La menace d’armes biologiques du Pentagone contre la Russie et la Chine est sérieuse

0
32

par Finian Cunningham.

Nous devons tenir compte de la menace que le Pentagone fait peser sur la Russie du fait de son indéniable programme d’armes biologiques en Ukraine.

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré cette semaine que son pays n’avait « pas d’autre choix » que d’intervenir militairement en Ukraine pour mettre fin à un génocide contre les russophones du Donbass et neutraliser la menace croissante pour la sécurité nationale de la Russie provenant du territoire ukrainien.


Huit ans d’assauts militaires contre la région séparatiste du Donbass par le régime de Kiev soutenu par l’OTAN – causant 14 000 morts – sont la pièce A.

L’idéologie nazie documentée des régiments militaires de Kiev et leur aspiration explicite à tuer le peuple russe est la pièce B.

La formation de l’OTAN et la militarisation du régime malgré son affiliation nazie est la pièce C.

Et quatrièmement, pièce D, nous devons tenir compte de la menace que le Pentagone fait peser sur la Russie du fait de son indéniable programme d’armes biologiques en Ukraine. Cette menace s’étend également à la Chine qui est confrontée à l’expansion des laboratoires du Pentagone près de ses frontières.

Lorsque la Russie a lancé son intervention en Ukraine le 24 février, le régime de Kiev a rapidement ordonné à un réseau de 30 laboratoires financés et gérés par le Pentagone de détruire des échantillons d’agents pathogènes. Le fait que ces laboratoires étaient engagés dans le développement d’armes biologiques a ensuite été reconnu le 8 mars par Victoria Nuland, responsable du département d’État américain, lors d’auditions devant la commission des relations étrangères du Sénat.

L’aveu de Nuland a été corroboré par des documents publiés par les Russes et obtenus lors d’opérations en Ukraine.

Ces documents montrent et nomment des responsables américains qui travaillaient pour le Pentagone et des entreprises privées américaines impliquées dans le développement des laboratoires. Il ressort également des documents que les programmes étaient destinés au développement d’armes biologiques utilisant des agents pathogènes tels que l’anthrax et les coronavirus.

Le chef de l’Agence de réduction des menaces de défense du Pentagone est nommé Joanna Wintrol dont le travail en Ukraine a été coordonné avec l’ambassade des États-Unis à Kiev.

Historiquement, le Pentagone a pris le contrôle de laboratoires en Ukraine et dans d’autres républiques post-soviétiques au nom du démantèlement des installations d’armes biologiques. Mais ce qui s’est passé à la place, c’est que le Pentagone a amélioré et élargi les programmes sur les agents pathogènes. Ceci est cohérent avec l’histoire des États-Unis qui ont coopté les techniques de guerre biologique et le personnel d’anciens ennemis. Après la Seconde Guerre mondiale, les Américains ont redéployé des programmes d’armes biologiques japonais et nazis dans son installation nouvellement établie de Fort Detrick dans le Maryland.

La mine de documents découverts par les Russes en Ukraine montre également que les programmes du Pentagone cherchaient des moyens de militariser les agents pathogènes par livraison aérienne à partir de drones. On évaluait également comment des maladies mortelles pouvaient se propager en utilisant la migration des oiseaux de l’Ukraine vers la Russie.

La Russie affirme que le travail du Pentagone en Ukraine coïncide avec des épidémies de maladies mortelles dans le Donbass remontant à plusieurs années. Par exemple, en 2018, il y a eu une épidémie mortelle de tuberculose dans la région russophone qui était résistante à plusieurs traitements médicamenteux standard.

Jusqu’à présent, toutes les tentatives de la Russie et de la Chine pour que le sujet des armes biologiques en Ukraine soit débattu au Conseil de sécurité de l’ONU ont été repoussées par les États-Unis. Les États-Unis affirment que les préoccupations russes et chinoises sont de la « désinformation ». Lors d’une audience convoquée par la Russie et la Chine le 6 avril, les États-Unis et la Grande-Bretagne n’ont même pas assisté à la réunion du Conseil de sécurité.

