Lors de l’émission ZENPP du 15 mars dernier, nous avons eu droit à un échange des plus amusants sur l’assimilation, sujet à la mode s’il en est. Il a permis de mettre en lumière comment certains journalistes, par ailleurs honnêtes et respectueux de la contradiction, comme Eric Naulleau, sont capables de séparer leur grands principes de la réalité de leur convictions. On voit comment l’autocensure à laquelle ils se soumettent ne leur permet pas d’appliquer leur soumission à la Doxa médiatico-politique à leur sens commun. Dans le même temps, d’autre y sont corps et âmes assujettis, comme Anne Nivat (dont le dernier livre « Dans quelle France on vit » est passionnant – à lire absolument !).

Dans un premier temps, Eric Naulleau défend l’idée que certain français musulmans sont en situation d’intégration – mieux, d’assimilation. Il donne un exemple, tiré du livre d’Anne Nivat, d’un Imam qui déclare que les lois de la République s’imposent aux musulmans. Eric Zemmour défend l’idée qu’il ne s’agit pas là d’assimilation.

EN : Y a un Imam qui le dit textuellement. Il dit les lois de la République s’imposent aux musulmans
EZ : J’adore cette confusion, tu es en train de te mettre les deux doigts dans le … le … [..] alors pour toi, l’assimilation, c’est respecter les lois de la République ?
EN : Oui

Dont acte. Une définition de l’assimilation réduite au respect des lois du pays qui nous accueille. Ce que, normalement, chaque Français fait quand il est en voyage dans un autre pays. Une assimilation administrative et légaliste, donc.

Puis, la vérité de sa vision de l’assimilation change et s’adapte quand il s’agit de Manuel Valls. Comme chacun sait, Manuel Carlos Valls Galfetti est fils d’immigré catalan, né en France en 1962 et fut ministre de l’intérieur, puis premier ministre de François Hollande.

En ce qui concerne Manuel Valls donc, Eric Naulleau est choqué de ce que ce dernier puisse se réjouir de la victoire du Barsa contre le PSG :

EN : Il n’y a que moi que ça choque, qu’un ancien premier ministre soutienne le Barsa ?
AN : Mais il est catalan.
EZ : Oui, mais il est pas espagnol
AN : Vous êtes choqué ?
EN : Oui, moi je trouve ça, euh … enfin il a le droit de le penser, mais de l’afficher, je trouve ça choquant.
EZ : Est-ce que le PSG est une équipe française ?
AN : OOOh
EN : C’est l’équipe de la capitale française en tout cas, plus que Barcelone

Donc, nous avons là une incohérence. L’assimilation est pourvue de plusieurs définitions: que l’on soit imam, simple français musulman, français d’immigration européenne, ou ex-premier ministre, la définition varie. Ou bien, Eric Naulleau considère qu’il y a plusieurs catégorie de français, à qui on demande plus ou moins d’effort d’assimilation.

Pour Anne Nivat, par contre, tout est permis et l’assimilation est réduite à son stricte minimum (et peut-être pas nécessaire du tout). En cela, Anne Nivat reste cohérente : Manuel Valls est catalan (nous lui laisserons le bénéfice du doute : dans le feu du débat, elle a voulu dire qu’il était français d’origine catalane).

Cette apparente contradiction entre les deux interventions d’Eric Naulleau introduit une notion qui consiste à établir une hiérarchie entre les français – critique qui est plus souvent faite à Eric Zemmour. On n’aurait donc pas les mêmes exigences envers tous les français, étant entendu que l’on serait plus indulgent en ce qui concerne les français musulmans du petit peuple, que pour les français de l’élite. Finalement, l’exigence d’assimilation des français musulmans ne serait pas plus élevée que pour n’importe quel étranger accueilli sur notre sol, comme le voyageur qui est en simple transit à Roissy et qui, bien sûr, pendant 24 heures se doit de respecter les lois de la République.

Eric Naulleau ne manquera pas d’argumenter qu’il s’agit d’un ex-premier ministre et que donc, on doit être plus exigeant envers ceux-là, parce qu’ils doivent être exemplaires. Mais quelle exemplarité peut être pertinente si elle concerne des comportements qui ne sont pas demandés au plus petit des immigrés ? Et où se situe la limite ? Doit-on être moins exigeant avec les musulmans qu’avec les juifs ?  Les polonais ? Quelle est la grille ? Vous pouvez nous mettre ça sur Excel, Monsieur Naulleau, avec un niveau d’exigence de 1 à 10 ?

Voilà un débat qu’on aimerait éviter, et dire finalement que tous les français sont égaux, cela paraît plus sûr, et sans doute faut-il admettre que les exigences sont les mêmes pour tous, non ? Déjà dans les années 80, Coluche brocardait cette hiérarchisation : « Nous sommes tous égaux, mais les arabes sont plus égaux que les autres ».

D’évidence, la problématique de l’assimilation n’a pas fini d’être centrale dans la définition de l’identité nationale, et reste une problématique tout à fait française. L’abandon de ce débat, et pire, de son objet, semble plus que jamais clairement lié au destin du peuple français dans son ensemble. Il est d’ailleurs un des thèmes centraux du livre d’Anne Nivat, dans la bouche des français eux-mêmes, qu’elle a interrogés sans parti pris, et bien sûr un cheval de bataille pour Eric Zemmour.

Mais bon, trêve de plaisanterie, nous ne considérerons pas qu’un français est « assimilé » que s’il supporte un club de foot français … « Quoique ! », dirait Zemmour.


Merci à Anne Nivat pour son livre, et même si Eric Zemmour n’a pas été très gentil avec elle, sachez que, Voltairien dans l’âme, il serait prêt à se battre pour qu’elle puisse continuer à écrire et publier … (Et si on en arrive là, Anne Nivat pourra toujours venir publier chez nous, à Planetes360 !)

Dans quelle France on vit
  • Anne Nivat
  • Fayard
  • Broché: 496 pages
Une France soumise - Les voix du refus
  • Georges Bensoussan, Elisabeth Badinter
  • ALBIN MICHEL
  • Broché: 664 pages
Les secrets de la monnaie

Gérard Foucher - YVES MICHEL - Broché: 312 pages

18,00 EUR

2 commentaires

  • J'avais été aussi surpris que vous par cette contradiction de Naulleau.Étrange qu'un mondialiste progressiste comme lui s'étonne de la joie de Valls pour Barcelone.Comme Hidalgo, qui était fière et soulagée de récupérer sa nationalité Espagnole dès que possible (lu dans match), ces gens sont amoureux de leur racine. Mais nous, les plouks rances racistes et xénophobes, nous devrions renier notre pays colonisateur et criminel.
    • Merci de votre commentaire - Je ne retire pas le droit de chacun à préférer supporter un club de son pays d'origine, contrairement à Eric Naulleau: Toutes les racines sont les bienvenues lorsqu'elles constitue un individu libre, fier et qui a trouvé une place dans notre beau pays, au bénéfice de tous.Mais on ne tire pas l'identité nationale vers le haut à réduire le fait d'être Français à se contenter de respecter les lois de la Républiques. Il faut placer la barre plus haut, c'est le seul moyen d'avoir de nouveau Français fier de l'être devenu.La seule inégalité que j'accepte (et que je réclame) est dans le fait que ne pas naître Français, exige plus d'effort pour le devenir que de l'être par la naissance.