La Suisse, seul pays d’Europe à organiser un référendum sur le pass sanitaire

0
2

Dans une ambiance tendue, les Suisses ont décidé d’approuver la loi ayant permis l’instauration du pass Covid. Le « Oui » a obtenu 62 % des suffrages lors de ce référendum, selon les résultats définitifs.

 

En pleine cinquième vague, une large majorité de Suisses ont approuvé ce 28 novembre la loi visant à instaurer le pass Covid, lors d’un vote marqué par une participation très élevée au terme d’une campagne électorale houleuse.

Alors que la police craignait des manifestations, seuls quelques dizaines d’opposants à la loi Covid se sont rassemblés devant le siège du gouvernement et du parlement à Berne, placé sous haute sécurité et entouré d’une clôture grillagée.


Le « Oui » a obtenu 62 % des suffrages lors de ce référendum, selon les résultats définitifs.

Le certificat Covid est réservé aux personnes vaccinées ou guéries, ou ayant fait un test. Il est exigé pour entrer au restaurant ou dans un bar, mais aussi pour voir une exposition, un film ou un événement sportif en intérieur.

Le taux de participation, d’environ 65 %, est le 4e plus élevé depuis l’introduction du suffrage féminin en 1971, dans un pays où la participation moyenne est de 46 % pour ce genre de consultation.

Lire la suite de l’article sur francais.rt.com

 

La seconde version de la loi Covid-19 fait l’objet d’une votation en Suisse сe 28 novembre. Il s’agit de la deuxième fois que les citoyens helvètes s’expriment sur cette loi, dont la nouvelle mouture introduit le pass sanitaire. Il s’agit du premier pays européen à organiser un référendum pour approuver ce certificat. La campagne a été marquée par de nombreuses manifestations, parfois violentes, ce qui fait craindre à la police de nouveaux rassemblements au fil de la journée.

 

Le référendum du 28 novembre portant sur la loi Covid-19 a notamment été initié par des citoyens opposés au pass sanitaire. Les Amis de la Constitution a été l’un des collectifs les plus actifs durant la campagne, aux côtés de partis politiques comme l’Union démocratique du centre (UDC, conservateur). Cependant, le dernier sondage de l’institut gfs.bern, réalisé entre le 3 et le 11 novembre, donnait 61 % des sondés soutenant la loi, un chiffre relativement stable dans le temps. Les premières tendances confirment cet étiage, le même institut annonçant ce 28 novembre la victoire du oui.

Lors de la première votation sur la loi Covid en juin, le texte avait été approuvé par 60 % des votants. La nouvelle mouture introduisant le pass sanitaire provoquerait en revanche un « apartheid sanitaire », selon les Amis de la Constitution. Du côté de l’UDC, son président Marco Chiesa a estimé que cela diviserait les citoyens suisses « entre les vaccinés et les non-vaccinés ». « Nous devons refuser cette scission », a-t-il ajouté.

Pays peu réputé pour ses manifestations ou ses heurts avec la police, le siège du gouvernement mais aussi du Parlement à Berne ont pourtant été bloqués, conséquence de rassemblements interdits et de nombreux débordements ayant rythmé la campagne. Les heurts demeuraient toutefois moins violents que ceux que connaissent actuellement la Martinique, la Guadeloupe ou même les Pays-Bas.

Berne ne souhaite pas durcir les restrictions sanitaires Le gouvernement fédéral a refusé de durcir les restrictions sanitaires en vigueur, arguant que l’occupation des lits de soins intensifs pour les personnes atteintes du Covid-19 restait faible, à hauteur de 20 %.

« La situation est pour l’instant maîtrisée », a ainsi déclaré Alain Berset, le ministre suisse de la Santé. La Suisse compte par ailleurs une couverture vaccinale de 65 %. De nombreuses figurent politiques militent en outre en faveur de la vaccination contre le Covid-19, à l’instar d’Alain Berset.

Le ministre suisse de la Santé a en revanche fait l’objet de menaces de mort et bénéficie désormais d’une protection policière. Le président de la Confédération helvétique, Guy Parmelin, a également lancé un appel à la vaccination dans des journaux dominicaux.

Il s’agit pour rappel d’un référendum d’initiative populaire, consacré par les articles 138 et 139 de la Constitution fédérale suisse. Ils permettent à 100 000 citoyens d’amorcer une initiative pour une votation populaire, sous réserve que cette initiative soit elle-même approuvée par référendum s’il s’agit d’une révision totale de la Constitution. L’article 140 de la Constitution suisse liste plus précisément les domaines soumis à un référendum obligatoire. Autre spécificité : un contre-projet peut-être proposé le jour du scrutin par l’Assemblée fédérale.

Lire l’article entier sur francais.rt.com

La votation suisse (à partir de 06’09)

 

Notez que la présentatrice de France 24 lie une potentielle 5e vague avec un taux de vaccination qui stagnerait à 65 %… Une manière de dire que les 35 % de non-vaccinés seraient responsables de cette fameuse 5e vague !

Le canton réfractaire !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.