Mais il n’y a pas que Moscou et Pékin qui ont exprimé leurs inquiétudes.

Le professeur Francis Boyle est un auteur de renommée mondiale et un expert juridique de la guerre biologique. Il dit qu’il ne fait aucun doute que les États-Unis ont été impliqués dans la conduite d’un programme de guerre biologique en Ukraine, même si une telle activité place les États-Unis en violation directe de la Convention sur la guerre biologique.

Boyle souligne que l’implication du personnel de Fort Detrick dans les laboratoires en Ukraine et la coordination étroite par le Pentagone démontrent que la recherche visait à créer des armes de destruction massive.

« Le Pentagone a financé ces laboratoires de guerre biologique en Ukraine, et Fort Detrick est une annexe du Pentagone. Je soupçonne que la main droite du Pentagone savait ce que faisait la main gauche du Pentagone », a déclaré Boyle, auteur de Biowarfare and Terrorism (2005).

L’année dernière, en juin 2021, Fort Detrick avait plusieurs professionnels militaires affectés en Ukraine pour s’entraîner avec les troupes ukrainiennes dans des « environnements de laboratoire et de terrain » pour « comprendre les capacités et se soutenir mutuellement dans un théâtre », a rapporté le Military Times.

Fort Detrick a une histoire riche et néfaste de développement de la guerre biologique remontant au début de la guerre froide. Depuis des décennies, il travaille clandestinement sur des agents pathogènes « à gain de fonction » tels que l’anthrax. Il est même connu pour avoir mené des expériences sur des populations américaines involontaires pour étudier l’épidémiologie des maladies.

La Chine en particulier s’est plainte que le centre américain de guerre biologique basé à Frederick, dans le Maryland, soit ouvert à des inspecteurs indépendants pour savoir ce que font ses laboratoires. La Chine souligne que Fort Detrick a été temporairement fermé à la suite d’une épidémie massive d’une infection pseudo-grippale inconnue aux États-Unis en 2019. C’était des mois avant que l’épidémie de la maladie Covid-19 dans la ville chinoise de Wuhan ne soit détectée à la fin de 2019. Pour ajouter aux soupçons de la Chine, l’épidémie de Wuhan a suivi les Jeux mondiaux militaires qui se sont tenus dans la ville en octobre 2019. Une équipe des États-Unis y a participé.

Le coronavirus du SRAS qui a provoqué la pandémie mondiale de Covid-19 aurait également été expérimenté dans les laboratoires du Pentagone en Ukraine.

Les États-Unis ont exigé avec arrogance que la Chine soit plus ouverte aux inspecteurs internationaux de son institut de virologie à Wuhan, laissant entendre que l’institut pourrait avoir divulgué le coronavirus. La Chine a déjà autorisé deux équipes scientifiques de l’Organisation mondiale de la Santé à enquêter sur l’épidémie de Wuhan. L’OMS a conclu que l’infection s’est propagée des animaux aux humains dans la nature.

En revanche, cependant, les États-Unis ont bloqué toutes les demandes de la Russie et de la Chine pour une discussion à l’ONU sur ce que ses laboratoires parrainés par le Pentagone faisaient en Ukraine. Les demandes chinoises pour une enquête indépendante sur les expériences biologiques de Fort Detrick ont ​​également été repoussées.

C’est une mesure d’arrogance que Washington se sent en droit d’accuser et d’imposer des exigences à Moscou et à Pékin, mais les preuves de la culpabilité américaine sont bien plus nombreuses.

La Chine souligne qu’au cours des 30 dernières années depuis la fin supposée de la guerre froide, le Pentagone a agrandi plus de 300 laboratoires biologiques dans plus de 30 pays, dont la plupart sont voisins de la Russie et de la Chine.

Le bilan sinistre de Fort Detrick en matière d’exploitation d’armes biologiques de destruction massive et sa présence croissante en Ukraine pour des objectifs offensifs spécifiques plaident en faveur d’une intervention militaire de la Russie. La Chine a également raison d’adopter une position critique et d’exiger des réponses et des comptes de la part des Américains.

source : Strategic Culture Foundation

via Bruno Bertez

Source : reseauinternational

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.