La numérisation de l’humanité montre pourquoi le programme globaliste est mauvais

0
577

Par Brandon Smith − Le 10 janvier 2023 − Source Alt-Market

Ces dernières semaines, j’ai constaté qu’un sophisme narratif intéressant était vendu au grand public en ce qui concerne les desseins des globalistes. Les grands médias et d’autres acteurs suggèrent ouvertement qu’il est normal de s’opposer à certains aspects de groupes tels que le Forum économique global. Ils vous donnent la permission d’être inquiet, mais n’osez pas parler de conspiration.

Cette propagande s’écarte des dénégations abjectes que nous sommes habitués à entendre dans le mouvement de la liberté depuis une dizaine d’années. Nous avons tous été confrontés à la dissonance cognitive habituelle – les affirmations selon lesquelles les groupes globalistes « ne font que s’asseoir et parler de questions économiques ennuyeuses » et que rien de ce qu’ils font n’a d’incidence sur la politique globale ou sur votre vie quotidienne. Dans certains cas, on nous a même dit que ces groupes d’élites « n’existent pas ».

Aujourd’hui, les médias admettent que, oui, les globalistes ont peut-être plus qu’une petite influence sur les gouvernements, les politiques sociales et les résultats économiques. Mais ce que le courant dominant n’aime pas, c’est l’affirmation que les globalistes ont des intentions néfastes ou autoritaires. Ce ne sont que des propos insensés de type « chapeau d’alu », non ?

La raison de ce changement de discours est évidente. Un trop grand nombre de personnes ont été témoins du véritable programme globaliste en action pendant les blocages de la pandémie et elles voient maintenant la conspiration pour ce qu’elle est. Les globalistes, à leur tour, semblent avoir été choqués de découvrir que plusieurs millions de personnes s’opposaient aux obligations et que les refus de se conformer étaient clairement bien plus nombreux qu’ils ne le pensaient. Ils essaient toujours de faire passer leur marque de peur Covid, mais le chat est sorti du sac maintenant.

Ils n’ont pas réussi à obtenir ce qu’ils voulaient à l’Ouest, à savoir une tyrannie médicale perpétuelle de type chinois avec des passeports vaccinaux comme norme. La stratégie des globalistes a donc changé et ils cherchent à s’adapter. Ils admettent un certain niveau d’influence, mais ils font comme s’ils étaient bienveillants ou indifférents.

--- 🤯 Le projet fou de Klaus Schwab et comment s’en protéger 🤑🤑  ----

La réponse à ce mensonge est relativement simple. Je pourrais souligner comment Klaus Schwab du WEF a savouré le frisson de l’apparition initiale de la pandémie et a déclaré que la Covid-19 était l’« opportunité » parfaite pour initier ce que le WEF appelle « Grand Reset ».

Je pourrais également souligner que la vision de Klaus Schwab du Reset, qu’il appelle la « 4e révolution industrielle« , est un véritable monde de cauchemar dans lequel l’intelligence artificielle dirige tout, la société est condensée dans des enclaves numériques appelées « villes intelligentes » et les gens sont opprimés par la taxation du carbone. Je pourrais souligner que le WEF soutient activement le concept d’« économie partagée«  dans lequel vous ne posséderez rien, n’aurez aucune vie privée et serez soi-disant heureux, mais uniquement parce que vous n’aurez pas d’autre choix.

Ce dont je veux vraiment parler, cependant, c’est du processus par lequel les élites espèrent atteindre leur époque dystopique, ainsi que de l’état d’esprit globaliste qui se prête aux horreurs de la technocratie. L’hypothèse naïve commune aux sceptiques de la conspiration est que les globalistes sont des êtres humains ordinaires avec les mêmes pulsions et désirs limités que le reste d’entre nous. Ils ont peut-être un certain pouvoir, mais les événements globaux restent aléatoires et ne sont certainement pas contrôlés.

C’est une erreur. Les globalistes ne sont pas comme nous. Ils ne sont pas humains. Ou, devrais-je dire, ils méprisent l’humanité et cherchent à s’en débarrasser. Et, de ce fait, ils ont des aspirations totalement différentes de celles de la majorité d’entre nous, notamment des aspirations à la domination.

