Les sanctions ne servent qu’à gagner du temps et ne mènent pas à la victoire

0
439

Par Tom Luongo – Le 31 juillet 2022 – Source Gold Goats ‘N Guns

L’un des points essentiels de la politique de sanctions américaine, qui n’est pas pleinement compris par la plupart des analystes, et certainement pas par la plupart des analystes pro-russes, est que les sanctions ne sont pas un outil politique direct. Dans des cas extrêmes, comme ce qui est arrivé à la Russie dans les jours qui ont suivi son invasion de l’Ukraine, elles sont censées l’être.

Mais tout compte fait, les sanctions telles qu’elles sont utilisées par l’Occident sont un outil bien plus dangereux qu’un simple changement de régime, elles sont le pivot des stratégies de déni à long terme des militaristes et des colonisateurs en puissance.

Nous avons passé cinq mois maintenant à nous concentrer sur l’effet boomerang des sanctions occidentales sur l’économie russe. Et cet effet boomerang sur l’Occident, en particulier l’Europe, est réel et prévisible. L’objectif de créer un bourbier en Ukraine qui générerait des troubles intérieurs pour Poutine ne s’est pas matérialisé.

Le bourbier militaire est discutable, si l’on croit tout ce qui vient des médias occidentaux. Personnellement, je ne crois pas grand-chose de ce qui est dit, mais les lignes de combat relativement dures de ces derniers mois donnent du crédit à cette opinion.

Encore une fois, ce n’est pas un point de vue que je partage en fin de compte, mais cela vaut la peine de le garder à l’esprit. Si les sanctions ont été si inefficaces, pourquoi les maintenir ? Quel objectif stratégique peuvent-elles ou doivent-elles servir ?

--- 🤯 Le projet fou de Klaus Schwab et comment s’en protéger 🤑🤑  ----

Parce qu’il est évident que les personnes qui ont élaboré ce paquet de sanctions avaient un plan. Ce plan a-t-il survécu au contact avec l’ennemi ? A-t-il été un échec total ou un succès partiel ? Telles sont quelques-unes des questions que je souhaite aborder ici.

Tout compte fait, la plupart des sanctions nuisent davantage à celui qui les impose qu’à la victime. Il s’agit, bien entendu, d’actes de guerre et seul le privilège impérial permet de les utiliser de la sorte sans répercussion.

Ainsi, alors que nous nous sommes concentrés sur l’aspect monétaire/fiscal de la guerre des sanctions, il est utile de parler du prix réel que l’Occident est prêt à payer dans sa guerre contre la Russie.

Les sanctions, dans leur forme la plus élémentaire, ne sont que des obstructions, destinées à priver un pays de l’accès à des ressources vitales ou, dans le cas des tensions géopolitiques extrêmes d’aujourd’hui, à des technologies de pointe.

Du point de vue des néoconservateurs, refuser à nos « ennemis » (comme ils les ont définis) l’accès aux éléments dont ils ont besoin pour construire des systèmes d’armement avancés ou accélérer la production des derniers prototypes militaires vaut toutes les souffrances économiques et politiques que l’on peut ressentir chez soi.

Et cette douleur est très très réelle. La junte de Biden et ses compradores en Europe (principalement les Verts allemands) n’ont pas hésité à dire ouvertement que nous, les citoyens, devions endurer des difficultés pour soutenir leurs objectifs géostratégiques en Ukraine.

Ils n’ont pas été très convaincants, comme le suggèrent les sondages, mais telle est néanmoins la situation.

Lorsque la rhétorique occidentale s’est rapidement transformée en cela, j’ai dit qu’il s’agirait d’une course à la Grande Réinitialisation, la question que j’ai posée alors était : « De qui ? » .

Poutine s’est contenté d’une guerre d’artillerie pour faire monter la pression (et réduire l’approvisionnement en gaz) sur une Europe aux prises avec des gouvernements de coalition faibles et pour révéler les fissures au sein de l’Union européenne. Il y est parvenu.

Les néoconservateurs britanniques et américains pensent qu’en fin de compte, les sanctions priveront la Russie de l’énergie nécessaire pour mener une guerre jusqu’en 2023 et au-delà. C’est pourquoi nous devons considérer que l’objectif initial de toutes les sanctions, remontant à 2014, après la Crimée, était de mener la Russie à cela.

Donc, si vous vous demandez pourquoi les Russes n’ont pas engagé leurs T-14 avancés et leurs très nombreux chars T-90 sur le champ de bataille en Ukraine, la réponse est double. Tout d’abord, on pourrait dire qu’ils n’en ont pas besoin pour accomplir leur tâche actuelle, qui est d’épuiser l’infanterie et les défenses ukrainiennes dans le Donbass.

Deuxièmement, et c’est plus important, les rapports occidentaux sur l’incapacité de l’industrie russe à les fabriquer sont plus vrais que ce que les commentateurs pro-russes veulent bien croire.

