Les enfants ne participent pas à la transmission du covid

0
5

L’enfant ne participe pas à la transmission du covid. L’aggravation des brimades sanitaires des enfants sera inefficace et dangereuse. Le masque prolongé est toxique et les injections géniques inefficaces et dangereuses.

 

Pour élargir leur marché et pousser à la vaccination des enfants qui ne peuvent en espérer aucun bénéfice, les marchands de vaccins et leurs complices prétendent que l’enfant est facteur de transmission de la maladie et instrumentalisent l’amour des enfants pour leurs grands-parents. « Vaccinez-vous pour ne pas risquer de contaminer papy et mamie. »

Ils n’ont pas hésité à les effrayer en montrant à la télé une fiction montrant une grand-mère dans un lit de réanimation « parce que son petit-fils lui a rendu visite une semaine auparavant sans être vacciné ».

Pour accréditer cette fable certains propagandistes des pseudo-vaccins (comme K. Lacombe ou Jean Castex), ont même accusé publiquement leurs enfants d’être à l’origine de leur maladie pour ne pas reconnaître que la vraie responsable est l’inefficacité des deux injections qu’ils ont reçues.

Propagande doublement mensongère car l’enfant ne constitue pas un vecteur de contamination significatif et qu’en plus les pseudo-vaccins anti-covid sont incapables de protéger des contaminations.

L’enfant atteint est habituellement contaminé par ses parents.

Les enfants sont moins sensibles à la contamination par le SARS-CoV-2 mais peuvent être atteints. Lors de la première vague, les enfants et adolescents de moins de 19 ans représentaient seulement 1 % des cas anglais et 2 % et des cas de covid recensés dans le monde. Les moins de 15 ans représentent 1 à 5 % des cas des grandes séries internationales publiées. [1] [2] [3]

Au début de l’épidémie, les chaînes de contamination étaient beaucoup plus faciles à analyser car l’incidence dans la population était faible, minorant le risque d’un contact infectieux méconnu. Pour cette raison nous avons focalisé nos recherches sur les enquêtes épidémiologiques des premiers mois de l’épidémie, beaucoup plus probante que les tentatives d’analyses tardives lorsque l’incidence de la maladie était élevée.

L’origine familiale de la contamination des enfants est retrouvée dans la quasi-totalité des cas. La transmission se fait essentiellement par voie aérienne dans des locaux petits et peu aérés mais peut aussi utiliser le contact des surfaces contaminées en particulier des chambres et salles de bain partagées par les membres d’une même famille lors de l’isolement d’un malade au domicile familial que ce soit en Corée [4], à Singapour [5] ou en Chine [6] [7] [8].

Madewell ZJ. [9] Dans sa méta-analyse de 54 études regroupant 77 758 patients conclut :

« les environnements intérieurs surpeuplés, tels que les ménages, sont des environnements à haut risque pour la transmission du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2). Étant donné que les personnes suspectées ou confirmées d’infection sont référées pour être isolées à domicile, les ménages continueront d’être un lieu important de transmission du SRAS-CoV-2. »

La contamination quasi exclusive des enfants par des contacts familiaux suggère que l’activité scolaire, diminuant le temps passé à domicile, est ainsi susceptible de diminuer le risque de contamination des enfants.

Les enfants ne contaminent pas les autres

Au 3 décembre 2021 la recherche sur PubMed avec les items « Children Covid transmission » fait apparaître une liste de près de 2 800 articles qui tous démontrent spécifiquement l’extrême rareté de la transmission du Covid par les enfants.

Quelques articles, écrits par des auteurs qui ne traitent pas de malades et très repris par les médias accusent les enfants d’être responsables de la propagation de l’infection sans présenter de faits avérés. Il s’agit le plus souvent de virologues ou de mathématiciens très liés aux fabricants de vaccins ou aux organismes responsables des campagnes de vaccinations qui ne traitent pas de patients et se basent sur des résultats de laboratoires ou des simulations fausses pour suggérer que les enfants pourraient contaminer autrui.

Leurs conclusions, le plus souvent prudemment écrites au conditionnel, sont diffusées par les médias à l’indicatif et présentées comme des preuves pour amplifier la peur. Revenons au monde réel.

Après 20 mois d’épidémie, et plus de 262 millions d’infectés comptabilisés par l’OMS seuls quelques cas (moins de dix) de transmission du virus par un enfant infecté ont été rapportés.