Ce à quoi nous avons affaire ici, ce ne sont pas des gens normaux avec une conscience, une éthique ou de l’empathie. Leur comportement s’apparente davantage à celui de psychopathes et de sociopathes de haut niveau qu’à celui de l’homme de la rue. Nous l’avons vu en pleine démonstration lors de l’enfermement Covid et des tentatives vicieuses d’imposer des passeports vaccinaux ; leurs actions trahissent leur jeu à long terme.

Jetez un coup d’œil aux commentaires de la première ministre de Nouvelle-Zélande et participante au WEF, Jacinda Ardern, il y a un an. Elle admet la tactique délibérée de créer un système de classes à deux niveaux dans son propre pays, basé sur le statut vaccinal. Il n’y a aucun remords ou culpabilité dans son comportement, elle est fière d’avoir pris de telles mesures autoritaires malgré de nombreuses études qui prouvent que les mandats sont inefficaces.

Au-delà de la réponse Covid, cependant, je suggère aux personnes qui nient la conspiration globaliste de plonger plus profondément dans les racines philosophiques d’organisations comme le WEF. Leur idéologie entière peut être résumée en quelques mots – Futurisme et divinité.

Le futurisme est un mouvement idéologique qui croit que toutes les « nouvelles » innovations, sociales ou technologiques, devraient supplanter les systèmes existants au nom du progrès. Ils pensent que toutes les anciennes façons de penser, y compris les notions de principes, d’héritage, de systèmes de croyances religieuses, de codes de conduite, etc. sont des béquilles qui empêchent l’humanité d’atteindre la grandeur.

Mais quelle est cette grandeur que les futuristes recherchent ? Comme mentionné ci-dessus, ils veulent la divinité. Une ère dans laquelle le monde naturel et la volonté humaine sont asservis par les mains de quelques privilégiés. Exemple concret – La présentation suivante de 2018 par le « gourou » du WEF, Yuval Harari, sur l’avenir de l’humanité tel que les globalistes le voient :

Les conclusions d’Harari sont ancrées dans des préjugés élitistes et ignorent de nombreuses réalités psychologiques et sociales, mais nous pouvons les mettre de côté pour un moment et examiner sa prémisse de base selon laquelle l’humanité telle que nous la connaissons n’existera plus au siècle prochain en raison de « l’évolution numérique » et du « piratage humain ».

Le fondement de la vision du WEF repose sur l’idée que les données sont le nouveau Saint Graal, la nouvelle conquête. C’est un sujet sur lequel j’ai beaucoup écrit dans le passé (consultez mon article Intelligence Artificielle : Un regard séculaire sur l’antéchrist numérique) mais il est bon de le voir exprimé avec une telle arrogance par quelqu’un comme Harari car c’est une preuve indéniable – Les globalistes pensent qu’ils vont construire une économie et une société complètement centralisées basées sur les données humaines plutôt que sur la production. En d’autres termes, VOUS devenez le produit. Le citoyen moyen, vos pensées et vos comportements, deviennent le stock dans le commerce.

Les globalistes pensent également que les données ont une grande valeur parce qu’elles peuvent être exploitées pour contrôler les comportements des gens, pour pirater le corps et l’esprit afin de créer des marionnettes humaines ou des super-êtres. Ils rêvent de devenir des petits dieux dotés d’un savoir omnipotent. Yuval proclame même fièrement que la conception intelligente ne sera plus le domaine de Dieu dans le ciel, mais celui du nouvel homme digitalisé.

Alors que Harari oppose du bout des lèvres « démocratie » et « dictature numérique », il affirme ensuite que la centralisation pourrait devenir le système de gouvernance de facto. Il ne dit pas cela parce qu’il craint la dictature, mais parce que cela a toujours été l’intention du WEF. Le globaliste affirme que l’on ne peut faire confiance aux gouvernements pour détenir un monopole sur la source numérique et que quelqu’un doit intervenir pour réguler les données ; mais « qui le ferait ? », demande-t-il.

Il connaît déjà la réponse. L’ONU, édifice globaliste, a toujours dit qu’elle devait être l’organe directeur qui prendrait le contrôle de l’IA et de la réglementation des données par le biais de l’UNESCO. En d’autres termes, Harari joue les timides, il sait que les personnes qui interviendront pour contrôler les données sont des gens comme lui.

À aucun moment dans le discours d’Harari, il ne suggère que l’un de ces développements devrait être entravé ou arrêté. À aucun moment, il ne propose l’idée que la numérisation de l’humanité est une erreur et qu’il existe de meilleures façons de vivre. En fait, il se moque du concept de « retour » aux anciennes méthodes ; seuls l’avenir et la Tabula Rasa (ardoise blanche) sont prometteurs pour les globalistes, tout le reste est un obstacle à leurs projets.