Encore une fois, je ne prends pas parti ici, mais tout comme je ne crois pas les rapports militaires ukrainiens faisant état de 70 000 Russes tués et/ou neutralisés parce que je ne vois pas les vidéos soutenant cette propagande, je dois également prendre au sérieux le fait que la Russie utilise l’ancien char T-62 au combat, plutôt que d’envoyer des centaines de T-14.

Je ne suis en aucun cas un expert en matériel militaire, alors salez ces commentaires à votre goût. Je suis un homme qui sait lire entre les lignes de ce que les gens disent et ne disent pas et de ce qu’ils font et ne font pas.

Et il y a des indices ici qui expliquent pourquoi cette guerre a progressé comme elle l’a fait.

En outre, ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas de jeter de l’ombre sur ce que la Russie a ou n’a pas accompli en Ukraine. Mais cela peut certainement expliquer pourquoi, après les premières offensives, elle a renoncé à l’utilisation massive de chars pour se concentrer sur l’artillerie et l’infanterie, nettoyant le Donbass méthodiquement tout en trouvant des solutions de rechange à ses problèmes d’approvisionnement.

C’est comme pour tout le reste maintenant, l’information est de faible qualité, si ce n’est presque sans valeur. Donc, nous spéculons tous sur ce qui se passe.

Pour la Russie, les blocages technologiques sont censés être particulièrement accablants, car le pays est terriblement en retard dans des domaines tels que les semi-conducteurs, l’usinage avancé et la métallurgie. Si ce n’était pas le cas, il y aurait des T-14 dans les tuyaux.

Il n’y a aucun moyen de présenter de manière positive le fait que le dernier plan du gouvernement russe prévoit que le pays atteigne la technologie de puce 28 nm, technologie de 2011, d’ici 2030.

Le 90 nm devrait être développé d’ici la fin de l’année en Russie.

90 nm.

Maintenant, avez-vous besoin de quelque chose de plus petit que 90 nm pour construire un char moderne ? Probablement pas. Mais avec la coupure totale de la Russie des technologies de base d’origine étrangère comme celle-ci, il n’est pas difficile de voir que cela affecte leur capacité à remplacer les blindages perdus depuis les premiers jours de la guerre.

Si vous allez sur le web, vous trouverez toutes sortes de propagandes occidentales et ukrainiennes sur l’efficacité de ces sanctions. Je parierais sur le fait que la Russie a prévu cela d’une certaine manière et qu’elle a trouvé des solutions de contournement au cours des cinq derniers mois.

Un rapport de mai sur une livraison de chars T-90M par Uralvagonzavod est la dernière chose que j’ai pu trouver. L’objectif principal de la série de sanctions imposées par l’Occident en 2014, après la réunification de la Russie avec la Crimée, était de freiner le développement de technologies telles que la lithographie des puces, l’optique, l’usinage CNC avancé, etc. Il n’a jamais été question de changement de régime jusqu’à ce printemps, après avoir poussé Poutine à une invasion générale de l’Ukraine.

Ainsi, lorsque vous entendez les experts américains et britanniques en politique étrangère parler de saigner à blanc la Russie en Ukraine, ils pensent que c’est le point culminant d’une stratégie de près de dix ans visant à déclencher une guerre que la Russie ne serait pas en mesure de terminer.

Le fait que SMIC (Semiconductor Manufacturing International Corp.) ait annoncé la semaine dernière qu’elle allait expédier des puces pour le minage du bitcoin basées sur la lithographie en 7 nm devrait vous dire ce que vous devez savoir sur la durée pendant laquelle vous pouvez empêcher des produits demandés d’arriver sur le marché en adoptant un comportement obstructionniste.

Les progrès surprenants de SMIC soulèvent des questions sur l’efficacité des contrôles à l’exportation et sur la capacité de Washington à contrecarrer l’ambition de la Chine de développer une industrie des puces de classe mondiale sur son territoire et de réduire sa dépendance vis-à-vis des technologies étrangères. Cette situation survient également à un moment où les législateurs américains ont exhorté Washington à combler les lacunes de ses contrôles axés sur la Chine et à s’assurer que Pékin ne fournit pas de technologies cruciales à la Russie.

À l’heure où j’écris ces lignes, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, effectue une tournée en Asie du Sud-Est. Dans le cadre de ce voyage, elle s’est arrêtée à Taïwan, ce qui constitue la plus grande provocation jamais vue à l’égard de la politique d’une seule Chine, dont les États-Unis sont signataires.

La réponse de la Chine a été tout simplement apocalyptique dans sa rhétorique. Pelosi a ensuite fait marche arrière une fois dans la région et ne se rendra pas à Taïwan après que la Chine s’était mobilisée de manière vraiment effrayante.

Pensons-nous que ces choses ne sont pas liées d’une certaine manière ?

Alors que TSMC est sur le point de passer à la lithographie en 2 nm, le 7 nm est-il si important ? Oui, si l’on considère les choses du point de vue des sanctions. Le fait que Pelosi se rende à Taïwan la semaine même où l’administration Biden vante les mérites de sa nouvelle loi CHIPS, qui prévoit d’investir des milliards de dollars dans de nouvelles usines basées aux États-Unis, est clairement une tentative de pousser la Chine à réagir de manière excessive afin de donner aux États-Unis l’excuse dont ils ont besoin pour imposer à la Chine des sanctions en matière de contrôle des exportations.

