ISRAËL : VOICI POURQUOI ON PEUT PARLER D’APARTHEID

0
41

Le 22 juillet, 37 députés de gauche ont signé une proposition de résolution pour la reconnaissance de l’institutionnalisation de l’apartheid en Israël à l’encontre du peuple palestinien.

L’Assemblée nationale s’est alors enflammée. Le 2 août, certains députés, tout comme le Garde des Sceaux, ont incriminé les députés de la NUPES, les jugeant antisémites.

Face à ces accusations considérées comme calomnieuses et outrageuses, les députés ont quitté l’hémicycle. Gérard Larose, secrétaire générale de l’AFPS (Association France Palestine Solidarité) fustige cette hystérie politique.


Alors que des milliers de palestiniens sont victimes d’actes inhumains, l’utilisation du terme « apartheid » fait polémique.

Pourtant son usage n’est pas nouveau dans les rapports rédigés par les ONG ou les associations.

Dans le dernier rapport d’Amnesty International, par exemple, la conclusion d’un régime d’apartheid s’appuie sur des critères bien précis du droit international et ne peut donc pas être sujette à débat.

Cependant, la moindre critique du régime israélien et de ses exactions violentes provoquent des accusations d’antisémitisme.

Comment alors, sensibiliser à la souffrance du peuple palestinien et à l’écrasement de ses droits ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.