Mais voilà, ce que les globalistes essaient d’accomplir est un fantasme. Les gens ne sont pas des algorithmes, malgré tout ce que Harari voudrait qu’ils soient. Les gens ont des habitudes, certes, mais ils sont aussi imprévisibles et sont enclins à des prises de conscience soudaines et à des épiphanies au moment de la crise.

Les psychopathes ont tendance à être des personnes robotisées, agissant de manière impulsive mais aussi très prévisible. Ils manquent d’imagination, d’intuition et de prévoyance, et il n’est donc pas surprenant que des organisations de psychopathes comme le WEF accordent une valeur aussi obsessionnelle à l’IA, aux algorithmes et à une froide évolution technocratique. Ils ne considèrent pas leur Shangri-La informatique comme l’avenir de l’humanité, mais comme LEUR avenir – l’avenir des non-humains, ou des anti-humains en quelque sorte.

Qui produira tous les biens, services et produits de première nécessité requis dans ce nouveau monde ? Eh bien, nous tous, les péons, bien sûr. Bien sûr, les globalistes nous promettront une économie de production pilotée par des robots, dans laquelle les gens n’auront plus besoin d’effectuer des tâches subalternes, mais ce sera un autre mensonge. Ils auront toujours besoin de personnes pour planter les cultures, entretenir les infrastructures, s’occuper de la fabrication, se battre pour eux, etc.

Au fond, une économie construite sur des données est une économie dépendante de l’illusion.

Les données sont vaporeuses et souvent dénuées de sens, car elles sont soumises aux préjugés de l’interprète. Les algorithmes peuvent également être programmés en fonction des préjugés des ingénieurs. Il n’y a rien d’intrinsèquement objectif dans les données – tout dépend des intentions des personnes qui les analysent.

Par exemple, pour reprendre l’anecdote de Harari concernant un algorithme qui « sait que vous êtes gay » avant vous ; n’importe quel groupe de personnes tordues pourrait simplement écrire le code d’un algorithme qui dit à la majorité des enfants facilement manipulables qu’ils sont gays, même s’ils ne le sont pas. Et, si vous êtes assez crédule pour croire que l’algorithme est infaillible, vous pourriez être amené à croire que de nombreuses faussetés sont vraies et être convaincu de vous comporter contre votre nature. Vous avez permis à un fantôme numérique partial de dicter votre identité, et vous vous êtes rendu « piratable ».

Pendant ce temps, les élitistes s’imaginent dépasser leurs limites mortelles en « piratant » le corps humain, en lisant dans l’esprit des masses et en prédisant l’avenir à partir des tendances des données. Il s’agit d’une obsession qui ignore les salaires imprévisibles de l’âme humaine, cet élément de conscience et d’imagination qui fait défaut aux psychopathes. C’est quelque chose qui ne peut être piraté.

La légitimité du système basé sur les données et le piratage de l’humanité auquel aspire le WEF sont moins importants que ce dont les masses peuvent être convaincues. Si la personne moyenne peut être persuadée d’implanter son téléphone portable dans son crâne dans un avenir proche, alors oui, l’humanité pourrait devenir piratable de manière rudimentaire.

Les algorithmes supplantent alors la conscience, l’empathie et les principes. Et, sans ces choses, toute moralité devient relative par défaut. Le mal devient le bien, et le bien devient le mal.

De même, si l’humanité peut être persuadée de poser son téléphone portable et de vivre une vie moins axée sur la technologie, alors l’empire numérique des globalistes s’effondre assez facilement. Il n’existe aucun système que les élites puissent imposer et qui ferait de leur conscience numérique une réalité sans le consentement du grand public.

Sans un vaste cadre global dans lequel les gens embrassent volontairement les algorithmes plutôt que leur propre expérience et leurs intuitions, la religion globaliste de la centralisation totale meurt. La première étape consiste à accepter que la conspiration existe bel et bien. La deuxième étape est d’accepter que la conspiration est malveillante et destructrice. La troisième étape est de refuser de se conformer, par tous les moyens nécessaires.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

ANNONCE

100% GRATUIT 👇

----------------------------------------------------------

BONUS : Accédez gratuitement au programme non-censuré “Se Débancariser”

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici