La Médecine Veut Vous Tuer

0
2

par James Howard Kunstler.

Les historiens du futur, savourant du goulasch d’opossum autour de leurs feux de camp, s’étonneront que la médecine moderne ait dilapidé son autorité, sa crédibilité et son honneur sacré lors de la Panique Covid des années 2020, lorsque les responsables de la santé publique et les médecins cliniciens se sont concertés pour imposer des vaccinations de masse tout en supprimant les informations sur les dommages et les blessures causés par les vaccins – sacrifiant potentiellement des millions de citoyens comme autant de mouches à fruits expérimentales.

La figure de proue de cette débâcle épique était le Dr Eric J. Rubin, rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, qui, en tant que membre du comité consultatif des CDC sur les vaccins, a déclaré : « Nous ne saurons jamais à quel point le vaccin est sûr tant que nous ne commencerons pas à l’administrer ». C’est-à-dire à le donner aux enfants, ce que le gouvernement a autorisé la semaine dernière, alors même que le même CDC a publié un avis de sécurité mettant en garde contre la myocardite (inflammation du cœur) induite par le vaccin, en particulier chez les garçons et les jeunes hommes.


Nota bene : la myocardite n’est pas une maladie dont on se remet nécessairement, car le muscle cardiaque affecté ne peut pas se remplacer ; l’inflammation entraîne plutôt une cicatrisation du muscle cardiaque et une réduction de la durée de vie.

Pendant ce temps, de jeunes athlètes vaccinés meurent d’insuffisance cardiaque en nombre choquant sur les stades des lycées, les terrains de football, les terrains de cricket, les pistes cyclables et les pistes de course à pied du monde entier, et les civils ordinaires développent un éventail déconcertant de troubles cardiovasculaires, neurologiques et thrombotiques post-vaccinaux, dont seule une petite partie finit par être enregistrée dans le système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS) du CDC. Ces chiffres s’élèvent maintenant à au moins environ 10 000 décès et 20 000 handicaps permanents. Le site web du VAERS est si peu pratique et inadéquat que les médecins sont dissuadés de l’utiliser – à tel point qu’on estime que seuls 10% des événements indésirables sont effectivement signalés. Les médecins sont également menacés de sanctions disciplinaires pour avoir rendu publics les problèmes liés aux vaccins.

FORMATION : Mon plan de sécurité financière pour les 50 années à venir ! 🤑

Je te montre comment j'investis mon argent et comment je diversifie mon portefeuille pour profiter des meilleurs intérêts tout en me protégeant du pire scénario.

Pour plus de FORMATION CLIQUE ICI


En fait, les nouvelles ne peuvent pas être complètement supprimées. Il est désormais évident – en raison de la pression frénétique en faveur des injections de « rappel » – que les différents vaccins cessent de prévenir l’infection par le Covid-19 après plusieurs mois. Ce qui n’est que partiellement compris, c’est l’action des protéines de pointe qui restent dans le corps après le vaccin, mais cette preuve n’est pas absolue, car ces protéines ont une affinité particulière pour se fixer aux revêtements endothéliaux des vaisseaux sanguins en général, et dans les capillaires des principaux organes en particulier – notamment les ovaires et les testicules, ce qui soulève le spectre d’une infertilité généralisée à venir.

En outre, les vaccins sont soupçonnés de détruire le système immunitaire, rendant les personnes vaccinées vulnérables aux infections opportunistes, désactivant le mécanisme génétique qui permet à l’organisme de vaincre systématiquement les cellules cancéreuses et retournant le système immunitaire des personnes contre elles dans le cadre de troubles auto-immunes.

Comment les médecins et les responsables de la santé publique se comportent-ils face à tout cela ? Ils poussent de plus en plus fort à la vaccination forcée de tous les individus de tous âges, quoi qu’il arrive, et vilipendent tous ceux qui militent pour le respect du consentement éclairé à la vaccination. Le résultat net est que les médecins semblent avoir violé en masse leur serment éthique d’Hippocrate qui leur demande de ne pas nuire.

