Les récents événements ne font que renforcer notre besoin de droits sur les armes et de milices communautaires

1
3

Par Brandon Smith − Le 2 juin 2022 − Source Alt-Market

Je veux avant tout insister sur un point très important, parce que je ne pense pas que la gauche politique et l’accapareur d’armes moyen comprennent la gravité de la situation et qu’ils doivent être éduqués.

Les défenseurs de la liberté ne renonceront JAMAIS à leurs armes. Cela ne se produira pas. Nous avons tracé une ligne dans le sable en ce qui concerne le 2ème amendement et nous ne bougerons pas, pas même d’un pouce. Peu importe la législation ou les ordres exécutifs promus par Joe Biden, et peu importe s’il y a de futurs événements criminels impliquant des armes à feu. Il n’existe aucun scénario dans lequel nous allons abandonner notre capacité à nous défendre et nous en remettre uniquement au gouvernement. Toutes les lamentations indignées et les prêches des gauchistes anti-armes à feu ne servent à rien ; ils n’obtiendront rien.


 

Les droits des armes à feu font partie intégrante d’une société libre parce qu’ils agissent comme un moyen de dissuasion contre les excès et l’autoritarisme potentiels du gouvernement. Les tyrans peuvent infiltrer la politique et s’emparer des gouvernements, et ils peuvent même PENSER qu’ils ont la capacité d’opprimer le public, mais ils ne seront jamais tout à fait sûrs de pouvoir s’en tirer tant que le public aura les moyens de « les atteindre et les toucher » à distance. Ils auront toujours des doutes et c’est vital pour la liberté – Quand les tyrans ont des doutes, la liberté prévaut.

J’ai abordé la question de l’interdiction des armes à feu dans le dernier numéro de ma lettre d’information, The Wild Bunch Dispatch, mais je voulais examiner ici les implications plus larges du désarmement, notamment les conséquences si nous nous y conformons et ce que l’establishment devrait craindre si la plupart d’entre nous ne le font pas.

FORMATION : Mon plan de sécurité financière pour les 50 années à venir ! 🤑

Je te montre comment j'investis mon argent et comment je diversifie mon portefeuille pour profiter des meilleurs intérêts tout en me protégeant du pire scénario.

Pour plus de FORMATION CLIQUE ICI


Je dis depuis de nombreuses années maintenant que je suis certain que les intérêts anti-armes vont essayer de désarmer le peuple américain avant 2030, simplement parce qu’ils le doivent. Ils ne peuvent pas réaliser la mise en œuvre de la « Grande Réinitialisation » ou du « Nouvel Ordre Mondial » (leur terminologie de leur propre bouche) sans d’abord nous priver de notre capacité à nous défendre. Ils savent que s’ils ne désarment pas les Américains, ils finiront par échouer. C’est vraiment aussi simple que cela à comprendre : si nous gardons nos armes, nous gagnerons. Si nous laissons nos armes être prises, nous perdrons.

Une chose doit être clairement établie dans ce débat : les crimes commis avec des armes à feu n’ont rien à voir avec les droits des armes à feu. Ils n’ont pas d’importance en termes de constitution, et ne devraient pas en avoir. Nos droits l’emportent sur le potentiel d’abus par de mauvaises personnes, et ils l’emportent sur les caprices du gouvernement.

La gauche politique semble penser que le crime par arme à feu est tout ce qui compte. Ils sont obsédés par chaque tragédie, non pas parce qu’ils se soucient réellement des victimes ou des familles concernées, mais parce qu’ils supposent que chaque crime par arme à feu est une sorte de monnaie qu’ils peuvent utiliser pour payer l’achat éventuel du 2e amendement. Ils pensent qu’ils peuvent acheter l’option d’effacer nos droits sur les armes à feu en utilisant les vies des victimes de fusillades comme monnaie d’échange.

Je suis désolé de devoir les informer, mais ce n’est pas comme ça que ça marche. Ce n’est pas comme ça que ça fonctionnera JAMAIS. Et s’ils pensent pouvoir forcer les choses, nous sommes des millions dans le mouvement pour la liberté à leur donner une douloureuse leçon d’humilité. Un jour viendra où ils souhaiteront avoir été plus raisonnables et ne pas s’être tournés vers l’autoritarisme.

En attendant, ils essaieront tous les stratagèmes possibles pour tromper le public et lui faire croire que des mesures progressives ou des décrets sont nécessaires pour sauver des vies. Ils ne sauveront pas de vies, ils ne feront que conduire au désarmement de la population, ce qui facilitera notre soumission et l’élimination de toute résistance. La clé pour comprendre les lois sur le contrôle des armes est d’accepter la réalité que les accapareurs d’armes n’ont AUCUNE INTENTION de se contenter d’un contrôle des armes « de bon sens » ; ils ne se satisferont que de la confiscation des armes. C’est pourquoi on ne peut leur faire de quartier. Aucun compromis. Aucune diplomatie. Rien du tout.

Il est important de préciser où en sont les défenseurs des droits des armes à feu, car les gauchistes ne comprennent pas. Ils sont parfaitement disposés à renoncer à leurs libertés en échange d’une fausse sécurité. Laissez-moi vous expliquer :

L’histoire nous montre que le désarmement d’une population ou d’un sous-ensemble de population est finalement suivi de l’oppression et souvent du génocide de cette même population. Statistiquement, le désarmement a conduit à certains des pires meurtres de masse de l’histoire de l’humanité. Nous risquons de perdre beaucoup plus de vies en renonçant à nos armes qu’en les gardant.

