👇 Bonne lecture ! N'oubliez pas de vérifier la fin de cet article pour découvrir des livres gratuits qui vous attendent 👇

John Kerry a reconnu que la Russie a lancé son opération militaire en Syrie pour empêcher les djihadistes de prendre le pouvoir dans le pays. Mission accomplie, selon lui.

Le secrétaire d’État sortant John Kerry a admis que la Russie a lancé une opération en Syrie afin d’empêcher les combattants du groupe terroriste Daech de prendre le pouvoir dans le pays et qu’elle a atteint des objectifs dans ce domaine, relate la chaîne NBC.

« Quand le président Poutine s’y est impliqué (en Syrie, ndlr), il l’a fait en partie pour soutenir le président Assad, mais aussi parce que l’État islamique y gagnait du terrain. Les extrémistes radicaux étaient en train de gagner du terrain face à Assad et celui-ci se trouvait en l’occurrence dans une position politique très fragile. Ainsi, l’Iran et la Russie étaient tenus de lui donner un coup de pouce (au président Assad, ndlr) et de le protéger en vue d’une éventuelle prise du pouvoir par les extrémistes », a-t-il confié aux journalistes.

Il a également indiqué qu’à l’époque, la possibilité d’une telle transition du pouvoir inquiétait Washington et que la Russie et l’Iran avaient obtenu « des changements majeurs » dans ce domaine.

En guise de conclusion, M. Kerry a souligné qu’à présent, le seul moyen de régler le conflit syrien était de mener des négociations « à Genève ou à Astana, peu importe où elles auront lieu ».

Rappelons qu’en décembre dernier, John Kerry a admis devant les journalistes du journal The Boston Globe que les accords bilatéraux entre Moscou et Washington sur la coopération en Syrie et sur une opération militaire conjointe sur le terrain n’avaient pas été appliqués à cause de certains représentants de l’administration américaine. Le secrétaire a alors assuré qu’il croyait à la réussite des accords.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici