Commission centrale des affaires étrangères du parti.

Sullivan a l’intention d’avertir M. Yang que tout futur effort chinois pour soutenir la Russie dans sa guerre ou saper l’Ukraine, les États-Unis et leurs partenaires sera sanctionné.

« Nous communiquons directement, en privé à Pékin qu’il y aura absolument des conséquences pour les efforts de contournement des sanctions à grande échelle ou le soutien à la Russie pour les remplir », a déclaré dimanche M. Sullivan sur CNN.

« Nous ne permettrons pas que cela se poursuive et qu’il y ait une bouée de sauvetage pour la Russie à partir de ces sanctions économiques de n’importe quel pays, n’importe où dans le monde », a-t-il déclaré.

La Chine continuera bien entendu à entretenir de bonnes relations avec la Russie. Il n’appartient pas aux États-Unis « d’autoriser » ou d’interdire à la Chine de commercer avec la Russie.

source : Bruno Bertez

Publicités

FORMATION : Mon plan de sécurité financière pour les 50 années à venir ! 🤑

Je te montre comment j'investis mon argent et comment je diversifie mon portefeuille pour profiter des meilleurs intérêts tout en me protégeant du pire scénario.

Pour plus de FOMRATION CLIQUE ICI


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.