Par extension, un argument commun aux accapareurs d’armes est que les autres nations occidentales ont des restrictions étendues sur les armes et qu’elles ne connaissent pas la tyrannie. Je ne suis pas d’accord. Comme nous l’avons vu récemment avec les obligations Covid et les tentatives de passeports vaccinaux, de nombreux gouvernements, de l’UE à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande, ont fait tomber le masque (jeu de mots) et ont montré leurs vraies couleurs totalitaires au point de créer des camps Covid où les gens sont enfermés sans procédure régulière.

Je dirais que sans l’opposition croissante des conservateurs aux États-Unis et dans certaines régions du Canada, le programme Covid serait encore actif aujourd’hui et la plupart de nos libertés seraient effacées. L’opposition aux États-Unis est la raison pour laquelle la tyrannie médicale a été mise au rebut dans la plupart des pays du monde. Car si nous pouvons être libres malgré l’existence du virus de la Covid-19, alors tout le monde le peut aussi.

Et comment les conservateurs ont-ils pu vaincre les confinements ? En fin de compte, c’est parce que nous avons des armes.

Mais qu’en est-il de la mort des enfants à Uvalde et ailleurs ? N’ont-ils pas d’importance ? Bien sûr que si, et tous les pro-armes sont d’accord. Ce sur quoi nous ne sommes pas d’accord, c’est l’idée que le gouvernement devrait avoir le monopole de la sécurité et de la force. Lorsque le gouvernement a le monopole de la force, des millions de personnes meurent au lieu de dizaines.

En réalité, les événements d’Uvalde prouvent une fois de plus que les défenseurs du 2e amendement ont raison. Les rapports sur les lieux de la fusillade indiquent maintenant que la police n’a pas réussi à empêcher le tireur (Salvador Ramos) d’entrer dans l’école primaire Robb et qu’elle a reçu l’ordre de rester à l’extérieur sans rien faire alors que le tireur se déplaçait librement pendant plus d’une heure. Ramos a finalement été arrêté par un seul agent de la patrouille frontalière qui est entré de son propre chef.

Pour ajouter l’insulte à la blessure, la police a utilisé la force pour empêcher les parents et les membres de la communauté d’entrer et de faire le travail qu’ils ont refusé de faire. Je tiens à souligner que le fait que la police ait reçu « l’ordre » de rester dehors et d’empêcher les gens d’entrer n’est pas une excuse – Certains ordres doivent être ignorés et si vous ne les ignorez pas, vous êtes en partie responsable des conséquences.

Je suggère que deux solutions simples auraient pu sauver des vies à Uvalde sans effacer nos droits constitutionnels.

Tout d’abord, si les écoles publiques avaient supprimé leur statut de « zone sans armes » et autorisé les enseignants à porter une arme dissimulée, Ramos serait probablement mort avant de blesser un seul enfant. Ou, il aurait au moins fait face à une opposition et aurait été acculé.

Deuxièmement, si les milices communautaires existaient encore aux États-Unis comme l’exige la Constitution, les parents auraient pu organiser une réponse beaucoup plus rapide et marcher sur les policiers qui refusaient d’entrer et de faire ce qui devait être fait. Les parents ont le droit de risquer leur vie pour leurs enfants, et toute personne qui dit le contraire doit être ignorée ou piétinée.

La réponse à la criminalité de toutes sortes (et pas seulement aux crimes impliquant des armes à feu) est une plus grande implication de la communauté et une présence armée visible. Nous avons besoin de plus de personnes armées et de plus de responsabilité individuelle pour la sécurité de ceux qui ne peuvent pas se défendre.

Une interdiction des armes ne nous protégera pas de la criminalité, elle ne fait qu’encourager la tyrannie. Cela n’a pas non plus d’importance car Biden ou la gauche politique ne peuvent rien faire pour prendre nos armes de toute façon. D’autres solutions doivent être essayées, et il y a une raison pour laquelle les accapareurs d’armes refusent de reconnaître toute alternative – Parce qu’ils ne se soucient pas de protéger les innocents, ils se soucient seulement d’éliminer une partie de la constitution qui les a longtemps empêchés d’obtenir plus de pouvoir.

Je l’ai déjà dit et je le répète, de nouveaux empiètements sur le 2e amendement conduiront à la guerre. Les gauchistes pourraient s’en réjouir en pensant qu’ils ont le gouvernement et l’armée de leur côté. Ils ne réalisent peut-être pas que de nombreux militaires sont également des partisans des droits des armes à feu. Ils pourraient également avoir oublié les résultats des guerres asymétriques dans des endroits comme l’Afghanistan, et franchement, de nombreux Américains ont un bien meilleur équipement et un bien meilleur entraînement que les Talibans. Cela ne se terminera pas bien pour les autoritaires anti-armes.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

1 COMMENTAIRE

  1. En France aussi on peut s’armer et ce sans license de tir ou permis avec les armes de catégorie D en vente libre +18 dont les armes à poudre noire font partie, ça les fait chier alors faut pas se priver…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.