Plus de 20 études épidémiologiques dans une dizaine de pays (dont au moins 4 en France) ont recherché opiniâtrement des contaminations à partir d’enfants de moins de 18 ans : aucune n’a pu mettre en évidence un seul exemple réellement probant.

– L’étude de l’Inserm [10] est très démonstrative. L’enfant des Contamines, premier cas infantile français, infecté par un adulte revenant de Singapour, a été en contact, alors qu’il était malade, avec 172 personnes dont 112 élèves et professeurs dans trois écoles et un ski-club. Il n’a contaminé personne, ni même les deux autres enfants de sa fratrie.

– L’étude de l’institut Pasteur [11] a porté sur 1 340 personnes de la région de Creil, dont 139 infectées. Parmi 510 enfants, ils en ont identifié trois qui étaient infectés au moment où les écoles étaient encore ouvertes. Aucun de ces trois enfants n’a contaminé quiconque, qu’il s’agisse d’autres élèves ou d’adultes.

– L’étude Coville [12], du groupe Activ (Association clinique et thérapeutique infantile du Val-de-Marne) dirigé par le professeur Robert Cohen, vice-président de la Société française de pédiatrie, a porté sur 605 enfants, de la naissance à l’âge de 15 ans, conclut : « sans histoire de covid parental, l’enfant n’a rien. »

Fabienne Cahn-Sellem, membre du bureau de l’Association française de pédiatrie ambulatoire précise :

« Concernant les enfants de moins de dix ans, nous nous appuyons sur les études qui ont déjà eu lieu. Selon l’étude Covid, pour laquelle nous avons fait 500 prélèvements, les enfants ne se contaminent pas entre eux et ne contaminent pas l’adulte. C’est dans l’autre sens : ce sont les adultes qui contaminent les enfants. L’école, les crèches, ont continué pour les enfants de soignants. Or nous n’y avons pas plus d’infections. » « si un enseignant contamine l’enfant, l’enfant n’est pas contaminant. » [13]

L’absence de contamination à partir des enfants a été également constatée aux Pays-Bas [14], en Irlande [15], en Australie [16], en Finlande [17], en Grèce [18], en Corée du Sud [19], à Singapour, en Israël [20].

En Angleterre Ladhani et al. responsables de l’analyse de la première vague de l’épidémie concluent : « nos résultats fournissent des preuves supplémentaires contre le rôle des enfants dans l’infection et la transmission du SRAS-CoV-2. » [21]

Benjamin Lee et William V. Raszka confirment dans la grande revue pédiatrique américaine : transmission du COVID-19 et enfants : « L’enfant n’est pas à blâmer. » [22]

L’aggravation des protocoles sanitaires imposés aux enfants n’a donc aucune chance de limiter la diffusion de l’épidémie, aucune justification. Ces brimades inutiles obèrent la qualité de l’enseignement, leur bien-être et leur santé physique et psychologique.

Par rapport aux adultes, l’incidence et la gravité de la maladie du Covid-19 sont très faibles chez les enfants, et leur rôle dans la propagation de la maladie est infime.

Par conséquent, pour justifier la vaccination des enfants, les pseudo-vaccins Covid-19 devraient avoir une sécurité et une efficacité pleinement démontrées dans la prévention, non seulement des complications mais de la transmission. Ce qui est contraire aux faits scientifiquement établis en décembre 2021.

Si nos dirigeants voulaient vraiment stopper l’épidémie de cas, ils devraient encourager les traitements précoces (qui ont fait leurs preuves comme les antipaludéens en Afrique tropicale) des malades cliniques et les traitements préventifs des personnes en contact prolongé et direct, ou l’ivermectine en Inde, et abandonner la politique du « tout pseudo-vaccin » actuellement inefficace. [23]

 

 

 

Nicole et Gérard Delépine

 

Notes

[1] Lu X et al Chinese Pediatric Novel Coronavirus Study Team. SARS-CoV-2 Infection in Children. N Engl J Med. 2020 Apr 23 ;382(17):1663-1665. doi : 10.1056/NEJM c2005073. Epub 2020 Mar 18. PMID : 32187458 ; PMCID : PMC7121177.

[2] Ladhani SN et al COVID-19 in children : analysis of the first pandemic peak in England. Arch Dis Child. 2020 Dec ;105(12):1180-1185.