N’oubliez pas que lorsqu’il s’agit de combattre la Russie et la Chine, Davos et les néoconservateurs américains et britanniques ont un objectif commun. C’est lorsqu’il s’agit de savoir qui contrôlera le monde unipolaire restauré et d’en définir l’aspect que leurs chemins divergent.

Nous menaçons l’industrie des puces de la Chine depuis le début de la guerre. Nous avons fait la même chose aux Russes avant l’invasion. Mais c’est la mise sur liste noire de Huawei par Trump qui a incité SMIC à accélérer le travail de développement qui nous mène à la situation actuelle.

Donc, ne pensez pas que ces sanctions ne sont pas en tête de liste si la Chine réagit de manière excessive à toute provocation future. En fait, je parierais beaucoup d’argent que la mise en place de ces sanctions n’est pas le but de cette ridicule affaire Pelosi.

Son recul indique en fin de compte que quelqu’un au Capitole a reçu le message que la Chine est sérieuse.

C’est pourquoi les sanctions ne sont pas un chemin vers la victoire. Elles ne sont rien de plus qu’un exercice pour gagner du temps. Une fois bien considérées, elles constituent un ultime coup de bluff, tout comme la menace de Pelosi de se rendre à Taïwan.

Vous ne pouvez pas arrêter le flux d’informations sans vous heurter au moment où l’action doit se substituer aux discours : « Je peux aussi construire ou fabriquer ceci, qu’allez-vous faire pour arrêter ça ? » .

SMIC est probablement en train de faire de la rétro-ingénierie sur les conceptions de TSMC, voire de les voler carrément. Allons-nous déclencher une guerre sur deux fronts, avec des puissances nucléaires de part et d’autre du monde, à cause de cela ? Si les Chinois sont capables d’obtenir une lithographie de 7 nm en un an à partir d’un transistor Finfet de 14 nm, est-il si difficile de croire qu’ils ne peuvent pas obtenir l’usinage CNC en 3 dimensions nécessaire pour aider la Russie à construire les barils des chars T-14 Armata ou les puces nécessaires à la construction de voitures et d’avions ?

Il est évident que le bluff des sanctions en matière de technologie est en train de se vérifier. Sinon, nous ne serions pas en train de contempler la possibilité d’une guerre entre les superpuissances. La Russie devait augmenter la production du T-14 cette année pour son propre usage et pour l’exportation vers l’Inde.

Ne voyons-nous pas pourquoi alors une bataille pour l’Ukraine devait avoir lieu maintenant plutôt que dans deux ans, si le T-14 était tout ce que la Russie prétend ?

Mais, est-ce vraiment ce qui se passe alors que l’Inde fabrique maintenant des T-90M. Donc, même si la Russie ne peut plus importer directement les pièces pour fabriquer les siens en raison des sanctions, me dites-vous que l’Inde, maintenant, ne détournerait pas ses propres pièces pour les expédier à la Russie ?

Quelqu’un a-t-il remarqué que tout à coup, tout le monde parle du corridor international de transport Nord-Sud (INSTC) ? J’en parle depuis des années. Maintenant, c’est viable. Maintenant, l’Iran fournit des drones à la Russie.

Le but de ce billet n’est pas de faire des affirmations définitives sur ce qui se passe ou ne se passe pas, mais de nous rappeler à tous qu’il y a la guerre dont on parle et la guerre qui se passe réellement.

De mon point de vue, lorsque nous analysons les choses de cette manière, nous devons ensuite examiner l’état de la situation et faire quelques suppositions.

On entend beaucoup parler de la Russie qui se prépare à une offensive majeure cet automne, probablement dans les prochaines semaines. Selon Alexander Mercouris de The Duran, la Russie entraîne et équipe une force portant le nom d’« Odessa » depuis mars.

Si c’est le cas, une offensive russe majeure cet automne, avec des centaines de chars, ne ferait-elle pas voler en éclats toutes les théories sur l’efficacité des sanctions pour limiter la production de matériel militaire russe ?

Et si cela ne se produisait pas, que faudrait-il penser de la situation ?

N’oubliez pas que ce sont les mêmes sources et théories qui ont annoncé que plus de 5 millions de barils de pétrole russe étaient retirés du marché parce que leurs installations de stockage ne pouvaient pas gérer le trop-plein ou qu’une contre-offensive ukrainienne à Kherson était imminente.

En fin de compte, chaque jour que les Russes survivent à la guerre des sanctions nous rapproche du jour où celles-ci invalideront même les stratégies à long terme qu’elles impliquent. Et peut-être, je dis bien peut-être, qu’une nouvelle génération d’« experts » en politique étrangère finira par se débarrasser de l’idée que les sanctions ne sont pas l’équivalent moderne d’une guerre de siège et que tout cet exercice n’est qu’une perte de temps pour tout le monde.

Tom Luongo

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici