La « Grande Narration » et le Nouvel Ordre Mondial

0
6

par Marc Gabriel Draghi.

En Occident, ça y est, nous y sommes, nous constatons depuis plusieurs mois les effets concrets de la Grande Réinitialisation.

2021, l’année du vaccin et du pass sanitaire, laisse progressivement sa place à l’année 2022 et son inflation galopante, sur fond de guerre OTANesque en Europe.


Cependant, pour les non-vaccinés et autres résistants/opposants au Nouvel ordre mondial, l’heure n’est pas à la réjouissance. Au contraire, il semble bien que les différentes hystéries et programmes d’ingénierie sociale de l’establishment se superposent dans les semaines à venir. La plandémie est toujours dans les tiroirs de nos maîtres.

Suicide ou meurtre de l’occident ?

Mais il est vrai qu’avec la « guerre » un autre sujet a pris le relais médiatique depuis quelques semaines. Les dirigeants occidentaux semblent avoir clairement fait le choix de la liquidation de l’Europe et des Européens, dans le cadre de la « guerre » contre la Russie. Ce conflit en Ukraine, prélude d’une éventuelle 3ème guerre mondiale, était programmé depuis de longues années par l’hyperclasse. Jacques Attali, toujours lui, en tant qu’initié, nous avait déjà prévenu au cours de l’année 2014.

Vous vous en doutez donc, le contrôle des masses, via les injections et la misère, n’est pas en train de disparaître, il va réapparaître de plus belle, en particulier en France, après l’élection présidentielle.

À en croire certains éditorialistes et experts aux sentiments d’apparence souverainiste, l’Occident se serait tiré « une balle dans la tête » avec les sanctions Russes.

À l’heure où la Russie vient d’annoncer qu’elle n’accepterait plus de dollars ni d’euros en échange de son gaz, nous assistons en effet, en direct, au démantèlement du système financier organisé autour du roi dollar et de ce fait à la fin de l’hégémonie occidentale que nous connaissions depuis 1945. Le déclassement des monnaies de réserve occidentales (dollar-euro) dans les échanges mondiaux est en conséquence acté. Une réinitialisation monétaire internationale devrait effectivement intervenir très prochainement.

Couplés à ce changement de paradigme (déclassement de la puissance financière occidentale), les choix occidentaux stratégiques vers une transition verte forcenée, hystérique et non maîtrisée, nous ne pouvons plus nous poser de questions concernant les intentions de l’hyperclasse.

Il faut sacrifier l’Europe et en profiter encore et encore pour faire des profits. L’opération Guerre en Ukraine n’empêchera pas BlackRock par exemple de rafler la mise encore une fois sur les marchés des matières premières. L’accord Polymetal est d’ailleurs très instructif sur les manipulations en cours, si on met de côté la communication du plus grand gestionnaire d’actif.

En Europe, un effondrement énergétique et alimentaire à court terme va donc se produire et il aura été provoqué par ceux qui nous dirigent.

L’abandon du nucléaire (malgré les beaux discours de campagnes) confirme également l’hypothèse d’une mise à mort programmée de l’Occident et en particulier de l’Europe.

Mais comme pour le célèbre « suicide français » titre d’un des ouvrages à succès du désormais candidat à l’élection présidentielle française Eric Zemmour, nous ne sommes en réalité pas face à une tentative de suicide, mais bien au contraire, il s’agit d’une tentative de meurtre, voire un assassinat.

Alors certes, l’Europe, est une dame âgée complètement perdue et déboussolée, qui de temps en temps se laisse aller à penser au suicide, mais ne nous trompons pas, il y a bien des intervenants extérieurs, des commanditaires pour ce crime planifié.

À travers l’Europe, cœur historique et spirituel de l’Occident, une minorité nomade et cosmopolite souhaite depuis des siècles fêter son ultime triomphe sur le cadavre fumant de « Rome ».

Et à travers la fin de la puissance occidentale, cette petite caste veut la mort des nations dans un sens historique… Et n’en déplaise aux optimistes, la Chine, l’Inde, la Russie, le Brésil, etc. les BRICS en général ne pourront prendre la place vacante laissée par la grande Amérique.

Seule une petite entité profitera du marasme gigantesque à venir.

Par leurs structures fragiles, et avec l’effondrement du colosse US et de la mise à mort de l’Europe, c’est le monde dans son ensemble qui va se trouver transformé.

En vérité, la petite caste oligarchique dont on ne pourra bientôt plus évoquer les noms, et même poser certaines questions, est en train de dérouler tranquillement son agenda. Tout se passe comme prévu.

Poutine, bien qu’il semble honnête et au service de son peuple, ne nous sauvera pas, nous européens. Au mieux, le maître du Kremlin parviendra à préserver une partie du monde russe, des tourments qui s’apprêtent à secouer la planète dans les années à venir.

Même si les Russes et les Chinois ont pris des précautions (achats d’or), le cataclysme qui vient sera mondial et bouleversera toutes les nations.

L’effondrement des marchés internationaux et le changement de paradigme auront des conséquences néfastes pour l’ensemble de la planète. Et nous ne parlons même pas des pénuries et potentiels black-out planifiés.

Néanmoins, il est vrai que cette 2ème phase du Great Reset, nous concerne prioritairement, nous européens, Latins et Français en particulier.

Car le narratif de la guerre contre la pandémie, puis contre la Russie, sert en réalité surtout à masquer la volonté de destruction de l’hyperclasse contre les classes moyennes des peuples européens.

D’ailleurs, il est intéressant de noter que les guerres mondiales, 1ère, 2ème (et peut-être maintenant la 3ème ?) à chaque fois dans l’Histoire, ont eu pour mission première de faire couler le sang européen et d’affaiblir les grandes nations historiques du vieux continent, au profit d’une infime minorité d’individus.

Nous sommes donc malheureusement très certainement entrés dans une nouvelle phase de destruction de nos pays. Évidemment l’Europe a bien changé depuis 1914 et 1945, la dégénérescence et le pourrissement se sont encore propagés. Cependant, les ennemis de « Rome » savent que l’Occident n’est jamais si dangereux pour eux que lorsqu’on le croit mort.

Ils sentent que civilisation des « héros » antiques et du Christ peut revenir à tout moment, même dans une période d’obscurité la plus totale.

L’Union soviétique européenne

C’est pour cette raison que depuis les débuts de l’année 2020, An I du Nouvel Ordre mondial, Davos et ses employés ont décidé d’accélérer l’application à marche forcée de leur programme politique de Grande Réinitialisation.

Les masses européennes doivent rester sidérées face aux évènements invraisemblables qui se passent sous les yeux des boomers et post boomers.

Nous sommes tous inconsciemment manipulés et abasourdis par la propagande médiatique, les réseaux sociaux qui veillent à nous pousser vers la passivité et l’inaction virtuelle, pendant que dans le même temps on nous conduit doucement au bord du précipice.

D’ailleurs, à l’heure où l’économie mondiale est sous l’entière perfusion des banques centrales et des grands gestionnaires d’actif comme BlackRock, notre vie économique quotidienne dévorée par l’inflation semble s’apparenter à ce que vivaient, il y a quelques décennies, les citoyens de l’URSS.

Les tyrans mous européens, Van der Leyen, Mario Draghi, Sanchez, Scholz désormais, en plus d’instaurer une dictature sanitaire implacable, commence maintenant à juguler férocement la liberté d’expression et amenuisent les dernières libertés publiques.

Comme dans l’ancienne Union soviétique, des opposants politiques commencent à faire l’objet d’intimidations, de procès politiques et de peines de prison.

Dans le Monde d’Après, tous les dissidents pourraient être fichés et persécutés pour « possibles intentions/incitations au terrorisme ».

Ainsi, les anti-vax, prorusse, complotistes et autres anathèmes habituels pourraient tous finalement se rejoindre au « Goulag du Monde d’Après ».

On l’a compris, comme notre cher « leader de l’Europe » Emmanuel Macron, agent de Davos, les Young Leaders et autres dirigeants corrompus doivent maintenant impérativement promouvoir ou faire valider l’ensemble des étapes du programme politique élaboré à l’échéance de l’année 2030, le Pass sanitaire ou vaccinal, puis le Pass écologique, la monnaie numérique, la censure des médias indépendants, etc.

C’est d’ailleurs l’acharnement, la brutalité et le manque de scrupules de Macron, a contrario bienfaiteur du cabinet McKinsey, qui le placent au plus haut dans les sondages de l’élection présidentielle truquée qui vient.

Tel l’Union soviétique avec ces élections fantoches, nos responsables, incapables et surtout enchaînés à la Banque centrale européenne, ne peuvent trouver de solutions à l’hyperinflation et aux graves problèmes socio-économiques qui se dessinent.

Les pantins de Davos n’hésitent donc plus à utiliser des termes venus d’un autre temps (chèque alimentaire, chèque énergie, prime inflation…) pour maintenir la confiance dans un système à la dérive.

Comme tout système oligarchique qui se disloque, nos « élites » tentent de maintenir fermement le malade pour ne pas qu’une trop grosse convulsion donne l’impression à sa famille que celui-ci souffre le martyre avant de l’amener à la mort.

Mais attention, l’effondrement ne se fera pas cette fois, matériellement au profit des peuples ou des nations (comme après 1945).

Ce pourrissement de nos sociétés occidentales doit nous amener à dépasser le cadre national (qui est aujourd’hui révolu pour nos maîtres).

Comme le dirait en substance Jacques Attali, l’Union européenne a d’ailleurs été conçue pour cela : de crise en crise jusqu’à la mort des nations…

Pour ce qui est de la propagande orwellienne, nous sommes servis depuis quelques semaines. Les grands médias n’hésitent désormais plus à nous expliquer qu’à cause du méchant Vladimir Poutine, dirigeant depuis plus de 20 ans de la Russie, devenu dictateur fou et sanguinaire, nous pouvons sauver le monde libre, en baissant notre chauffage de 2 ou 3°, mais aussi en roulant moins vite en voiture, en limitant nos trajets, ou encore en distribuant des colis avec notre véhicule. Sans oublier bien sûr d’envisager d’aller habiter dans une caravane/mobile-home pour les gens à faibles revenus (retraités, mères célibataires, etc.).

Le n’importe quoi des journaux télévisés, « le goût du faux, du bidon et de la farcie connerie » est devenu la norme dans cette période de préliquidation.

Malheureusement le Monde d’Après est bien là et la propagande Orwellienne qui va avec !

 

 

 

Le Nouvel ordre mondial en ligne de mire

D’ailleurs, les leaders mondiaux et autres grands penseurs de la caste mondialiste, ne se cachent même plus.

Le pantin président des États-Unis, Joseph Robinette Biden, a annoncé clairement : « Il va y avoir un Nouvel ordre mondial, et nous devons le diriger ».

L’époque est donc révolue ou quiconque osait employer ce terme, était taxé de complotiste…

Désormais, même un quotidien comme Marianne, se permet d’utiliser les mots interdits d’hier.

Cette incantation du Nouvel Ordre mondial, martelée par nos dirigeants depuis des lustres possède un sens caché, presque messianique. Il vise à reconstruire un monde en mieux, le fameux Build Back Better des démocrates et de Davos.

La novlangue, élaborée depuis des décennies en Occident, va encore se développer en cette période de crise aggravée et de manipulation des masses.

Cet accompagnement sémantique, marketing et managérial est, d’ailleurs, tout le sujet du dernier livre de Klaus Schwab, intitulé la Grande Narration.

Les mots plus forts que le réel

Ce grand récit (autre traduction) développé par Klaus Schwab dans son nouveau livre est le complément pédagogique du Great Reset.

Il vise à donner des éléments de langages à ceux qui sont chargés d’appliquer le programme du Forum économique mondial et à travers cette institution le projet des quelques mains qui composent le haut de la pyramide de l’oligarchie financière.

Le Grand récit se veut donc comme : « un guide destiné à tous ceux qui cherchent à mieux comprendre comment le monde a évolué depuis le début de la pandémie et quelles solutions peuvent le rendre plus résilient, équitable et durable…

Ce livre est basé sur le constat que les problèmes auxquels nous devons collectivement trouver des solutions sont à la fois majeurs et multiples. Les questions vitales sont légion, qu’elles soient économiques, environnementales, géopolitiques, sociétales ou technologiques. Mais des solutions existent et sont à notre portée. Le Grand Récit les expose à travers des récits porteurs d’espoir et d’inspiration. En ce sens, il s’agit d’un livre optimiste, qui rejette catégoriquement la négativité véhiculée par de trop nombreux récits apocalyptiques, prêts à nous condamner à sombrer dans l’oubli. Il soutient que la créativité, l’ingéniosité et la sociabilité innée de l’homme prévaudront, et propose un cadre complet pour en expliquer les raisons. »

Si l’on veut résumer l’ouvrage de manière synthétique, on pourrait dire que Schwab nous indique que nous allons souffrir voir mourir (particulièrement les classes moyennes occidentales) mais que ce sera pour notre bien, pour la construction « d’un monde meilleur », en réalité « le Meilleur des Mondes ».

Le forum économique Mondial n’hésite donc pas, une fois de plus, à communiquer ouvertement sur l’application de son programme politique. Le Grand Récit étant le tome 2, la suite de l’ouvrage La Grande Réinitialisation.

Ceux derrière Schwab, et bien entendu leurs valets Macron, Draghi, Trudeau, Biden, Johnson, Van Der Leyen, etc. sont persuadés qu’avec un bon budget communication et marketing, ils vont pouvoir faire passer leur programme terrifiant d’asservissement, de surveillance et de paupérisation des populations occidentales.

Certes, le bouton « réinitialiser » a été actionné par nos élites apatrides au cours de l’année 2020. Elles savent qu’une minorité d’entre nous le sait, et elles vont désormais s’évertuer à nous expliquer ce qui est bien pour nous et surtout museler et enfermer en priorité les opposants.

Par l’intermédiaire de la Grande narration, l’oligarchie financière cosmopolite prouve encore une fois que sa philosophie et sa politique sont d’essence alchimique.

Sortir du Grand Récit pour briser le Great Reset

Comme nous l’avons déjà expliqué précédemment, le Great Reset, autre nom de l’instauration du Nouvel ordre mondial, ne pourra être brisé, que si les peuples entreprennent un retour au réel.

Et pour cela, il faut briser la Grande Narration.

Comment me direz-vous ?

À brève échéance, il y a, en France, je le rappelle, une élection présidentielle.

Mais ne nous trompons pas : celle-ci fait intégralement partie de la Grande Narration.

L’abstention (seule ne sert à rien) mais elle peut faire partie de la solution.

Le système a d’ailleurs besoin de nos votes pour conforter la légitimité anorexique de l’un des chefs d’État les plus détestés de l’Histoire de France.

Oui, le 24 avril au soir, l’avenir de notre pays se jouera.

L’hyperclasse s’apprêtera encore une fois à nous raconter SON histoire…

Mais le 24 avril, sur les coups de 20 h, des millions de Français (comme en 2017) pourraient bien enfin comprendre qu’ils ne sont pas en démocratie…

Et que la réélection du Golem de la Finance était programmée, dans l’ombre, depuis longtemps…

La colère pourrait donc peut-être, pour une fois, être bonne conseillère et se matérialiser concrètement…

source : Géopolitique Profonde

Source : reseauinternational

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.