[3] Wu Z, McGoogan JM. Caractéristiques et enseignements importants de l’épidémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) en Chine : résumé d’un rapport de 72 314 cas du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies. JAMA 2020. 24 février


[4] Ji Young Park First Pediatric Case of Coronavirus Disease 2019 in Korea J Korean Med Sci. 2020 Mar 23 ;35(11)

[5] Agence gouvernementale de Singapour. COVID-19 : cas à Singapour [Internet]. Singapour, Agence gouvernementale de Singapour. 2020 ; [cité le 12 mars 2020. Disponible sur : https://www.gov.sg/article/covid-19…

[6] Ya-Nan Han et al A Comparative-Descriptive Analysis of Clinical Characteristics in 2019-Coronavirus-infected Children and Adults Pediatrics April 2020

[7] LiangSua the different clinical characteristics of corona virus disease cases between children and their families in China – the character of children with COVID-19 Emerging Microbes & Infections 2020, VOL. 9

[8] Haiyan Qiu Clinical and epidemiological features of 36 children with coronavirus disease 2019 (COVID-19) in Zhejiang, China : an observational cohort study Lancet Infect Dis. 2020 25 mars ; S1473-3099 (20) 30198-5.

[9] Madewell ZJ et al Household Transmission of SARS-CoV-2 : A Systematic Review and Meta-analysis. JAMA Netw Open. 2020 Dec 1 ;3(12):e2031756. doi : 10.1001/jamanetworkopen.2020.31756. PMID : 33315116 ; PMCID : PMC7737089.

[10] Danis K et al. Cluster of coronavirus disease 2019 (Covid-19) in the French Alps, 2020. Clinical Infectious Diseases. 2020.

[11] Arnaud Fontanet et al SARS-CoV-2 infection in primary schools in northern France : A retrospective cohort study in an area of high transmission medRxiv preprint doi : https://doi.org/10.1101/2020.06.25….

[12] Cohen R et col. Assessment of SARS-CoV-2 infection by Reverse transcription-PCR and serology in the Paris area : a cross-sectional study. BMJ Paediatr Open. 2020 Dec 29 ;4(1):e000887. doi : 10.1136/bmjpo-2020-000887. PMID : 33665371 ; PMCID : PMC7778737.

[13https://www.sudradio.fr/societe/cor…

[14] Les enfants et le COVID-19. 20 juillet 2020. [cité le 13 août 2020]. https://www.rivm.nl/fr/roman-corona…

[15] Heavey L, et al . No evidence of secondary transmission of COVID-19 from children attending school in Ireland, 2020. Euro Surveillance : bulletin Europeen sur les maladies transmissibles = European communicable disease bulletin. 2020 May 25(21)…

[16] Australian National Centre for Immunisation Research and Surveillance (NCIRS). COVID-19 in schools – the experience in NSW [Internet]. Sydney : NCIRS ; 2020. http://ncirs.org.au/sites/default/f… 04/NCIRS%20NSW%20Schools%20COVID_Summary_FINAL%20public_26%20April%202020.pdf

[17] Dub T et al. Transmission of SARS-CoV-2 following exposure in school settings : experience from two Helsinki area exposure incidents. medRxiv. 2020:2020.07.20.20156018

[18] Helena C. et al Transmission dynamics of SARS-CoV-2 within families with children in Greece : a study of 23 clusters

[19] Kim J, et al. Rôle des enfants dans la transmission domestique du COVID-19. Arch Dis Enfant. 2020. 7 août 4

[20] Stein-Zamir C, et al. A large COVID-19 outbreak in a high school 10 days after schools’ reopening, Israel, May 2020. Euro Surveill. 2020 ;25(29):pii=2001352

[21] Ladhani SN, et al. COVID-19 in children : analysis of the first pandemic peak in England. Arch Dis Child. 2020 Dec ;105(12):1180-1185. doi : 10.1136/archdischild-2020-320042. Epub 2020 Aug 12. PMID : 32796006 ; PMCID : PMC7431771

[22] Benjamin Lee et William V. Raszka Transmission du COVID-19 et enfants : l’enfant n’est pas à blâmer. Pediatrics août 2020, 146 (2) e2020004879 ; DOI : https://doi.org/10.1542/peds.2020-004879

[23] M. Castex ne peut pas l’ignorer puisqu’il a été contaminé malgré ses injections et il sait aussi que les injections n’évitent pas les formes graves puisqu’il vient de perdre du Covid-19 un de ses assistants pourtant lui aussi à jour de ses injections.

mondialisation.ca

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.