Tout ce qui concerne le virus et ses contre-mesures – depuis ses origines obscures dans le financement officiel de la recherche sur les armes biologiques par le Dr Anthony Fauci, jusqu’à la traînée de brevets de propriétaires et d’intérêts conflictuels dans les développements ultérieurs du vaccin, en passant par la suppression féroce des informations et du débat – suggère des motifs néfastes, ou bien une panique psychotique de masse parmi les personnes hautement qualifiées sur lesquelles la société doit compter en cas de crise.

Il est également de plus en plus difficile de dire à quel point cette crise est réellement ou a été réellement une crise. Il n’y a aucun moyen fiable de savoir combien de personnes sont réellement mortes des suites directes de la Covid-19, ou ont simplement été testées positives au virus (avec un test PCR bancal) alors qu’elles luttaient contre une ou plusieurs maladies graves (comorbidités), surtout lorsque des subventions substantielles du gouvernement fédéral étaient en jeu, liées aux cas de Covid. Il n’est pas non plus possible de déterminer à l’heure actuelle combien de décès attribués à la Covid-19 sont en fait le résultat de réactions aux vaccins. Le plus troublant, c’est qu’il semble que le taux de décès dus à des troubles cardiaques, à des thromboses et à des lésions neurologiques dans la population générale soit nettement supérieur à la normale, comme le rapportent officiellement le Royaume-Uni, l’Irlande et d’autres pays.

Il convient de répéter que, quelle que soit la nature de la Covid-19 ou son origine, il s’agit d’une maladie qui n’est pas beaucoup plus mortelle pour la population générale que la grippe à une mauvaise saison ; que, dans le cours naturel des choses, elle n’aurait probablement tué que les personnes très âgées et déjà malades, et que le reste de la population s’en serait sorti et aurait acquis une solide immunité naturelle supérieure à tout ce que les vaccins pourraient conférer (même en théorie).

Mon propre médecin a essayé de me persuader de me faire vacciner lors d’un examen médical de routine en octobre. Je lui ai demandé s’il était au courant des milliers de décès et d’effets indésirables invalidants signalés dans le système VAERS du CDC. Il a répondu que ces chiffres étaient faux et a poursuivi en disant qu’il avait « une confiance à cent pour cent dans les vaccins ». Il a toujours semblé être une personne intelligente et compétente. Il y a un an environ, il a été engagé comme administrateur exécutif dans l’organisation de soins de santé où il exerce, et il ne voit plus ses patients que deux jours par semaine. Peut-être que cela ne lui laisse pas le temps de suivre l’actualité. Ou peut-être n’a-t-il aucune envie de suivre les informations, sauf celles qui proviennent de sources telles que les chaînes de télévision câblées, qui sont presque entièrement sponsorisées par l’industrie pharmaceutique.

L’essentiel pour moi est qu’il a compromis ma foi en son jugement. Je me demande combien d’autres personnes pensent la même chose de leur médecin. La profession médicale était déjà en difficulté avant que la Covid-19 n’entre en scène. Elle était entrée dans une relation symbiotique démoniaque avec l’industrie de l’assurance qui équivalait à un racket généralisé. (Il suffit d’imaginer les factures d’hôpital de toutes ces personnes ayant subi des réactions indésirables aux vaccins et pour lesquelles les médecins se sont montrés perplexes et ont effectué d’innombrables tests infructueux).

La bonne nouvelle pour l’instant est qu’un tribunal fédéral a suspendu les obligations de vaccination de « Joe Biden ». Le gouvernement devrait contester cette décision aujourd’hui (lundi 8 novembre). En attendant, la rumeur d’une grève générale contre la tyrannie vaccinale, prévue d’aujourd’hui à jeudi, est dans l’air et nous devrons rester en attente pour voir si quelque chose se passe. Nous devrions également nous tenir prêts dans les semaines à venir pour voir combien de personnes supplémentaires commencent à présenter des symptômes de troubles corporels graves dus aux multiples injections qu’on leur a fait subir.

source : https://kunstler.com
traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone
via https://lesakerfrancophone.fr

Source : reseauinternational

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.