La revue de presse en temps réel

La mise en garde de Téhéran à Kiev

🟡 NOS SOLUTIONS 🟡

Planetes360
Planetes360
Planetes360 est un site d'information qui s'est fixé pour objectif de mettre en lumière les informations laissées dans l'ombre par les grands médias. Notre plateforme collaborative ne met en valeur aucune tendance, personnalité, ou parti politique.

02.02.2023

La stratégie iranienne vis-à-vis du dossier ukrainien semble aller dans la voie d’un élargissement de l’interaction avec Moscou et d’une opposition encore plus active face aux actions de l’axe otano-kiévien. Le tout au moment où les régimes hostiles à Téhéran sont fortement mécontents de la montée en puissance de l’Iran et de ses liens qui continuent à se renforcer avec la Russie.

L’Iran envisage de changer de stratégie par rapport à la guerre en Ukraine, et ce, suite aux propos hostiles de Kiev sur l’attaque terroriste d’Ispahan, indique la télévision internationale iranienne Press TV.

Si les déclarations hostiles de Mykhaïlo Podoliak, conseillé du président ukrainien contre l’Iran, ne sont pas corrigées par les autorités officielles de ce pays, elles pourraient entraîner la réaction de la part de la République islamique d’Iran, a déclaré une source bien informée au site d’information Nour News, lié au Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran.

Sous couvert de l’anonymat, la source a déclaré que les allégations hostiles du conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky peuvent entraîner «des réactions différentes» de la part de Téhéran, à moins qu’elles ne soient corrigées par les autorités du pays.

«L’insistance de l’Ukraine à menacer la sécurité nationale de l’Iran peut ouvrir la voie à un changement de position de la République islamique d’Iran concernant la guerre en Ukraine et à l’adoption d’une nouvelle approche proportionnée au comportement du gouvernement de Kiev», a affirmé la source.

Plus tôt, le ministère iranien de la Défense avait annoncé dans un communiqué publié dimanche 29 janvier que l’un de ses complexes d’ateliers à Ispahan avait été attaqué par un certain nombre de micro-véhicules aériens (MAV), mais que les défenses aériennes ont réussi à repousser l’attaque.

Le ministère iranien de la Défense avait également rassuré dans le communiqué que l’attaque n’avait causé aucune perte de vie et n’avait fait que des dommages mineurs au toit d’un atelier. Le complexe, ajoute le communiqué, poursuit ses opérations ordinaires après l’attaque.

En termes de perspectives, il est à noter que l’événement en question rentre parfaitement dans le cadre de l’affrontement actuel entre les partisans et défenseurs de l’ordre multipolaire international, dont la Russie, l’Iran et la Chine, d’un côté – et de l’autre – les nostalgiques de l’ère unipolaire – représentés par l’Otan, l’axe des régimes occidentaux et quelques affiliés.

Il est indéniable que l’Iran continue de représenter un os dans la gorge de régimes hostiles à son encontre, dont bien évidemment ceux de Washington et de Tel-Aviv, et ce pour plusieurs raisons. Au-delà d’être un acteur important aux côtés de Moscou et Pékin – l’Iran aura démontré une impressionnante capacité de résistance face aux sanctions unilatérales étasuniennes à son encontre – des sanctions qui étaient censées selon leurs instigateurs à asphyxier l’économie iranienne. Avec comme résultat – un échec flagrant pour les dits initiateurs. Idem pour les innombrables tentatives à organiser une révolution colorée en terre iranienne.

Rajoutons à cela le savoir-faire de la nation iranienne, y compris dans le domaine de la recherche et des sciences, et bien évidemment une montée sans précédent au cours des dernières années de l’influence de l’Etat perse à l’échelle régionale et même internationale. Et depuis les événements récents, une interaction encore plus importante avec Moscou dans la sphère sécuritaire, économique, logistique et politico-diplomatique – tout cela représente bien évidemment un développement fortement non souhaitable pour les nostalgiques de l’unipolarité. D’où les nouvelles tentatives terroristes à son encontre de la part des forces ennemies.

Le seul souci pour les instigateurs du chaos à l’échelle internationale, c’est qu’en tentant une fois de plus à déstabiliser l’Iran – ils risquent bien gros. Il faut à ce titre rappeler que la République islamique est classée en 2023 – 17ème puissance militaire mondiale (devant Israël). Avec une capacité de combat, et ce de divers types d’unités militaires, qui n’est plus à démontrer. Sans oublier l’option d’ouverture de plusieurs fronts, d’autant plus dans une région où sont stationnés des dizaines de milliers de militaires US, pouvant devenir des cibles très faciles.

Tout cela pour dire que les mises en garde iraniennes visent bel et bien principalement Washington et Tel-Aviv. Quant à Kiev, dont il est question uniquement sur la base d’un régime fantoche, il est fort probable que Téhéran y apportera effectivement aussi la réponse adéquate.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

A LA UNE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Accès illimité à des livres gratuits - Cliquez pour en profiter !

🔥 LES PLUS POPULAIRES

Censure : découvrez la vidéo que les réseaux sociaux et les médias ne veulent pas que vous voyez !

X